D'uno raço que regreio, sian bessai li proumié gréu / D'une race qui regerme, peut-être sommes-nous les premiers jets
Sian bessai de la patrio, li cepoun emai li préu / De la patrie, peut-être, nous sommes les piliers et les chefs. (Frédéric Mistral, Coupo santo)
 
 
 
 

“Le canon a tué la féodalité ; l'encre tuera la société moderne.” Bonaparte ( 1793)

"Le canon a tué la féodalité, l'encre a tué la Monarchie absolue, les "Réseaux sociaux" tueront la démocratie parlementaire et instaureront la démocrature." Joseph Prudhomme.(2018)

 
ACTUALITÉ - 2018
 
 
 
COMPTEUR DE VISITES DEPUIS LE 26 NOVEMBRE 2017

"La liberté d’information (FOI) ... est inhérente au droit fondamental à la liberté d’expression,
tel qu’il est reconnu par la Résolution 59 de l’Assemblée générale des Nations Unies
adoptée en 1946, ainsi que par les Articles 19 et 30 de la Déclaration universelle des droits de l'homme (1948),
qui déclarent que le droit fondamental à la liberté d’expression englobe la liberté de « chercher,
de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,
les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit ».

 
 
 

"Il est bon qu'une Nation soit assez forte de tradition et d'honneur pour trouver le courage de dénoncer ses propres erreurs. Mais elle ne doit pas oublier les raisons qu'elle peut avoir de s'estimer elle-même. Il est dangereux en tout cas de lui demander de s'avouer seule coupable et de la vouer à une pénitence perpétuelle."

Albert Camus

 
 
 
 
 

Quelques émissions retrouvées et accessibles depuis très peu en téléchargement libre, format MP3 :

https://www.radiocourtoisie.fr/patrons-emissions/auteur93/

1- https://www.radiocourtoisie.fr/2000/12/11/libre-journal-de-pierre-guillaume-du-11-decembre-2000-les-tortures-infligees-aux-defenseurs-de-lalgerie-francaise-amnisties-et-temoignages-de-lhistoire/

Libre Journal de Pierre Guillaume du 11 décembre 2000 : “Les tortures infligées aux défenseurs de l'Algérie française ; Amnisties et témoignages de l'Histoire”

Par Pierre Guillaume|11 décembre 2000|Libre Journal de Pierre Guillaume|Mots clés : Algérie française . Geneviève Salasc . histoire . Jacques Zajec . Jean-Marc Varaut . OAS . torture

Pierre Guillaume, assisté d'Elisabeth Escalle, recevait Geneviève Salasc, mère de famille, ancienne assistante du colonel Godard, Jean-Marc Varaut, de l'Institut et Jacques Zajec, ancien inspecteur d'assurances. Thèmes : “Les tortures [...]

2- https://www.radiocourtoisie.fr/2002/07/08/libre-journal-de-pierre-guillaume-du-8-juillet-2002/

40 ans après l'abandon de l'Algérie
Roger Degueldre
Geneviève LeblancAstier,
mère de famille
http://www.fmgacmt.org/temoignages/temoignagesecrits/38genevieveleblancastier.html
Jacques Zajec, ancien inspecteur d'assurance

 
Les Barbouzes de 2gol...
 
 
 
« A l’occasion de votre élection à la présidence de la République algérienne, je vous adresse mes félicitations. Cette indépendance algérienne, nous l’avons voulue et aidée » 
(Message de Charles de Gaulle à Ben Bella, le 4 septembre 1963)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Tout le monde sait que cette victoire n’est pas anodine, ça pu à plein nez. Cette victoire est une vitrine sur l’intégration, la chance migratoire, le vivre ensemble, enfin le truc pour faire passer la pilule.

Après le sauvetage d’un gamin pendu à un balcon, voila la victoire de la France Africaine. Si le message n’est pas passé, il ne passera jamais .
On est plus dans le sport, mais dans la politique...

 
 
 
Mbappe va aller voir Boutef à Alger et financer un club de foot en Algérie. En effet c’est un “bon français” !
 
 
 
 
 
 
HONTE AUX GAULLISTES ET AUX PIEDS-NIAIS QUI LES ADMIRENT...
 
 
 
Nouveauté, sur le site du Cercle Algérianiste de Nice
Amitiés
Raphael PASTOR
 
 

« Victoire » de la France : Anarchie, pillages, voitures renversées, policiers attaqués. (toutes les vidéos recensées)

 
Pour le ministre de l’Éducation nationale : « Les Bleus sont une preuve parmi d’autres que l’intégration des étrangers fonctionne plutôt bien »
 
 
 

Petit résumé de la vie campagnarde isolée de Lorraine profonde

Depuis 1 mois, notre sympathique gouvernement vient de "déposer" (sans aucune consultation des villageois locaux) 40 "migrants" mineurs (musulmans évidemment !) dans le site de SION (54), tout proche de NANCY

SION est un endroit de pèlerinage catholique depuis plus de 1500 ans et comptabilise 21 habitants dont 12 sœurs Clarisses et 1 prêtre Recteur (qui doivent pas franchement être rassurés, même s'ils prônent "l'accueil de tous" et le "vivre ensemble" ! Il y a eu des précédents à St Étienne de Rouvray !

Qu'on se rassure, ces gentils "jeunes", ont déjà volé une bagnole pour se faire la malle dès le 1er jour ! (on les comprend, ils sont dans un trou [en hauteur: 542 m!], nourris, logés, "blanchis", entretenus, en chambre individuelle avec télé et ordinateur dernier cri, 2 navettes de bus par jour pour les emmener se détendre à NANCY(40 km), alors que le local doit prendre sa voiture s'il ne se l'ait pas fait tirée !

Ils découvrent l'isolement, le brouillard, le froid, de nombreux catholiques qui viennent les narguer(bouh les vilains racistes!) le dimanche pour la messe; (On parle de supprimer l'habituel Marché de Noël qui se tient tous les ans; vous pensez, il ne faut pas les provoquer ces petits !)

D'ici à ce qu'ils aient un édifice de prière pour la parité religieuse, il n'y a qu'un pas qui sera certainement bientôt franchi !
> > > > > > > ­­­L'État (nos impôts !) leur verse généreusement 25 euros d'argent de poche par jour, soit 775 euros/mois= autant que la retraite qu'un agriculteur qui a bossé durement toute sa vie et qui, lui, continue à payer des impôts, son eau, son chauffage, sa nourriture, ses déplacements, ...et j'en passe...! Tout ceci ne nous coûtant (dixit le Président du Conseil Général ) que 85 euros par jour et par adolescent !)

Faîtes donc le calcul pour deviner combien cela pèse pour 40 individus, le tout multiplié par 30 jours pour le mois, multiplié par 6 puisque on les fait rester (à leur corps et esprit défendant, puisqu'ils veulent aller chez les Grands Bretons !) jusqu'au mois de mars ...!

Et il y a du chômage dans le pays, des gens dont la vie est précaire, des SDF, des pauvres, etc.

Mais rassurons-nous: TOUT VA BIEN !!!

 
 

Voila le résultat d’années d’endoctrinement anti “F.N.” confronté subitement au réel. Une gauchiste allemande violée par 3 migrants ne porte pas plainte par
peur de l’amalgame et de la
récupération du F.N.

 

Elle s’appelle Selin Gören, habite près de Mannheim, en Allemagne. C’est une activiste de gauche, féministe, antiraciste et pro-migrants. Violée par trois migrants un soir, elle raconte son histoire.

 

Comme le dit la voix off de la chaîne publique allemande ARD, Selin se définit elle-même comme « socialiste, antifasciste, féministe ». Elle est la porte-parole d’un mouvement d’extrême gauche de Mannheim appelé Solid, et ne rate jamais une manifestation contre le racisme. Celle qui défend les migrants bec et ongles, a été violée en début d’année par des réfugiés.

Elle est sortie un soir prendre l’air, à une heure du matin, s’est dirigée vers une place de jeux, a remarqué que trois migrants buvaient et discutaient, « en arabe ou en kurde ». Elle a supposé que ces jeunes buvaient un coup dehors car ils ne pouvaient pas le faire chez eux, et elle est repartie.

Elle remarque que les trois jeunes hommes la suivent, pense qu’ils en veulent à son sac à main, mais ils la harcèlent, la font trébucher, la maintiennent brutalement, et l’étranglent pour la maintenir au sol...

Après le viol, elle se rend au commissariat, et déclare... le vol de son sac. Elle raconte à la police avoir eu affaire à un « groupe mélangé », qu’il y avait dedans « des migrants mais aussi un Allemand ». Pourquoi avoir menti, demande la journaliste ? 
Parce que Selin a eu peur que cette histoire soit exploitée par l’extrême droite, pour augmenter le niveau de haine envers les étrangers. Un ressentiment qui avait dramatiquement augmenté depuis les événements de la Saint-Sylvestre à Cologne, fin 2015. Elle ne voulait tout simplement pas que son histoire les « booste » d’une part, et d’autre part qu’ils s’aperçoivent que c’était arrivé à elle, « la » gauchiste pro-migrants.

Selin imagine alors les commentaires qu’elle aurait subis... « Regarde-toi la gauchiste, toi aussi tu t’es fait violer par des migrants et des réfugiés. » Ce qui l’a bloquée, en outre, dans son dépôt incomplet de plainte, c’est qu’à Mannheim, des centres d’accueil pour réfugiés avaient déjà brûlé.

Le lendemain après-midi, torturée par sa déclaration mensongère, elle retourne au commissariat, et dit enfin la vérité : elle a été « violée, par des migrants, et il n’y avait pas d’Allemand parmi eux ». Elle pense malgré tout que dans sa première déposition, elle avait de bonnes raisons de mentir aux autorités. La campagne anti-migrants qu’elle redoutait est effectivement devenue réalité : les extrémistes se sont emparés de son histoire.

Selin se demande aujourd’hui ce qu’elle peut faire pour lutter contre ce sentiment anti-réfugiés. Le reportage se termine sur la voix off qui explique que Selin a écrit sur son Facebook « une lettre d’excuse à tous les réfugiés », car elle se sent partiellement responsable des conséquences de sa déposition, et se voit désormais du côté des « oppresseurs », ceux qui auparavant étaient ses ennemis.

 

Le dialogue est en allemand, les sous-titres en anglais :

https://www.youtube.com/watch?v=CN4h4O1PVtY

 
 
 
 
Combien de voitures brûleront-elles, pour la Saint Sylvestre?? Faites vos pronostics...
 
 
 
 
C'est ça le "Vivre-Ensemble"... Vous ne comprenez rien à la République...
 
 
“Débordements” ??????? Moi, j’appelle ça de la Barbarie :
 
 
 
 
  Ils sont quatre maintenant et agitent les drapeaux français, algériens et tunisiens 

    https://t.co/y7EF6ktjyD
 https://t.co/1CnchCY0mJ

 
 
 
Et en 2007:
 
 
 
 
 
 
 
05 juillet 2018- Massacre du 05 juillet 1962 commémoré par le CNR...
 
 
COMMENT PEUT- ON ETRE GAULLISTE DE NOS JOURS?
 
 

Ecoutez attentivement cette video sur la fin de l'Algérie française, vue par les "chefs FLN".


https://youtu.be/wtj26SL0PnU

 

La responsabilité de De Gaulle dans cette catastrophe apparait en permanence., dans la bouche des FLN.

 

Le viol des accords d'Evian dès le mois de mai, l'ouverture sans condition ni contrôle des frontières, la "neutralité" de notre armée retranchée sur ordre dans ses casernes, l'inanité de la Force locale, l'anarchie avant le 20 septembre, le rôle de Bouteflika qui fait la navette entre le GPRA, le clan militaire d'Oujda-Ghardimaou et les "prisonniers de De Gaulle" en total désaccord entre eux.

Redha Malek reconnait à 13'28 que De Gaulle a retiré notre Armée à toute allure, abandonnant le terrain à l'ALN des frontières, contrairement aux accords, abandonnant les Pns comme le raconte lui même un responsable surpris de voir des femmes, des enfants et des vieillards parqués prisonniers dans des conditions épouvantables.

Sans cesse, les responsables intérieurs déclarent: " Nous n'étions pas au courant...C'est l'ennemi ( nous) qui nous renseignait par la Presse et la radio... Le peuple ne comprenait rien."

De Gaulle a fait le malheur de la France et de l'Algérie indépendante, en trahissant sa parole, sa signature, ses promesses, par méconnaissance des mentalités mais aussi par ambition et soif du pouvoir. Et les conséquences, 56 ans après, sont encore incalculables.

Pierre BARISAIN

 
 

Comment et pourquoi la finance mondialiste soutient  la submersion migratoire ?


 

« Artisan du déracinement, encourageant les flux migratoires massifs pour mieux fragiliser les Etats, Georges Soros déploie sa stratégie par l’argent, aussi discrète que cynique et destructrice. C’est un homme qui souhaite l’installation d’au moins un million de migrants par an en Europe, la suppression des frontières, des condamnations pour crimes et délits plus légères pour les migrants que pour les autochtones, la disparition de l’identité occidentale ou encore des sanctions extrêmement sévères pour les pays refusant des migrants les yeux fermés. Cet homme a un pouvoir considérable. C’est grâce à son Open Society Foundation (OSF) que Georges Soros finance sans limites ONG, associations et campagnes de mobilisation en faveur de l’accueil des migrants en Europe et plus particulièrement en France (…) En septembre 2015, le milliardaire publie une tribune (« Rebuilding the asylum system ») dans laquelle il fait la liste de ses points non négociables en matière d’accueil des clandestins, pour rebâtir le système européen de demande d’asile. Se mêlant toujours de ce qui ne le regarde pas et sous couvert de bons sentiments pour mieux semer le chaos, il suggère à l’Union européenne d’allouer une bourse de 15 000 euros par demandeur d’asile par an et surtout plaide pour un accueil massif. Dès septembre 2016, en plein choc migratoire, il annonce qu’il financera à titre personnel 500 millions de dollars pour l’aide aux migrants en Europe (« Why i’m investing 500 Million  in migrants »).

 

(…) Ainsi, Human Rights Watch, subventionnée à hauteur de 10 millions de dollars par an, par l’OSF, est particulièrement active dans les actions entreprises contre l’Etat à Calais. Sans surprise, en juillet 2017, Human Rights Watch publie un rapport condamnant les méthodes policières à Calais. Quelques mois plus tard, en décembre, l’ONG alerte à nouveau sur la situation de vie des migrants dans le Calaisis, en pointant du doigt un gouvernement français pourtant très généreux en matière d’accueil. (…) l’OSF de Soros a financé l’ONG United for Intercultural Action, « réseau européen contre le nationalisme, le racisme, le fascisme et en soutien aux migrants et aux réfugiés ». En 2014, l’Open Society Foundation a versé 153 728 euros à cette association qui publie un annuaire des associations européennes promigrants et antiracistes. Est-ce un hasard ? L’ouvrage recense des associations « antifas », mais aussi d’ultragauche, comme Calais Migrant Solidarity, comme pour soutenir et encourager les No Border, ces militants ultraviolents de l’abolition des frontières (…) Cherchant la submersion migratoire mais aussi la chute de l’Occident, George Soros n’hésite pas, sous un vernis de lutte contre les inégalités, à financer le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) réputé proche des Frères musulmans et de Tariq Ramadan, fondé en 2003. En 2010, l’OSF finance une étude intitulée « Vivre ensemble », dressant un état des lieux de la situation des musulmans dans onze grandes villes européennes dont Paris et Marseille (…).

 

Notre enquête le montre, la soif de Georges Soros d’accroître son emprise pour déstabiliser un Occident déjà fragilisé par les flux migratoires est insatiable. Une question se pose : quand les dirigeants français ouvriront-ils les yeux et s’attelleront-ils à enrayer son influence tentaculaire ?

 

L. de R.

 

Extraits d’un article paru dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles du 10 mai 2018. Voir le texte complet en pièce jointe.

 
 
Chers amis
Je n’ai pas encore vu le film et donc ne réagit qu’en fonction des impressions et des observations rapportées.
Il semble bien que la passivité du gouvernement français soit établi. Ils savaient et n’ont volontairement rien fait pour l’en empêcher. Il y a donc Non assistance à compatriotes en danger. Mais le film n’établit pas le soupçon de complicité. Pourquoi les frontières ont été ouvertes avant l’indépendance? Pourquoi la veille du massacre une Katia est présente dans la périphérie d’Oran et que le gouvernement français l’a caché ? Que sont devenus les hommes de l’UFO 511? D’où venait les moyens logistiques utilisés pour emmener les malheureux?
Ce qui ne semble pas clairement établi c’est qui est responsable de ce massacre. Est ce une foule déchaînée du fait de tension des mois précédents mais alors qui fut responsable de cette tension? On voit se profiler l’ombre de l’OAS.
Il est impossible de faire au moins 700 morts sans que ces actes soient concertés. Pourquoi avoir attendu près de 60 ans pour le cacher? L’odeur pestilentielle n’a intrigué personne au niveau des autorités françaises. Pourquoi avoir accepté que Bouteflika avec un faux passeport marocain ait servi de relais avec Ben Bella et pourquoi avoir envoyé l’émissaire Herly le rencontrer à Tlemcen? Pourquoi ne pas évoquer clairement la responsabilité de l’ALN?
A titre familial mon oncle a été assassiné en mai. Mon autre oncle gendarme n’a pas pu déclaré le décès auprès de la gendarmerie d’Oranie. Donc certaines victimes n’ont pas été déclarées. En mai le gendarme de remplacement était un membre de l’ALN.
Voici mes amis mes interrogations. Je souhaite que ce film soit une avancée mais faire de Katz un bouc émissaire c’est botter en touche.
Bonne soirée
GEORGES BELMONTE
 
 

SUITE AU DEBAT RECENT DU FILM SUR ORAN 5 JUILLET 62 A NICE

Vu ses lacunes, certains corréspondants dubitatifs nous ont demandé des précisions sur les effectifs et les unités de l'armée Française présentes à Oran ansi que les sources des  premiéres estimations des victimes

(vu manque d'archives au départ)

 

 - Voir Le Vieux, la crise, le neuf, éd. Flammarion, de Jean-Pierre Chevènement,** officier issu de l’ENA, chef de cabinet adjoint du Préfet chargé des liaisons militaires et à ce titre supervisant le colonel de la force locale attaché à Jean Herly, consul général de France à Oran (critiqué par Katz qui le trouvait trop curieux sur les "disparus"). ** Se dit "chargé de rechercher les 800 disparus du 5 juillet"(avec quels moyens ?)On se souvient d'un vol en hélicoptére avec le Consul cité pour contacter  B Bella pas encore au pouvoir à Tlemcen

1 - Au sujet des victimes, sans entrer dans le débat sur leur nombre évoqué dans la note précédente, il a été signalé 440 plaintes au consulat d’Oran, en sachant qu’une plainte pouvait recouvrer plusieures personnes d’une même famille et que de nombreux hommes isolés (leurs familles étant déjà parties) n’ont pas été signalés sur place à Oran. (où membres d'une méme famille)

Signalons aussil le « Bulletin de renseignement » du 2è Bureau/1515 EM:2em B/ du 12/7/62 classé secret, signalant «l’enfouissement de cadavres F.S.E., victimes du "pogrom" du 5 juillet au bord du Petit lac à coup de bull-dozer» ; une reconnaissance par hélicoptere fut ordonnée et des photos prises dans la soirée du 7 Juillet, mais aucune enquête officielle ne fut déclenchée.

44 ans aprés les faits, on a procèdé enfin à une recherche sur la base de documents, à mon avis, aléatoires. À ma connaissance, les documents originaux comme les registres de relevés de plaintes déposées au consulat n’ont pas eté communiqués (j’y était passé personnellement déposer une plainte pour deux amis "diparus"). En sachant que certains historiens Algériens que je salue reconnaissent au moins 2 charniers au "Petit lac" et au cimetière Tamazouet. (depis JJ Jordi à eu d'autres archives cachées à l'époque)

2 - Un montage médiatique fut organisé par les résponsables FLN d’Oran à Pont-St-Albin le 10 juillet pour tout "mettre sur le dos d’un sanguinaire mais minable chef de bande M. Attou qui sévissait dans les quartiers Est depuis le 19 Mars (voir presse locale dont l’Écho d’Oran sous "influence depuis l’indépendance). Le pseudo commandant Bakhti (de son vrai nom Némiche) complice de Ben-Bella dans l’affaire de la poste d’Oran et qui lui était tout dévoué tirait les ficelles de cette affaire que personne ne crut à Oran même chez les Musulmans.

> d'aprés témoignages récents  Attou présumé exécuté par l'OAS (fausse carte d'identité)est décédé derniérement de sa belle mort (témoins oranais)aprés avoir possédé plusieures Bijouteries (biens vacants)à Oran et pas retourné à la boucherie comme cerains l'on prétendu

3 - Liste des unités présentes à Oran ou à proximité, le 5 juillet 1962

     Référence circulaires de diffusion du commendement GAOR d'Oran (archives)

Secteur Oran Ville

3 Régiments d’Infanterie + 1 bataillon : 5è RI - 21è - 67è - 3/43è RI -
3 Régiments d’Infanterie de marine + 3 Bataillons : 8è RIMA - 22è - 66è -1/2è - 1/75è - RIMA - 1/2è RAMA
2 Régiments de Zouaves : 2è et 4è Zouaves
1 Régiment de Cuirassiers : 3è Cuir
3 Bataillons de Chasseurs Portés 10è - 29è - 30è BCP
2 Bataillons RA : 1/27è et 324è RA
2 Groupements GAAL : 452è et 457è
Enfin 23 escadrons de Gendarmerie Mobile
Il faut ajouter les éléments de l’Armée de l’Air basés à la Sénia et de la Marine à Mers-el-Kébir, Arzew et Tafaraoui (Aéro-Navale).

Soit une garnison totale de 18 000 hommes dont 12 000 sur le seul secteur d’Oran-Ville cantonnés sur plusieurs sites, casernes, lycées, collèges, stades, écoles imbriqués dans la ville à proximité immédiate des événements tragiques qui ont eu lieu.

4 - Note de rens 1266:B2:sec-conf /odj EMG ALN du 5 juillet 62.

rarement évoqué dans les débats (preuve d'une certaine prémonition pour aller "maintenir l'ordre à Oran)
Document ALN du 5 juillet 1962  klic

 

http://etudescoloniales.canalblog.com/archives/2011/12/15/22986756.html

5 - Cf le texte intégral dans le volume 3 de notre livre L’Agonie d’Oran, publié en 1999.

       JEAN-FRANCOIS PAYA (groupe de recherches sur le 5 juillet 62)

 

    EN ARCHIVES AU CDHA

 

 
 

L'élimination de la sélection de l'Allemagne a généré la surprise absolue du monde du football parce que c'était un événement inattendu. Les médias de son pays ont parlé d'un «cauchemar qui se réalise» et ont suivi de près l'avenir de Joachim Löw devant l'équipe, quelque chose qui s'est finalement concrétisée. Le temps passait, mais le sujet continue de générer des répercussions et l'un d'eux surprenant: l'entraîneur a dû couper la connexion Internet dans la concentration en raison d'un jeu vidéo.
Selon le journal allemand Bild, Löw et son assistant Oliver Bierhoff remarqué que certains joueurs sont restés en retard en utilisant une console de jeu et en échange relégué heures de sommeil.

 

Le médium avertit que l'événement a atteint un tel point que le corps technique a décidé de prendre des mesures drastiques à certaines occasions comme couper la connexion au Wi-Fi pour éviter de jouer en ligne ou utiliser leurs téléphones cellulaires.

Le dernier champion de la Coupe du monde, qui a pris congé au premier tour de la Russie 2018, a été concentré dans le complexe thermal Vatutinki, un logement situé à environ 15 kilomètres de Moscou et à proximité d'une forêt.
Certains médias spéculation a souligné que le jeu vidéo en question pourrait être le populaire Fortnite, qui a pris une renommée incalculables dans les derniers temps et même nourri les mouvements pour les célébrations des objectifs des principales Stars du monde .

https://www.infobae.com/america/deportes/mundial-rusia-2018/2018/07/07/el-videojuego-que-obsesiono-al-plantel-de-alemania-durante-el-mundial-y-obligo-a-tomar-una-drastica-decision/

 

NDLR: Entre immigration massive, libéralisation du Cannabis et addiction aux jeux videos, l'Occident vogue vers la victoire finale du Tiers Monde dont De Gaulle rêvait d'être le leader.

 Pierre BARISAIN

 

 
 

Polynésie : la major du bac a été refusée dans tous les établissements parisiens où elle a postulé

 

Ranitea Gobrait cumule les réussites : cette championne de Polynésie du 800 mètres nage libre, en terminale S au lycée La Mennais de Papeete, est major du bac dans l'archipel, avec une moyenne de 20,32 sur 20. Mais avec Parcoursup, elle ne sait toujours pas où étudier à la rentrée.

Avec 20 sur 20 en philo, 20 en histoire, 20 en maths, 20 en physique-chimie, 20 en anglais, 20 en mandarin, 20 en espagnol, et 20 en natation, Ranitea a presque fait un sans-faute. Ses seuls petits écarts : un 15 en TPE, un 18 en sport. En français, elle a obtenu 18 à l'écrit et 19 à l'oral.

Sur liste d'attente à Toulouse

Et pourtant, elle reste à la recherche d'un établissement pour l'accueillir à la rentrée : elle a été refusée dans tous les établissements parisiens dans lesquels elle a postulé et reste en liste d'attente dans le lycée toulousain Pierre-de-Fermat pour une classe prépa d'ingénieurs.

https://fr.news.yahoo.com/polyn%C3%A9sie-major-bac-%C3%A9t%C3%A9-refus%C3%A9e-150033903.html

NDLR: Comment se fait-il que des bacheliers qui ont mention TB, avec des 19 en maths, soient refusés  dans des prépas et sur des listes d'attente problématiques au parcours sup ?

Et au même moment, il n'est question que de formation et promotion des jeunes performants.

De plus, les filles ne se portent plus vers les sciences pures ( maths, physique, etc...) préférant la biologie , la médecine, ce qui est une perte du potentiel pour la recherche pure.

Quant à l'Enseignement, plus personne n'en veut. Il y a bien une raison.

Que fait-on pour y remédier ?

Pierre BARISAIN

 

 
 

Nous apprenons ce jour par tous les medias le décès de Claude Lanzmann, le grand réalisateur de « Shoah ».

Peut-être le fait de son émotion à la sortie, hier en salles, de son film « Destins de femmes dans la Shoah ». ?

La providence fait que, les jours précédents, en vue d’une conférence, j’avais relu trente-huit ans après sa publication en France (ed. du Seuil) le poignant récit d’Evguenia Guinzbourg, juive elle aussi, rescapée elle aussi de camps de la mort, les camps de la mort soviétiques de la Kolyma.

J’avais réouvert en cette occasion le « Premier guide des camps de concentration et des prisons en Union soviétique » (traduit du russe en 1980), réalisé par Avraham Sifrin (Stefanus editions) juif aussi, et alors accueilli en Israël, rescapé de dix ans de Goulag, fils d’Isaak Sifrin mort dans un camp de travail forcé.
...

 
 
 
 
JUSTE POUR VOUS DONNER LA RABBIA :
CHRISTIAN ESTROSI ASSURE LES PROCHAINES ELECTIONS...
 
 
LE 5 JUILLET 2018 A FREJUS....

Discours de David Rachline

Maire de Fréjus

A l’occasion de la cérémonie du 5 juillet dédiée au massacre d’Oran



Mesdames, Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs les anciens combattants,

Mesdames, Messieurs les rapatriés,

Mesdames, Messieurs les harkis,

Mesdames, Messieurs,


Nous voici réunis en ce 5 juillet, devant cette stèle de pierre frappée de l’Algérie Française, une nouvelle fois réunis au rendez-vous de la fidélité et du souvenir.


Le 5 juillet n’est pas une date comme une autre de la guerre d’Algérie.

C’est le jour du plus grand massacre de cette guerre.

Un massacre qui ne doit rien aux combats mais tout à la cruauté d’une populace haineuse et à l’impuissance voulue ou volontaire d’une armée aux ordres d’un gouvernement félon.

Je pèse mes mots : cette stèle n’est pas une stèle comme les autres, elle a été installée aussi pour dénoncer ces félonies d’un gouvernement Français qui abandonnera des Français et une part de son territoire !

Cette stèle est aussi celle des victimes de la guerre et des massacres. C’est également la stèle de ceux qui ont combattu jusqu’à la mort pour que l’Algérie reste française, pour que leurs foyers restent leurs foyers...

Voilà pourquoi, nous savons ce qui nous réunit ici, ce matin.

Nul besoin de grands discours pour ceux qui ont la mémoire et le cœur entièrement tournés vers cette part de nous-mêmes, vers cette Histoire récente.

Nul besoin d’explications fantasques pour tous ceux qui, ayant vécu le cauchemar de 1962, ont toujours redouté qu’il nous rattrape un jour, ici, sur cette rive de la Méditerranée.

Notre rassemblement est donc un témoignage vibrant au service de la vérité, de la loyauté et de la justice. Et pour la justice, nous sommes prêts à nous battre.

Nous ne sommes pas ici pour nous complaire dans la douleur et dans les regrets, nous sommes ici des combattants, des amoureux de la France, au service de notre Histoire, de notre peuple et de notre nation.

Nous ravivons la mémoire des disparus, des assassinés : des hommes, des femmes et des enfants d’Oran et de l’Algérie Française dont les gouvernements français ont nié jusqu’à l’existence en ne cherchant jamais la vérité à leur sujet, à leur égard.

Nous honorons des Français que l’État français, que l’armée française a abandonné à leurs bourreaux alors même qu’ils pouvaient, qu’ils devaient les protéger !

Nous rappelons le souvenir d’une lâcheté organisée, d’un abandon absolu, d’une fuite abjecte.

Nous rappelons les hommes Français mitraillés, les femmes Françaises abattues froidement, les enfants Français torturés et massacrés.

Nous rappelons les pieds noirs pendus, fusillés et massacrés !

Pour finir d’enterrer les morts, il faut les faire entrer dans l’Histoire.

Nous sommes ici les fils et les filles d’une histoire qui n’est pas terminée.

Nous sommes les héritiers d’une tâche à accomplir.

La France a abandonné les massacrés d’Oran.

Nous ne les oublierons jamais !

Nous clamerons toujours le droit de se réunir, de commémorer, de se souvenir

Et par-dessus tout de demander des comptes à ceux qui, il y a maintenant 56 ans, ont par lâcheté, par facilité et par déloyauté, laisser faire ou abandonner des citoyens Français face à la barbarie immonde et abjecte !


Que vive le souvenir de la France en Algérie, Que vive Oran la radieuse, Que vive Fréjus et Que vive la France !!!

 
 
 
 
Il y a 56 ans, Le Lieutenant Roger Degueldre, âgé de 37 ans, vivait ses dernières ses dernières heures au fort d’Ivry, avant d’être fusillé le lendemain, 
à 3H56, par le régime gaulliste, pour seul crime d’être resté fidèle à la parole donnée.
     Ne l’oublions pas, ne l’oublions jamais !  https://www.youtube.com/watch?v=6ZBESNPi_Rs
 
 
 
 
Le monde à l’envers ! combien d'attentats musulmans menés a terme sur le sol Français (terre chrétienne) sans une seule interpellation ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
voilà une information historique que bien peu d'historiens diffusent...
Salutations
 
 
 
 
Chers amis,

Le Rassemblement National de La Valette-du-Var se rassemblera jeudi 5 juillet à 11h30 au cimetière de notre commune afin de déposer une gerbe en mémoire du massacre du 5 juillet 1962 à Oran.

