TÉMOINS
 
QUI NE GUEULE PAS LA VÉRITÉ QUAND IL SAIT LA VÉRITÉ, SE FAIT COMPLICE DES MENTEURS ET DES FAUSSAIRES

Charles PEGUY

 

 

 

Monsieur GERHING

 

Monsieur Paul OLIVA

 

Madame BENHAMOU

 

Madame Emile SANCHEZ

 

Madame FERNANDEZ

 

Mademoiselle Marinette B.

 

Madame VALADIER

 

Messieur LANGIANO et FALCONE

 

Monsieur ARNOUX

 

Monsieur GARCIA

 

Madame SERMET-BRUNEL

 

Lieutenant Rabah KHELIF

 

Bernadette CARMONA

 

Jean-Marie AVILA

 

Trinité GARCIA

 

Lydia MARTINEZ

 

Christine MEDINA

 

Pierre ASNAR

 

Michel La PERNA

 

Jean-François PAYA

 

Louis-Jacques DOMENEGUETTY

 

André LERME

 

Gérard VINCENT

 

Pascal COLIN

 

Monsieur C.T.

 

 

 

 

La quasi-totalité des personnes enlevées pour permettre le pillage ou le vol de leurs biens ont été abattues aussitôt après leur capture; c'est le cas notamment des personnes circulant à bord de véhicules automobiles. Dans de nombreux points du territoire algérien on trouve de petits charniers contenant les restes des victimes de vols de voitures, ainsi au puits de Boughzoul, au sud de Boghari, à l'intersection des nationales 1 et 40, dans lequel une quarantaine d'Européens et de Musulmans ont été jetés après avoir été égorgés ou tués au couteau.



Un Français d'Oran, M. MIMRAN, a été enlevé près de Charon, en août 1 962. Ses ravisseurs avaient laissé dans sa voiture la photographie de deux d'entre eux, les "djounoud" (membres des groupes armés F.L.N.) Boualem et Kasiche. De nombreuses femmes ont été enlevées uniquement pour la prostitution. Certaines ont été livrées aux maisons closes, telle Madame VALADIER, enlevée à Alger le 14 juin 1962; retrouvée dans une maison close de Belcourt, rendue à sa famille le 9 janvier 1963 et considérée maintenant comme folle incurable; d'autres ont été attribuées à des officiers de l'A.L.N. comme Mademoiselle Claude FEREZ, institutrice à Inkermann; d'autres enfin ont été vendues à des trafiquants internationaux et acheminées vers le Maroc ou le Congo ex-belge, peut-être même pour certaines vers l'Amérique du Sud.



La plupart de ces malheureuses sont irrécupérables; certaines ont été tatouées, voire mutilées; beaucoup ont des enfants nés des œuvres de leurs geôliers. Les rares femmes récupérées, comme Madame VALADIER, actuellement à Nîmes, sont devenues folles ou demeurent prostrées; l'une d'elles, femme d'un officier français dont on doit taire le nom, la famille ignorant heureusement tout, mère de trois enfants, s'est donné la mort le lendemain de sa libération d'une maison close de la Bocca Schanoun à Orléansville. Le trafic des femmes se poursuit en Algérie à l'heure actuelle.

 

Enfin des techniciens ou réputés tels ont été enlevés pour servir soit dans des unités de l'A.L.N., soit dans des organismes logistiques, soit même comme main d'œuvre bon-marché chez les fellah du bled. D'autres ont été employés sur des chantiers de déminage, notamment à la frontière tunisienne, d'autres dans des mines comme celle de Miliana dans laquelle le jeune soldat AUSSIGNAC, enlevé le 21 juillet 1962 à Maison-Carrée et évadé au printemps 1963, a travaillé plusieurs mois durant, d'autres enfin sur des chantiers de routes comme celle d'Afflou à Laghouat.



La plupart des personnes enlevées sont mortes comme sont morts la quasi-totalité des Français enlevés à Oran dans la seule journée du 5 juillet 1962. Cette tragique journée a été marquée par des massacres en pleine rue sous les yeux des militaires français auxquels leur chef, le général KATZ, avait interdit toute intervention. On ne saura jamais le nombre exact des morts de cette journée, comme on ne connaîtra jamais le nombre des personnes enlevées dans les rues, les cafés, les restaurants, les hôtels même, dirigées vers le commissariat central de police ou les maisons closes des quartiers périphériques, torturées, violées - même les jeunes gens - égorgées, éventrées, enfin incinérées pour la plupart dans les chaufferies des bains maures.



Des estimations de source officielle donnaient peu après le chiffre de 91 morts et de 500 disparus; les chiffres réels sont très certainement supérieurs. A une dizaine d'exceptions près, aucune trace des disparus n'a été trouvée. Les charniers découverts au quartier du Petit Lac contiennent les corps de victimes abattues au cours des semaines précédentes, notamment celles de la tristement célèbre "banque du sang" du Docteur LARRIBERE, ancien député communiste d'Oran, dans laquelle des malheureux et malheureuses étaient vidées de leur sang pour permettre des transfusions aux fellagha blessés; tous les renseignements sur cette scandaleuse ignominie dont les auteurs sont maintenant libres et chargés d'honneurs ont été recueillis par la gendarmerie nationale d'Oran; ils sont irréfutables….



Si on ne reverra jamais la presque totalité des personnes enlevées à Oran le 5 juillet 1962, il y a relativement peu de chances de retrouver les autres disparus. La plupart sont morts, soit aussitôt après leur capture, soit sous les coups, les mauvais traitements, les tortures dans les jours qui ont suivi, soit tout simplement de misère physiologique. En certains lieux, notamment près de Teniet-el-Haad, ou bien encore aux environs de Nelsonbourg ou de Berrouaghia, dans l'Algérois, près de Misserghin et de Perregaux, en Oranie, on trouve encore des témoignages atroces : ossements humains dont on ne sait s'ils sont ceux de Musulmans ou de Chrétiens, squelettes attachés par ce qui fut des poignets et des chevilles à des branches d'arbres, et certains sentiers des djebels, certaines pistes tracées dans les massifs boisés sont jalonnés de débris de vêtements laissés par des colonnes des hommes réduits à l'esclavage.


Geneviève de TERNANT.