Cette journée funeste intervient 3 mois et demi après le « cessez-le-feu ». Une véritable chasse-à-l’homme s’organise à l’encontre des civils européens, égorgés au hasard des rencontres. On dénombrera plus de 3000 morts et disparus dans des conditions atroces.

J’espère pouvoir vous compter nombreux pour honorer leur mémoire.

Amitiés,

Aline Bertrand
Conseillère régionale de Provence-Alpes-Côte d’Azur
Déléguée départementale adjointe
Responsable de La Valette-du-Var
Rassemblement National
 
 
les jumelles contradictoires pas pour l’aide au FLN...
 
1° juillet 2018
Vidéo censurée par le "politiquement correct"..
Dans un pays où on fait des procès à Christine Tasin pour avoir simplement dit « Islam assassin ! » suite au meurtre barbare de deux policiers, devant leur enfant de trois ans, à Magnanville, par un musulman, imaginez ce que serait le sort de Michel Paulat, s’il tenait, en France, les propos que vous allez découvrir.
 
 

Le 5 Juillet est bien à nous pour la gloire et pour la peine           

SUR LE PLAN HISTORIQUE :

LA DATE DE L'INDEPENDANCE DE L’ALGERIE EST LE   3  JUILLET  1962.

LA DATE DE LA PRISE  D 'ALGER EST LE 5 JUILLET 1830,

Avec la libération  du  joug  Turc, la fin de la piraterie en Méditerranée et la naissance de l'entité "Algérie".

LA DATE DU SOUVENIR  POUR LES MASSACRES D’ORAN LE 5 JUILLET 1962.

    COMPTE RENDU SUR LE SITE HISTORIQUE DE JJ VIALA   

5 juillet 1.962:

 Le cinq juillet 1.962 marque la détermination formelle de toutes les tendances F.L.N. de faire partir les français d'algérie, contrairement aux déclaration d'intention d'évian, mais conformément à toutes les déclarations de ses dirigeants ("la valise ou le cercueil"). En effet, Oran, ville en grande majorité européenne (la seule en 1962) peuplée pour beaucoup de descendants d'espagnols n'ayant aucune attaches en métropole, entièrement contrôlée par l'O.A.S., n'avait pas subi l'exode de la plupart des villes d'algérie.

Il était donc nécessaire de faire peur à ses habitants, comme en son temps l'irgoun terrorisait les palestiniens. Fin Juin, les autorités militaires du général Katz, qui menait depuis plus d'un an une guerre exclusive contre l'O.A.S., faisait proclamer par hauts parleurs: "Oranais, oranaise, n'écoutez pas ceux qui vous mentent,... l'armée est ici pour trois ans pour protéger vos biens et vos personnes..." La lutte de Katz

avait été un plein succès politique, les commandos de l'O.A.S. s'étaient repliés en Espagne.

Au point de vue administration, c'était le vide complet, l'exécutif provisoire mis en place lors des déclarations d'intention d'Evian avait passé théoriquement le pouvoir aux représentants du Gouvernement Provisoire, toujours conformément aux déclarations d'intention d'Evian, mais dans la pratique personne ne les remplaçait et ils demeuraient (du moins ceux qui ne s'étaient pas déjà réfugiés en france) dans leur bureaux, sans consignes et surtout sans moyens d'action.

Les luttes d'influence au sein du FLN étaient considérables, les négociateurs d'évian avaient été condamnés et écartés du pouvoir lors de la réunion de Tripoli, mais ils s'accrochaient et le gouvernement provisoire (Ben Khedda), installé depuis l'avant veille au rocher noir près d'Alger craignait à la fois les chefs historiques relâchés par la france (contre son avis, il avait demandé du temps) et l'armée des frontières dirigée par l'ambitieux Boumedienne. Ben Khedda avait également demandé à la france de ne pas ouvrir les barrages immédiatement, la france avait refusé. Ben Khedda venait de destituer Boumedienne lequel avait refusé d'obéir et gardait son commandement, l'armée lui obéissant sans défections notables.

 Ben Khedda, revenu à Alger, lance un appel à manifester pour le trois juillet, date officielle de la proclamation des résultats, comptant balancer les militaires par le poids de la foule. Un certain nombre de manifestations et de défilés eurent lieu, en particulier une partie de la "force locale" ralliée au FLN, mais divisée entre les différentes tendances. A Oran le FLN, apparemment rallié à Ben Bella, enfant du pays, installé à Tlemcen, fait défiler 6 katibas (moins de mille hommes), pour l'essentiel de la force locale ralliée. Boumedienne de son coté avait décidé de faire franchir les barrages ouverts par l'armée française sur ordre de de Gaulle (contre la demande de Ben Khedda) à ses armées du Maroc et de la Tunisie. L'armée du Maroc avait atteint Tlemcen, Ben Bella et Boumedienne y étaient installés et des éléments avancés, en particulier le groupe operationnel de Cheir-Belkacem se trouvaient dans la proximité d'Oran le cinq juillet, date anniversaire de la reddition du bey d'Alger en 1.830, et de la fin de la régence.

 Ben Khedda, de plus en plus inquiet, relance une manifestation dans toute l'algérie pour le cinq, qui reste cependant un jour ouvré. Pour le 5 aussi, à Oran, le capitaine Bakhti (en fait Némiche Djelloul, ex postier à Oran, pilote écrit Harbi de l'équipe qui fit le hold up de la poste d'Oran en 1950) F.L.N. rallié au groupe de Tlemcen, a demandé une manifestation destinée à "concrétiser la réconciliation des européens et des musulmans". La foule musulmane qui envahit le centre d'Oran est tout à fait calme quand vers 11 heures du matin des coups de feu partent. Immédiatement, des éléments FLN en civil mais armés ameutent la foule au cri "c'est l'O.A.S., c'est l'O.A.S., défendez vous" et tirent non sur les toits, mais sur des sentinelles des troupes françaises qui se trouvaient là. Celles-ci ripostent, des hommes en uniforme de l'ALN se joignent alors aux civils et déclenchent la piednoirade que l'on sait (2.500 morts ou disparus) et l'exode de ceux qui avaient décidé d'essayer de rester. On rappellera que ces massacres n'ont pas seulement été le fait de la foule mais que les autorités (en particulier au commissariat central et au petit lac) y ont contribué de bon coeur. Immédiatement, "pour garantir l'ordre" les troupes de l'armée des frontières viennent en masse occuper Oran elles nomment maire et préfet, donnant une base territoriale solide aux ambitions de Ben Bella et (comme l'avenir le montrera) de Boumedienne.

 A qui profite le crime suffirait à pointer les soupçons vers les hommes de Boumedienne, mais il y a d'autres présomptions.

- à Alger, les 24 et 25 juillet un processus semblable a été mis en place, sans succès, et les auteurs de coups de feu, eux arrêtés étaient des membres de la depuis célèbre sécurité militaire de Boumedienne.

- de nombreux européens avaient été avertis par des amis musulmans de ne pas sortir ce 5 juillet, ceci étaye l'hypothèse d'une action concertée.

- l'arrivée de l'armée des frontières à Oran avait été organisée bien avant le 5.

- le FLN a trouvé comme bouc émissaire un incertain Attou, chef de bande incontrôlé, l'affaire a été médiatisée par le commandant Bakhti, ami de longue date de Ben Bella et organisateur supposé de la provocation. Bouteflika, à l'époque, était conseiller militaire de l'armée du Maroc la conception de cette manipulation par lui est tout à fait hypothétique, mais il s'agit là typiquement d'une action dans son champs de compétence. Quant à Attou on sait maintenant que les gendarmes l'avaient livré le 24 Avril à l'O.A.S. qui l'avait immédiatement exécuté, mais semble-t-il il y avait d'innombrables Attou.

 Pour le reste, l'action engagée par les familles des victimes à l'égard du général Katz (qui disposait de 18.000 hommes et les a empêché de secourir les européens assassinés au faciès) (comme pendant toute la durée de la guerre) a été reportée au niveau européen, la justice française ayant rejeté la plainte au prétexte que les crimes contre l'humanité sont une spécificité de Nuremberg et que de toute façon, la loi française ne s'applique qu'en france et que les faits se sont passés dans un état indépendant. Qu'en outre ces crimes "de guerre" sont couverts par l'amnistie, il oublie que la guerre est officiellement terminée depuis le 2 juillet, date à laquelle de Gaulle reconnaît la validité du miraculeux référendum et remet le pouvoir au FLN. La cour européenne de justice a "jugé" en 2.001 que, l'algérie n'étant pas signataire de la convention des droits de l'homme elle n'était pas compétente. Elle oublie que la plainte est contre Katz en particulier et la France en général, mais bon, les vaincus n'ont pas droit à la justice, sinon où irions-nous ?

La mort de Katz ne supprime pas les actions en cours, car elles attaquent toute personne ayant aidé à ce comportement passif (on pensait à Messmer, hélas lui aussi décedé). Par ailleurs les avocats insistent sur les enlèvements de cette journée, d'innombrables personnes dont on est toujours sans nouvelle ce qui fait qu'il n'y a pas prescription, tant que les corps ne sont pas retrouvés. On trouvera ICI http://www.algerie-francaise.org/katz/ un remarquable recension de l'action de Katz à Oran. et ICI la remarquable enquête Jf paya  KLIC

 Il faut encore une fois rendre hommage au capitaine Kheliff, qui, désobéit aux ordres de Katz et sauva la vie de nombreux compatriotes. Le capitaine Kheliff finit sa carrière, en france, comme capitaine. Le général Katz a accumulé toutes les étoiles et les décorations. Le lieutenant Khellif, à la tête de son unité mutée en totalité à la force locale- 430ème unité de la force locale- mais Kheliff n'a jamais accepté cette transformation formelle -sauva par une action d'éclat des centaines d'Européens prisonniers. Voici comment il a raconté la chose sur France- Culture:

"Je commandais la 4e Compagnie du 30eme BPC et ayant des renseignements, comme tous mes camarades, alors que j'étais le seul officier FSNA, disions-nous à l'époque, dans cette unité de chasseurs, unité d'élite, (...)

Ayant eu des renseignements qui m'affirmaient que les membres du FLN ramassaient dans Oran et sur les routes les pieds-noirs et bien sûr les Musulmans qui étaient pro - français, pour les amener dans des camions et les fusiller avant de les jeter dans le Petit Lac, qui, paraît-il, actuellement serait cimenté. (Je préfère parler au conditionnel puisque je n'ai pas vu ces actions, elles m'ont été rapportées).

J'ai téléphoné au colonel commandant le secteur qui était mon patron hiérarchique le plus élevé et à son adjoint. Le commandant m'a dit: "Khellif je comprends très bien ce que vous ressentez, je vous laisse faire selon votre conscience, mais attention! Je ne vous ai rien dit. "

 J'ai considéré cette réponse comme un feu vert et un encouragement. J'ai alors embarqué la moitié de ma compagnie et je me suis dirigé vers le point de regroupement - un des points de regroupement -, qui se trouvait devant l'ancienne Préfecture à Oran qui doit toujours être Préfecture aujourd'hui et là effectivement, j'ai vu, d'un part une colonne, colonne par trois ou quatre, de femmes, d'enfants, de vieillards pieds-noirs, des centaines, qui étaient gardés par la valeur d'une section du FLN et qu'on s'apprêtait à embarquer pour une destination inconnue. Devant la Préfecture, il y avait un planton. Je demande à ce planton où se trouve le Préfet. Il m'a montré un monsieur, petit, costaud, chéchia rouge qui grimpait les escaliers de la Préfecture. J'ai donc en trois enjambées rejoint ce Préfet et je lui ai dit : "Monsieur le Préfet, je vous donne trois minutes pour faire libérer tous ces gens-là. Sinon, je ne réponds plus de rien." Le Préfet en question n'a pas répondu, il est redescendu avec moi et il a été voir le patron de la section du FLN. La palabre n'a pas duré longtemps. Les gars du FLN sont montés dans leur camion, sont partis. le Préfet est venu avec moi et a dit à tous ces braves gens, les pieds-noirs: "Vous êtes libres" Oh! C'était la joie "

[S'étant quelque peu éloigné de son détachement, le capitaine Khellif fut ensuite frappé et blessé par des civils algériens. Ses hommes vinrent le dégager, mais il évita de faire ouvrir le feu.)

Selon les endroits, des militaires de l'armée française contournent l'ordre de consigne du général Katz et se portent au secours des civils malmenés par des éléments de l'ALN. Ainsi en est-il du 67ème RI dans le quartier Delmonte ...

Il faut aussi signaler la réaction des commandos marine qui ont empeché les émeutiers d'acceder au quartier de la marine, et de l'épisode de la gare à l'arrivée du train d 'Alger où l'armée Française à tiré sur les emeutiers ( une compagnie du 5ème RIMA stationnée à la gare d'Oran et cela à plusieurs reprises, très édulcoré dans le JMO ).http://jeanjviala.free.fr/1962_Juillet.htm

  A SUIVRE SUR CE SITE COMPLET "GUERRE D'ALGERIE "au jour le jour:

 
 
 

Ça vaut mieux qu'une longue démonstration.

Taille de notre pays par rapport à l'Afrique !!!

Comme quoi un bon croquis vaut mieux qu'un long bavardage: Tout est dit avec un simple dessin.....Il n'y a que nos "gouvernants" qui ont la "comprenette" difficile.
S'ils étaient intelligents ça se saurait.....
  " C'est pas difficile la politique comme métier ! Tu fais cinq ans droit et tout le reste de travers."

Vitus

 
 
 

  Massacre du 5 Juillet 1962 à Oran (Algérie). 

​                
de Jean-Pierre Lledo 
​                                                            ​
Je précise d’abord que je ne suis pas historien, mais cinéaste. Et que cet épisode de l’histoire d’Algérie m’a intéressé pour plusieurs raisons. Mon enfance s’est faite à Oran et par la suite j’ai toujours gardé le lien avec cette ville, mes amis d’enfance et ceux de mes parents. J’ai été marié avec une Oranaise d’origine arabe. 
​                                                             ​
Enfin, j’ai fait un film (Algérie, histoires à ne pas dire) dont la quatrième partie est consacrée à cette tragédie. J’ai su très tôt qu’il s’était passé quelque chose de terrible le 5 Juillet 1962 à Oran, où je n’habitais plus depuis 1957. 
​                                                             ​
Seules les opinions pro indépendantistes et communistes de mon père qui furent aussi les miennes par la suite, m’ont empêché de vouloir en savoir plus, et ont provoqué chez moi leur occultation de fait, avec la circonstance atténuante que vivant en Algérie, je n’avais aucune liberté d’expression surtout sur ce sujet d’histoire si sensible et dont seul un historien algérien, Fouad Soufi, osa s’approcher, sur la pointe des pieds, et ce seulement après la fin du parti unique, au début des années 90. 
​                                                             ​
Et quand bien longtemps après, habitant déjà en France, chassé par les islamistes, je pus faire un film évoquant entre autres cet épisode, ce film fut interdit. Ici, dans ce premier point de vue, je voudrais émettre quelques avis, qui sont le résultat de mes propres réflexions, fondées sur des témoignages et études que j’ai pu entendre ou lire, d’Algériens arabes et de pieds-noirs, simples citoyens, militaires, ou universitaires. 


​                                     
1 – Bilan.
​                                                   ​
Il y a eu beaucoup de morts ce jour-là. Combien ? Environ 700 d’après les archives françaises auxquelles a pu avoir accès l’historien Jean-Jacques Jordi (Un Silence d’Etat, Ed. Sotéca. 2011). Mais sans aucun doute beaucoup plus, au moins deux fois plus, à mon avis. 
​                                                  ​
L’ouverture des Archives algériennes, celle de l’ALN, du FLN, les registres de l’hôpital d’Oran et des cimetières, l’ouverture des charniers dont certains sont parfaitement localisés, le démontreraient aisément. Mais ne nous faisons aucune illusion, plusieurs générations passeront avant de pouvoir y accéder.
​                                                  ​
  Mais plus que l’aspect quantitatif, ce qui caractérise ce massacre, qui comme tous les massacres conglomère toutes les atrocités imaginables et inimaginables, c’est sa qualité. C’est un massacre raciste. Durant toute la journée du 5 Juillet on fait la chasse au faciès non-musulman. 
​                                                    ​
Un des premiers récits que l’on me fit provient d’un militant oranais éminent du Parti communiste algérien, Jules Molina. Il avait été libéré de prison en Mars 62, de par les ‘’Accords d’Evian’’. Il s’était mis aussitôt au service du FLN qui lui avait demandé de mettre ses compétences techniques au profit de la remise en marche de la CLO (société qui livrait le lait en bouteille et qui était à l’arrêt, suite à l’exode des techniciens pied-noir). Ce qu’il fit. 
​                                                     ​
​​
Le 5 Juillet, il sort en milieu de journée. Aussitôt arrêté, il est mis dans une voiture et emmené sans ménagement au commissariat du quartier déjà bondé d’Européens. Quelques moments plus tard, un militant FLN le reconnait et le libère. Il sait alors qu’il vient d’échapper miraculeusement à la mort. 
​                                                    ​
​​
La femme du troisième président de la république algérienne, Chadli Bendjedid, jeune fille alors, faillit faire les frais aussi de cette terreur ethnique : habillée en robe, elle fut prise pour une européenne, et à ce titre allait être étripée. Et elle ne dut son salut qu’en criant qu’elle était musulmane, ce qu’elle dut prouver illico en disant un verset du Coran, puis en marchant sur le corps de la victime européenne qui était là, comme le tueur le lui intima. 
​                                                     ​
Cet incident qui ne fut pas sans incidence traumatisante sur son psychisme, durant de longues années, est un fait connu et transmis par sa famille. Un peuple, drapé des idéaux de la liberté et de la justice, qui le jour même de son indépendance, censée mettre un terme à un système colonial dit ‘’raciste’’, et qui commet un tel massacre, c’était certes suffisant pour que l’événement soit biffé de la mémoire nationale, le plus vite possible. 
​                                                     ​
Le massacre du 5 Juillet 1962 est donc devenu LE crime fondateur de la nouvelle identité algérienne. Et comme il s’est commis avec l’accord de l’armée française, présente mais, à quelques exceptions près, complice par sa non-intervention, on peut comprendre pourquoi les silences des Etats algérien et français jusqu’à ce jour sont allés se nourrissant l’un l’autre, nullement dérangés par les historiens officiels, français et algériens, plus intéressés à légitimer la guerre d’indépendance du FLN, comme si cela était encore un enjeu historique, qu’à faire leur métier d’historien : dire la vérité de l’histoire. 
​                                                     ​
Ces silences d’Etat ne sont pas près de disparaître, même après le nouveau livre de Jean-Jacques Jordi. Deux ans après la sortie de ce livre, l’Etat français n’a entrepris aucune démarche vis-à-vis de l’Algérie, n’a émis aucune demande. En Algérie, l’unanimisme nationaliste fait de la quasi-totalité des intellectuels, des ‘’intellectuels organiques’’ comme les appelait Gramsci. 
​                           
                          ​
Karim Rouina qui le premier eut le courage dans sa thèse universitaire (faite en France) de communiquer des témoignages très précis d’arrestations, de détention et d’extermination des civils non-musulmans, ne participa jamais à des débats publics à ce sujet...
​                                                     ​
  Quant à Fouad Soufi qui fut le directeur des Archives d’Oran, et qui fut le premier historien à communiquer sur cette tragédie, certes en prenant la précaution de l’expliquer par la violence de l’OAS, quand je lui demandai pourquoi il n’avait pas mené une enquête auprès des chefs FLN d’Oran de cette époque, il me répondit qu’il avait ‘’une famille’’. 
​                                 ​
2 – Le massacre
​                                                       ​
Tous les Oranais qui ont vécu ces 3 journées (le 5, 6, 7 Juillet 1962) savent ce qui s’y est passé : une tuerie à grande échelle. Je n’ai pas rencontré un seul Oranais qui soit en âge de se rappeler qui m’ait dit ne pas savoir. Un vieux militant communiste Tayeb Malki me raconta qu’à la gare d’Oran il vit un homme de 40 ans crier, alors qu’on l’arrosait d’essence, et avant d’être immolé : ‘’Je suis un ouvrier ! Je suis un ouvrier !’’. 
​                                                       ​
Et dans le quartier où il avait dû s’exiler par peur de l’OAS, à Victor Hugo, tout près du petit Lac où l’on jetait les cadavres, il vit un homme tuer un Européen, lui ouvrir le ventre, et manger son foie... Tout comme récemment le commandant de l’opposition syrienne de la brigade Omar Al-Farouq, mutilant puis mangeant le foie du cadavre d’un soldat syrien. (voir la vidéo sur le net). 
​                                                       ​
Le militant communiste qui me raconta cela, savait comme tout musulman un peu lettré qu’en procédant vis-à-vis de ‘’l’ennemi’’ de cette manière, le meurtrier croyait venger le chef militaire Hamza b. Abdalmouttalib, oncle du Prophète Mohamed, qui une fois tué, se fit dévorer précisément le foie... il y a de cela plus de 14 siècles... 
​                                                      ​
Un ex-diplomate algérien de l’ONU, Hadj-Chikh Bouchan me fit lire, puis publia en Algérie, il y a quelques années, un récit personnel sur son adolescence à Oran et son engagement au sein du FLN oranais, ‘’Les barbelés du village nègre’’. Les récits de vie, même reconstruits par la mémoire, me semblent la seule manière de lutter contre le totalitarisme en histoire, et je l’en félicitai. Je lui dis quand même mon étonnement : le récit s’achevait le 5 juillet et il n’avait rien dit de ce qui s’était passé ce jour-là. Sa réponse, devant son épouse, fut celle-ci : ‘’Je n’ai pas pu. Ce que j’ai vu est trop horrible’’. Comme j’insistai, il me raconta le fait suivant
:​
​                                                        ​
Le 5 juillet, il se trouvait dans le quartier ‘’Ville Nouvelle’’. Plus précisément sur la terrasse d’une maison. Plus précisément, avec d’autres jeunes, en train de démonter des revolvers, de les huiler et de les remonter (le jour de la ‘’fête’’ du 5 Juillet...). Un autre jeune arriva et s’empara d’un pistolet abandonné. ‘’Il est enrayé, laisse tomber’’, le prévinrent ses amis. Le nouvel arrivé ne se découragea pas, le démonta, le huila, le remonta, et sortit avec. L’auteur poursuit : ‘’Je le vis sortir de la maison, aller vers un Européen qui passait et lui tirer dessus. (La Ville Nouvelle était un quartier exclusivement musulman durant la guerre, mais l’Européen, peut-être même un sympathisant de l’indépendance, avait cru pouvoir s’y aventurer.). L’homme tomba, mort. Le jeune homme remonta à la terrasse, et dit à ses compères : ‘’Vous avez vu le pistolet n’était pas enrayé’’. Ce fut le plus light des horreurs dont l’auteur put témoigner sans doute pour la première fois depuis 1962. 
​                                                       ​
Des récits de ce type, j’en ai entendu de très nombreux. Ils n’infirment nullement ce que disent les dizaines de survivants européens qui témoignent de leur vécu durant ces journées sanglantes et que l’on peut lire notamment dans les 3 livres de Geneviève de Ternant ‘’L’Agonie d’Oran’’. 
​                                                       ​
Pour ce massacre comme pour celui du 20 Août 1955 dans la région de Philippeville, avec lequel commença vraiment la ‘’guerre de libération’’, il n’y a absolument aucune ‘’guerre de mémoires’’ (dada de l’historien officiel Benjamin Stora). 
​                                                       ​
Algériens arabes et pieds-noirs disent exactement la même chose, la même violence, la même tuerie. 
​                     ​
3 – Qui est l’auteur de ce massacre ? 
​                                                                     ​
Compte tenu du fait que, jusqu’à présent, il n’y a pas encore d’ouvrage satisfaisant sur cet événement, comme ceux par exemple de Roger Vétillard sur les massacres du 20 Août 55 ou du 8 Mai 1945, il y a naturellement beaucoup de réponses. 
​                                                                     
L’OAS. C’est l’OAS ! C’est ce qu’on entend souvent à Oran de la part des militants FLN. 
​                                                                     ​
Le peuple était descendu tranquille pour fêter l’indépendance, et l’OAS a tiré sur lui, suscitant sa furie. Cet argument ne tient évidemment pas. 
​                                                                     ​
Car cela aurait eu pour conséquence de faire démarrer la tuerie à partir d’un seul endroit qui aurait fait tache d’huile ensuite. Or la tuerie a commencé dans la matinée (sans parler des enlèvements des jours et des semaines précédentes) dans tous les quartiers d’Oran, simultanément. 
​                                            
                                                    ​
Certains historiens algériens, tel Soufi, évoquent aussi l’OAS, non pas tant pour situer le démarrage de la tuerie que pour expliquer le degré de fureur populaire où l’on verra des hommes et des femmes, lyncher, crever les yeux, arracher les membres, étriper, etc... 
​                                                                     ​
La violence OAS d’après les ‘’Accords d’Evian’’ l’expliquerait. Raison tout aussi faible que la première. 
​                                                                    ​
Cette violence a été pareille à Alger : voiture piégée du port, mortiers sur Belcourt, etc... Mais là, il n’y eut pas de massacre final... 
​                                                                    ​
Le peuple. Le peuple a effectivement pris sa part au massacre, même s’il y a eu des Justes qui ont prévenu, protégé, caché, sauvé, mais qui, comme dans tous les génocides du monde, n’ont pas représenté plus de 10 à 15% de la population. 
​                                                                     ​
Mais tenter de lui en faire aussi endosser la responsabilité relève de la lâcheté 
​                                                                    ​
  En fin d’après-midi de la première journée, on verra pourtant des officiers (dont j’ai eu personnellement le témoignage dans les années 80 et au moment du tournage de mon film en 2006) de la future Sécurité militaire de Boumediene (MALG à l’époque) intervenant démonstrativement, trop démonstrativement, pour arrêter certains de ces meneurs, et empêcher d’agir quelques massacreurs. 
​                                                                     ​
Et ce, puisque les soldats de l’armée française furent sommés d’observer le massacre sans réagir (à quelques exceptions près). Ces officiers sont aussi en relation avec le Capitaine Bakhti qui dirige les troupes de l’ALN envoyées depuis quelques jours à Oran par le chef d’Etat major Houari Boumedienne, qui avec Ben Bella se trouve à Tlemcen. 
​                                                                     ​
On peut donc dire que la gestion de la tuerie du 5 Juillet 62 a été l’œuvre de deux forces, celle du FLN d’Oran, et celle de l’ALN de Boummedienne. 
​                          ​
4 – Division du travail ou manipulation ?
​                                                                              ​
​​
S’il y a eu objectivement une division du travail entre ces deux forces, cela ne s’est pas fait consciemment et volontairement, pour la simple raison que ces deux forces sont en opposition. Il faut savoir en effet qu’à cette époque, le pouvoir de la ‘’Révolution’’ est bicéphale. Il se partage entre un GPRA (Gouvernement provisoire) qui a une certaine légitimité internationale puisqu’il l’a représentée depuis sa création en 1958, et l’Etat-Major de l’ALN (armée) qui représente la force réelle. 
​                                                                   
C'est Boumediene qui choisira le 1er président de la République, Ben Bella. C’est lui qui le destituera trois années après. C’est la Sécurité Militaire qui dirige en fait l’Algérie jusqu’à aujourd’hui. Or en Juillet 62, le FLN d’Oran ayant prêté allégeance au GPRA, il représente un obstacle dans la marche vers le pouvoir central et vers Alger où se trouve le GPRA. 
​                                                                               ​
Cette marche sera finalisée en Septembre après des affrontements qui font des dizaines de milliers de morts dans la région d’Alger, entre l’ALN de Boumediene et les willayate fidèles au GPRA. A Oran, l’ALN de Boumedienne est représentée par le Capitaine Bakhti et le FLN par le commandant ‘’Abdelhamid’’ ou ‘’Hamid’’, de son vrai nom Chadly Benguesmia (En 2006, j’avais essayé de le rencontrer. Son neveu, avocat, me dit que c’était possible, puis se rétracta, prétextant l’état de santé de l’oncle.) 
​                                                                               ​
Dans la 4ème partie de mon film, un activiste FLN en parle élogieusement, et nous apprend qu’il a dirigé le FLN, durant toute la guerre, en habitant clandestinement à la Marine, le quartier le plus espagnol d’Oran. Puis qu’après les ‘’Accords d’Evian’’ il installe son QG au Petit Lac (périphérie d’Oran). Enfin qu’à l’approche du 5 Juillet, il s’installe plus centralement dans le quartier de la Ville Nouvelle. Or nous savons que la Ville Nouvelle comme le Petit Lac ont été des hauts lieux du massacre d’Européens. Au Petit Lac, où ont été jetés d’innombrables corps généralement mutilés, officiaient les lieutenants d’Abdelhamid, les deux frères Attou. (Mouédène Attou, le cadet vivait tranquillement à Marseille ces dernières années). 
​                                                                               ​
S'il est évident que ces deux forces, bien qu’opposées, ont objectivement collaboré, qu’est ce qui les réunissait ? S’il y a bien quelque chose qui unit le GPRA de Ben Khedda à l’ALN de Boumediene, la seule chose avec l’indépendance, c’est bien le refus de cohabiter avec une forte population de non-musulmans (un million à l’époque, pour 9 millions d’Arabes). Aucune des forces qui a dirigé la ‘’révolution’’ puis après l’Algérie, n’avait imaginé une Algérie multiethnique. L’idéologie ‘’nationale’’, en fait nationaliste, excluait une telle éventualité. 
​                                                                               ​
Et la guerre a été menée dans ce but, du premier jour au dernier. Les victimes civiles non-musulmanes représentent la moitié des victimes militaires. Il y eut donc bien une stratégie de la terreur dont le but était d’inciter les non musulmans à quitter l’Algérie, si possible avant même l’indépendance. 
​                                                                               ​
Or, encore en 1961 et 62, trop de Juifs et de Chrétiens pensent que peut-être il sera possible de rester, et qu’il faut ne pas céder à la panique. 
​                                                            ​
Le message le plus éloquent envoyé à la communauté juive sera l’assassinat de Raymond Leyris le musicien juif de Constantine, le 22 Juin 1961 .
​                                                            ​
Le massacre d’Oran visera lui la communauté pied-noire chrétienne, même si beaucoup de Juifs figurent parmi les victimes. 
​                                                                               ​
Il y a là un double message. A ceux qui avaient projeté de rester : partez ! A ceux qui partis en grande panique, espéraient revenir après l’indépendance, si tout allait bien : Surtout ne revenez pas, restez où vous êtes ! 
​                                                                               ​
Malgré ce but commun, nous l’avons dit, les deux forces n’en étaient pas moins opposées, FLN d’Oran contre ALN de Boumediene. Comment donc s'est faite la gestion concrète du massacre, avant, pendant, et après ? A cette question, comme à d’autres, on ne pourra vraiment répondre que lorsque les archives algériennes seront ouvertes aux historiens (dans un siècle ?).
​                                                                              ​
  En attendant, seul un historien algérien assez courageux pourrait, en interrogeant les survivants qui furent des décisionnaires, nous apporter quelques lumières... Mais je doute qu’il y en ait. La peur est une donnée constitutive de l’intelligentsia des pays totalitaires. 
​                                                                                E​
n l’absence de témoignages de dirigeants et tant que les archives resteront inaccessibles, seules sont permises des hypothèses. Celle d’un chercheur sur cette tuerie, Jean-François PAYA, est celle qui me séduit le plus, car elle permet d’expliquer deux démarches apparemment contradictoires : mettre le feu puis l’arrêter. Selon lui, l’ALN de Boumediene aurait été pyromane puis pompier. 
​                                                                              ​
La Sécurité Militaire (alors MALG, Ministère de l’Armement et des Liaisons Générales) a, depuis, fait montre de tout son savoir en matière de manipulation. Le 5 octobre 1988, notamment, en apparence une révolte de la jeunesse sur l’ensemble du territoire algérien (alors qu’aucune organisation d’opposition n’était en mesure de coordonner une telle action), s’avéra par la suite le résultat d’une manipulation de la SM, visant à modifier l’équilibre du pouvoir, en intégrant les islamistes dans le champ politique légal. 
​                                                                             
C​onnaissant les coups tordus de toutes les polices secrètes, on peut très bien imaginer qu’à Oran, fin Juin 62, la Sécurité militaire lance l'opération, laissant croire au Commandant Abdelhamid, le chef du FLN d’Oran, qu'il est le décideur, le laissant opérer suffisamment de temps, pour que la terreur s’empare des non-musulmans, pour, en fin de parcours, commencer de façon très démonstrative à s'y opposer... Boumediene gagne ainsi sur tous les tableaux : 


​                      ​
- Les Européens et Juifs se précipitent vers les bateaux et les avions...
​                                                                                                                    ​
L'opinion internationale, et surtout la France, sont rassurées : l’ALN de Boumediene représente une garantie de stabilité interne, à un moment où l’Afrique post-indépendance est en plein chaos et guerre civile... Légitimée par sa force militaire, l’ALN va gagner aussi une légitimité politique internationale. Les ordres de De Gaulle au Général Katz de ne pas intervenir pour sauver du massacre les Oranais (citoyens français !) peuvent aussi s’expliquer par le fait que la France tient à être bien représentée auprès des nouvelles autorités...
​                                                                                         ​
  Et quelques mois plus tard, Hervé Bourges  deviendra le conseiller spécial de Ben Bella (!!!). 
​                                  ​
5 – Conclusion. 
​                                                     
 
En 2006, pour filmer le quatrième épisode de mon dernier film, ‘’Algérie, histoires à ne pas dire’’, j’avais choisi le quartier de la Marine, avec sa fameuse Calère, car elle était peuplée à peu près également d’Arabes et de Pieds-noir d’origine espagnole, tous aussi pauvres les uns que les autres et parlant tous l’espagnol (les vieux oranais arabes le parlent encore entre eux !). 
​                                                       ​
Les résultats de mon enquête préliminaire me laissèrent penser que ce quartier avait été l’exception du 5 juillet à Oran. Partout on avait tué, sauf là. 
​                                                       ​
J’avais voulu y voir la conséquence d’une sorte de fraternité quasi-prolétarienne. Jusqu’au moment où vers la fin, le personnage le plus assimilé à la culture pied noir lâcha le morceau : dans la maison appartenant à son beau-père, chef du FLN du quartier, où lui-même habitait, avait été détenus, le 5 Juillet 62, une trentaine de Pieds-noir, dont même un couple communiste.
​                                                      ​
  ‘’Que leur était-il arrivé’, lui avais-je demandé ? Avant tournage, il passa en silence la main sur sa gorge. Devant la caméra, il bafouilla et se contredit plusieurs fois en quelques minutes. Il était là, questionné par mon personnage principal, un jeune metteur en scène de théâtre avide de vérité depuis qu’enfant il avait entendu les récits de tuerie de sa tante qui à l’âge de 12 ans se trouvait au Petit Lac, le 5 juillet...). 
​                                                       ​
Ainsi, il n’y avait pas eu d’exception à la Marine. Ici comme ailleurs, la rage nationaliste et la haine ethnique avait pareillement fonctionné, chez ceux-là mêmes qui avaient tété des femmes espagnoles, puisque que dans ce quartier presque tous étaient frères de lait... 
​                                                      ​
Durant ce tournage, un ami d’ami me proposa d’aller filmer sa mère, une responsable FLN de la Ville Nouvelle à cette époque, et qui, selon lui, avait elle même tué. Prenant garde de ne pas tomber dans une provocation, qui aurait pu mettre en péril le tournage de l’ensemble de mon film qui comportait trois autres parties, je m’en tins à mon plan initial et au quartier choisi.
​                                                            ​
Ce qui est sûr, c’est que le 5 Juillet 62 pèse lourd, très lourd sur la conscience des Oranais, qu’ils aient été des témoins actifs ou passifs de ces événements. 
​                                                      ​
Quand je demandai s’il avait vu quelque chose à mon copain d’enfance Smaïn qui lui se trouvait à Oran le 5 juillet (à Oran, inutile de dire le mot ‘’massacre’’. Évoquer le ‘’5 Juillet 62’’ suffit...), voici quelle fut réponse : 
​                              ​
‘’Tu sais Jean-Pierre, quand on se rassemble entre copains de l’époque, on se dit que ce qui nous arrive à présent (la terreur islamiste), c’est pour payer ce qu’on a fait le 5 Juillet...’’. 
​                                                                    
                                                                                                                                                 ​
13 Octobre 2013, Jean-Pierre Lledo
 
 
Le grand mensonge Aquarius
 
 

Communiqué de presse du 26 juin 2018
Macron en Bretagne : les anti-européens sont des lépreux !!!

Notre président, en visite en Bretagne a déclaré, entre autres :

« Je vous demande de ne rien céder, dans ces temps troublés que nous vivons, de votre amour pour l’Europe. Beaucoup la détestent, mais ils la détestent depuis longtemps, et vous les voyez monter, comme une lèpre, un peu partout en Europe, dans des pays où nous pensions que c’était impossible de la voir réapparaître. »

En comparant à des lépreux les opposants à l'Europe de Bruxelles, Macron montre qu'il n'a rien compris à la nature des oppositions à cette Europe (qui n'en n'a que le nom, car elle ne défend absolument pas l'identité européenne). A quoi cela sert-il de se montrer insultant ?


Par ses insultes récentes à leur égard, Macron montre aux patriotes européens qu'ils n'ont pas grand-chose à attendre de lui...Souhaitons que la crise actuelle des « migrants » ouvre les yeux de nos responsables politiques, afin qu'ils nous évitent de vivre le « Camp des saints »...
 
 
Je vous adresse cette nouvelle qui , dans les circonstances actuelles fera du bien à nombre de nos amis.

Un grand merci aux " ACARIES " pour ce livre , ces écrits si plein de vérités.
Merci de faire suivre l'information .....et souhaitons  leur un grand succès
 
 
 
Les BRIGANDES...
 
 

Moins le peuple en veut, plus on lui impose cette provocation que les têtes dites bien pensantes appellent musique RAP.

 

Personne n’avait donc pensé à vérifier ce qui allait être chanté à l’Élysée ?

 Aujourd'hui

Des paroles vraiment « adorables », fraîches et primesautières : « ne t’assieds pas salope s’il te plaît »…« Danse enc… de ta mère, danse »…

Gabrielle Cluzel

Ecrivain, journaliste

Son blog

 

Sur le compte Twitter de l’émission « Quotidien », présentée par Yann Barthès sur TMC, on peut lire la petite phrase espiègle suivante : « Hier, il y avait une grosse soirée pour la Fête de la Musique, et on a adoré traduire certaines paroles qui ont résonné dans le palais présidentiel. »

C’est vrai que c’est le mot qui convient, des paroles vraiment « adorables », fraîches et primesautières : « Ce soir, brûlons cette maison, brûlons-la complètement » (L’Élysée ?), « Les femmes et la beuh », « Ne t’assieds pas, salope, s’il te plaît » (le monsieur qui chante est poli, mais plutôt sur la fin, c’est mieux que rien), « Danse, enc… de ta mère, danse », « Je suis avec six mannequins », « T’es vénère parce que je me suis fait sucer la b… et lécher les c… » Mais qui tutoie-t-il en cette soirée du 21 juin ? Sûrement pas le maître des lieux, que l’on sait, depuis deux jours, chiffonné par le simple diminutif « Manu »… mais qui n’a, semble-t-il, pas jugé utile de remettre dans l’axe sèchement, comme il en a le secret, les chanteurs aux propos violents, sexistes, grossiers et faisant l’apologie de la drogue. À moins qu’Emmanuel Macron ne comprenne pas l’anglais ? Ou que seuls les porcs francophones méritent d’être balancés ? Ou bien encore, comme Michel Sardou, trouve-t-il tellement plus mignon de se faire traiter de c… en chantant ?

Et dire que l’on disait qu’au moins, celui-ci, avec sa classe et sa distinction naturelles, habitait la fonction présidentielle. Et dire que l’on prétendait qu’il verrouillait tout, contrôlait tout, orchestrait tout au millimètre près… La précaution qu’aurait prise le moindre des patrons de PME pour son spectacle de Noël, le plus obscur petit maire conviant ses administrés à la fête du village, il l’a donc négligée ? Il n’a donc confié à personne la mission de vérifier la décence des propos des artistes invités ? Ou bien va-t-on prétendre, comme pour Médine, qu’il ne faut voir là que du quatrième degré et qu’il s’agit, au contraire, d’une ode pudique à la féminité et aux valeurs citoyennes ?

En ce lendemain de fête de la Musique, exit Macron, bienvenue Mallande ou Hocron. L’un avait été plombé par Leonarda, l’autre risque bien de traîner longtemps sa surréaliste fiesta.

 


 
 

Voici comment cela fonctionne : 

Les habitants d'un village africain se cotisent pour payer le passeur du futur migrant :

  En général cela coûte entre 3 et 5 000€ !!

 A charge pour lui, une fois en Europe, de rembourser les villageois !!

Avec Western Union !!!

 Et ainsi de suite ... Sacrée mutuelle non ?!!!

 En Afrique tout fonctionne suivant ce principe !!!

 Le transbordement du continent africain à européen NE S'ARRETERA pAS !!!!

Il n'y a pas si longtemps, JM Le Pen l'avait prédit !!

Et tous les "merdias" ont crié au scandale !!!

 
 
De « En Marche » à « n’importe quoi sur les marches » de l’ Elysée il n’y a qu’un pas... pour ridiculiser la France !
 
 
 
 
1) Le Café Histoire de Toulon  vous rappelle la causerie sur « Antoine Mauduit,   ». par le prifesseur d'histoire Philippe Franceschetti. Cette causerie aura lieu le dernier mercredi du mois, le27 juin 2018 au pub des Missionnaires de la Miséricorde Divine, Le Graal ( 377 avenue de la République , 83000 Toulon - entrée gratuite).
Notre ami Philippe Franceschetti vient de réaliser la biographie d'une trajectoire atypique de la résistance qui apporte une nouvelle fois la preuve de ambivalences de la période 1940-1944. Elle illustre l'importance qu'a pu revêtir la religion catholique - et ici Notre-Dame de la Salette - dans l'engagement résistant et plus particulièrement vichysto-résistant. L'auteur nous fera découvrir comment Antoine Mauduit a créé une communauté ( « La chaine ») promouvant les valeurs de la Révolution nationale comme l'écologiste retour à la Terre, la moralisation de la nation et la mission de rechristianisation. Un résistant « catho-écolo-identitaire » qui fera basculer François Mitterand dans la résistance après avoir été décoré de la francisque du Maréchal. Une histoire à découvrir pour nous libérer de « l'historiquement correct ».
 
 
Vidéo débat sur Aquarius et immigration clandestine

on peut enfin écouter des remarques de bon sens à 5' 15" en ayant à supporter ou en se passant du discours langue de bois de Éd. Philippe et "bisounours" de l'avocate qui soutiennent en réalité les initiatives criminelles cachées de Soros, de députés socialistes et de journalistes et écouter Goldnadel...les deux journalistes sont des propagandistes pro-immigrationnistes et des mondialistes ...et dire que l'indépendantiste Siméoni se déclare ...humaniste...

 
 
 
 
 
 
 
Les Allemands ne rendirent pas son sabre au capitaine De Gaulle, suite à sa lâche conduite avant d'être fait prisonnier...
 
 

Deuxième imposture :  L' »historique » appel du 18 juin lancé par le général de Gaulle.

 

Il faut que cela se sache : « historique » entre guillemets car cet appel n'a été écouté que par une infime minorité de Français. A l'époque ils avaient bien d'autres préoccupations plus graves que d'écouter radio Londres. D'ailleurs pourquoi auraient-ils dû l'écouter ? L'appel deviendra historique quelques jours plus tard après avoir été enregistré et remanié.

 

L'appel qui est ainsi célébré est un « faux ».

 

En effet, devant l'échec total de son premier appel du 18 juin, auquel n'avait répondu aucun chef militaire des trois armées, même pas les officiers qui avaient été sous son commandement, aucun homme politique, aucun diplomate, etc. de Gaulle se trouve à Londres totalement isolé et sans mission officielle. Le gouvernement français lui ordonne de rentrer en France, « sous peine d'être jugé comme déserteur ».

 
 
 
Faudra-t-il montrer patte blanche ??
 
 
Le troublant silence de Monsieur Eric CIOTTI
 
 

Décidément, l’affaire dite du Bataclan n’en finit pas de livrer des secrets dérangeants pour le pouvoir : le pouvoir exécutif, le ministère de l’Intérieur et celui de la Défense.

 

Car et les soldats en armes, ceux de Sentinelle, et les gendarmes affectés à la protection du Premier ministre Manuel Valls – qui étaient tous dotés d’armements suffisants pour intervenir – ont reçu l’ordre de ne pas aller au contact.

Pire, les 25 gendarmes de Valls sont entrés dans le Bataclan, en ont extrait un otage puis ont reçu l’ordre de se replier.

Comment expliquer l’inexplicable ?

Ces informations incroyables ne figurent pas dans le document de synthèse de la commission parlementaire qui a enquêté sur les attentats de Paris de 2015 (Charlie Hebdo et 13 Novembre).

Depuis plusieurs jours, comme débordant d’un égout, des informations relatives à des ordres hiérarchiques bloquant l’intervention de policiers ou de militaires arrivent aux oreilles du public, et surtout des familles des victimes (130 morts et 413 blessés).

La version officielle, figée pour le système médiatico-politique, est de plus en plus remise en question par ces révélations, et on ne parle même pas des réponses qui manquent à ces questions légitimes : quid du quatrième tireur ? Quel est le sens d’une prise d’otages après un massacre ? Avec qui les terroristes du 1er étage étaient-ils en contact téléphonique ?

Nous avons visionné sur Netflix les trois documentaires des frères Naudet sur les attentats de Paris et Saint-Denis. Jules et Gédéon avaient déjà sorti un film sur le 11 Septembre à New-York. Certains témoignages ne concordent pas avec la version officielle ou du moins ouvrent des brèches dans sa cohérence.

Nous reviendrons sur l’empressement des deux terroristes survivants, sur leur amateurisme éclatant, et sur les discours étranges de Cazeneuve et Hollande...

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=pyPku5Khmqc

 
 
 
 
 
Parti gaulliste: parti de MENTEURS ???
 
 

Pas faux... !!!!

le dernier mot revient à l’honnête Moussa...

.UN Malien comme lui....et qui est resté au pays.. !               H.D

 

Quand Mamoudou le héros se moque de nous !

N’y a-t-il as indécence à avoir regagné sa terre natale aussi vite, et en star du pays ?

Floris de Bonneville

Journaliste


Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma

 

Une information est passée inaperçue, aussi m’empressé-je de vous la livrer brut de pomme, comme le veut l’expression populaire.

Brut de sa brutalité, tellement elle parait énorme !

Le retour de notre héros national – enfin, celui de la grande presse et de tous ceux qui acclament l’épopée de l’Aquarius.

Celui d’un rescapé de la Méditerranée qui a englouti tant de ses semblables.

Je veux parler de Mamoudou Gassama, le migrant araignée.

Samedi, après un voyage sans histoire dans le ciel méditerranéen de quelques heures, il est arrivé à Bamako – qu’il avait pourtant fui, aurait-il pu dire au Président Macron, car son pays était en guerre et qu’il y risquait sa vie tous les jours dans son petit village de Yanguiné .

Brandie par une dizaine de groupies, entourées d’une petite centaine de jeunes, une immense toile fêtait le retour de « notre héros Mamoudou Gassama » sur l’aéroport Modibo-Keïta-Senou.

La journaliste de TV5 Monde y allait, elle aussi, de ses éloges, y voyant une foule immense attendant son paladin qui n’avait pu, faute de papiers, dit-elle, revenir dans son pays depuis 2013.

C’est donc avec de tout récents papiers français que le héros est revenu au pays.

Un billet payé par qui, d’ailleurs ?

Fier comme on peut l’imaginer, star d’un pays en guerre, jeune homme qui a refusé de porter l’uniforme pour défendre son pays contre les djihadistes qui tuent tous les jours ses compatriotes.

Et dont, d’ailleurs, on se demande s’il ne revêtira jamais l’uniforme des sapeurs-pompiers de Paris à qui il avait rendu une visite de courtoisie sur invitation du Président Macron, et dont il avait pourtant appliqué à la lettre la devise « courage et dévouement ».

N’y a-t-il pas indécence à avoir regagné sa terre natale aussi vite, et en star du pays ?

Indécence par rapport aux 22 soldats français tombés au Mali qui sont morts pour que des Mamoudou puissent vivre, libres, dans leur pays ?

Indécence par rapport au président de la République française qui doit regretter – on l’espère – à cette heure d’avoir aussi vite reçu ce migrant si empressé à regagner son pays et qui, en somme, s’est bien moqué de lui et de la France ?

Comme tous ces Maliens venus accueillir leur héros d’un jour et pour lesquels la France envoie ses soldats affronter le terrorisme islamiste.

Ne feraient-ils pas mieux d’ovationner nos soldats plutôt que de faire la fête à ce jeune migrant devenu immigré répondant, debout dans une voiture découverte, à leurs acclamations ?

Sur le site de PressAfrik.com, un certain Moussa commente son arrivée ou son retour au pays avec ces mots crus et cruels : « C’est un connard, il rentre chez lui et apparemment il est en sécurité alors qu’il est venu demander l’asile en France donc à cause de lui on va dire que les autres aussi peuvent rentrer chez eux sans problème pour leur sécurité ! Un pauvre con africain, sans intelligence ! »

Combien étaient réellement en danger chez eux parmi ceux qui sont sur l’Aquarius ?

 
 

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2018_______MARDI 19 JUIN 2018 HISTOIRE - GÉOGRAPHIE

Sujet - L’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie : la question des harkisConsigne :en confrontant les documents, montrez l’évolution des mémoires de la guerred’Algérie, les débats à ce sujet et le travail de l’historien. Soulignez notamment commentle document 2 nuance le document 1.Document 1 : L’histoire des harkis, une histoire en constructionL’histoire des harkis embarrasse politiquement autant la gauche que la droite. Lesgaullistes peuvent difficilement intervenir dans le débat sachant la responsabilité dugénéral de Gaulle. Et la gauche ne pouvait pas entendre cette histoire pendantlongtemps :elle avait soutenu le FLN, comme une nécessité à l’évolution du Tiers-Monde[…]. Mais on peut être optimiste aujourd’hui, cinquante ans après. Les choses changent iciet en Algérie. Ici parce que les archives s’ouvrent et qu’il y a une génération de nouveauxchercheurs qui continue. Petit à petit, on va savoir plus de choses. En Algérie, j’ai un peuplus de doutes tant que le FLN sera au pouvoir. Mais je crois honnêtement […] que,cinquante ans après, il est enfin possible d’analyser les faits avec plus de raison que depassion. Il est enfin possible de passer de la mémoire blessée à une histoire apaisée,d’imaginer une sorte d’amnistie générale – mais une amnistie sans amnésie - et donc dedépasser ces silences, d’aller au-delà de tout ce que l’on nous a caché ou déformé sur laguerre d’Algérie en général et les harkis en particulier. En conclusion de mon livre, jereprenais la phrase de Nietzsche : « les vérités que l’on tait deviennent vénéneuses ». Ilest temps d’arrêter d’empoisonner l’avenir des relations franco-algériennes, de restervigilants, certes, face aux réécritures, mais de rester optimistes. La vérité est en marche etcomme disait Zola, « quand la vérité est en marche, rien ne l’arrête ».

 

M. Hamoumou, « Silence et refoulements de l’histoire des harkis »,Actes du colloque du 29 et 30 novembre 2013 : Les harkis, des mémoires à l’histoire, Riveneuve édition, 2014.
 
 
Extraits parus dans  “Présent” :
 
 
 
Je suis née à Paris et arrivée à Marseille à l’âge de sept mois. Marseille est ma ville et celle de ma famille maternelle depuis des générations. Une partie de ma famille est enterrée au cimetière de Mazargues. Pratiquement, chaque quartier, que l’on appelle ici « noyaux villageois », porte le nom d’un saint et a son église. Marseille est une ville avec une histoire des plus riches : grecque, romaine, ligure, provençale et profondément française. C’est aussi le premier port où sont arrivés nos compatriotes pieds-noirs et harkis qui ont été si indignement et ignoblement accueillis par Gaston Deferre après l’infâme trahison des Accords d’Evian.
 

L’islamisation de la ville est un fait. En ce moment, Marseille vit à l’heure du ramadan.

Le désespoir est une sottise en politique, il n’est jamais trop tard pour proposer à tous les Marseillais qui aiment la France de la défendre. 240 morts en France au nom d’une idéologie religieuse meurtrière : déposer des bougies et des fleurs c’est gentil mais ça ne sert à rien. Lutter contre le laxisme judiciaire, faire appliquer la loi tout simplement, c’est ça aussi le travail du député. C’est pour cela que nous devons former un groupe à l’Assemblée. Le Front national avec Marine Le Pen est le seul parti d’opposition crédible face au gouvernement Macron.

Mélenchon, Les Républicains et En marche ne sont pas crédibles. Pris un à un, ils représentent très peu d’électeurs. Quant au candidat Guy Teissier, on le distingue mal désormais de son adversaire d’En Marche: il a soutenu Fillon qui a appelé à voter Macron sans même attendre 20 h 15 le 23 avril. Il distribue le programme de Baroin qui drague Macron, il soutient la majorité Muselier-Estrosi à la Région et c’est de cette majorité qu’est issue Mme Leprettre, qui est candidate En Marche… Guy Teissier meurt de peur de perdre ses dernières prébendes et essaie de sauver son 6e mandat ! Pour un homme qui dans sa jeunesse a été au PFN, il se serait grandi en se positionnant clairement en faveur de Marine Le Pen mais il a définitivement claqué la porte à ses convictions préférant ses dernières ambitions.

Mon principal adversaire c’est l’anti-France. C’est pour cela que j’appelle chaque électrice et électeur de cette 6e circonscription à me choisir, à choisir le Front national, à choisir la France.

 
 
 
 

Comment faire face à la censure que subit TV Libertés ?

 

Madame, Monsieur,

A tous ceux qui se mobilisent pour nous venir en aide financièrement depuis l'annonce de la censure de la chaine TV Libertés, merci infiniment.

A cause de la suppression brutale de la chaine youtube TVL, sans les habituels avertissements, sachez qu'à l'heure actuelle, plus de 100 000 de nos téléspectateurs ont perdu le contact avec votre chaine préférée. 

Youtube a décidé de les abandonner, mais nous, nous n'allons pas les abandonner : pour cela nous avons  besoin de votre mobilisation à tous.


TOUT D'ABORD, FAITES PASSER LE MESSAGE : LE POINT DE RALLIEMENT POUR TOUT LE MONDE SE NOMME WWW.TVLIBERTES.COM :  c’est le site de TV Libertés.

Nous vous appelons  à former une immense chaine de la complicité et de la solidarité.

Pour ce faire, c'est très simple : 

Vous allez inciter massivement vos proches, vos familles, vos amis, vos réseaux sociaux, à s'inscrire à la lettre d'information de TV Libertés, et à rentrer leurs coordonnées pour qu'ils gardent le contact avec la première chaine de réinformation en France.

IL SUFFIT DE LEUR FAIRE PARVENIR LE LIEN CI-DESSOUS, ET DE LEUR INDIQUER DE RENTRER LEURS COORDONNÉES ET AINSI DE DONNER LEUR ACCORD  POUR QU’ILS REÇOIVENT TOUT COMME VOUS, NOS INFORMATIONS QUOTIDIENNES.


https://www.tvlibertes.com/abonnement-lettre-information-tv-libertes (lien à diffuser)

Toutes les équipes de TV Libertés qui s'activent activement sur le front de la lutte contre la censure vous remercient d'avance et comptent sur vous.

 
 
 
Extraits parus dans  “Présent” :
 
 
 
Je suis née à Paris et arrivée à Marseille à l’âge de sept mois. Marseille est ma ville et celle de ma famille maternelle depuis des générations. Une partie de ma famille est enterrée au cimetière de Mazargues. Pratiquement, chaque quartier, que l’on appelle ici « noyaux villageois », porte le nom d’un saint et a son église. Marseille est une ville avec une histoire des plus riches : grecque, romaine, ligure, provençale et profondément française. C’est aussi le premier port où sont arrivés nos compatriotes pieds-noirs et harkis qui ont été si indignement et ignoblement accueillis par Gaston Deferre après l’infâme trahison des Accords d’Evian.
 

’islamisation de la ville est un fait. En ce moment, Marseille vit à l’heure du ramadan.

Le désespoir est une sottise en politique, il n’est jamais trop tard pour proposer à tous les Marseillais qui aiment la France de la défendre. 240 morts en France au nom d’une idéologie religieuse meurtrière : déposer des bougies et des fleurs c’est gentil mais ça ne sert à rien. Lutter contre le laxisme judiciaire, faire appliquer la loi tout simplement, c’est ça aussi le travail du député. C’est pour cela que nous devons former un groupe à l’Assemblée. Le Front national avec Marine Le Pen est le seul parti d’opposition crédible face au gouvernement Macron.

Mélenchon, Les Républicains et En marche ne sont pas crédibles. Pris un à un, ils représentent très peu d’électeurs. Quant au candidat Guy Teissier, on le distingue mal désormais de son adversaire d’En Marche : il a soutenu Fillon qui a appelé à voter Macron sans même attendre 20 h 15 le 23 avril. Il distribue le programme de Baroin qui drague Macron, il soutient la majorité Muselier-Estrosi à la Région et c’est de cette majorité qu’est issue Mme Leprettre, qui est candidate En Marche… Guy Teissier meurt de peur de perdre ses dernières prébendes et essaie de sauver son 6e mandat ! Pour un homme qui dans sa jeunesse a été au PFN, il se serait grandi en se positionnant clairement en faveur de Marine Le Pen mais il a définitivement claqué la porte à ses convictions préférant ses dernières ambitions.

Mon principal adversaire c’est l’anti-France. C’est pour cela que j’appelle chaque électrice et électeur de cette 6e circonscription à me choisir, à choisir le Front national, à choisir la France.

Eléonore BEZ

 
 
RAPPEL: Pour les Pieds-Niais Cupides et Amnésiques qui fréquentent les héritiers du gaullisme. (des Pigeons, en somme...) HC
 
 
Paule Madeleine Lartigue D'oranie

Merci pour la photo à Algerazur.

LE PLAN SIMOUN.

Pour mettre les points sur les "i" de certains qui pensent que la jeunesse pied noir s'est défilée.....
Ce SATANIQUE DE GAULLE AVAIT PENSE A TOUT.

*
Juin 1962. 
Plusieurs Noratlas en provenance d'Algérie atterrissent sur l'aéroport militaire de Strasbourg. Par dizaines, des jeunes gens descendent, encore étourdis des 4h45 qu'à duré ce voyage pénible et bruyant. 
Partis de Boufarik le matin pour une "destination inconnue", ils se retrouveront le soir incorporés dans différents régiments des Forces Françaises en Allemagne, à plus de deux mille kilomètres de leurs familles et de leurs proches. Seule consolation, si on peut dire : un papier de l'administration militaire attestant de leurs premières heures de vol. 
C'est réglementaire, et peut servir à leur avancement... 
Quelle dérision par rapport à ce transbordement brutal subi au mépris d'autres règlements ! 
Cette opération -pudiquement dénommée "appelés anticipés" par la presse -reste toujours largement méconnue des historiens. 
Nom de code militaire : Simoun.

De quoi s'agit- il ? Laissons parler les faits. Il suffit de relire La Dépêche d'Algérie (17 Mai 1962, page 3).

Conseil des Ministres du 16 Mai 1962. M. Pierre MESMER a fait approuver le principe d'une ordonnance sur la mobilisation des jeunes gens de 19 ans résidant en Algérie. Ce principe a été retenu par le Conseil.
" Les événements actuels en Algérie, a déclaré M. Alain PEYREFITTE, rendent souhaitable que des jeunes gens y soient soustraits dans toute la mesure du possible aux influences subversives des milieux qui les entourent, qu'ils soient protégés contre les actes qu'inspirent ces influences."

On ne saurait être plus clair : il s'agit bel et bien d'organiser une rafle, de déporter des jeunes gens susceptibles de militer pour l'OAS, et donc susceptibles de contrecarrer la politique du Général de GAULLE.

Mais si le gouvernement veut mettre les formes, la manière se charge de démontrer que l'intention humanitaire reste un leurre. De la mobilisation des jeunes gens de 19 ans, on glisse vite (cf. arrêté d'application du 22 Mai) aux "jeunes gens domiciliés à Alger et Oran" sans faire référence à l'âge.
En l'absence d'étude sérieuse sur cette opération et la population qu'elle a touchée, on en est pour l'instant réduit à réunir quelques éléments épars. Ce qui est sûr, c'est que de jeunes sursitaires - des étudiants, notamment - verront leur sursis brutalement résilié au mépris de l' engagement de la parole de l'Etat... 
Par ailleurs, certains "appelés anticipés" ne répondront pas à un tel appel, tombant alors sous le coup de la désertion...

Lors du vote sur une motion de censure, le 4 Juin, M. RENUCCI s'insurge contre cette "discrimination territoriale et raciale" et évoque le "traumatisme psychologique dont souffriront ces jeunes incorporés dans les unités de Métropole : on leur impose une sorte de STO, on leur fait porter moralement une étoile jaune". (La Dépêche d'Algérie, 5-6 Juin 1962).

Le gouvernement n'a cure de telles remarques. Une dépêche de l'Agence France Presse (reprise par La Dépêche d'Algérie du 8 Juin 1962) annonce
:"1.500 jeunes mobilisés d'Algérie sont attendus au Bourget. Paris (AFP) ? Environ 1.500 jeunes Français d'Algérie appelés sous les drapeaux sont attendus du 7 au 12 Juin à la base militaire du Bourget à bord d'avions spéciaux affrétés par le ministère des Armées. Le premier des dix-huit avions prévus pour cette période devait atterrir dans la soirée d'hier, en provenance de Boufarik, et ayant à bord 85 jeunes conscrits."
La dépêche d'Algérie du même jour titre en dernière page :"400 jeunes Algérois "mobilisés anticipés" ont "rejoint". Ils seront acheminés aujourd'hui sur la Métropole et, surtout, sur l'Allemagne."
En terre germanique, au moins, ces jeunes n'entraveraient pas la politique gaulliste en Algérie...

Les opérations continueront encore après cette date puisque on sait que le 16 Juin des Noratlas en provenance de Boufarik atterriront à Strasbourg...

Alors, question : combien de jeunes gens ont été touchés par ce qu' il faut bien appeler une rafle ? Et pourquoi les historiens sont si peu bavards à ce sujet ?

*

TEMOIGNAGE:
"Quand en 1962, j' ai quitté l'Algérie grâce au fameux "Plan SIMOUN" des sursitaires, nous avons mes camarades et moi au moment du départ entonné "Le Chant des Africains" sur l' aérodrome militaire de Maison Blanche.
Immédiatement nous avons été "braqués" par des soldats Français.
On nous a déclaré qu' il s'agissait d' un "chant séditieux" et qu' il était interdit de le chanter.

*

http://algerazur.canalblog.com/archiv…/…/06/06/32174267.html

*
Le plan Simoun ou la mobilisation anticipée des conscrits européens d’Algérie en juin 1962
https://rha.revues.org/7584#tocto1n1

*
Le plan Simoun la conscription obligatoire des jeunes Français d'Algérie en mai 1962.
http://babelouedstory.com/thema_l…/histoire/12036/12036.html

*

http://alger-roi.fr/…/pages_liees/410_plan_simoun_pnha21.htm

 

 
Tolérance ??
 
 

Bien chers amis,

Juste la confirmation d'une info encore incertaine mais qu'il me faut vous signaler :

Selon des sources diverses recoupées entre elles, il semblerait que le film de G-M. BENHAMOU sur le massacre du 5 juillet à Oran (film commandé par FR3 et co-financé par la région PACA), et qui doit être officiellement présenté et projeté à Nice ce prochain 5 juillet, serait construit de manière à dégager de toute responsabilité les organisations FLN de la ville de cet affreux carnage.

Le coupable serait tout trouvé, vous devinez sans peine lequel :

Du fait de ses ... [multiples attentats terroristes contre la population musulmane de la ville dans les 6 premiers mois de 1962]... Ce qui aurait provoqué une ...[incontrolable réaction spontanée de sa part au moment des fêtes de l'indépendance]...

Les citations en italiques proviennent du livre de Guy PERVILLE "Oran, 5 juillet 1962 / Leçon d'histoire sur un massacre". Livre paru en mai 2014. Et que j'ai analysé et critiqué dans le N° 151 de notre revue de septembre 2015.

Il s'agit d'une simple rumeur pour l'instant. Mais cela ne serait nullement étonnant quand on connait les bonnes relations qui existent entre Mrs PERVILLE et BENHAMOU, et la participation du premier à ce film que nous allons bientôt découvrir sur FR3 National.

Cela irait dans le sens de la volonté permanente des "historiens" engagés : exonérer les forces FLN rivales de l'époque (ALN des frontières, et/ou GPRA d'Alger) de toute responsabilité effective dans l'organisation de ce massacre.

Donc exonérer l'Algérie d'aujourd'hui de toute responsabilité historique. Tout en admettant cependant que ce massacre fut bien l'acte matériel et spontané d'une population musulmane poussée à bout...

L'OAS-Oran devenant alors, et contre toutes les évidences, le bouc émissaire idéal pour endosser la responsabilité historique de cette monstruosité. Celle-ci sera bien en peine pour se défendre.

Le massacre de l'Histoire continue... Bon, je sais, rien n'est sûr, et l'on va me dire qu'il vaut mieux attendre. 

C'est vrai ; alors, attendons....

Si durant ces vacances, vous avez l'occasion de le voir, n'hésitez pas à me le signaler par un petit message.

Bien amicalement à vous, et bonnes vacances à chacun.

G. Rosenzweig

 
 

Le conseil départemental de l’Hérault devrait voter, lundi 25 juin 2018, une aide de 357 000 € au profit de l’association AVITARELLE. 
Son projet ? L’accompagnement des mineurs clandestins, dont 50% sont majeurs (Voir page 9  http://www.infomie.net/IMG/pdf/2018_01_22_mna_note.pdf 


Le budget de l’aide sociale à l’enfance n’étant pas illimité, c’est donc au détriment des heraultais les plus en difficulté que gauche et droite devraient voter favorablement ce rapport... et donner une fois encore
la priorité aux clandestins !


 
 
Est-ce que les Pieds-Niais Cupides et Amnésiques vont enfin comprendre?? Continueront-ils à l'applaudir....

Communiqué du 14 juin 2018

Ce matin, la municipalité Estrosi a officialisé sa promesse : elle va bien octroyer un terrain de 3000 m² pour la construction d'une grande mosquée dans la plaine du Var, et en attendant elle fera bénéficier l'association d'un nouveau local municipal de 500 m². La municipalité ne souhaitant manifestement pas que cela soit rendu (trop) public, face à la présence de France 3 Christian Estrosi semble s'être fait remplacer au dernier moment par son Premier adjoint, Philippe Pradal.

 
 
 
 
Les Pieds-Niais vont-ils enfin ouvrir les yeux???
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vous n'avez rien compris au "Vivre-Ensemble"....
 
 
12 juin 2018

Ne laissons pas Médine prôner la haine envers notre peuple et bafouer la mémoire de nos morts.


Signez notre pétition pour exiger l’annulation du concert.


Mobilisons-nous !

 

Signer la pétition.

 

Réjoindre l'événement Facebook.


 

 
 
11 juin 2018
Macron était-il contre les Fake-News...??
D'UN EXPLOIT  QUI N'EN SERAIT PAS UN !!!‌
 
 
 
Rappel: témoignage important!
 
 
 
Guy MILLIERE  daté du 10 Juin 2018.( DREUZ),  intitulé : "Donald TRUMP et les sept nains"
 
 

Les réunions de ce qui s’appelle aujourd’hui G7 ont commencé en 1975, à l’initiative de Valéry Giscard d’Estaing. Comme tout ce qui est venu de Valery Giscard d’Estaing, elles sont inutiles, et permettent tout juste à des chefs d’État ou de gouvernement de se rencontrer, de poser pour une série de photos, de ratifier une déclaration commune de pure forme, et de repartir chez eux.

Elles permettent aussi à de petites puissances de s’imaginer sur un pied d’égalité avec les États-Unis.

Elles auraient un peu plus de sens si elles réunissaient toutes les puissances qui comptent, mais ce n’est pas le cas: la Chine n’est pas invitée, l’Inde non plus, et la Russie est exclue depuis 2014.

Dès lors que des gauchistes excités sont attirés lors de chacune des réunions tels des frelons aveuglés par une lampe, les réunions du G7 occasionnent en supplément des dégâts importants ou des frais de sécurité démesurés. 

En général, elles laissent une impression de vague consensus. Cela n’a pas été le cas cette année. Donald Trump a joué une fois de plus le rôle d’agent de rupture. 

Emmanuel Macron, sur la lancée de ses déclarations de cuistre arrogant de ces derniers jours, en a rajouté un peu et a prétendu coaliser autour de lui et contre Donald Trump les cinq autres participants, auquel s’est ajouté le Président de la Commission européenne.

Il a reçu l’appui du ridicule Premier ministre canadien, qui, cette fois, n’a pas esquissé un pas de danse africaine, et ne s’est pas habillé en hindou.

Puis le Premier ministre canadien s’est fait très discret.

Les autres sont restés très en retrait.

S’étant retrouvé tout seul, Macron a marqué son dépit en écrasant une fois de plus la main de Donald Trump. 

Le résultat est un texte flou et plus inutile encore que ceux des réunions précédentes. 

La presse française ne cessant d’associer le nom de Donald Trump au mot “protectionnisme”, il importe de rappeler ici ce que Donald Trump a dit avant de s’en aller vers une réunion bien plus importante à Singapour: “pas de taxes à l’importation, pas d’entraves au commerce, pas de subventions”. 

Ce qui en fait le vrai défenseur du libre échange face à des politiciens parfois très politiciens placés brusquement au pied du mur. 

Les taxes décidées par Donald Trump sur l’acier et l’aluminium sont , ce que tout lecteur de The Art of the Deal peut comprendre, un élément de négociation destiné à mettre toutes les cartes sur la table. 

Les États-Unis ont accepté des pratiques commerciales inéquitables, voire frauduleuses, de nombre de pays pendant des années. Donald Trump entend que ces pratiques cessent. 

Il sait qu’il est en position de force (ce que Macron ignore visiblement): le PIB des États-Unis est supérieur à lui seul à celui de tous les autres pays présents réunis, et tous les autres pays présents sont sous le parapluie de la défense américaine. 

Il sait que le Japon et les pays d’Europe ont bien plus besoin des États-Unis que les États-Unis n’ont besoin d’eux. 

Il sait que le Japon attend de lui qu’il mette fin au danger nord-coréen, et que le Japon a déjà commencé à faire le nécessaire pour ouvrir son marché. 

Il sait que le Royaume-Uni voudrait retrouver son statut d’allié privilégié des États-Unis au-delà du Brexit et fera commercialement ce que Trump lui demande.

Il sait que l’Italie a un nouveau gouvernement qui suscite l’hostilité du reste de l’Union Européenne et que des gens comme Macron et Merkel ont tenté d’évincer au profit d’un technocrate non élu, et que dans sa première déclaration officielle, le nouveau premier ministre italien a affiché son attachement aux États-Unis et à l’Alliance atlantique tout en affichant sur l’immigration illégale des positions trumpiennes.

Il sait que l’Allemagne a une peur panique de voir Trump taxer aussi les voitures allemandes à l’entrée aux États-Unis et serait prête à voir abaissées les barrières protectionnistes européennes frappant les produits agricoles américains. 

Il sait qu’il obtiendra gain de cause, assez vite sans doute, car il sait qu’il avait en face de lui à Charlevoix sept nains:


- Deux nains sympathiques, Shinzo Abe et Giuseppe Conte.

- Un nain craintif: Theresa May.

- Un nain renfrogné: Angela Merkel.

- Un nain crétin: Justin Trudeau.

- Un nain du type adolescent agressif méritant une paire de claques: Emmanuel Macron.

- Un nain inutile: Jean-Claude Juncker. 

Il est parti avant la fin de la réunion. Il n’avait nul besoin d’écouter des élucubrations sur le changement climatique.

Il doit rencontrer un nain teigneux celui qu’il appelle le petit homme fusée, et c’est bien plus important. 

Il laissera ceux qui l’accusent de protectionnisme l’accuser.

Il dispose des chiffres: près de 300 pour cent de taxes au Canada sur les produits laitiers américains, 68 pour cent de taxes en Europe sur le bœuf américain, et 10 pour cent de taxes sur les voitures américaines (a quoi s’ajoutent les taxes de chaque pays, ce qui fait en France 30 pour cent de taxes).

Et il y a beaucoup d’autres chiffres. 

Trump veut le libre échange, pas l’hypocrisie.

 
 
Ces Infos ne paraîtront jamais dans nos MERDIAS à la solde de MACRON...
 
 
Lors de l’assemblée du Conseil régional de ce vendredi 17 Mars, la majorité Estrosi au Conseil régional de PACA vient de voter 80.000€ de subventions à l’association pro-clandestins Eurocircle

http://www.fdesouche.com/833543-christian-estrosi-offre-80000e-de-subventions-lassociation-pro-migrants-eurocircle

 
 
Lire plus bas un article trouvé dans le FIGARO, mais aussi dans SUD-OUEST.
depuis 2017 3000 sahraouis, se déplacent entre la France et l'Espagne pour toucher aux 2 endroits des alloc de droit d'asile

Combien d'autres le font ?
Et ces migrants, faux réfugiés de DAESCH, etc


Fraude à l'aide pour demandeurs d'asile: 3 condamnés

  • Par  Le Figaro.fr avec AFP
  • Mis à jour le 08/06/2018 à 10:36
  • Publié le 08/06/2018 à 10:31

Trois Sahraouis ont été condamnés à deux mois de prison ferme et cinq autres mis en examen à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), dans le cadre d'une enquête sur une fraude aux aides destinées aux demandeurs d'asile, selon le parquet. Lundi, 41 Sahraouis qui circulaient à bord de huit véhicules ont été arrêtés par la Police aux frontières (PAF) entre Hendaye et Bordeaux, soupçonnés d'avoir touché indûment une allocation de demandeur d'asile en France alors qu'ils bénéficiaient déjà du statut de réfugié en Espagne.

» LIRE AUSSI - Un rapport choc sur les dérives du droit d'asile

Trois d'entre eux, jugés en comparution immédiate hier soir devant le tribunal de Bayonne, ont été reconnus coupables d'"escroquerie en bande organisée" et condamnés à deux mois de prison ferme et cinq ans d'interdiction du territoire français, a indiqué à l'AFP le procureur-adjoint de Bayonne, Marc Mariée. Un quatrième, également jugé à Bayonne, a été relaxé pour une question de procédure. Le parquet va faire appel.

» LIRE AUSSI - Pourquoi le nombre de demandeurs d'asile en France a bondi de 20 %

Cinq autre Sahraouis, faisant office de chauffeurs, ont été mis en examen pour "complicité d'escroquerie" notamment et placés en détention provisoire à Bayonne, selon le magistrat. Par ailleurs, 24 autres Sahraouis ont été remis aux autorités espagnoles après un rappel à la loi. Huit autres sont convoqués en décembre devant le tribunal correctionnel de Bayonne. L'enquête a permis d'établir que l'escroquerie avait cours depuis début 2017 pour un montant estimé à plus de 200.000 euros au préjudice de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) de Bordeaux.

Les enquêteurs ont comptabilisé 750 passages de Sahraouis depuis 2017, ce qui représenterait 3000 personnes. L'allocation versée aux demandeurs d'asile et réfugiés en France est de 340 euros par mois. La préfecture de Gironde a précisé qu'une prise d'empreintes était réalisée lorsqu'un demandeur d'asile se présentait afin de vérifier si une demande d'asile n'avait pas déjà été effectuée dans un autre État membre de l'Union Européenne. Mais cette vérification ne permet pas de "déterminer si cette personne bénéficiait d'un droit au séjour dans l'un de ces pays".

 

 
 
https://www.youtube.com/watch?v=cIvT7sjXVd0&bpctr=1527789348

A voir et à écouter, cela change du discours habituel bien que quelques manques de culture PN se fassent sentir.

Eric
 
 

Ainsi, B. Stora est investi du rôle de présider la cérémonie d'ouverture du centre pied-noir d'Aix-en Provence.

Il n'y a pas pire affront pour nous PIEDS-NOIRS.

En effet, son rôle a toujours été de combattre notre vérité, d'accuser l'armée et de louer le FLN et sa sauvagerie qu'il ignore.

Par ma pièce jointe qui date de quelques années, je veux réveiller les mémoires sur son rôle anti pied-noir, anti armée où il en arrive à critiquer les mlitaires du contingent venus de France défendre cette province française durant 132 ans en les traitant de la pire manière.

Nous allons par la faute d'un gouvernement acquis à ces thèses mensongères voir notre honneur une fois de plus bafoué.

 

Robert Charles PUIG à Nice le 30/05/2018

 
 

TOUL - LES INCROYABLES HISTOIRES DE MEURTHE-ET-MOSELLE« La Trahison » du Général de Gaulle

Le président de la section locale de la FNACA est le seul à détenir des images de la visite de De Gaulle à Toul en 1961. Et surtout de l’accueil réservé par deux habitants, mécontents des négociations en cours avec l’Algérie.

 
 
 
 
 
PUBLIÉ LE 20/02/2017 À 11:16

"Est-ce qu'on imagine le général de Gaulle dire : 'Je vous ai compris !' ? Ben oui, justement, il l'a dit", lance Pascal Praud. "Et les Français d'Algérie - ceux qui ont crû de Gaulle à Alger en 1958 avant de prendre le bateau en 1962 - ou leurs enfants s'en souviennent encore", poursuit-il.

"'Je vous ai compris' sont des paroles de trahison", tonne le journaliste. "Quand Emmanuel Macron reprend cette formule, ou il inconscient, ou il ignore l'Histoire de France", estime-t-il. "Macron ne sera pas le scénariste des films d'Alexandre Arcady", assure Pascal Praud, qui conseille au candidat d' "En Marche !" de "revoir Le Coup de sirocco".

NDRL: il peut aussi regarder ce documentaire historique, censuré par les MERDIAS et salles de cinéma:

https://www.youtube.com/watch?v=lghZQSfhDWY

 
 
Une des raisons de inaccessibilité pour 100 ans des archives de L'Algérie Française.

 TRES  INTÉRESSANT  A  EXPLOITER Rappel d'une info vieille de 10 ans...
  
Évian. 19 mars 1962. : Des accords sans aucune validité juridique
Pouvait-on au moins espérer que les accords conclus avant l'indépendance
comporteraient des engagements qui protégeraient les intérêts français durant une
période de transition ? En France, les prétendus accords d’Evian ont été salués par
une explosion de soulagement comparable, toute proportion gardée, à celle qui
accueillit Daladier au retour de Münich: ils annonçaient le retour des jeunes du
contingent !
Mais quelle était leur portée véritable ?
A l'usage des électeurs du référendum de 1962, la Documentation française
a édité une plaquette intitulée "Les accords d'Evian" qu'on peut aisément se
procurer encore aujourd'hui. S'il dispose d'une incontestable force de
communication ce titre est parfaitement erroné ! Dès la seconde page, on ne parle
plus d'accords mais "des termes fixés par les Déclarations d'Evian". Jamais, dans le
texte lui-même, le mot accord n'est utilisé ! Entre "des accords" et "des
déclarations", il y a pourtant plus qu'une nuance !
Le 20 mars 1962, le général de Gaulle, Président de la République, par un
message au Parlement, présente ce document. Lui même se garde bien d'user du
terme accords. Il le désigne comme reproduisant "la conclusion des négociations
d'Evian avec les représentants du FLN".
Si on est doté d'un solide sens de l'humour, relire aujourd'hui ce document
officiel peut constituer un exercice tout à fait réjouissant. On y apprend que les
"droits de propriété (des Européens en Algérie) seront respectés. Aucune mesure
de dépossession ne sera prise à leur encontre sans l'octroi d'une indemnité
équitable préalablement fixée" (...) "Ils auront une juste et authentique participation
aux affaires publiques" et "une équitable participation... dans les diverses branches
de la fonction publique " (algérienne).
"La mise en valeur des richesses du sous-sol" (saharien) sera assurée par
un organisme technique "ayant un caractère paritaire" (mi-algérien, mifrançais)."
Les textes officiels (lois et décrets, algériens) seront publiés ou notifiés
dans la langue française en même temps qu'ils le seront dans la langue nationale".
Etc., etc...
Si, bien qu'ils aient été violés dès la première heure, aucun gouvernement
français n'a jamais tenté un quelconque recours devant la cour internationale de
Justice de La Haye, c'est que l'existence des "accords" d'Evian en tant que contrat
ayant une valeur juridique internationale est des plus douteuse. Et ceci pour une
série de raisons dont une seule serait suffisante pour assurer leur nullité:
1 - Les "accords" se présentent sous la forme d'un texte diffusé
unilatéralement par la Documentation française et publié au J.O., texte dépourvu
des signatures, tant des trois négociateurs français (Louis Joxe, Robert Buron et
Jean de Broglie) que de celles des quatre négociateurs désignés par le FLN
(Belkacem Krim, Saad Dahlab, Ben Tobbal, M'hamed Yazid). On ne sait donc ni si
les parlementaires ont réellement donné au texte leur accord formel (et nous allons
voir que les raisons d'en douter sont des plus sérieuses), ni quelle entité ils étaient
censés avoir engagée par leur éventuelle signature.
2 - des deux parties à la négociation, l'une avait un statut d'Etat souverain
tandis que l'autre était un "Front", c'est à dire un rassemblement politico-militaire
2
auquel la France s'est refusée, du moins jusqu'au jour du scrutin
d'autodétermination - qui est postérieur aux accords - à reconnaître toute existence
légale. Ne voulant pas davantage reconnaître le GPRA en tant que Gouvernement
provisoire de la République algérienne, la France a pu certes trouver pratique de
négocier avec le FLN. Mais la nature juridique exacte de la personne morale qu'elle
s'est ainsi choisie comme partenaire à la négociation, reste à définir.
Comment dès lors soutenir valablement que les gouvernements qui se sont
ensuite succédés à Alger étaient tenus par des "accords" conclus par un
ectoplasme juridique ?
3 - Le texte des "accords" d'Evian ne stipule rien. Il se borne à énoncer des
intentions. Relatant ce qu'on pouvait savoir des négociations d'Evian, la presse de
l'époque ne parlait d'ailleurs jamais que de la publication prochaine de "déclarations
d'intention" (cf. par exemple Le Figaro du 7 mars 1962). Le terme accords, terme
abusif inventé par des "communicateurs", n'a été introduit que tardivement comme
titre de la plaquette publiée par la Documentation française. Il s'est ensuite imposé
dans le langage courant. Mais à tort.
Le référendum du 8 avril 1962 "autorisait" le Président de la République "à
conclure les actes qui seront à établir après que les Algériens se soient prononcés
par référendum". L'essentiel était donc renvoyé dans le futur, après que l'Algérie
serait devenue indépendante et souveraine. "Si elles sont adoptées par les
populations algériennes lors du scrutin d'autodétermination, elles (les déclarations
gouvernementales) acquerront la valeur d'un texte organique du nouvel Etat et
serviront de base aux conventions qui seront ultérieurement conclues".
"Acquerront la valeur", "serviront de base", "seront ultérieurement conclues".
Qui donc, au nom de l'avenir, prenait de tels engagements ? Qui était lié par eux ?
4 - ce faisant, le gouvernement français a offert à l'autre partie l'occasion de
l'enfermer dans un piège. Puisque les négociateurs d'Evian n'étaient là qu'en tant
qu'envoyés du FLN et non en tant que membres du gouvernement provisoire
algérien ou plénipotentiaires délégués par lui, les textes vers lesquels la négociation
s'orientait devaient, pour prendre valeur d'engagement, être préalablement soumis
aux instances décisionnaires de la révolution algérienne.
Avant de conclure la négociation, les représentants du "Front" demandèrent
donc à se rendre à Tripoli, soumettre l'état des discussions au GPRA,
gouvernement provisoire en exil, et au CNRA, Conseil national de la Révolution
algérienne, instance d'orientation politique du FLN.
Ces consultations offraient l'occasion d'une surenchère. Allié à Ben Bella,
lequel avait été récusé comme négociateur par la France et en avait conçu
l'amertume qu'on imagine, Boumedienne obtint du CNRA, le 7 juin 1962, que les
textes en cause soient secrètement rejetés. Secrètement, voulait dire que les
négociateurs français devaient tout ignorer de ce rejet qui ne serait révélé au grand
jour que lorsque l'indépendance serait devenue un fait acquis.
En revanche et pour sa propre part, le gouvernement français s'est lui-même
lié par ces textes. Ceci d'une manière d'autant plus rigoureuse qu'il les fit sacraliser
en France par le référendum du 8 avril 1962 !
En somme, ces "accords" de dupes, en réalité de simples déclarations
d'intention unilatérales, ne se sont jamais imposées qu'à l'une des deux parties,
l'autre ayant dès l'origine et secrètement décidé qu'ils seraient nuls et non avenus.
5 - quelques années plus tard, à l'occasion d'un contentieux (arrêt Morali),
le Conseil d'Etat a eu l'occasion de s'interroger sur la nature exacte des "accords"
d'Evian. Ne parvenant pas à la définir lui-même, ce qui est déjà assez
3
symptomatique, il renvoya la question au gouvernement. Embarrassé, ce dernier
mit quelques délais à lui répondre. Puis il argumenta... comme il put.
"Les déclarations du 19 mars communément désignées (sic) sous le nom
"d'accords d'Evian" constituent une convention internationale", affirma-t-il, en raison
d'une part de l'échange de lettres entre le Président de la République française et le
Président de l'exécutif provisoire algérien et d'autre part du fait de leur
enregistrement du 24 août 1964 au Secrétariat général des Nations unies (réponse
du ministre des Affaires étrangères au Conseil d'Etat - mars 1968).
Cette thèse officielle est aussi contournée que fragile. En effet, "l'exécutif
provisoire" dont elle se sert pour tenter d'attribuer une portée juridique internationale
aux "déclarations" du 19 mars, ne doit être confondu ni avec le gouvernement
provisoire de la République algérienne en exil (GPRA) que le gouvernement
français ne reconnaissait d'ailleurs pas, ni avec le gouvernement algérien qui, après
le scrutin d'autodétermination, s'est mis en place à Alger à compter du 3 juillet 1962.
Cet "exécutif" est une institution éphémère, exclusivement destinée à
préparer le scrutin d'autodétermination. Il n'a eu d'existence que du 19 mars au 3
juillet 1962. Il a été créé et mis en place par le gouvernement français lui-même et
ne pouvait tirer sa très provisoire légitimité que de lui. Il ne pouvait représenter que
lui. C'est d'ailleurs le gouvernement français qui a désigné son président en la
personne d'Abderrahmane Farès, grand notaire algérois, précédemment président
de l'Assemblée algérienne.
Quel que soit le respect que l'on doit à ce très honorable personnage, un
échange de correspondance entre lui et le chef de l'Etat français possède à peu
près la même valeur contractuelle et internationale qu'un échange de notes entre le
chef du gouvernement et un préfet. Pour contracter ces fameux "accords", il n'y
avait toujours pas deux parties, mais une et une seule: l'Etat français.
Quant à l'enregistrement, deux ans plus tard et à la seule initiative de la
France, du texte de ces déclarations au Secrétariat général du "machin", il évoque
irrésistiblement un classement sans suite aux archives de l'histoire.
6 - D'ailleurs, même le président de cet "exécutif provisoire" a, dans sa
réponse, pris de précautionneuses distances. Tandis que la lettre du général de
Gaulle évoque "la mise en vigueur des déclarations du 19 mars", (à noter qu'à
nouveau, le Général évite soigneusement d'utiliser le terme "accords") la réponse
de M. Abderrahmane Farès se limite, sans prendre en retour le moindre
engagement, à donner acte au chef de l'Etat français que la France "transfère ses
compétences" à l'Algérie !
A supposer que M. Farès ait disposé d'une quelconque légitimité pour parler
au nom de l'Algérie indépendante, lui non plus ne l'a prudemment liée en rien. Il
s'est borné à enregistrer les intentions unilatérales du gouvernement français !
En résumé, en tant qu'instruments de droit inter-national, les "accords"
d'Evian n'ont jamais existé. C'est bien pourquoi ils n'ont jamais été utilisés comme
tels. En revanche, en publiant unilatéralement ces "déclarations" et en soumettant
leur approbation au référendum, le gouvernement français se liait irréversiblement.
Il s'engageait notamment à maintenir son assistance économique au niveau
précédent, celui du financement du Plan de Constantine.
Il se livrait surtout à un retentissant effet d'annonce. Devant l'opinion tant
métropolitaine qu'internationale, il proclamait: la guerre est finie, je me suis
débarrassé de cette "boîte à chagrin" !... La manière importait peu.
4
Afin que l'analyse soit exhaustive, on peut aussi examiner la validité juridique
des "accords" d'Evian non plus en tant que documents contractuels internationaux
mais sur le plan intérieur. On constate alors que le décret n° 62 - 315 du 20 mars
1962 a préalablement exclu du scrutin sur le référendum du 8 avril 1962 les
citoyens français les plus directement concernés par son objet, à savoir ceux,
européens ou musulmans, qui habitaient les départements d'Algérie.
Le caractère conforme à la Constitution d'une telle disposition d'exception
resterait à apprécier.
En revanche, son effet moral sur les Français d'Algérie fut, on l'imagine, sans
ambiguïté. "Grande a été (leur) amertume de n’avoir en rien été associés à des
négociations qui engageaient leur avenir et celui de leurs enfants. La roue de
l’histoire est passée sur eux en les ignorant. Cent trente ans d’efforts, de
souffrances, de sacrifices, de bonheur aussi, étaient effacés d’un coup".*
RENE MAYER
Octobre 2008



Pierre LABORDA
23, rue du vallon
83570 Montfort sur Argens
 
 

Se poser la question n'est pas interdit !

Triple coïncidence: un enfant qui pend à un balcon (et qui s’accroche, à 4 ans, le bougre !),un athlète clandestin et Malien qui sait escalader des façades à toute vitesse, et un cameraman équipé d’un téléobjectif

(parce que ça n’est pas le grand angle d’un smartphone, voyez-vous ?).

 Tout ça au même endroit à la même heure… et c’est suivi par une réception à l’Élysée dans la foulée (tiens, coup de Chance, Macron n’était pas à l’étranger), parce que faut pas laisser refroidir.

 Même pas le temps d’une enquête sur le type ou les faits.

 De l’héroïsme?

 Ma foi, on ne peut pas vous interdire d’y croire, et vous avez aussi le droit de jouer à Euromillions et de gagner le gros lot 2 fois de suite. Mais ça sera peut-être plus payant de candidater auprès du metteur en scène

 Ce « sauvetage » apporte nombre de questions quant à ce qu’il s’est réellement passé, nombre de personnes se posent avec raison des questions sur la réalité de ce qui pourrait passer comme une mise en scène, aux vues des images:

 La personne sur le balcon de côté semble parfaitement en mesure de remonter le gamin sans aucune aide.

Le sauveteur a indiqué s’être précipité hors de sa voiture pour escalader l’immeuble…un clandestin sans papiers conduisant une voiture? …

Un coup de « pub » monté de toutes pièces ne serait-il pas envisageable sur cette affaire? Nombre de lecteurs le pensent.

 Ne pas encenser trop vite ce « sauveteur » sans avoir plus de détails sur ce qu’il s’est réellement passé me semble judicieux.

Quel cirque médiatique instantané, véritable escalade...dithyrambique, apparemment sans la moindre vérification  raisonnée, pour ce qui pourrait n'être qu'une supercherie, fruit d'un montage!

Je pensais pourtant qu’après l’affaire Théo complètement bidon, les Français seraient moins cons et naïfs.

 Et bien non peine perdue, les Français sont toujours aussi gogols et prêts à avaler n’importe quelle couleuvre.

 Pas étonnant qu’ils continuent de penser que l’Islam est une religion de paix et d’amour malgré les innombrables attentats. Un véritable peuple de moutons décérébrés qui va lentement mais surement vers l’abattoir.

Texte anonyme

 NDRL:

Déjà, le 8 avril 1961 "ce peuple de moutons décérébrés" avait cru aux paroles du "Grand Visionneur", que la France, en se débarrassant du "boulet algérien" retrouverait la Paix, Grandeur et l'Honneur...

Ces Babaos étaient déjà mûrs pour croire n'importe quel BOBARD de leurs Dirigeants, les Faussaires de l'Histoire qui nous dirigent n'ont rien à craindre d'eux...!

Plus, c'est gros, plus ils avalent... Certains journaux qui luttent contre cette désinformation, subissent les foudres du "Politiquement Correct", pour être réduits au SILENCE...

Tel, le journal PRESENT, que nous devons tous aider...

https://present.fr/espace-membre/?page=abonnement

Merci

Hervé CUESTA

07 juin 2018

 

 
PRESENT: MOBILISATION POUR SAUVER CE JOURNAL
 
 

Réponse très percutante de Manuel Gomez toujours égal à lui-même. Que les Algériens crèvent. Ils nous ont assez combattus. Pour nous jusqu’à la mort nous n’oublierons pas.  Amitiés. Marie-Pascale

 

« L’Algérie souhaite faciliter l’entrée des Pieds Noirs »

Publié par Manuel Gomez le 5 juin 2018

« L’Algérie souhaite faciliter l’entrée des Pieds Noirs sur son territoire »…Tiens, c’est nouveau et « permettez-moi d’en rire pour ne pas avoir à en pleurer… de colère. »

Ce n’est pas parce qu’on a été nommé premier ministre (il est vrai d’Algérie) que cela vous autorise à dire des âneries.

Ahmed Ouyahia a demandé aux « opérateurs économiques » algériens de s’appuyer sur les « anciens d’Algérie », à savoir les Pieds Noirs, pour promouvoir les exportations « hors hydrocarbures » bien entendu !

Le premier ministre, démontrant ainsi son intelligence et son savoir-faire, a placé les Pieds Noirs en troisième position, derrière « ses » compatriotes installés en France et derrière « ses » amis africains : « Il ne faut pas trop se focaliser sur cette dernière catégorie » a-t-il tenu à préciser, et son porte-parole, Seddik Chihab, a cru bon d’ajouter «Il ne faut surtout pas faire d’amalgame entre ceux qui ont gardé un lien avec le pays et ceux qui ont un problème de mémoire et qui ont des positions hostiles vis-à-vis de l’Algérie. »

Vous ne trouverez aucun Pieds Noirs, les vrais, ceux qui sont partis avec une valise pour ne pas se voir offrir un cercueil, pas un seul qui ne ressente pas une hostilité, un dégout, une colère, contre les assassins du FLN et de l’ALN, et de leurs successeurs, dont vous faites tous partie ! Pas un seul qui a gardé un lien avec « votre » Algérie.

Aucun Pieds Noirs n’a une position hostile vis-à-vis de l’Algérie, Seddik Chihab, les positions hostiles sont uniquement réservées contre les algériens bornés, sans mémoire, et contre les politiciens ignares qui, depuis un demi-siècle, ont fait de l’Algérie « Un pays riche, peuplé de pauvres », et quand je dis « pauvres », je parle de la majorité de la population algérienne et non pas des « élites » et des « notables » qui s’en mettent « plein les poches », grâce à la corruption et « placent » leurs millions à l’abri, hors des frontières de leur pays.

Croyez-vous qu’un seul Pieds Noirs puisse oublier les enlèvements, les disparus, ceux à qui vous avez retiré le sang jusqu’à la dernière goutte, les femmes dirigées vers des bordels, les assassinés, les massacres dont vous vous êtes abreuvés du 19 mars à juillet 1962 !

Vous avez tout détruit. Certains de vos intellectuels de l’époque n’ont pas hésité à déclarer que « L’Algérie était un « paradis », à l’époque où les pieds Noirs s’occupaient d’elle, et d’autres de « vos » intellectuels, aujourd’hui, n’hésite pas à écrire que l’Algérie est devenue une « poubelle ».

Vous trouverez très certainement des « pieds rouges » pour vous aider, en espérant « faire leur beurre » sur vos ignorances et vos incompétences. Les descendants de ceux qui étaient restés « pour vous aider » à réussir votre indépendance, comme ils vous ont aidés, en trahissant la France, à « assassiner » leurs compatriotes et les algériens fidèles.

Quand vous vous adressez à « vos compatriotes », installés en France, Ahmed Ouyahia, je suppose qu’il ne s’agit pas des Harkis, n’est-ce-pas ?

Ces derniers, comme les Pieds Noirs, ne sollicitent des visas vers l’Algérie dans le seul et unique but de revivre quelques heures de leur passé, de revoir des lieux, des sites, ou ils ont vécu heureux, mais, en général, ils ne retourneront jamais une deuxième fois tant le spectacle qui leur est proposé est désastreux et humiliant pour leurs souvenirs !

Essayez de faire tout votre possible, monsieur le premier ministre, ainsi que tous vos collègues du gouvernement actuel et des prochains gouvernements qui dirigeront votre pays, pour « empêcher » toute votre jeunesse de fuir vers l’ancien pays « colonisateur », désertant ainsi « leur » cher pays indépendant où « Ils crèvent la dalle. »

 

 
 
 
 
Quel beau pays, débarrassé de ses "sales colons..."
 
 

https://www.breizh-info.com/2018/06/05/97071/nantes-un-hommage-aux-combattants-dindochine-le-8-juin

 
 
 
Nous aurions aimé que la "Clique de l'Anti-France" du MUCEM, le 31 mai dernier, nous parlât de ceci...
 
 
 
 
Nouvelles séances!!
 
 
 

Mercredi 25 avril 2018 à 17:3235

 

Religion.À partir du mois de juin prochain, la Bavière (Allemagne) imposera une croix dans tous les halls d'entrée des bâtiments publics.

« L’islam ne fait pas partie de l’Allemagne » ! Cette phrase résonne de plus en plus chez les politiciens bavarois, pour qui le christianisme est la seule religion présente en Allemagne. « Une croix visible dans l’entrée de chaque bâtiment officiel (…), exprimant l’empreinte historique et culturelle bavaroise, représentera ostensiblement les valeurs fondamentales de l’ordre juridique et social en Bavière et en Allemagne », a déclaré la Chancellerie à l’issue d’une réunion, dont la BBC se fait l'écho.

 

« Symbole fondamental de l’identité culturelle »

Cette mesure entrera en vigueur en Bavière dès le 1er juin prochain. Ainsi, pour être conformes à la loi, les municipalités, les comtés et les districts vont devoir s'adapter. « La croix est le symbole fondamental de l’identité culturelle et de l’empreinte chrétienne et occidentale», a-t-il été dit lors de cette réunion.

Pour montrer l'exemple, le ministre-président de Bavière, Markus Söder, a déjà accroché dans le hall de la chancellerie une croix. Cette dernière lui avait été offerte par l’ancien archevêque de Munich le cardinal Friedrich Wetter.

 

 

Identité.

Le symbole chrétien a disparu sur les écrans des cabines du funiculaire qui mène à la butte.

Religieusement correct oblige, la croix surmontant le sommet du grand dôme du Sacré-Cœur a été effacée sur les nouveaux écrans des cabines rénovées du célèbre funiculaire qui permet d’accéder à la butte Montmartre, dans le XVIIIe arrondissement de Paris.
2 000 personnes transportées par heure.


En revanche, une colombe a été ajoutée à l'image. Le funiculaire, géré par la RATP, transporte 2 000 personnes toutes les heures, soit plus de trois millions par an, surtout des touristes venus du monde entier. La basilique est le second monument religieux parisien le plus visité.

 

 

 

 
 
... Curieusement la presse locale, n'a pas fait  le moindre compte rendu ... 


Toutefois, afin de remettre les choses à leur place et au besoin les pendules à l'heure, il convient de rappeler à l'ensemble de la Communauté Pieds Noirs, quelques fondamentaux qui semblent avoir été "oubliés"...

L'Honneur et la  Dignité ne se décrètent pas, cela implique surtout et avant tout  qu'il ne faut pas pas mélanger les torchons avec les serviettes.

Et au moment de se pavaner aux côté de ces verrues de l'Histoire, (hélas trop souvent invitées à des cérémonies mémorielles par des associations en quête de subventions) en dégustant des petits fours offerts  sur le compte des contribuables,  faudrait un petit peu penser aux victimes des atrocités  F L N /GAULLISTES, dont ils sont toujours caution.

            A ce stade, il ne peut y avoir deux poids et deux mesures et encore moins de confusion !
                                         
                                  Dans cet esprit, Il convient donc de rappeler  :

 
 
 
Les Pieds-Niais Amnésiques, Cupides et Gaullistes songent-ils à demander à Agnès RAMPAL, un nouveau voyage à Alger, pour aider l'Algérie-FLN, à s'en sortir??...
 
 
 
 

COMMUNIQUE DU 31 MAI 2018 STEPHANE RAVIER

« Benjamin Stora à Marseille crée l'union de la classe politique pour insulter les Pieds-Noirs et les harkis. » | Retrouvez mon communiqué

« On se souvient d...e l'accueil chaleureux qu'avait réservé Jean-Claude Gaudin à la terroriste FLN Zhora Drif, reçue en grandes pompes à la mairie de Marseille.

Nous n'avons pas oublié le cofinancement par le conseil régional de Provence Alpes Côté d'Azur socialiste, d'un film à la gloire des fellaghas, ou encore ce colloque pro-FLN tenu à La Criée.

Aujourd'hui encore, et sous le haut patronage d'Emmanuel Macron, celui-là même qui, il y a peu, qualifiait l'action des Français en Algérie de "crime contre l'humanité", Marseille est entachée par la présence au Mucem de Benjamin Stora, militant pro-FLN, compagnon de route de l'extrême gauche.

Son action fut davantage de combattre la France partout où elle se trouvait dans le monde, que de rapporter la réalité des faits historiques.

La Ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, mandatée par le Président de la République, prononcera l'allocution d'ouverture de la conférence de Stora.

Elle se rendra ensuite dans le 13ème arrondissement.

La Mairie FN ne la recevra pas, pour témoigner de sa solidarité avec ses compatriotes pieds-noirs.

Pour boucler la boucle de la honte, Jean-Claude Gaudin, Maire LR, assistera lui aussi à la conférence donnée par Stora !

Le groupe des élus du Front National au conseil municipal de Marseille dénonce la propagande de cet ennemi de la France, et appelle les Marseillais attachés à la vérité historique à boycotter la conférence de ce propagandiste fellagha.

Sa vision partisane et mensongère des 130 ans de l'Algérie française constitue autant d'insultes et d'attaques envers nos compatriotes pieds-noirs et harkis qui ont bâti de leurs mains, de leur sueur et de leur sang, ce qui était non pas une colonie mais un département français, l'Algérie.

Des Républicains à LREM en passant par les socialistes et l'extrême gauche, c'est l'union de la classe politique pour travestir, une fois encore, l'œuvre de la France en Algérie, et pour salir la mémoire de nos compatriotes trahis par le pouvoir gaulliste et assassinés par les terroristes du FLN.

Les élus du Front National, solidaires de leurs compatriotes pieds-noirs et harkis, n'oublient pas. »

Stéphane RAVIER.
Sénateur des Bouches du Rhône.
Président du groupe FN au Conseil municipal de Marseille.


 
 
 

Jeudi 31 mai, le ban et l’arrière-ban de la gauche et de l’extrême gauche de la région et peut-être d’ailleurs était là. Rien ne manquait même pas Alexis Corbière ! Même pas Gaudin qui était là le matin pour faire l’ouverture malgré les lettres qu’il a reçues ! Ah si, il manquait quelque chose ou plutôt quelques uns: LES PIEDS NOIRS.

Nous étions donc 8 résistants. Quelle tristesse !

Nous sommes rentrés dans le hall sans problèmes car c’était entrée libre. Seul l’un d’entre nous a été obligé de déposer son arme au vestiaire ! ne vous étonnez pas, ce n’était qu’un couteau suisse oublié dans son sac !

Dans le hall, il y avait une exposition où nous n’avons relevé rien de très choquant sauf que dans les troupes coloniales n’étaient représentées que par des africains et des algériens (je m’abstiens de dire noirs et arabes, je serais taxée de racisme !).

A l’origine, nous ne voulions rentrer dans l’auditorium qu’à 19H, c’est-à-dire au moment de la « leçon de Benjamin Stora » mais la salle étant presque pleine, nous sommes rentrés vers 17H30 de peur de n’avoir plus de place ensuite, ce qui est d’ailleurs arrivé à l’un de nos amis arrivé à 19H.

Nous avons donc été obligés de boire le calice jusqu’à la lie. Plateaux composés uniquement de gens de la pensée unique jusqu’à Trémor Quémeneur parlant des déserteurs avec des trémolos dans la voix. Il y avait aussi de jolies petites enfants d’immigrés doctorantes ayant passé leur thèse sous la direction de Stora et ne tarissant pas d’éloges à son égard.

Puis est venu la leçon de Stora. Il a lu un exposé pendant une heure, je dois avouer, bien construit où il a rappelé sa vie, racontant ses 3 exils, celui de 62 et plus tard en 92 au Vietnam pour échapper aux menaces de mort qu’il avait reçues (de qui ? il n’a pas dit), puis au Maroc en 1995. Il a rappelé son engagement dans le trotskisme, sans le regretter d’ailleurs. Cela s’est terminé par une standing ovation. C’était vraiment « la fête à Stora ». Il n’y avait que nous assis sans applaudir et les gens autour qui nous regardaient de travers. Ensuite il y avait une signature de ses livres et un concert de musique arabe.

Inutile de dire que c’était plus qu’on ne pouvait en supporter. Nous sommes évidemment partis en colère et frustrés de n’avoir pu intervenir. Nous n’avons eu aucun créneau pour cela, ce n’était pas un débat.

Ah si nous avions été plus nombreux, on aurait pu perturber la manifestation mais il faut nous faire une raison : les pieds noirs sont vieux et fatigués !

J. QUESSADA
 
 
 
Les Pieds-Niais Marseillais vont-ils comprendre?? Honte à eux...
 
 
 
 
Marseille, le 25 mai 2018


A l’attention des Elus et des Responsables de Collectivités Territoriales du Département des Bouches du Rhône :



Mesdames, Messieurs,



C’est avec surprise et indignation que nous venons d’apprendre l’organisation à Marseille, le 31 mai prochain, d’une manifestation en hommage « à l’œuvre de Benjamin Stora » au MUCEM.

En effet, notre irritation vient de la place que cet universitaire occupe dans la polémique relative à l’histoire de la Guerre d’Algérie. Son compagnonnage avec les mouvements de gauche extrême et, singulièrement, ses hautes et durables responsabilités au sein de l’OCI (Organisation Communiste Internationaliste), l’ont conduit à présenter cette douloureuse page d’histoire, sous le prisme d’un anticolonialisme virulent.

C’est en militant plus qu’en historien qu’il a développé ses thèses sur l’œuvre de la France et sur la coexistence des communautés au long des 132 ans de présence française en Algérie.

Ardent promoteur d’une repentance à laquelle il a appelé les présidents successifs de notre pays, il a délibérément développé un traitement différencié des drames qui s’y sont produits, le terrorisme du FLN n’étant jamais reconnu en tant que tel. Ainsi, a-t-il pu présenter d’un laconique « Oran : enlèvement et exécutions de Pieds Noirs » la journée du 5 juillet 1962 qui vit l’enlèvement et l’assassinat d’un millier d’Européens.

Ses dénonciations répétées de « la barbarie coloniale de la France », des « crimes coloniaux » ne l’empêchent pas de prôner, dans le même temps, une démarche « d’apaisement des mémoires » qu’il a bien sciemment contribué à exacerber.

Compte tenu de ce qui précède, cette initiative du 31 mai ne peut être vécue par l’importante population des Pied Noirs de l’agglomération Aix-Marseille que comme une provocation consciente, Monsieur Stora n’ayant aucun lien particulier avec ce territoire, n’y ayant jamais résidé, ni enseigné, ni exercé la moindre responsabilité.

Au nom de la parfaite intégration des Français d’Algérie dans le tissu sociétal régional, nous nous permettons de vous alerter sur le sens très engagé de cette manifestation, en souhaitant vivement que votre collectivité ne lui apporte aucun des soutiens qui seront sollicités.

Nous vous remercions vivement de l’attention que vous voudrez bien porter à cet appel, et vous assurons, Mesdames, Messieurs, de notre haute considération.

L’ensemble des Associations de Rapatriés de la Région.



Je suis allée à la toute 1ère expo du Mucem  et j’ai été écoeurée  par l’illustration  largement  développée faite au  ”genre” , présenté    même aux enfants (papa porte une robe ,maman est un homme ,avec des objets exposés  style corset  de  grossesse avec simulation de seins et ventre rond)
 
 
Mais SCANDALISEE plus encore  par  à la place omniprésente accordée au prétendu merveilleux  Maghreb islamique avec bien entendu la glorification d’Abdelkader rehaussée par les seules mauvaises actions perpétrées par nos armées lors de la conquête de l’Algérie, l’accent mis sur son côté génocidaire uniquement...
 
Et plus d’actualité, surtout, surtout  la large place accordée à l’immigration et aux migrants , dans une véritable apologie scandaleuse quand on sait ce qu’elle nous apporte ...et nous apportera...,
Ainsi que la présentation sur la seconde guerre mondiale, revue et corrigée par Rochdy Zem et Jamel deux-bouses, où la France a été carrément sauvée par les algériens!!!!!!
 
 
Même la campagne d’Egypte par les armées napoléoniennes y est montrée avec un parti pris évident de dénigrement orienté contre les Français et leurs armées
 
Oui , le Mucem est bien conçu comme un outil de propagande  bien huilé pour amener ceux qui ne  seraient pas encore convaincus que la colonisation honteuse n’a été que destructrice...
Et plus grave, parce que là  on franchit officiellement encore une étape , ce ***** de benjamin stora sera honoré et ce n’est pas anodin  le 31 Mai en ces lieux, celui-là même qui s’est autorisé à  réécrire notre histoire au bénéfice de ceux d’en face.
Clairement la préparation orientée des esprits faibles (et nous savons combien c’est la caractéristique française actuelle ) à l’avenir plein de promesses qui s’ouvre à nous avec le bonheur du “vivre-ensemble” est mise en place  dans ce prétendu musée

une HONTE

H. Legrand

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« 1948 : Quand l’ALGÉRIE NOURRISSAIT LA France » (Source : Monsieur D. ARTUS)
 
 
Message reçu à l’instant, destiné à mes lecteurs et plus généralement à la population civile.

Partagez en masse cet avertissement.

« Pendant que les mass médias nous inondent de mariage en Angleterre et de festival de Cannes, bon nombre d'événements classés "faits divers", violences inédites sur le territoire national, se mettent en place : Marseille "busserine" avec des groupes armés et des techniques para-militaires parfaitement rodées, un procureur satisfait du dispositif policier et qu'il n'y ait pas eu de blessés, de nombreuses attaques de policiers en civils par des groupes de jeunes (Grenoble, Courcouronne...), violences par 200 personnes à Lyon la Duchère, un homme a Pau battu à mort par des ados, appel au djihad en France par des imams dans des mosquées françaises mais aussi les suicides à répétition des policiers et gendarmes abandonnés par la Justice et rabaissés par la hiérarchie, avec un projet de CDD à venir pour les forces de l'ordre alors que la formation est déjà un réel problème.

Bon nombres d'autres "signaux faibles", comme aiment les appeler les politiques, passent inaperçus.

Dans les rangs de mes camarades de l’unité d’assaut du GIGN, actifs et connectés aux unités de renseignement, tous ces signaux confirment qu'un scénario de guerilla se met en place dans un mutisme ahurissant.

Notre message est simple : préparez-vous. »
 
 
Cinquante ans après Mai 68, Franck FERRAND revient cet après-midi sur une des énigmes de cette période troublée. On s’est beaucoup demandé pourquoi le général de Gaulle
avait choisi, au plus fort de la tourmente, de rendre visite, à Baden-Baden, au général Massu. Un ouvrage, déjà paru sous une première version pour le quarantième anniversaire, répond à cette question. 
Franck Ferrand reçoit son auteur, Henri-Christian Giraud. Son livre s’intitule : L’accord secret de Baden-Baden. Comment De Gaulle et les Soviétiques ont mis fin à mai 68.
 
 
 
NDRL: Cette info ne passera pas dans nos MERDIAS à la solde de Macron et du "Vivre-Ensemble"...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guerre civile : le Collectif des familles de disparus en Algérie veut des réponses
Publié le 19 mai 2018 - par Manuel Gomez
Revue de Presse Web 140
 
 
L'Etat d'Israël est le dernier rempart contre l'envahissement de l'islam sur la planète !!!!
 
 
 
 
Cannes 2018 : Palme du doigt d’honneur pour les migrants :
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
8
9

10

11
12
13
14

15

16
17
18
 
 
 
 
 
 
"On va au stade régulièrement, comme n'importe quel supporter. Ça finit par se savoir qu'on est fans de l'OM !", explique Anne-Laurence Petel, l'une des heureuses élues avec son collège salonais Jean-Marc Zulesi, qui partagent
cette passion olympienne avec le chef de l'État.
Lors de ses premières vacances officielles, passées à Marseille, l'"enfant du 26 mai 1993" comme il se décrit, n'avait pas résisté à l'envie de rencontrer les joueurs de son club de coeur. Hors congés, après trois jours à Brégançon et en pleine crise sociale,
une telle déclaration passionnelle et un aller-retour Sofia-Lyon auraient sans doute été plus mal perçus cette fois.
 
 
 

Un vrai moment du réel, à Cannes ce jeudi 18 mai 2018. Cédric Herrou, le passeur de migrants qui viole allègrement les lois françaises, a été acclamé par les représentants du système médiatico-cinématographique pour son action contre l’injustice.

 

Herrou, qui a été décoré comme « Juste » par la LICRA (il a reçu le prix de la LICRA mais c’est tout comme), est désormais intouchable. Le fait de participer à la défiguration de la France est récompensé par le pouvoir profond, au détriment des lois républicaines qui s’appliquent aux Injustes, ces Français qui sont pour le respect des lois. Et qui douillent sévère quand elles leur tombent dessus.

 

Peut-on aller plus loin que Cédric et sa bande de clandos sur le tapis rouge ? Oui, des djihadistes tueurs de français portés en triomphe par le couple BHL-Fabius à Cannes. Pourquoi pas ? Au point où on en est... On comprend maintenant comment les lois sont tournées par les décideurs invisibles, comment elles pèsent peu selon leurs intérêts. Si l’andouille manipulée Herrou peut monter les marches, alors une chèvre peut gagner la Palme d’or.

C’est d’ailleurs ce qu’il se passe depuis quelques années à Cannes...

 

Ghyslaine

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Il y a 43 ans disparaissait Pablo Picasso. Une opportunité commémorative qui rappelle la petite “histoire algérienne” du géant espagnol. Le peintre, dessinateur et sculpteur ibérique a donné à l'affaire Djamila Boupacha une résonance planétaire.
C'est lui qui, à l'aube de 1962, “portraitura” la couverture du livre de la moudjahida, écrit par Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir.
De par sa célébrité, Picasso donne à l'affaire Djamila une résonance internationale et fait de la militante algérienne une icône planétaire et le symbole de la femme en lutte au service d'un idéal.
Condamnée à mort le 28 juin 1961, elle est amnistiée et libérée le 21 avril 1962. La plaidoirie très politique de M° Halimi, le portrait de Picasso, la mobilisation de personnalités comme Simone de Beauvoir,
Louis Aragon, Jean-Paul Sartre, Germaine Tillon, Geneviève de Gaulle, la nièce du général, ont payé et ont fait le reste.

Durant la Guerre d'Algérie PICASSO a offert 1.000.000 de Francs au FLN; puis a vendu un tableau pour la libération de Djamila BOUPACHA, poseuse de bombes...
Combien de Français d'Algérie qui ont vécu les attentats aveugles du FLN, roulent dans des "Picasso"??
 
 
 
 
 

Depuis plusieurs jours, nous assistons à un véritable tapage médiatique autour de la chanson « Mercy » sélectionnée pour représenter la France à l’Eurovision 2018.

 

Cette chanson raconte l’histoire de Mercy, le bébé d’un couple de migrants nigérians dont l’accouchement a eu lieu à bord du navire humanitaire «L’Aquarius». Rappelons que le Nigéria est un pays musulman
et que les migrants originaires de ce pays contribuent à l’islamisation de l’Europe en arrivant sur nos terres.

Tous les médias et les artistes se sont enflammés autour de cette chanson «Mercy», véritable ode à la migration, à commencer par la chanteuse Isabelle Boulay, membre du jury pour cette sélection à l’Eurovision et qui est par ailleurs la compagne
d’Eric Dupont-Moretti, l’avocat du frère de Mohamed Merah. Diffusé sur France 2 à une heure de grande écoute, le titre «Mercy» a récolté tous les applaudissements.

 

Cela nous rappelle le concert de Sting au Bataclan en l’honneur des victimes de l’attentat, concert au cours duquel le chanteur avait déclamé la chanson «Inshallah» en soutien aux migrants devant toutes les familles endeuillées.

 

Pour cette grande messe de l’Eurovision, nous aurions préféré qu’un hommage soit rendu à Léana, cette petite Française de deux ans qui est morte fauchée sous le camion du terroriste à Nice. Une mort passée sous silence et dont il ne reste plus
que la poupée écartelée sur la promenade des Anglais.

 

La Francarabia va s’extasier devant le sauvetage d’un bébé migrant mais notre pays enterre ses propres enfants sans honneur, dans l’oubli et l’indifférence générale. Or, une Nation qui laisse sa propre descendance mourir sous les coups de l’ennemi,
sans honorer ses propres morts, est destinée à disparaître et ne mérite pas d’être sauvée.

 

 
 
13 MAI 2018 - Fête des COCUS ?
 
 
 
MENSONGE GAULLISTE !! LES GAULLISTES D'AUJOURD'HUI FERONT-ILS DES EXCUSES AUX PIEDS-NIAIS QUI VOTENT POUR EUX ??

 

https://www.bing.com/images/search?q=13+mai+alger&qpvt=13+mai+alger&FORM=IGRE 

 

https://www.bing.com/videos/search?q=13+mai+alger&&view=detail&mid=CC2A82D4CC156BC3DB9CCC2A82D4CC156BC3DB9C&&FORM=VDRVRV

 

http://www.ina.fr/video/CAF97500980

 
 

Le parjure, la trahison et la honte

 

« L’Histoire brûle les hommes. Après, il faut recueillir les cendres et raconter » (Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc – « Les champs de braises »)

 

            Du navire bondé de légionnaires et de parachutistes, en cet automne 1954, un haut-parleur annonça que l’on apercevait les côtes de France. Bientôt le port de Marseille fut en vue. Mal réveillés, ils montèrent tous sur le pont, serrés les uns contre les autres, appuyés à la rambarde. Le paradis dont ils avaient tellement rêvé dans les camps de prisonniers du Vietminh approchait lentement et déjà ils n’en voulaient plus. Ils rêvaient à un autre paradis perdu, l’Indochine… terre qui avait bu, plus qu’aucune autre leur sang. C’est à elle qu’ils pensaient tous à présent. Ils n’étaient pas les fils douloureux qui s’en revenaient chez eux pour faire panser leurs blessures, mais des étrangers. En eux remontaient des aigreurs.

            Ils se souvenaient avec colère et amertume de ces tonnes de médicaments régulièrement adressées au Vietminh par l’Union des Femmes Françaises (1) et leur indignation ne résultait pas de ce que l’ennemi recevait de la Métropole des colis de pénicilline, mais du fait que chaque jour des soldats français mouraient faute d’en posséder…

            En 1950, à Orange, un train de blessés d’Extrême-Orient avait été arrêté par des communistes qui avaient injurié et frappé ces hommes sur leurs civières. Un hôpital parisien qui demandait du sang pour les transfusions sanguines spécifiait que ce sang ne servirait pas pour les blessés d’Indochine. On avait refusé à Marseille, dont ils apercevaient maintenant Notre-Dame de la Garde, de débarquer les cercueils des morts…

On les avait abandonnés, comme ces mercenaires soudains inutiles que Carthage avait fait massacrer pour ne pas payer leur solde.

Des souvenirs terribles les hantaient… Ceux de ces partisans qu’ils avaient juré de ne jamais abandonner… Et parmi eux, la vision de ce vieux chef guerrier qui avait rallié sous le drapeau tricolore dix mille de ses hommes… alors que Diên-Biên-Phu était tombée et que tout allait mal dans le delta tonkinois. Il avait alors demandé aux officiers français s’il était vrai que la France allait livrer le Tonkin au Vietminh car rien n’avait été prévu pour replier ses partisans et leurs familles. Les divisions viets déferlaient sur le Delta. Le système de défense cédait peu à peu. Tout reposait sur ce vieux chef et sur ses hommes qui, connaissant admirablement le terrain, étaient à même de repousser mieux que quiconque les assauts des communistes.

            Alors les officiers français lui mentirent et lui assurèrent que jamais ils ne le laisseraient tomber. Il eut foi en leur parole. Ses partisans restèrent à leur poste et continuèrent à se battre jusqu’au bout alors qu’ils étaient submergés. Pendant ce temps l’armée française prépara la défense de Hanoi et de Haiphong et elle n’évacua personne. Le vieux chef fut pris par les communistes. Ils le torturèrent jusqu’à ce qu’il agonisât puis ils lui tranchèrent la tête. Les survivants parmi ses partisans subirent le même sort…

            Et, le visage tendu, les mâchoires crispées, ils se souvenaient aussi de tous ceux à qui ils avaient affirmé qu’ils resteraient toujours et en particulier les catholiques… Ils essayaient de gagner à la nage les bateaux en partance pour la France… Combien de ceux-là périrent noyés ?

            Plus tard, ces visions de cauchemar hanteront de nouveau ces hommes-là… Eux, les anciens d’Indochine, eux, les officiers qui représentaient la France dans ce pays, l’Indochine, ils la burent jusqu’à la lie. Ils connurent la défaite et l’abandon. Leur parole qui était celle de la France, ils la renièrent mille fois dans cette guerre et ils en étaient couverts de honte. Les images qui s’entrechoquaient dans leur mémoire les harcelaient sans trêve… Des familles entières menacées d’extermination par le Vietminh s’accrochaient désespérément aux ridelles des camions et, à bout de force, tombaient en pleurant dans la poussière de la route. Sept ans plus tard, ces mêmes visions apocalyptiques ressurgiront quand l’armée française abandonnera dans la honte et le déshonneur les Musulmans fidèles à la France.

Le Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc écrira dans « Les champs de braises » : « La plupart des Vietnamiens ne disent rien. Ils nous regardent simplement. Nous avons honte. Ils nous auraient tués à ce moment-là que nous aurions trouvé cela juste. L’un d’eux me dit : « Alors, mon capitaine, vous nous laissez tomber ? » Je ne réponds rien ! » … « Les centaines d’hommes et de femmes à qui, au nom de mon pays et en mon nom, j’avais demandé un engagement au péril de leur vie, nous les avons abandonnés en deux heures. Nous avons pris la fuite comme des malfrats. Ils ont été assassinés à cause de nous »…

            Sur cette tragédie –conséquence à ses yeux d’un parjure- qui le traumatisera jusqu’à la fin de ses jours, il ajoutera : « La simple évocation de ces souvenirs suffit, cinquante ans après, à troubler mon regard et faire trembler ma main. »

Une fois la victoire acquise, les communistes lamineront le pays, faisant la chasse aux « collaborateurs », c'est-à-dire, ceux qui avaient pactisé avec les soldats français. Pour eux, point de pitié. Une mort atroce les attendait…

Alors, quand en Algérie, le même processus s’engagera ; quand les officiers français se retrouveront coincés dans le même système, quand les harkis risqueront de connaître le même sort que leurs partisans indochinois… ils s’engageront… mais cette fois, personnellement, parce que le pouvoir sera trop faible, trop lâche pour tenir ses engagements. Après, plus question de partir, ce sera terminé pour eux. Ce ne sera plus la parole de la France ; ce sera la leur ! Et pour beaucoup de soldats, ce sera un engagement solennel : « La mort plutôt que le déshonneur ».

… Et c’est cet engagement qui poussera à la révolte, en avril 1961, des soldats valeureux refusant le parjure, la trahison et la honte. Ils abandonneront ainsi leurs uniformes, sacrifieront leur carrière, seront séparés de leur famille parfois durant de longues années, connaîtront la prison, l’exil, le sarcasme de leurs vainqueurs et de ceux qui n’avaient pas osé, des poltrons, des lâches et des traîtres pour être restés fidèles à leur serment et à leur idéal.

Le temps passera, l’oubli viendra, les légendes fleuriront, mais jamais assez l’Histoire ne mesurera la grandeur de leur sacrifice.

 

José CASTANO

Courriel : joseph.castano0508@orange.fr

 

(1) – Issue des comités féminins de la Résistance, l'Union des Femmes Françaises est créée par un congrès le 21 décembre 1944. Elle se révèle rapidement liée au Parti communiste français, sous la houlette de Jeannette Vermeersch, qui en fait pendant les années de guerre froide, une organisation communiste de masse. Elle se retrouve notamment impliquée dans des actes de sabotages et de découragement à l'encontre des soldats français lors de la guerre d'Indochine.

L'Union des femmes françaises devient Femmes solidaires en 1998

 
 
60 ANS DE MENSONGES !! NI OUBLI NI PARDON !!
 
 
PIEDS NIAIS, NE FAITES PLUS CONFIANCE AUX GAULLISTES...
 
 
 
 
 
 
 
NE JAMAIS OUBLIER...
 
 
 
 
 
 
 
 
Mais, qu'avez-vous contre le "Vivre-Ensemble..."
 
   
 
 
 

N’oublions pas que c’est De Gaulle qui en 1945, permit la main mise du Parti Communiste sur l’Education nationale: Le plan Langevin-Wallon est le nom donné au projet global de réforme de l’enseignement et du système éducatif français élaboré à la Libération
conformément au programme de gouvernement du Conseil national de la Résistance (CNR) en date du 15 mars 1944.
Ce projet global fut élaboré par les membres de la « Commission ministérielle d’études pour la réforme de l’enseignement » nommés le 8 novembre 1944 par René Capitant, ministre de l’Éducation nationale du gouvernement provisoire de la République française présidé par Charles de Gaulle. Commission successivement présidée par deux grands intellectuels liés alors au PCF — Paul Langevin puis Henri Wallon — (wiki-pedia)

Pierre BARISAIN

 

 
Réponse des amis de B. STORA...
 
NDRL: nous ne recherchons que la Vérité; non aux mensonges du FLN et ses complices.... Par exemple qui a créé le slogan "La valise ou le cercueil" ? l'OAS en 1961, ou le PPA en 1945??
 
 
 
 
IL NE PEUT Y AVOIR DE PARDON
NI DE RECONCILIATION AVEC CETTE FRANCE LA !!!






Je laisse le soin à Paule Madeleine Lartigue D'Oranie de publier un article sur le 8 mai 1945 à Sétif et sur toute la désinformation qui a entouré cet évènement.


Je rappellerai pour ma part un fait que j'évoquais hier avec un collègue. Le 9 mai 1962, une patrouille militaire trouve dans les rues d'Oran, dans la ville nouvelle, 41 corps de jeunes Européens saignés à blanc.

Ce qui n'était au départ qu'une rumeur sera confirmé il y a quelques années par les archives auxquelles a eu accès l'historien JJ Jordi.

Ces jeunes gens étaient enlevés pour servir de "banques du sang" afin de transfuser les blessés du FLN.

Vidés de leur sang jusqu'à la mort et leurs corps jetés dans la rue.

Le docteur Larribère, ancien député communiste, se chargeait de cette sordide besogne dans sa clinique de l'horreur.

Il ne sera jamais inquiété.

Ce même jour, Pompidou donne comme instruction le devoir fait à tout militaire de porter secours à une personne menacée.

On sait ce qu'il en sera le 5 juillet à Oran, à de rares exceptions près.

Pourtant ce 9 mai, le curé de Sidi-Moussa, l'abbé Cerda, est enlevé par le FLN.

Il aurait suffi d'une patrouille pour le retrouver.

Mais un rapport de la Croix Rouge nous apprendra qu'il a été supplicié durant de longs mois puis égorgé.

Toujours le 9 mai, le quotidien Le Monde titre que l'Australie, vous avez bien lu... l'Australie..., est prête à accueillir les Pieds-Noirs

La solidarité à la française...

Le lendemain, 10 mai, le FLN égorge Mme Fush et sa fille Colette, 18 ans, après les avoir violées.

24 morts ce jour-là, uniquement à Oran.

Et toujours à Oran, moins dramatique mais révélateur de la volonté d'humilier et de brimer les Français d'Algérie, au prétexte d'une interdiction de stationner, 50 voitures sont enlevées des rues par l'armée et... jetées à la mer !

Il paraît que les accords d'Evian signés il y a presque 2 mois prévoyaient la protection des biens et des personnes...

 
 

Que n’aurions nous pas entendu si c’était l’inverse qui s’était produit? C‘est un patriote qui est agressé par les sauvages les « démocrates » sont ravis et s’en lavent les mains. Marie-Pascale   

Après son agression, Robert Ménard : “des élus socialistes, des insoumis, de nombreux maires filmaient et souriaient quand j’étais à terre”

Publié par Gaia - Dreuz le 8 mai 2018

 

Le maire de Béziers Robert Ménard revient pour Valeurs sur les circonstances de son agression ce week-end.

Valeurs actuelles. Pouvez-vous raconter en détails votre agression ?
Je me rendais dans ce petit village (Saint-André de Cubzac, en Gironde) pour une réunion avec les élus locaux sur l’union des droites. J’ai déjeuné avec ces élus, et l’après-midi nous nous sommes ensuite rendus dans une salle de cette petite ville pour une réunion publique. Je suis arrivé sans gardes du corps, car je n’en ai jamais, et il y avait déjà une cinquantaine de personnes qui vociféraient, qui hurlaient. Ils ont le droit, c’est la démocratie. Sauf qu’à un moment, un homme m’a frappé derrière la tête, avec sa main ou avec un objet je ne sais pas, j’ai vacillé et j’ai eu affreusement mal. J’ai continué mon chemin, et les gens autour de moi ont continué à me bousculer, je suis tombé une deuxième fois. Je me suis à nouveau fait mal… tout ça sous les yeux des élus locaux ! Il y avait des élus socialistes, des insoumis, de nombreux maires… qui filmaient et souriaient quand j’étais à terre ! J’ai eu quatre jours d’ITT (Interruption temporaire de Travail) complets et dix jours d’ITT partiels. Je pose une seconde question : quid des gendarmes ? Ils ne sont pas intervenus ! ça n’arriverait jamais dans ma ville. Le sous-préfet de permanence a volontairement minimisé les choses. Que ce soit clair : je n’accuse pas les gendarmes, j’ai trop de respect pour eux et je sais le travail qu’ils font.

Valeurs actuelles. Pourquoi selon vous il n’y a pas eu de réaction « officielle » ?
L’absence de réaction officielle est invraisemblable ! J’ai eu quatre jours d’ITT complets. Quand Nathalie Kosciusko-Morizet a été bousculée, le tollé a été général. Et à juste raison ! Elle avait eu deux jours ITT… Même Edouard Philippe avait réagi et pris position, cela avait fait la une des médias ! Imaginez un instant que ce soit un autre élu que moi, imaginez si un élu d’extrême-gauche avait été bousculé par l’extrême-droite ! Il y aurait donc deux sortes d’élus ? Pas un mot du ministre de l’Intérieur. Je suis un élu de la République ! La classe politique traditionnelle pousse de grands cris d’Orphraie. En dehors d’Eric Ciotti et de quelques députés LR que je salue, qui a dit quelque chose aux Républicains ?

Valeurs actuelles. Qu’attendez-vous désormais de la justice ?
J’ai porté plainte avec constitution de partie civile. Il s’agit de violence en réunion contre un élu de la République. La gendarmerie m’a assuré de sa volonté d’avancer. Je souhaite que les auteurs soient punis mais qu’on s’interroge surtout sur certaines personnes. Avant ma visite, le responsable local d’En Marche avait dit de tels mensonges à mon égard, en disant par exemple qu’il y avait des milices à Béziers ! Quand on chauffe à blanc, on porte une part de responsabilité. La classe politique traditionnelle ne s’offusque que dans certains cas. A part Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Frédéric Poisson, et certains autres que je salue, c’est silence complet. Quel silence ahurissant !

 

NDRL: la gôôche nous donne sans cesse, des leçons de Tolérance...
 
 
 
 
 
 
Hyères, le 21 avril 2018, Régis GUILLEM, ancien Président de l'ADIMAD, reçoit des mains du Colonel Jean-Claude BERTOUT son diplôme d'honneur de la Légion
 
 
NDRL: ces 2 infos datent de 2014...

Ils détruisent tout sur leur passage et menacent même les villageois

Les singes envahissent des villages kabyles

Les arboriculteurs des localités de Yatafène, Iboudrarène et Akbil, dans le sud-est de la wilaya de Tizi Ouzou, ne savent plus à quel saint se vouer pour parer à l’invasion, depuis quelques mois déjà, des singes magots qui ne cessent de causer des dégâts à leurs champs et plus particulièrement aux arbres fruitiers. En effet, après avoir détruit des milliers d’arbres fruitiers sur le flanc du massif montagneux, des colonies entières de singes magots se sont dirigées récemment vers ces villages. À Tala n’Tazart, un village qui souffre depuis plusieurs années de ce phénomène, des jardins potagers et des vergers entiers ont été, une fois encore, réduits à néant. Les villages d’Aït Saâda et d’Aït Daoud n’ont pas été épargnés, tant leurs habitants n’arrêtent pas de subir le massacre et la désolation dans leurs champs.

 

NDLR: Néo-colonialisme des magots ! Avec l'Ebola soupçonné à In Guezzam et la chute du baril de pétrole à 82,85 dollars, l'Algérie libérée du joug colonial va faire la queue pour les visas.

Pierre BARISAIN

 
 
IN MEMORIAM
 
 
2) Le Café Histoire de Toulon vous recommande particulièrement la 73e Maintenance des Confréries de Pénitents de France et de Monaco qui se déroulera à Toulon. Il s'agit d'un événement incontournable ! Le samedi 5 mai , à 10h : Messe en forme extraordinaire à l’église Saint-François-de-Paule (place Louis-Blanc). Puis à 17h : Visite guidée de la Cathédrale par Charles Gonnel et Alain Vignal, Pénitents de Toulon (ouvert à Tous). Enfin à 20h, vous pourrez vous joindre à eux pour assister à une grande soirée musicale à la Cathédrale avec : Chants corses présentés par les confréries de Corse ; Chants à Marie, par la chanteuse lyrique Lidia Gnielinska et le Programme « Au pied de la Croix », par le chœur Jubilate. Surtout et c'est l'évènement à ne pas manquer, le dimanche 6 mai : 9h : Départ de la procession de toutes les confréries de pénitents en tenues vers la Cathédrale ;10h30 : Messe pontificale en la Cathédrale Sainte-Marie de la Seds, présidée par Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Norbert Turini, évêque de Perpignan-Elne, Aumônier général de la Maintenance, et Mgr Bernard Barsi, archevêque de Monaco. Pour en savoir plus cliquez sur ce lien Esprit de pénitence . Si vous souhaitez en savoir plus sur les pénitents noirs de Toulon, envoyez un mail au recteur : vignal_alain@yahoo.fr,
 
 
 
Un témoignage d'un CRS particulièrement percutant...
"ON" nous aurait caché ça???
 
 
LA  LEGION   -A-   AUBAGNE
 
Ca vous étonne??
 
 
 
Les Gaullistes nous font rire, lorsqu'ils critiquent Hollande et Macron...
 
 
 
 
 

STOP A LA FALSIFICATION DE BENJAMIN STORA....

 
 

Cher ami Hervé,
Événement inacceptable. Le soutien par des organismes officiels français sur fonds publics rend cette apologie collabo encore plus inadmissible. Stora n'a jamais été un historien, encore moins un scientifique. Au pis un militant
antinational communiste, au
mieux un idiot utile internationaliste. Initiative provocatrice et scandaleuse.
Stora et ses complices ont fait en leur temps  oeuvre de désinformation et de défaitisme, quand ce n'est pas de sabotage.

Aujourd'hui on veut par propagande mensongère réécrire l'histoire en version révisionniste.
Ces terroristes intellectuels, qui portent aussi la responsabilité au moins morale  de crimes de sang, n'auraient peut-être pas rêvé eux-mêmes pareille
victoire métapolitique.

Bien à toi, Marc

 
 
Clément Viktorovitch est docteur en science politique, maître de conférences en rhétorique à Sciences Po et chercheur au Laboratoire Communication et Politique (CNRS)....rien que ça, ce qui l'autorise de toiser régulièrement ses contradicteurs de ses théories fumeuses et terriblement orientées; écoutez ce prétentieux justifier le blocage de Sciences Po par une minorité contre l'avis de la majorité des étudiants (près de 70 pour 100); on devine que ce sont ses élèves qu'il a bien endoctrinés ! Édifiante conception de la démocratie ! Encore un enseignant idéologue payé par nos sous et invité régulier sur nos chaînes de TV comme "expert" !!

 
 
 
  • le 26 avril 1961 : les généraux Challe, Jouhaud, Salan et Zeller quittent le Gouvernement général d'Alger.

Les généraux Salan et Jouhaud quittent Alger pour rejoindre l'OAS ; le général Zeller et le général Challe se rendent aux autorités. Immédiatement transférés à Paris et emprisonnés à la Santé. L'épuration commence ! Sont dissous : le 1er REP les 14éme et 18éme RCP et le GCPA (commandos de l'air) ; un peu plus tard, les 10éme et 25éme DP.

Se retrouvent en prison, les généraux Challe, Zeller, Gouraud, Bigot, Nicot et Petit ; les Chefs de Corps et colonels de La Chapelle du 1er REC, Lecomte du 14éme RCP, Masselot du 18éme RCP, le Lt-colonel Emery du GCPA, Bréchignac de la 2éme DP, les commandants Denoix de Saint-Marc du 1er REP et Robin du GCPRG. Mais aussi les Généraux Alard, ancien Commandant en Chef en Algérie, Grout de Beaufort et Faure ancien patron de la Kabylie et le Colonel Dufour ancien de la Légion, qui sont arrêtés en Europe.

Des mandats d'arrêt sont lancés contre les généraux Salan, Jouhaud et Gardy, les Colonels Godard, Lacheroy, Broizat, Gardes et Argoud. 220 officiers sont arrêtés, 114 passent en justice et 83 sont condamnés. Les Généraux Olié, Chef d'état-Major des armées, de Pouilly, commandant la place d'Oran, et Gracieux, inspecteur des Troupes Aéroportées ainsi qu'environ 1000 officiers qui n'ont pas participé au putsch, démissionnent de l'armée, par solidarité. Bidault, Soustelle, Horace Savelli, Pierre Château-Jobert, Compagnons de la Libération, prennent le maquis ...

Jamais, dans l'Histoire de France, l'armée du pays n'a subi une telle purge ! De Gaulle croit la Méditerranée aussi large que le Pacifique, vomit le monde arabe et n'a que de la rancune pour les Français d'Algérie à qui il doit d'avoir eu accès au  Pouvoir. La reconnaissance est une vertu princière. Lui n'est qu'un Thénardier. Le Maréchal Juin déclare que la France est en état de péché mortel. Gaston Defferre dont les héritiers veulent aujourd'hui du migrant partout publie dans "le Provençal" que les pieds-noirs "doivent aller se réadapter ailleurs". En 1944 ce sont eux qui ont libéré l'Italie et le sud du pays les armes à la main !

 
 
Anniversaire abolition de l'Esclavage

Ce 27 avril, Emmanuel Macron célèbre le 170e anniversaire du décret de l’abolition de l’esclavage en France, signé en 1848 sous l’impulsion de Victor Schœlcher.

 

A cette occasion on a déclaré que "l esclavage fut définitivement aboli par la France en 1848 " ce qui n est pas tout a fait exact puisque ce fut exactement le 15 juillet 1906 par décret pour le sud de l'Algérie (voir ci dessous) où il subsistait  jusqu'à cette date.

Ce fait est largement occulté dans notre Histoire La constitution de 1848 art 109 précise "que le térritoire de l"Algérie est déclaré territoire Français et sera régit par des lois particuliéresjusqu"a ce que une loi spéciale le place sous le régime de la présente constitution" (II em République)

Peu évoqué  l' aboliton de l'esclavage en Avril 1848 s"appliqua aussi à L"Algérie ! et oui certains  musulmans de part leur statut personnel avaient des esclaves noirs (épisode d"Abdel Kader qui en fit décapiter une centaine qui s"etaient réfugiés chez les français et que ceux ci lui remirent  à la faveur d'une tréve)  

Alors que les esclaves "blancs " des barbaresques avaient été libérés et le statut de "dhimis" déclaré obsolète pour les juifs dés 1830 (en attendant le décret Crémieux).

La mesure d'abolition fut appliquée avec réticence par les tribus qui espéraient une compensation financiére mais l" application fut progressive dans le sud où la traite des noirs existait encore dans le Sersou en 1906. Il fallut le décret  trés coercitif du 15 juillet 1906 pour l"interdire.

( sources histoire de l"Algérie  Xavier Yacono et diverses archives ) 

 
 
1/ Congo - Santé : L’épidémie de « Variole du singe » ( Monkey pox) s’est déclarée dans la Likouala  

Elle avait fait des ravages en Centrafrique et au nord de la RDC il y a quelques temps, la maladie virale dite « variole du singe » s'est déclarée dans les districts d’Impfondo, Bétou, Enyelle et Dongou dans le département de la Likouala. La tranche d'âge de 4 à 40 ans, plus exposée aux contacts quotidiens est la plus exposée à la pandémie.

L'annonce officielle de cette maladie très propagatrice a été faite par la ministre de la Santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo, le 13 mars.

Le bilan a t-elle dit se monte déjà à trois morts, précisant que le Gouvernement est à pied d’œuvre pour endiguer le mal et freiner sa propagation.

Déjà signalée en 2003, la variole du singe resurgit pour une seconde fois dans le département de la Likouala.

Cette maladie très invalidante se manifeste par l'apparition de pustules en forme de boutons imposants remplis de liquide qui envahissent  tout le corps, le cuir-chevelu y compris. Le malade ressent une forte poussée de fièvre. ( un mort sur 10 cas)

 

 

2/ Australie : un mystérieux virus incurable et mortel ravage la population indigéne.

Le HTLV-1, est en train de décimer la communauté aborigène australienne.                                                            

Découvert peu de temps avant le VIH, un des virus les plus mortels pour l'homme, appelé le HTLV-1, est en train de décimer la communauté aborigène australienne, rapporte Le Guardian. Aucune réponse, de la part des autorités, n’a depuis été apportée.

NDLR: "Il est déjà trop tard"... On a cessé de vacciner contre la variole et on a privilégié la lutte contre le HIV en négligeant le HTLV 1. Le brassage des populations va faire le reste... 

"Ne te demande pas pour qui sonne le glas..."

Pierre BARISAIN

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Vous êtes comme moi, amis lecteurs, habitués de la rhétorique des CCIF et autres associations dites antiracistes et de trop de musulmans eux-mêmes, vous n’ajoutez pas foi une seule seconde aux assertions de l’accusation :

Une habitante du quartier Saint-Jacques à Perpignan a été condamnée ce lundi par le tribunal  correctionnel de Perpignan pour violences et injures à caractère racial sur des femmes voilées devant l’école de leurs enfants.

Une femme de 61 ans a été jugée par le tribunal correctionnel de Perpignan ce lundi pour avoir agressé, en septembre et octobre 2017, des femmes voilées qui accompagnaient leurs jeunes enfants à l’école maternelle et primaire Romain-Rolland
dans le quartier Saint-Jacques.

Insultes, bousculades… la prévenue a nié les faits de violences mais a livré à l’audience sa défiance à l’égard de la religion musulmane.
Elle a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve, dont l’obligation de soins et l’interdiction d’approcher l’établissement scolaire.
 

Insultes  et violences pour avoir sans doute dit aux femmes qu’on était en France, que l’égalité hommes-femmes exigeait une autre tenue…

Que du classique.

Des violences ? Vous imaginez une femme de 61 ans s’en prendre violemment à elle toute seule 7 voilées dans la force de l’âge puisque mères de jeunes enfants ? Si elle en a poussé ou repoussé une ou deux dans le feu de la discussion, y a-t-il de quoi fouetter un chat ?

Ça ne tient pas la roue une seule seconde… sauf pour les juges qui, dès qu’ils voient le mot islam, sortent la guillotine. Ou presque.

On lit dans le journal du 10  ces précisions sur l’audience :Elle est venue seule lundi face au tribunal correctionnel. Sans avocat pour porter sa voix et pour répondre d’injures et de violences sur des femmes voilées alors qu’elles accompagnaient leurs jeunes enfants à l’école Romain-Rolland dans le quartier Saint-Jacques à Perpignan.

Mais, cette petite femme de 61 ans, « journaliste à deux ans de la retraite »,cheveux au carré grisonnants et silhouette fluette enveloppée dans une fine doudoune, ne s’est pas démontée. Niant « toutes ces accusations éhontées »…

http://www.lindependant.fr/2018/04/10/elles-agressait-les-femmes-voilees-les-signes-ostentatoires-me-genent,3914830.php

 

 
 
 
 
Quelques exemples de prédications faites par des imams dans des mosquées en France. Les propos tenus visent à exiger des musulmans le rejet de notre civilisation occidentale, donc de les empêcher de s'intégrer dans leur pays d'accueil.
Il ne faudra pas nous dire on ne savait pas


 
 
Suite du mensonge de Leïla de Tolbiac, avec la façon dont G. Miller appréhende la vérité, le tépoignage !! Ahurissant !! Et bien sûr, on suppose qu'il a dit ça en parlant de l'étudiant Nicolas poursuivi par les policiers à la Manif pour tous et qui eut droit à deux mois de prison ferme, ou même traitement de la police et de la justice face aux Identitaires sur le toit d'une mosquée en construction à Poitiers....
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
Algérie : le tournage d’un film historique interrompu à cause d’un drapeau français
 
 
 
22 AVRIL 1961 - 22 AVRIL 2018

                    CELA FAIT 57 ANS AUJOURD'HUI ...


Rendons  hommage à tous ces Patriotes  Français   (puisque personne d'autre ne le fera),   qui ont tout sacrifié pour une cause  capitale, alors que le déshonneur d'un capitulard  allait le conduire aux plus ignobles atrocités,  celles notamment de brader un territoire Français et  de commettre des crimes d'Etat.
Robert SAVALLI. 

     
POUR CELA, JUSTICE N'A JAMAIS ETE RENDUE !                                                                              

ILS  ONT TOUT SACRIFIE  POUR LE RESPECT DE LA PAROLE DONNEE !

                 PAR RESPECT ET RECONNAISSANCE

                     SOYONS DIGNE DE LEUR ENGAGEMEMENT

    AU SERVICE DE LA FRANCE ET DE LEURS CONCITOYENS !


                             NE LES OUBLIONS PAS !!!
 
 
 
MESSIEURS LES DONNEURS DE LECONS DEPUIS 40 ANS, IL SERAIT GRAND TEMPS D'OUVRIR VOS YEUX.....
 
 

Pourquoi s'indigner maintenant, alors qu'entre les deux tours de la présidentielle de 2017, Sarah HALIMI a été assassinée parce que Juive, par un Islamiste? Ne fallait-il pas, à tout prix assurer l'élection de MACRON?

Il valait mieux parler des dangers de l'extrême-droite, plutôt que de nommer franchement ceux qui assassinent depuis 15 ans les Juifs... C'est Luc FERRY qui l'a dit...
https://www.lci.fr/replay/video-luc-ferry-invite-politique-d-audrey-crespo-mara-du-jeudi-1-fevrier-2018-2077521.html

Écoutez à partir de la 2° minute: Il faut que Édouard Philippe se réveille! Ce n'est pas une nouvelle forme d'anti-sémitisme: cela fait 15 ans que l'on voit monter ce genre de choses; que le Premier Ministre le découvre aujourd'hui (1° février 2018), me sidère...

Les Faussaires de l'Histoire, seront jugés un jour... HC

Elle a l'air maligne, la future Maire d'Aix, avec son bourrage de crane...
Elle ne savait pas que Sarah HALIMI avait été torturée et massacrée par un voisin, Islamiste??
Pourquoi faire peur avec l'élection de Marine, quand elle sait que depuis 40 ans, les Juifs de France, ne sont pas en sécurité à cause des Islamistes, à qui tout est permis???

Je vous conseille d'aller vous cacher, Madame...

 
 

Manifestement aucun de nos dirigeants n’a lu Enoch Powell. Marie-Pascale

Immigration : Enoch Powell, le prophète diabolisé

21 avril 2018

Par la fondation Polémia.

Il y a 50 ans, le 20 avril 1968, pour la première fois un homme politique européen, le Britannique Enoch Powell, posait la question de l’immigration extra-européenne. Son discours prononcé à Birmingham, Rivers of blood (littéralement « Des fleuves de sang »), fait aujourd’hui figure de prophétie. Polémia Après Paris et Bruxelles, Londres a été la cible d’une attaque islamiste. L’attaquant et ses complices venaient de Birmingham, une grande cité du nord-ouest de l’Angleterre. Un haut lieu de la colonisation islamiste de l’Europe avec des cellules salafistes impliqués dans les attentats de Bruxelles et de Paris. Et, selon Fox news, des « no go zone » pour les non musulmans. Telford où plus de 1000 jeunes européennes furent violées par des gangs pakistanais se trouve à proximité immédiate de Birmingham. Birmingham une ville martyre de la colonisation de l’Europe.

Une ville ou fut pourtant prononcé le premier discours dénonçant les dangers de l’immigration en Europe. C’était le 20 avril 1968. Le député conservateur Enoch Powell déclara : « La fonction suprême de l’homme d’état est de protéger la société de malheurs prévisibles. Il rencontre dans cette tâche des obstacles profondément ancrés dans la nature humaine. L’un d’entre eux est qu’il est d’évidence impossible de démontrer la réalité d’un péril avant qu’il ne survienne (…).Sur la lancée actuelle, dans 15 ou 20 ans, il y aura en Grande-Bretagne, en comptant les descendants, 3,5 millions d’immigrés du Commonwealth.(…) Il n’y a pas de prévision officielle semblable pour l’an 2000, mais le chiffre avoisinera les 5 à 7 millions, soit environ un dixième de la population, quasiment l’équivalent de l’agglomération londonienne (…) J’ai l’impression de regarder ce pays élever frénétiquement son propre bûcher funéraire(…) Dans de telles circonstances, la seule mesure adaptée est de réduire, toutes affaires cessantes, le rythme de l’immigration jusqu’à des chiffres négligeables, et de prendre sans délai les mesures législatives et administratives qui s’imposent. (…) Je contemple l’avenir et je suis rempli d’effroi. Comme les Romains, je vois confusément « le Tibre écumant de sang. » »

Sa critique du multiculturalisme valut à Enoch Powell près de 100 000 lettres de soutien. Un sondage Gallup réalisé fin avril 1968 révéla que 74% de la population britannique était d’accord avec lui. Pourtant il fut destitué de son poste de ministre de la Défense dans le shadow cabinet conservateur. Et les médias le diabolisèrent. Enoch Powell était l’homme politique le plus brillant de sa génération. Formé au Trinity college de Cambridge c’était un helléniste réputé et un poète. Polyglotte, il fit une guerre brillante comme capitaine dans l’Intelligence service. Elu jeune député, il devint rapidement secrétaire au trésor et ministre de la santé. La route de Downing Street où réside le Premier ministre britannique lui était ouverte. Sa lucidité et son courage politique le perdirent. Après son lumineux discours de Birmingham sa carrière politique fut foudroyée.

Honneur à Enoch Powell ! Honneur au diabolisé.

 
 
La marine de guerre algérienne devient l’une des plus puissantes du bassin Méditerranéen, affirme le site « Menadéfense », spécialisé dans les informations dans le domaine militaire dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Ce mois-ci, la...
 
 

Je suis née en Algérie, où j’ai vécu jusqu’à mes 20 ans.

 

J’ai, donc fréquenté depuis mon plus jeune âge les musulmanes qui allaient en classe avec moi. Plus tard, celles et ceux qui ont travaillé avec moi.
 
A cette époque, je puis vous assurer qu’aucune de ces enfants, jeunes filles ou femmes ne portaient de voile. Elles étaient habillées à l’occidentale. Elles se maquillaient. Elles fréquentaient les garçons comme n’importe quelle adolescente européenne. Rien ne les différenciait de nous .
Bien sûr, il y avait des femmes plus âgées, ou en charge de famille, qui mettaient le drap (en Algérie, elles portaient le drap blanc) quand elles sortaient dans la rue pour faire leurs courses, par exemple. Un peu comme nos mères qui ne « sortaient pas en cheveux » parce que ce n’était pas correct. Mais, quand elles balayaient le devant de leur porte qui donnait sur la rue, elles ne s’encombraient pas du voile. Pas plus quand le voisin européen rentrait du travail et qu’elle le croisait dans le couloir.
 En ce qui concerne le ramadan, les enfants ne le faisaient pas. Ils étaient les seuls à avoir droit à la cantine scolaire en primaire et les repas leur étaient servis tous les midis. Pas plus que les adolescentes, d’ailleurs, comme les demi-pensionnaires lorsque nous étions au Lycée. Les vieux – et encore pas tous, certains – respectaient cette tradition religieuse .
 Mais, tous, fêtaient l’Aïd.
 Je n’ai pourtant jamais vu de mouton égorgé devant nos portes ni devant les leurs. Ils faisaient leurs achats dans les mêmes épiceries et boucheries que nous.
 Et, puisque nous parlons de mouton, parlons du Halal.
 Pas de boucherie Halal dans nos quartiers. Tous les arabes qui y vivaient achetaient chez les bouchers ! C’était plus simple que ce que vous pensez .
 Dans mon quartier, le boucher ne vendait pas de porc. Il vendait toutes les autres viandes. Et il y avait les boucheries-charcuteries qui, elles, vendaient toute les cochonnailles, de la viande à la charcuterie. Dans ces commerces, il n’y avait jamais d’arabes. C’est tout à fait logique. Quant à nous, si nous voulions acheter du bœuf ou du mouton ou du poulet nous allions chez le même boucher où les arabes achetaient. Jamais au grand jamais je n’ai entendu parler de Halal. Même après l’indépendance, pendant un an et demi où j’ai encore vécu là-bas, je n’ai vu ni connu de boucherie Halal.
 Quant à la mixité, les femmes et les hommes, musulmans, juifs ou chrétiens, tous, travaillaient ensemble sans qu’elles aient été obligées de se couvrir ou être séparées d’eux. Personne ne s’en est jamais offusqué .
 On travaillait tous les jours de la semaine ou presque. Le dimanche était le jour de repos pour tout le monde. Il n’y avait pas de prière pendant les heures de travail, pas de vendredi à la mosquée, la religion était l’affaire de chacun et elle n’intervenait pas dans la vie en communauté. Cependant, je ne doute pas une seule seconde que les arabes étaient de bons musulmans comme les Juifs étaient de bons israélites et pour les chrétiens, pareillement.
 

Nous arrivons en France, en 1962 .
 Il y avait déjà des musulmans, d’autres nous ont suivis.
 Il n’existait aucune ségrégation. Les arabes vivaient dans les mêmes bâtiments que nous, nos enfants se sont élevés ensemble, sont allés en classe ensemble et, là encore, la religion restait cantonnée dans la sphère familiale. Ces musulmans vivaient absolument comme nous .
 Jusque vers la fin des années 70. C’est là que tout a commencé. C’est pendant cette période que tout a changé.
 C’étaient des Arabes venus du Moyen-Orient, je pense, en tout cas habillés comme des prophètes de l’ère de Mohamed, qui ont sillonné les chemins de France. Ces gens, nous les avons vus s’adresser aux musulmans, passant dans les ateliers, les commerces, les cités, les chantiers des bâtiments et travaux publics, partout…
Ce qu’ils se sont dit ? Nous ne le savons pas. Mais, toujours est-il que les musulmans ont changé subitement d’habitude et d’attitude. Ceux qui aimaient bien boire leur vin le midi, ne burent plus que de l’eau. Ils rentraient directement à la maison au lieu d’aller boire l’apéro avec leurs copains. Ils se sont mis à manger halal et les boucheries arabes halal se sont multipliées.
 A ce moment-là, nous avons vu, même les plus jeunes garçons, ne se saluer qu’en arabe en portant leur main sur le cœur avec respect quand, la veille, ils s’en « tapaient cinq » avec les copains en rigolant comme des bossus. Les femmes se sont mises à porter le foulard. Le foulard simple. Les pères et les frères sont devenus plus rigides avec les filles. Dans les cités ont commencé à fleurir des appartements qui étaient réservés à la prière du vendredi, les premières mosquées.
 Les jeunes gens, si insouciants quelques temps avant, se réunissaient entre eux. On n’y voyait plus aucune fille dans leurs groupes. Elles ont changé leurs habitudes vestimentaires. Et surtout, elles craignaient les frères ou les copains des frères parce que c’était devenu l’affaire de tous. Ils s’épiaient, se surveillaient. Les irréductibles étaient vivement réprimandés.
Et ils ont commencé à se regrouper dans les cités. En un mouvement presque synchronisé, les rares européens qui restaient ont été obligés de partir. Ces cités sont devenues majoritairement arabo-musulmanes. Exit l’européen avec qui ils vivaient volontiers peu de temps avant. On est musulman, on reste entre nous.
 Vous ne pouvez pas ne pas avoir remarqué ces changements dans votre entourage
 Quel était donc le message qu’ont pu véhiculer ces « prophètes » aux musulmans qui vivaient en France ?
 « Vous devez (re) devenir de vrais et bons musulmans en respectant les préceptes du Coran. » Certainement, vu le changement radical qui s’est opéré à partir de leurs visites.
 Sous la menace, sans aucun doute possible. Mais quelle menace ? Nous ne le saurons jamais puisque les musulmans vivant en France n’en ont jamais parlé. Par crainte de représailles, sûrement.
 Mais la réalité est là. Dans la discrétion la plus totale et silencieuse, ces gens ont imposé, aux musulmans qui étaient en France, l’interdiction de vivre à l’occidentale et l’obligation de vivre selon leur us et coutumes ancestrales, c’est-à-dire selon la religion islamique.
 On peut, sans se tromper, dire que la radicalisation des musulmans a commencé à cette époque
 Et elle s’est amplifiée, durcie même, jusqu’à ce que nous ayons tous les jours des différends avec eux. Pour leurs coutumes vestimentaires. Pour leur exigence d’imposer le halal. Pour leur exigence de construire des mosquées. Et ces mosquées se sont remplies !
 Mais ces différends ne cesseront jamais puisqu’à chaque exigence de leur part la démocratie recule et abdique.
 Et, bêtement, dangereusement, tous ces gauchistes rancis qui arborent la laïcité comme un drapeau pour les défendre n’ont pas vu et refusent de voir que c’est notre identité que les musulmans annihilent.
 L’endoctrinement radical qui s’est multiplié dans toutes les couches de la communauté musulmane en a même fait des terroristes. Nous les avons vus à l’œuvre. Pourtant, les pouvoirs publics ne font rien pour l’enrayer. Au contraire, ils inventent des maux nouveaux. La radicalisation ! L’islam politique ! Le salafisme ! Mais ils ne prennent aucune décision « radicale » pour terrasser ces maux.
 Ces maux qui nous grignotent comme des cancers.
 On continue de leur construire des mosquées où sera enseignée la loi islamique. On subventionne des écoles coraniques quand on sait qu’elles enseignent la loi coranique.
 Pourtant personne, aujourd’hui, n’ignore les préceptes du Coran.
 Tant que nous continuerons à appliquer nos lois démocratiques, l’islam prendra de l’ampleur jusqu’à nous ensevelir totalement.
 Nous n’avons pas affaire avec une religion pieuse et anodine.
 Nous avons affaire à des « guerriers » qui obéissent à cette religion, la loi du Coran.
 Et le Coran exige la suprématie de l’islam dans le monde.
 Est-ce que c’est si difficile à comprendre ?
 
 
 
 
 
Photo volée à la Revue de Presse Web de J.L. GRANIER
NDRL: je ne suis pas responsable du jugement à propos de cette Elue de la République. H.C.
 
 
 
 

Il est visiblement plus facile d’aller bombarder la Syrie que de rétablir l’ordre républicain dans les banlieues, dans les facs ou à Notre Dame des Landes !

Macron se pose en défenseur du droit international à coups de missiles de croisière contre un Etat souverain qui ne nous a jamais agressés, mais se montre incapable de rétablir l’Etat de droit sur le territoire français, par peur des anarchistes hors la loi.

Cette faiblesse de l’exécutif face à une poignée de crasseux et de casseurs venus de France et d’Europe pour occuper la Zad est bien la preuve que Macron ne maîtrise plus la situation.

NDDL, c’est la bande Gaza.

Ce manque de courage politique, par peur d’une bavure, met en danger nos gendarmes qui alignent déjà 60 blessés et encourage la violence des zadistes qui sont assurés de l’impunité. C’est irresponsable de la part de l’exécutif.

Nos gendarmes et policiers n’ont pas le droit de riposter, encaissant les coups, les projectiles, les fusées, les cocktails Molotov et les engins explosifs artisanaux, lancés par des agresseurs hyper violents venus pour en découdre et pour tuer du flic.

Depuis la tragédie de Sivens, le pouvoir est tétanisé et les rebelles le savent.

Combien de peines de prison ferme seront prononcées pour violences contre les forces de l’ordre ? Aucune.

Combien de casseurs qui émargent au RSA seront privés de leurs droits sociaux ?  Aucun.

Le contribuable finance le social  de ceux qui veulent détruire la République et imposer leur propre loi. C’est scandaleux.

2500 gendarmes en opération sur la Zad, c’est 300 000 euros par jour uniquement en logement et indemnités de déplacement ! Sans parler des dégâts causés.

Allons nous maintenir 20 ou 25 escadrons de gendarmerie mobile à NDDL pendant des mois, parce que le gouvernement a peur de punir sévèrement les casseurs ?

Sachant qu’il y a environ 110 escadrons, déjà bien occupés sur tout le territoire métropolitain et outre-mer, ça va vite se compliquer.

Il va être temps de sévir car c’est le règne de l’impunité. Où est cet Etat de droit dont se gargarise le président à chaque interview ?

Aux yeux du pouvoir et de nos juges, il est 100 fois plus grave de dénoncer les dangers de l’immigration et de l’islamisation du pays que de chercher à blesser et tuer les gendarmes ou les policiers, bêtes noires de l’ultra-gauche et des blacks blocs.

Voilà 10 ans que des hors-la-loi occupent illégalement le terrain et Macron ne cesse de leur donner des délais supplémentaires pour aider le dialogue.

L’inénarrable Collomb vient de déclarer sans rougir :

« Nous rétablissons chaque jour l’ordre républicain parce que la force doit rester à la loi » !

On croit rêver.

Il y avait une centaine de zadistes agressifs et déterminés il y a huit jours, et ils sont 700 aujourd’hui venus  de toute la France et d’Europe  pour en découdre.

Collomb nous prend vraiment pour des c…

Les hors-la-loi, assurés de l’impunité la plus totale, parient sur le départ des gendarmes pour reconstruire leurs taudis et attendent des renforts.

A Nantes, même combat.

6000 personnes ont défilé en soutien aux zadistes.

Voilà où mènent la faiblesse de l’Etat et le laxisme judiciaire. Cela mène à la contestation de l’ordre républicain, assimilé au fascisme, rien que ça, et au soutien massif des activistes hors la loi.

C’est le règne de l’anarchie.

Vitrines cassées, pillages, poubelles incendiées, commerces dégradés, mobilier urbain saccagé.

C’est l’image de la France macroniste. Le laisser-faire et le renoncement permanents.

Le manque de courage de Macron face aux zadistes est consternant.

Que fera-t-il face à une insurrection de nos banlieues, de type 2005 puissance 10 ?

Nous assistons depuis quelques jours à un étalage d’impuissance de l’exécutif des plus inquiétants.

Jacques Guillemain

 

 
 
Alors TF1 tu la diffuses cette vidéo ? On peut toujours attendre, voila LE problème. Celui qui “tient” l’’information tient absolument tout.
 
 
 
Article paru dans la rubrique "politique" de l'alliance pour la souveraineté de la France 

à lire absolument!.

Venez nombreux nous y rejoindre, de grands événements s'y préparent !...

l'Alliance pour la souveraineté de la France
site visité dans le monde entier et principalement dans les universités Californiennes.



C.A
 

Agression contre la Syrie : destitution du chef de l'Etat


La décision personnelle du chef de l'Etat, Emmanuel Macron, d'intervenir militairement contre la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril 2018, conduit l'Alliance pour la souveraineté de la France à demander aux parlementaires d'engager la procédure conduisant à sa destitution.

En effet, attendu que le chef de l'Etat a effectué ces frappes:

  • contre un Etat souverain,
  • en violation du droit international,
  • sans aucun mandat de l'Organisation des Nations Unies,
  • sachant que cela peut conduire à un embrasement de notre planète dans un conflit mondial
  • sans disposer de preuves réelles et sérieuses de la culpabilité de l'Etat qu'il a frappé, ayant frappé avant l'arrivée sur place de la mission de contrôle accréditée,


Bernard CHALUMEAU.

Lien permanent



Lire plus sur: http://souverainete-france.org/fr/asf.php?item=9999994&id=monde  ©souverainete-france.org



 
 
   

Madame,

Sous votre signature, a paru dans le RL du 10 avril 2018, dans le cahier Journal de Metz, en page 4, un entretien de Pierre Daum, concernant le sort des Harkis et des Pieds-Noirs après l’indépendance de l’Algérie en 1962.

A son habitude, l’intéressé tient des propos approximatifs et quasiment diffamatoires à leur égard.

Comme présidente de l’Amicale des Pieds-Noirs de la Moselle, qui soutient les associations de Harkis pour la reconnaissance de leur tragédie,  et comme vice-présidente, pour la Région Grand-Est, du Cercle algérianiste, association culturelle qui regroupe 10 000 Pieds-Noirs à l’échelle nationale, je demande un droit de réponse conforme à la loi, à l’entreprise de désinformation dont Monsieur Pierre Daum s’est fait une spécialité depuis de longues années, dès lors que notre communauté se trouve diffamée dans vos colonnes.

Je me permettrai de vous appeler en début d’après-midi puisque les services du RL m’ont transmis votre numéro de téléphone.

Je vous prie, Madame, de croire à mes sincères salutations,

Danielle Pister-Lopez

Agrégée de Lettres

Maître de Conférence émérite des Universités, Université de Lorraine (site de Metz)

Courriel : d.pister@orange.fr

Chers Danielle et Jean-Pierre, 

pour avoir observé Pierre Daum en novembre 2016 au Sila d’Alger, où il faisait la publicité de sa  dernière production qui caressait dans le sens du poil tous les officiels algériens qui l’avaient invité, j’ai compris qu’aucun argument ne pourrait lui faire modifier quoi que ce soit dans ses propos.

C’est en effet  tellement facile  de se prétendre historien quand on n’est qu’un journaliste à la recherche d’un scoop, de dire 
« circulez il n’y a rien à voir! », à tous ceux qui ne demandent qu’à l’entendre même si cela va à l’encontre de tout ce qui est attesté par les véritables historiens et par tant de témoignages dûment documentés par les Harkis ou par leurs descendants!
A Alger son succès était donc assuré!

 Mais qu’il y ait encore en France tant d’irréductibles repentants,  désireux de faire du prosélytisme en faisant flèche de tout bois,
fût-il pourri, est bien plus fâcheux.

Cependant quand ces gens opèrent   dans des milieux qui leur sont tout acquis, nous savons tous qu'il est bien difficile de faire entendre une contradiction.

Alors Bon courage à vous et souhaitons ensemble que nos témoignages, nos interventions ou nos écrits parviennent à semer quelques doutes dans les jeunes esprits que les vieux repentants voudraient embrigader dans leur croisade.

Bien amicalement
Eveline Caduc
 
 
 
 
 
Vous trouverez, ci-dessous, les liens des deux vidéos sur la journée du 26 mars 2018 à Nice.
Nous vous souhaitons un bon moment en notre compagnie.
Bien à vous.
Chaleureuses pensées. René PICO
 
Le lien de la vidéo cérémonie civile du 26 mars à Nice
 
 
 
 
Le lien de la vidéo cérémonie religieuse du 26 mars à Nice
 
 
 
 
Attaque à la voiture et au couteau à Aix-En-Provence 🇫🇷 Des motards encerclent la voiture et mettent la misère aux 2 "déséquilibrés" - Suavelos

 
 
 
Alain JUPPE avait dit aussi, avoir toujours vu sa mère avec un voile sur la tête... (SIC)
 
 
 
 
 
 
 

http://rmbuzz.com/2018/04/a-ain-temouchent-le-tournage-dun-film-perturbe-a-cause-du-drapeau-francais

A Ain Témouchent, le tournage d’un film perturbé à cause du drapeau français

17 avril 2018 19 views Mesloub walid

A El Malah, une localité située dans la wilaya d’Aïn Témouchent, un groupe de citoyens a tenté d’empêcher le tournage du film “Héliopolis” du réalisateur algérien Djaâfar Gacem. Ces Algériens en colère ont voulu protester contre une séquence de ce film jugée “offensante” et “humiliante” ! 

Cette séquence comporte la levée d’un drapeau de la France, la puissance coloniale qui avait colonisé l’Algérie durant 130 ans. Et même s’il s’agit d’une simple fiction ou d’un film de cinéma qui retrace les tristes événements du 8 mai 1945 au cours desquels des milliers d’Algériens furent tués et massacrés, cette séquence a été prise très au sérieux par une partie de la population d’El Malah qui n’ont pas toléré le déroulement de cette scène sur le territoire de leur commune.

Nous sommes en 2018 et certains Algériens ne font pas la différence entre le cinéma et la réalité. Cette attitude démontre l’immense vide culturel qui mine profondément notre société. Une déshérence culturelle et mentale qui reflète les dégâts de l’absence d’une éducation culturelle dans plusieurs régions de note pays. Sur Facebook, le comédien et metteur en scène, Mohamed Charchal, a dénoncé vigoureusement cette intolérance et allergie à l’Art.

Notons enfin que le réalisateur Djaâfar Gacem a pu ruser pour tourner discrètement cette scène “controversée” sans provoquer l’hostilité d’une partie de la population locale.

Algeriepart / Abdou Semmar

NDLR: Comment voulez vous qu'ils respectent le drapeau français quand le Président de la République française, lui même, en territoire algérien ! parle de "crime contre l'humanité" pour qualifier 132 ans de présence française en Algérie.

Tout cela va nous couter trés cher, car quelle proportion de binationaux franco-algériens ou immigrés récents a-t-elle vraiment du respect pour notre drapeau ?

Pierre BARISAIN

 

 
 
Hautes études ne signifient pas intelligence!
 
 
Excellente analyse objective d’ Alain Soral :
 
“ l'Algérie est une immense poubelle, - en Algérie, tout le monde a "quand même" un smart phone, - les algériens sont tous le temps surveillés (par les forces de l'ordre), - l'Algérie ressemble aux pays de l'est des années soixante, - les algériens profanent les églises et ne respectent pas le christianisme, - l'Algérie est une destination déconseillée aux touristes, - les algériens squattent les habitations (héritage du colonialisme). Tout ce qui tient encore debout et qui a été construit de très bonne qualité est Français (les bâtiments, les routes, l’Urbanisme.....) mais  n’ont plus été entretenus.... Il y a un mensonge total en France sur la situation algérienne. L’Algérie est une catastrophe, tout est sale, envahi d’ordures. Ce pays dort...... – La plus Grande Eglise d’Oran est devenu une bibliothèque Municipale où personne ne va. C’est une profanation. Une désacralisation.   Que diraient les musulmans d’origine  Algériens de France si on transformait une Mosquée en Gymnase. L’Algérie est un pays anti-chrétien....C’est un pays d’Islam............etc....”
 
 
 
Massacre d'Oran...
 
 
 
 
Question écrite n° 7168 de Monsieur le Député Maurice LEROY sur la question des militaires et civils enlevés et portés disparus durant la guerre d'Algérie entre 1954 et 1962 - NotreJournal
 
 

Transmis à ceux qui se demande ce qui se passera si un jour la France est en conflit majeur avec un ou des Pays Musulmans.....

La jeune adjointe de sécurité de Seine-Saint-Denis a avoué avoir dérobé en août 2017, sur son lieu de travail, deux pistolets Sig Sauer et deux chargeurs pleins. Elle a été mise en examen en février.

Du commissariat à la prison. C’est le parcours de Mariama, 20 ans, adjointe de sécurité affectée en Seine-Saint-Denis. Cette jeune policière a été mise en examen le 8 février pour vol aggravé criminel et association de malfaiteurs. Elle a avoué lors de sa garde à vue avoir dérobé, durant la nuit du 25 au 26 août 2017 à la direction territoriale de Seine-Saint-Denis, deux pistolets Sig Sauer et deux chargeurs pleins. Une « commande » de son frère et d’un ami qui lui aurait permis de toucher 300 € et de signer le dernier chapitre d’une courte carrière entourée de soupçons.

En septembre 2015, Mariama entre dans la police comme cadet de la République, un dispositif qui permet aux jeunes gens sans diplôme de pouvoir intégrer l’institution. Un an plus tard, la voilà adjointe de sécurité dans une brigade de jour au commissariat de Pantin (Seine-Saint-Denis).

Mais, très vite, elle est soupçonnée de consulter les fichiers de police pour informer son frère et ses amis d’une cité d’Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne). Pas de preuves formelles mais assez de doutes pour qu’elle soit déplacée début 2017 vers la guérite de l’entrée de la direction départementale à Bobigny.

Des prêches de l’imam controversé de Brest

Elle émet ensuite le désir de quitter la police. Elle s’inscrit sur des sites de rencontres réservées aux pratiquants musulmans et explique être particulièrement gênée parce qu’elle est obligée de quitter son voile avant de pénétrer dans les locaux du commissariat. Ses collègues la voient garder son gros blouson à capuche sur la tête pour cacher ses cheveux malgré la chaleur de l’été.

La policière apprend l’arabe et télécharge des prêches de l’imam controversé de Brest. Elle envisage de se marier avec « un bon musulman » et de s’installer en Algérie ou en Arabie saoudite. En attendant elle s’isole, comme elle l’expliquera dans ses auditions : « Je n’ai plus d’amis, depuis que je me suis mariée religieusement, début décembre 2017. J’ai coupé les ponts. Je reste juste chez moi, chez mes parents ou ma belle-sœur. »

Lorsque deux armes disparaissent des locaux de Bobigny pendant une nuit d’août 2017, la jeune femme est brièvement placée en garde à vue par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et suspendue. Les enquêteurs se rendent compte qu’elle s’était renseignée sur le prix des pistolets Sig Sauer, les armes qui équipent la police.

Plus incroyable encore, ils découvrent qu’elle voulait commettre une faute grave pour se faire licencier… Sur son téléphone, les bœufs-carottes ont trouvé le message d’un mystérieux « Broly ». Le nom d’un personnage de dessin animé qui était en fait son petit frère Salif, lui disant que si elle travaillait seule, on la soupçonnerait immédiatement.

Un panier-repas contre les armes

Le 5 février dernier, elle est de nouveau placée en garde à vue à la DRPJ de Versailles (Yvelines) en compagnie de son frère, d’un ami, d’un militaire et d’un complice de ce dernier. Mariama passe des aveux un peu confus où elle tente de minimiser le rôle de son frère. Le soir du vol, elle explique être sortie de sa vigie pour prendre les clés des coffres à armes et munitions.

« Je suis entrée dans la salle avec le code. J’ai ouvert les coffres, j’ai pris les deux Sig au hasard et des chargeurs. » Mariama les cache alors dans les poches de son blouson. Et comme prévu dans le scénario, un de ses complices se fait passer pour son petit ami et lui ramène son panier-repas, opportunément oublié. Ils procèdent à l’échange : la gamelle contre les armes.

La policière raconte qu’elle avait très peur et qu’elle a finalement accepté son rôle après avoir été rassurée et mise sous pression. « J’ai touché 300 €… Je ne voulais pas le faire. Je regrette énormément mon geste, confie-t-elle. Je ne sais pas ce que sont devenues les armes. Je sais juste qu’elles ont été vendues. »

Un militaire impliqué dans le trafic

En plus de la jeune adjointe de sécurité, les quatre autres suspects, âgés de 19 à 31 ans, ont été mis en examen début février par le juge d’instruction. Salif a vendu les deux armes à Mehdi, caporal-chef au 152e régiment d’infanterie de Colmar (Haut-Rhin), qui voulait acheter une arme dans son quartier à Ozoir-la-Ferrière.

Ce soldat de 28 ans, passionné d’armes à feu, a revendu, pour 800 € l’un des pistolets à Lamine, un trafiquant de drogue de 31 ans qui vit dans le XVIIe arrondissement de Paris. Mais cette seconde arme n’a pas été retrouvée. L’affaire a éclaté lorsque Mehdi s’est fait accidentellement tirer dessus par un ami dans la forêt d’Ozoir en essayant le pistolet volé…

 
   

Le clergé catho commence à me faire gerber !!!

 A quand la journée du chrétien martyrisé ou ostracisé dans le monde musulman ?
La seule église qui se désintérresse totalement du sort de ses fidèles de race blanches et européens !!
 Pour les congrégations religieuses cathos installées en Afrique, le blanc expatrié est méprisé, voire honni !!!
Elles n'en ont que pour les Africains chouchoutés à l'excès !!
Je sais de quoi je parle ! c'est même une honte !!!
Si vous êtes blanc, catho en Afrique noire et que vous avez besoin d'aide , elles vous Tournent le dos PARCE QUE vous êtes blanc !!Vous pouvez crever ! Elles s'en foutent !!!
J'ai une foule d'anecdotes à raconter...

sjm93

 
 
RETOUR EN 2016 SUR UNE INFO DE 2010...
2018...
 
13 avril 2018
Inauguration le 14 juillet prochain à Lavaur (81) du Rond-Point Madeleine et Félix Vallat, assassinés par le FLN dans leur voiture alors que leurs trois jeunes garçons étaient cachés à l'arrière.
Plus.
 
 
La laïcité contre le prosélytisme? Mais pour faire chanter l'Islam à des enfants, exception cultuelle !

 
 

Incroyable ! il reste encore une véritable journaliste qui n’est pas à la botte du « politiquement correct » et qui connaît la valeur et le poids des mots.


Combattant, ancien combattant, c’est celui qui a répondu à l’appel de la PATRIE pour défendre le DRAPEAU : BLEU, BLANC, ROUGE ……

DE GRÂCE, CESSONS D’APPELER NOS DJIHADISTES DES « COMBATTANTS FRANÇAIS » !

 

Appelons-les djihadistes, terroristes, islamistes… ce ne sont pas les mots qui manquent.

 

Gabrielle Cluzel

Ecrivain, journaliste

Chaque métier a ses responsabilités. Le médecin a la responsabilité de la santé de son malade, et du traitement qu’il choisit pour le guérir. Le professeur a la responsabilité de sa matière, et des outils pédagogiques qu’il choisit pour la transmettre. Le journaliste a la responsabilité de l’information, et des mots qu’il choisit pour la diffuser.

Cette responsabilité est moins grande si elle est partagée, mais immense, bien sûr, si le médecin, le professeur ou le journaliste – pour un cas donné – est seul à l’assumer.

Disons-le, l’AFP est en situation de quasi-monopole. Ses dépêches sont dupliquées – en l’état ou vaguement bricolées, maquillées, retouchées – par un nombre incalculable de rédactions. C’est l’Évangile selon sainte Aèfpé, dogme de foi et parole de vérité.

Alors quand, pour évoquer le procès de deux djiahdistes français jugés aux assises, l’AFP titre « deux combattants français, rentrés en 2014 de Syrie, jugés aux assises » et que cette information est relayée avec les même mots (« combattants français ») par le site du Point et de France Info, on peut légitimement se poser la question : l’AFP assume-t-elle ses – immenses – responsabilités ?

Il y a mille façons de « fakenewser » : par action, par omission, par dissolution, par focalisation mais aussi, donc, par confusion. Confusion mentale jusque dans le champ lexical.

Et lorsque le temps aura passé, l’AFP appellera-t-elle ces deux hommes « anciens combattants français » (avec, tant qu’on y est – logiquement, c’est lié ! -, titre de reconnaissance de la nation et petite pension à la clé) ? Si, d’aventure, ils étaient morts au combat, leurs épouses auraient-elles été qualifiées de veuves de guerre par l’AFP ? Celles-ci n’auraient-elles, du reste, pas été fondées à réclamer que l’on grave le nom de feu leur conjoint sur les monuments… des combattants français ?

Et nul n’est choqué de constater, lorsque l’on tape « combattants français » sur un moteur de recherche, amalgame 2.0 infamant généré par ce choix de vocabulaire pour le moins douteux, que sortent aussitôt, sur la même page, intimement mêlés, ces deux hommes-là et les deux soldats tombés récemment au Mali ?

Appelons-les djihadistes, terroristes, islamistes… ce ne sont pas les mots qui manquent. Mais, de grâce, pas « combattants français ». Prétendre – avec légèreté, inconscience, perte de sens – le contraire, c’est déshonorer ceux que l’on voit tirer de leurs vieilles mains noueuses, mais avec toujours autant de fierté, leur carte bleu blanc rouge un peu cornée, du fond de leur portefeuille usé. Leur carte de combattant français.

12 avril 2018
 

Ami Pierre...

Je dors quand même du sommeil tranquille de celui qui aura tout subi....alors qu’il a tout fait pour ne pas subir...
......arrivé au crépuscule de ma vie....

Devant l’apathie de mes compatriote.. surtout celui de nos responsables politiques....
..j’ai fini par me dire:" Après moi le déluge.... !"

Puisque Manuel Gomez a raison, et que la prophétie de notre cher Maréchal Juin s’accomplit sous nos yeux... et dans la quasi...indifférence                                    

  H.D

 

Alphonse Juin, maréchal de France  (1888-1967)

« ... Que les Français, en grande majorité aient, par referendum, confirmé, approuvé l'abandon de l'Algérie, ce morceau de la France, trahie et livrée à l'ennemi, qu'ils aient été ainsi complices du pillage, de la ruine et du massacre des Français d'Algérie, de leurs familles, de nos frères musulmans, de nos anciens soldats qui avaient une confiance totale en nous et ont été torturés, égorgés, dans des conditions abominables, sans que rien n'ait été fait pour les protéger : cela je ne le pardonnerai jamais à mes compatriotes :
La France est en état de péché mortel.
Elle connaîtra un jour le châtiment. »

 Le 30 novembre 2017 étaient organisées par le CSFRS (Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégique ) et préparées par Alain Bauer, son président, les « Assises Nationales de la recherche Stratégique ».


Le lieu : École Militaire à Paris.

Le thème général : Entre instabilité et chaos – Hybridation des Menaces.

Le discours d'’ouverture a été prononcé par Jean-Yves Le Drian, ministre de l’'Europe et des Affaires Étrangères.

Une importante délégation russe était présente : le général Anatolyi Koulikov, ancien ministre de l'’Intérieur, le général Vladimir Verkhotsev de l’'armée russe, Viktor Kulikov, éditorialiste militaire, Mikhaïl Remizov, expert en sciences politiques et Gennady Samouilov, professeur d'’université d’état .

Ils ont décrit l’inquiétude de la Russie devant la décadence française et européenne et invoqué sans détour l’invasion migratoire extra-européenne ainsi que l'’abandon des valeurs traditionnelles et l'accroissement des évolutions sociétales mortifères.

En conclusion, ils ont informé que la Russie se préparait à l'idée d’affronter, aux environs de 2050, une Europe devenue musulmane.

Cela a provoqué une très forte réaction d’'un public pourtant initié mais divisé entre applaudissements nourris et sifflets.

Alain Bauer a éprouvé quelques difficultés à rétablir le calme.

Je suis heureux de constater que des professionnels, des experts militaires, confirment, si cela était nécessaire, les prévisions alarmistes qui sont, hélas, lancées dans une indifférence quasi générale d’une population anesthésiée par les politiques et les médias !

Manuel Gomez

 
 
Chers amis du Cercle, bonsoir !
 
       
Notre prochaine conférence est totalement définie sur l’affiche ci-dessus établie par Louis CATALAYOUD

En l’absence de notre trésorière, c’est Louis BONÈTE (04.94.95.57.22) qui enregistrera vos inscriptions au repas qui suivra, à l’ARENA, au prix de 30 €, au plus tard le lundi 23 avril à 14 h . Merci !

        Jean-Yves ROBERT, Secrétaire du Cercle Algérianiste de Fréjus  Saint-Raphaël.

 

 
 
Sous prétexte « d’intégration » ... il va falloir se méfier des radicalisés , même dans la police ... 👎

L'enquête sur le double meurtre jihadiste d'un policier et de sa compagne à leur domicile de Magnanville (Yvelines) en juin 2016 a connu un nouveau rebondissement lundi avec l'arrestation de six personnes, dont une policière et sa fille présentée comme radicalisée ... En juin 2016, le commandant adjoint du commissariat des Mureaux Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, et sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, Âgée de 36 ans,( elle a été retrouvée morte égorgée ) , agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie avaient été assassinés à coups de couteaux !
Attentat de Magnanville : ce que l'on sait de la policière placée en garde à vue...

Cette mère de deux enfants convertis à l'islam avait fait l'objet d'une procédure disciplinaire et d'une enquête de l'IGPN en 2016 pour "absence de compte-rendu à la hiérarchie": elle n'avait pas signalé avoir hébergé provisoirement chez elle, à Mantes-la-Jolie (Yvelines), une jeune femme fichée S, amie de sa fille. Toujours selon nos informations, cette jeune femme, elle aussi placée en garde à vue lundi, connaissait Larossi Abballa, le terroriste qui a tué les deux policiers à leur domicile.
Rien n'avait été retenu à l'époque contre Maryline B., qui avait essuyé un simple rappel à l'ordre. Elle a ensuite été promue au sein de la police puisqu'elle est passée du rang de brigadier chef à celui de major.


Elle n’est pas la seule !!!!!

« Quelques dizaines de policiers et de gendarmes, soupçonnés de radicalisation islamiste, sont placés sous surveillance. Une nouvelle loi doit permettre de les sanctionner, voire de les radier, plus facilement. » ......

 
 
 
 
Pour que nos descendants ne  soient pas dans l’ignorance, compte tenu de la désinformation qui se perpétue encore plus que jamais.
Film sur l’Algérie de 1958
 
 
 

Pétition pour libérer les 3 légionnaires qui ont aidé la jeune fille à Paris


 
 
 
C’est celui qui ne payait pas ses PV (18 000 euros d’arriérés) et nous donnait des leçons d’antiracisme à longueur de journée. Jean-Vincent Placé a été arrêté pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique », « insulte à caractère racial » et « violence sous l’empire de l’ivresse ». Ex-secrétaire d’Etat de François Hollande, ancien sénateur, militant écolo, imbu de sa caste […]
 
 
 
Il ne faut surtout pas dire que les migrants violent des Allemandes.... Ah, quel dommage que ce ne soient pas des "Skyn-Heads"...
 
 

A diffuser sans modération !

 Ne comptons pas sur nos Medias pas-amalgamistes pour parler de cette affaire...

  Les Lyonnais se souviennent peut-être de ce drame survenu le 11 novembre 2016.
  Marin, jeune garçon de 20 ans, avait été lâchement et sauvagement agressé au Centre Commercial de "La Part Dieu" par une racaille de 17 ans. Et qui dit mineur au moment des faits dit punition diminuée de presque moitié.
Etudiant en 3° année de droit, bachelier à 17 ans (mention "très bien"), Marin avait été laissé pour mort après s’être interposé pour défendre un couple agressé par "la police de la charia" car ils s'embrassaient en public.

Oui, la "Police de la Charia".  À Lyon. En 2016. Vous avez bien lu !


  L'agresseur et ses acolytes d'origine maghrébine l'ont suivi jusque dans le bus, où ils l'ont courageusement attaqué de dos en lui explosant le crâne.
  En état de quasi mort cérébrale, le chirurgien a réussi à le sauver en lui ôtant 1/4 de la boite crânienne pour que l'hématome géant de son cerveau puisse se résorber doucement.
Aujourd'hui, Marin recommence à marcher et à parler, mais il devra porter pour le reste de ses jours, un casque protégeant son cerveau désormais à nu. Il restera handicapé à vie, avec des pertes de mémoire irréparables.
 

EN AVEZ-VOUS ENTENDU PARLER ?

Non, bien sûr ! Aucune visite de "quelqu'un d'influent et connu"... En France, on ne défend pas les honnêtes gens !
  Les médias sont très discrets, évidemment : les auteurs des faits sont des musulmans d'origine arabe.
> > > > > > > Hollande n'est pas venu à son chevet pour le réconforter et l' assurer de sa compassion, comme il l'a fait pour le sinistre Théo, racaille de banlieue qui a extorqué 678.000 EUR en détournement de subventions et aides sociales.
Il n'y a pas eu de manifestations ou de quelconque soutien des "pipol" : pas de Balasko, pas de Bruel, pas d'Omar Sy..


> > > > > > > Marin, est blanc, français de souche, bon élève, gentil fils, honnête et courageux. Qu'il soit massacré par des délinquants salafistes, en France en 2016, est sans intérêt électoral.
> > > > > > > Sa mère a annoncé la création de l'association "La Tête Haute", pour les graves traumatisés crâniens et pour rappeler que les Français ne baisseraient pas la tête face aux crimes et exactions salafistes.

Le procès est prévu en mai 2018.

Merci à tous de diffuser largement cette information pour que dans 4 mois, ce procès ne se déroule pas dans la discrétion feutrée des prétoires et la complicité bienveillante de l'appareil judiciaire et des médias aux ordres.

 
 

NOUS PARTONS 
Pourtant , nous l'avons aimé ce pays , nous avons souvent meme combattu pour lui. Nous avons prié pour ses dirigeants dans nos offices. Nous avons contribué à son essor et à son developpement, à tous les niveaux. Nous avons apporté aux sciences, aux arts, aux institutions des avancées incommensurables. Nous n'avons jamais profité des aides sociales en tout genre , nous n'avons pas imposé nos coutumes au contraire , nous avons adopté les votres (bien trop même) . Nous n'avons pas méprisé les principes qui regissaient ce pays , et nous nous sommes parfois evertués à en ériger et parfaire certains . Nous n'avons rien exigé , rien, si ce n'est la possibilité d'être accueillis et traités comme n'importe quel concitoyen . Nous avons travaillé , fait prosperer le pays malgré les lois antisémites , malgré les haines , malgré les humiliations et les rafles, malgré les crimes odieusement antisémites. Nous n'avons pas craché sur les institutions ou les mesures mises en place par les autorités . Nous avons respecté tout ceci. Pourtant , à notre égard , les autorités francaises ont fait montre de beaucoup de zèle mais certainement pas pour nous aider ou pour nous octroyer des aides , logements, prestations sociales . Oui , nous n'etions pas des migrants venus en horde islamiser l'Europe,imposer la sharia et tuer les "mécréants" . Nous n'etions que des citoyens français....juste des citoyens français ordinaires . Et aujourd'hui, en raison d'une politique pro arabe, d'un islamogauchisme décomplexé (qui se cache derrière le terme "antisionisme"), d'une montée de l'antisémitisme , des agressions et des mises en cause et condamnations systématiques d'ISRAEL,nous partons . Pour acheter la paix sociale dans ses rues et ses cités le gouvernement brade ses "Juifs" , pensant surement que ce n'est pas si grave puisque nous avons l'habitude . Alors , nous vous laissons avec vos nouveaux "amis" , ceux qui viennent jusque dans vos bras égorger vos fils et vos compagnes .


AMICALEMENT 

@ Catherine LEVY

 
 

HUMOUR

Petite histoire d’une école catholique à Paris ( Franklin) :

Mon fils de 12 ans ( le mien ) est revenu avec le devoir suivant donné à toute la classe :

«  Trouvez une photo de migrants. Vous la présenterez et vous direz pourquoi elle vous a particulièrement ému. »

Je l’ai un peu aidé...

 

Il est revenu en cours avec une photo d’un défilé de la Légion Étrangère et les commentaires suivants  :

« 180 nationalités différentes dans la Légion, tous immigrés et ce qui m’a ému, c’est qu’ils sont venus pour servir la France. Et aussi qu’entre eux ils ont une vraie solidarité, quelque soit la race, la religion ou la nationalité. Un exemple d’intégration réussie ! »

 Succès garanti !

 
 
 
 
 
 

Ce 26 mars 1962 , vers 10 heures , dans toute la ville circule rapidement un mot d’ordre de grève générale à partir de 14 heures et de manifestation à partir de 15 heures. Des tracts sont bientôt répandus invitant la population à se rassembler à 15 heures au Plateau des Glières (Place de la Grande Poste) pour défiler vers Bab-El-Oued , sans aucune arme et en silence. Le but est de montrer que toute la ville est solidaire de Bab-el-Oued. 

A ce moment, ce quartier est isolé depuis 3 jours, ravitaillement en pain assuré par l’Armée de 6 heures à 8 heures le matin, aux femmes seulement – Les vivres collectés en ville Samedi et Dimanche ont été pris par les Forces de l’Ordre  » et ne sont pas parvenus à la population – Aucun enlèvement des morts ni des blessés – L’évacuation des enfants de moins de 10 ans est interdite, car des familles d’autres quartiers avaient demandé à en héberger – Les hommes de 14 à 70 ans emmenés de chez eux sans aucun bagage pour être triés au Camp du Lido et au stade de Saint-Eugène : 3 000 sont alors en cours de tri, parqués sans nourriture ni abri, battus . Après vérification de leur identité, ils sont relâchés, mais en ville et ne peuvent regagner Bab-el-Oued qui est bouclé . Sous prétexte de fouille, les gendarmes cassent, pillent appartements et magasins. Ils tirent au canon de 37 et à la mitrailleuse de 12,7 sur tout ce qui bouge ou fait du bruit .  Les volets sont clos en permanence.

A partir de 14 heures, la foule afflue vers la Place de la Poste, un piétinement régulier, sans précipitation, sans un cri . La place est encerclée par l’Armée, des barrages coupent les rues, constitués pour la plupart de camions joints – Les Facultés sont occupées militairement. Les groupes parviennent à la Poste malgré les barrages, en contournant les infranchissables . Rue Michelet un cordon de soldats laisse passer un filet, mais Boulevard Baudin, les CRS ne se laissent pas franchir et les gens des quartiers Est (Belcourt) sont obligés de faire le tour par le haut de la ville ou les quais. Les voies sont toutes barrées, mais la dernière moins fortement, c’est elle qu’empruntera le cortège.

Partout les soldats sont en tenue de combat, casque lourd, mitraillette et FM avec chargeur engagé, le visage dur.

« Depuis le matin, les terrasses des immeubles bordant la Place de la Poste sont occupées par l’Armée ; sur certaines des mitrailleuses de 12,7 sont en position – A partir de 14 h 30, les soldats envahissent les appartements de ces immeubles et se postent aux balcons »-Journalistes Suisse et Américain-...

 
 
Voici le rappel historique de la cérémonie que nous avons vécue à Mourenx le 26 mars dernier.  Ce rappel historique a été réalisé et lu par Pierre Gaya Président de l'Amicale des Pieds Noirs Mourenx Béarn. 
   Marc Desaphy (qui était présent, avec Jean Péré président de l'UNP 640 Béarn.)  
 
 
 

Paris. 3 légionnaires en garde à vue après avoir aidé une victime : «la prochaine fois, on n’interviendra pas».

https://actu17.fr/paris-3-legionnaires-en-garde-a-vue-apres-avoir-aide-une-victime-la-prochaine-fois-on-ninterviendra-pas/

La France fabrique des Lâches et des coulos! Les Barbus rigolent...

 

 

Date honteuse en France, pour les Patriotes...
 
 

56 ° anniversaire du massacre de la rue d'Isly, à Alger le 26 mars 1962...
Fréjus

 
 
 

Le 35° rassemblement des islamistes de l’ex-UOIF a bien eu lieu samedi et dimanche au Bourget malgré les demandes d’interdiction de plusieurs personnalités dont Marine Le Pen. Le stand « Free Tariq Ramadan » y a connu un franc succès.

Quelques jours seulement après que Macron a juré sur la tombe d’Arnaud Beltrame qu’il allait s’attaquer à « l’hydre islamiste », Musulmans de France (nouveau nom de l’Union des organisations islamiques de France) lié aux Frères musulmans, interdit et classé comme groupe terroriste par de nombreux pays à travers le monde, a toujours pignon sur rue. En plein contexte des attentats islamistes de Trèbes et de Carcassonne et de l’assassinat de Mireille Knoll, ce rassemblement qui a réuni 170 000 musulmans, (le plus important du genre en Europe) avait annoncé ses prédicateurs attitrés, comme Ahmed Jaballah ou Tareq Oubrou, l’imam Iquioussen, célèbre pour avoir qualifié les juifs « d’avares et d’usuriers », Nabil Ennasri, pour qui « le djihad, dans le cadre d’une lutte armée défensive contre un système oppressif, est parfaitement légitime pour le peuple syrien » ou encore Sofiane Meziani, pour qui il faut « en finir avec la démocratie française ».
Rappelons que la très radicale UOIF a officiellement appelé à voter Emmanuel Macron à la dernière présidentielle. Un soutien que ce dernier n’a jamais rejeté.

Tariq Ramadan toujours influent

Mais l’un des orateurs vedettes de ce congrès manquait à l’appel. Et pour cause, il est en prison, accusé de viols par trois femmes. Toutefois ses livres, ainsi que ceux de son frère Hani Ramadan (qui appelle à la lapidation des femmes en cas d’adultère) sont en bonne place. Et surtout le stand de son comité de soutien « Free Tariq Ramadan » (Libérez Tariq Ramadan) à la place d’honneur dans le hall d’accueil, n’a pas désempli. Barbus et femmes voilées s’y pressent pour signer la pétition de soutien (adressée au président de la République et au ministre de la Justice) et acheter les livres du prédicateur islamiste. Cette pétition réclamant sa libération, rédigée en trois langues – français, anglais, arabe – a déjà recueilli près de 120 000 signatures, et la collecte de fonds pour les frais de justice avait atteint 100 000 euros en quelques jours.
Les leaders associatifs musulmans battent le rappel de la communauté depuis des semaines sur les réseaux sociaux. La banlieue n’est pas loin d’en faire un martyr. Il faut dire que Tariq Ramadan y a fait l’éducation politique et religieuse de beaucoup de jeunes Français de la deuxième génération d’origine maghrébine. Au Bourget, la révolte gronde : on entend que « ses droits fondamentaux sont bafoués » et qu’il vit une « incarcération sans jugement, sans fondement et dans un état de santé alarmant ».

« L’affaire a perturbé la communauté, cela nous met en colère de voir qu’un musulman est traité de cette manière dans ce pays », déclare un certain Jamel au Figaro.

 
 
 
Le Gouvernement MACRON, comme les précédents fait tout pour cacher aux Français, l'Islamisme dans les attentats en France.... Pas d'amalgame!
Tous frères, avec cette religion de Paix...

Le Lieutenant-Colonel Beltrame aurait bien été égorgé (MAJ: les macronistes hilares pendant la cérémonie d'hommage)

 

Périco Légasse : «Le terroriste a tiré 2 fois sur Arnaud Beltrame, la jambe et le bras, pour l'immobiliser, pas pour le tuer. Et il l'égorge ensuite. Quelle pudeur des autorités qui savaient dès le début mais ont tu l'égorgement. Encore une complaisance ou un silence inacceptable de la part des autorités !»

https://youtu.be/FM9kXOcnwAw

 
 
Excellent document qui montre bien que notre époque est  une époque de lâcheté cauteleuse.   Il importe de se montrer autrement que ce que nous sommes en réalité. La nécessité de se déguiser intellectuellement, est en définitive un reniement de soi !...

Ne nous laissons pas manipuler !... Ce changement de comportement verbal est parfaitement orchestré par ceux que nous propulsons stupidement au pouvoir. Ils souhaitent que les notions du mal et du bien, passent par leur contrôle exclusif, pour  pouvoir aisément modeler, à leur profit, la robotisation de la pensée humaine. La mondialisation des marchés ne pouvant se développer qu'à la condition de mondialiser aussi les cerveaux.

                             Ils ont mis au point le sentiment de " culpabilité linguistique dégradante" et ça fonctionne à merveille !...

Le résultat est à ce point retentissant que parallèlement, ils arrivent en plus à diluer la morale comportementale culturelle de l'homme pour rendre accessible la théorie du genre, le mariage pour tous, la sexualité débridée,la voyoucratie impunie, afin que toutes ces petites trouvailles diaboliques, deviennent progressivement la norme globale de référence.  

                            Surtout...n'allez pas chercher midi à quatorze heures. Si l'immigration massive et destructrice fait florès de nos jours,  la paupérisation et l'endormissement des peuples,  la destruction des nations... enfin pour que tout ce fatras pseudo philosophique emboîte le pas pour la mise en place d'une sinistre farandole...  c'est pour que le nouvel ordre mondial  puisse trouver enfin, motif à épanouissement!...  

C'est tout simplement grâce à cette méthode de pourri dont ils détiennent désormais le secret de fabrication et l'usage exclusif que nous sommes en pleine béchamelle !...

                         Mais quand diable allons-nous nous réveiller  !!!...???

C.A


Il y a des mots, des expressions, qu'on n'entend plus ou qu'on emploie moins. Ils arrivent exténués, à la fin du deuxième millénaire.

Le siècle, qui a commencé depuis 18 ans maintenant, risque de leur être fatal.
Conservez-les ; un jour viendra peut-être où on ne les trouvera plus dans aucun dictionnaire, si ce n'est du vieux français...

Quelques exemples :

INCULPATION ­ 

A été expurgé du Code Pénal au profit de "mise en examen". Cela afin d'éviter une infamante présomption de culpabilité.
Etre "en examen" ne présage pas du résultat de l'examen.
Aujourd'hui quand quelqu'un est MIS EN EXAMEN, on doit toujours insister sur le fait que cela ne préjuge pas de sa culpabilité. Comme du temps où il aurait été "inculpé".

INSTITUTEUR ­
Longtemps remplacé par "MAÎTRE D'ÉCOLE".

Il tend à disparaître par sa dissolution dans le concept fourre-tout de l'enseignement, au bénéfice de "PROFESSEUR des ÉCOLES"

MAÎTRESSE ­
Ne pas assimiler à la version féminine d'instituteur ! Ce serait une "professeure des écoles" (désormais, ne pas oublier d’ajouter un « e » à professeur).

Les maris n'ont plus de maîtresse mais une "amie".
Les épouses conservent parfois l'amant, mais seulement à cause de la connotation romantique ; les moins romantiques n'ont qu'un ami aussi.

MORALE ­
A force d'être inemployée, a disparu. Ne demeure que "ordre moral", mais attention : connoté de "fascisme"
Toutefois personne ne se réclame du "désordre moral".

La morale n'est plus enseignée, elle est remplacée par "éducation à la citoyenneté"

 

MOURANT ­
Il n'y a plus de mourant mais des malades en "phase terminale".
Afin d'éviter une regrettable confusion, ne dites pas à votre fils qu'il est en terminale mais qu'il va passer son bac !
Pour désigner un mort doit-on parler d'un individu "en phase terminée" ?

PATRIOTE ­
Totalement absent du vocabulaire politique et civique. En France, l’attachement à sa patrie serait-il devenu coupable de racisme ?
"Un patriote" désigne aussi un bon citoyen américain et un missile des États-Unis.

PATRON ­
Nous n'en avons plus, ni même des chefs d'entreprise, mais des DIRIGEANTS D'ENTREPRISE.

PAUVRE ­
N'existe plus. C'est un "défavorisé", un "plus défavorisé", un "exclu", un "S.D.F." à la rigueur et rarement, un "laissé pour compte".
Dans les années 80, il subsistait uniquement dans l'appellation "nouveau pauvre"; ce fut le chant du cygne.

PROVINCE ­
Dire "RÉGION". On ne dit plus "provincial" mais "RÉGIONAL".

RACE ­
A été abolie au profit "d'appartenance ethnique". Sinon, vous êtes raciste, intolérant, fasciste, nauséabond, …
On peut néanmoins dire "black" en anglais et en banlieue.

SERVANTE, BONNE ­ 
Aujourd'hui, c'est une "employée de maison". Quand elle s'occupe de vieux, pardon de "personnes âgées", elle devient "Auxiliaire de vie".

SÉQUESTRÉ ­

Aucun cadre, aucun chef d'entreprise n'est séquestré, il est "retenu contre son gré".

VANDALE ­ 
A laissé place à "jeunes en colère" ou "paysans en colère".
L'ampleur des dégâts distingue les vandales des autres.

VANDALISME ­
Impolitesse, injures, agressions, bris de matériel, racket, incendie de voitures, sont regroupés sous le terme "incivilités".
On ne dira plus que ce sont des "sales gosses" mais qu'ils "manquent de civilité".
A noter la louable tentative de Jean-Pierre Chevènement d'introduire la bénigne expression "SAUVAGEON".

Il dut battre en retraite devant " l'insurrection des consciences outrées".

VOL ­
Terme réserve aux gagne-petit et aux obscurs.
Pour les politiques, on parlera "d'enrichissement personnel".

Ce qui est condamné unanimement par les collègues, contrairement à l'enrichissement impersonnel qui, lui, ne bénéficiant qu'au parti, mérite la compréhension.

VOYOU ­
En voie d'extinction. On ne connait que des individus "connus des services de polices", des "récidivistes", des "multi-délinquants".

Et quand ils passent aux actes, c’est l’expression de leur « mal-vivre » dans leur « environnement défavorisé » souffrant du « mal-logement ».

Un nouveau casse-tête pour dire les choses simplement. Pour les anciens, il y a du recyclage dans l’air !...
Déjà cet été, j’ai adoré les campings qui ne veulent plus qu’on les appelle campings parce que ça suscite instantanément dans l’esprit des gens l’image de Franck Dubosc en moule-boules
ou de Roger et Ginette à l’apéro avec casquette Ricard et claquettes Adidas.

 

Donc les professionnels de la branche demandent que l’on dise désormais «hôtellerie en plein air ».… Ha ha, ça change tout !!!

J’ai aussi appris que je n’étais pas petite mais « de taille modeste » et qu’un nain était une «personne à verticalité contrariée ». Si, si !
Mais rendons à César ce qui lui appartient, l’empereur du genre reste le milieu scolaire et ses pédagos à gogo. J’étais déjà tombée de ma chaise pendant une soirée de parents quand la maîtresse a écrit sur le tableau que nos enfants allaient apprendre à manier « l’outil scripteur » au lieu de tenir un crayon.

Je me suis habituée au fait que les rédactions sont des "productions écrites», les sorties en groupe des «sorties de cohésion»

et les élèves en difficulté ou handicapés des «élèves à besoins éducatifs spécifiques».

Mais, sans discussion aucune, la palme est attribuée au Conseil supérieur des programmes en France et à sa réforme du collège. Z’étes prêts ?...Allons-y :

Donc, demain l’élève n’apprendra plus à écrire mais à «maitriser le geste graphomoteur et automatiser progressivement le tracé normé des lettres».
Il n’y aura plus de dictée mais une «
vigilance orthographique».
Quand un élève aura un problème on tentera une «remédiation».

Mais curieusement le meilleur est pour la gym … Oups pardon !... pour l’EPS (Education physique et sportive).
Attention, on s’accroche :courir c’est «créer de la vitesse»,

nager en piscine c’est « e déplacer dans un milieu aquatique profond standardisé et traverser l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongée»,

et le badminton est une «activité duelle médiée par un volant». Ah ! c’est du sportif, j’avais prévenu !...

Les précieuses ridicules de Molière, à côté, c’est de l’urine de jeune félidé (je n’ose pas dire du pipi de chat).
Alors, les amis, ne perdons pas ce merveilleux sens du burlesque et inventons une nouvelle catégorie : la «personne en cessation d’intelligence» autrement dit, le con.

Signé Martine Meunier, mère d’une élève. Ah non, re-pardon… Martine Meunier, «génitrice d’une apprenante».

Ben oui, un outil scripturaire" c'est un stylo, un "référentiel bondissant" c'est un ballon et un "bloc mucilagineux à effet soustractif" c'est… une gomme !

Je pense que les "zzzélites" qui ont inventé de telles conneries n’en resteront pas là… avant d’être tous en hôpital psychiatrique pour «remédiation de cessation d’intelligence».

 

Vous ne trouverez pas  cettte dizaine d'articles ni la PJ dans la presse subventionnée.

 

http://www.nice-provence.info/blog/2018/03/30/gendarme-beltrame-france-insoumise-condamnation-trompe-oeil/

 

http://www.nice-provence.info/blog/2018/03/28/hommage-gendarme-beltrame-sonne-faux/

 

http://www.nice-provence.info/blog/2018/03/29/valeurs-republique-font-heros-morts/

 

http://www.nice-provence.info/blog/2018/03/29/beltrame-tragedie-hautement-symbolique/

 

http://www.nice-provence.info/blog/2018/03/27/arnaud-beltrame-impudique-publicite-gldf-grande-loge-de-france/

 

http://www.nice-provence.info/blog/2018/03/27/dieu-devrait-repondre-victoire-diable-sur-bien/

 

http://www.nice-provence.info/blog/2018/03/24/terrorisme-islamique-la-trahison-de-nos-elites/

 

http://www.nice-provence.info/blog/2018/03/24/honneur-ignominie/

 

http://www.nice-provence.info/blog/2018/03/24/trebes-ministres-comptables-nos-morts/

  

http://www.nice-provence.info/blog/2018/03/29/terrorisme-antisemitisme-et-mensonges/

 

Excellent document qui montre bien que notre époque est  une époque de lâcheté cauteleuse.   Il importe de se montrer autrement que ce que nous sommes en réalité. La nécessité de se déguiser intellectuellement, est en définitive un reniement de soi !...

Ne nous laissons pas manipuler !... Ce changement de comportement verbal est parfaitement orchestré par ceux que nous propulsons stupidement au pouvoir. Ils souhaitent que les notions du mal et du bien, passent par leur contrôle exclusif, pour  pouvoir aisément modeler, à leur profit, la robotisation de la pensée humaine. La mondialisation des marchés ne pouvant se développer qu'à la condition de mondialiser aussi les cerveaux.

                             Ils ont mis au point le sentiment de " culpabilité linguistique dégradante" et ça fonctionne à merveille !...

Le résultat est à ce point retentissant que parallèlement, ils arrivent en plus à diluer la morale comportementale culturelle de l'homme pour rendre accessible la théorie du genre, le mariage pour tous, la sexualité débridée,la voyoucratie impunie, afin que toutes ces petites trouvailles diaboliques, deviennent progressivement la norme globale de référence.  

                            Surtout...n'allez pas chercher midi à quatorze heures. Si l'immigration massive et destructrice fait florès de nos jours,  la paupérisation et l'endormissement des peuples,  la destruction des nations... enfin pour que tout ce fatras pseudo philosophique emboîte le pas pour la mise en place d'une sinistre farandole...  c'est pour que le nouvel ordre mondial  puisse trouver enfin, motif à épanouissement!...  

C'est tout simplement grâce à cette méthode de pourri dont ils détiennent désormais le secret de fabrication et l'usage exclusif que nous sommes en pleine béchamelle !...

                         Mais quand diable allons-nous nous réveiller  !!!...???

C.A


 
 
 
Retour en 2013....
 
 
 

Egorgement d’un colonel de Gendarmerie :

 

Voilà où nous mènent l’angélisme imbécile et  le déni de réalité.

 

Le criminologue Xavier Raufer incrimine les politiques de la ville qui entretiennent les zones de non-droit, viviers de l'islamisme.

 

24 mars matinée : l'hybride racaille-salafiste Redouane Lakdim vient d'assassiner quatre innocents et d'en blesser 15 autres. Des journalistes affluent à la cité Ozanam de Carcassonne, dont Lakdim est un pur produit. Réaction de la milice narco-islamiste locale :

 

"Casse-toi, je vais t'éclater"... "Barre-toi d'ici ou je te casse les jambes". Regards haineux ; des journalistes sont molestés, leur matériel, volé. Milice vraiment ? Oui : "Toutes les issues sont contrôlées... Les journalistes fuient... des jeunes les poursuivent à bord d'un véhicule"...Une "retraitée" [décodeur : l'ultime Française du coin] : "Une minorité pourrit le quartier... Ils ont pris le pouvoir". Notons que tout ceci provient de la notoirement bienséante FranceInfo. Mais procédons par ordre :

 

1- La Conte-Ozanam est bien un "Quartier prioritaire de la politique de la ville". Le confirme, le décret N°20141750 du 30/12/2014.

 

2- L'assassin et terroriste Redouane Lakdim est bien un pur produit d'Ozanam.

 

3- "Contrat de ville" : 16 bonnes fées se sont penchées sur son berceau : Carcassonne Agglo - L'Etat (CGET) -Ville de Carcassonne - Conseil départemental de l'Aude – Conseil régional d'Occitanie - Ministère de la Justice - Pôle-Emploi - Caisse d'allocations familiales de l'Aude - Direction académique de l'Aude - Agence régionale de la santé - Caisse primaire d'assurance-maladie -Caisse des dépôts et consignations - Chambre des métiers de d'artisanat de l'Aude -Chambre de commerce et d'industrie - Mission locale ouest-audois – 3 bailleurs sociaux.

 

Alors qu'ils ignoraient le coupe-gorge et repaire salafiste, voici ce que ces nobles organismes et brillants sujets ont pondu : "lutte contre les discriminations et le racisme...vivre ensemble... travail de mémoire... Construction d'une image positive du quartier (!!)...prises en charge individualisées des jeunes les plus fragiles (bonjour la culture de l'excuse)... Valeurs de la République... Conseils citoyens". 24 "critères de discrimination" aimablement étalés (si un racketteur venait à en oublier un...). Bref, l'usuelle ratatouille, boy-scouts attardés, Abbé-Pierre gaga- terminal et néo dames patronnesses.

 

Résultat : l'aveuglement. Une invisible zone de guérilla où l'on expédie les gendarmes, comme dans la bonne vieille banlieue d'antan. Pourquoi se méfieraient-ils ? "Vivre ensemble... valeurs de la République" ? Face à eux bien plutôt, un fauve. Ainsi périssent quatre innocents ; ainsi souffrent quinze autres malheureux, victimes d'une collective impuissance à regarder en face le réel criminel et terroriste.

 

Ne pas régler une fois pour toutes le sévère problème des Ozanam & co, ne pas y rétablir cet "ordre républicain" promis depuis TRENTE-SEPT ans, c'est l'assurance d'autres attentats, d'autres victimes. C'est la certitude d’autres Beltrame. Gloire à lui et honte à ceux qui, par lâcheté ou bienséance, ont laissé pourrir la situation, à Ozanam et ailleurs.// (Extraits).

 

https://www.dropbox.com/s/f08v6geqwotedkz/Atlantico-mars-2018d.pdf?dl=0

 
 
Ben oui quoi c'est normal, non ?  Et attention pas d'a mal ga meeeee ! !

Les journalistes ne donnent plus de vraies informations et nous manipulent.

Écoutez bien ce journaliste, il avoue que pour ne pas réveiller le peuple français,

ils changent les noms des violeurs d'origine arabe, en noms de français sans jamais

dévoiler leurs réelles identités.


On le savait, mais là au moins c'est clair ... et c'est sur ARTE!

 

 
 
 
 
26 mars 2018 à Saint SEURIN (33660)
Discours de Régis GUILLEM, ancien Président de l'ADIMAD
Discours du Maire Marcel BERTHOME
 
 
 
 
 
Et si le 26 mars 1962 était un traquenard gaulliste?
Lisez cet article (14 mars 1962) qui done àCharles De Gaulle la solution, pour se débarrasser des Résistants de l'A.F....
 

« MA COLERE ! MA TRISTESSE ! MON DEGOÛT !   (post long mais merci de lire ! )



Alors comme ça , toi Redou-âne  petite racaille islamiste , merdeux de 25 ans  , ayant suçé la bonté de la France jusqu'à en obtenir la nationalité , vivant aux crochets de notre pays , ersatz médiocre et insignifiant transpirant de lâcheté , toi donc le nullissime  tu as ôté la vie du colonel Beltrame ?   Arnaud Beltrame........Un Type ... un Personnage .....quelqu'un qui en avait........Légion d' Honneur pour faits d'armes à 39 ans (rarissime)  .        39 années pétries de valeurs , de volonté , d'énergie , de travail et d'entraînement , d'humanisme , d'amour de la France , d'amour tout court...........39 années pour une vie qui se termine dans l'altruisme absolu et le sacrifice suprême.......Souvenir de nos pères .....Admiration...Incompréhension .
Mais alors , il n'y adonc aucune Justice là-haut ??  ...Il n'y aurait donc RIEN ???
Je déborde de colère , de dégoût ...et je veux dénoncer ici l'escroquerie et l'impuissance de ceux qui soi-disant  "gouvernent "..........OUI , ce sont des escrocs , des escrocs qui cachent leur jeu derrière l'illusion des grands mots......
Ce matin , on assiste au panégyrique du colonel Beltrame  .
Consensus général .    Bandes d'hypocrites .........

VOUS êtes responsables....Mais puisque les Français vous ont élus , ces Français-là sont aussi RESPONSABLES , par leur aveuglement stupéfiant .
Hier , scotché à ma télé , j'assiste à un fait incroyable :   le ministre Collomb vient , larmoyant , nous dire que "  on ne pensait pas que Lakdim  s'était radicalisé "............Quelques instants plus tard , le procureur Molins  vient nous annoncer le contraire : oui il était bien "  fiché s pour radicalisation et CONNU ET SUIVI à CE TITRE " .......N'est-ce pas là la preuve absolue qu'on se moque de vous royalement , chers Français ???        Pour remercier cet individu de sa fiche s et de sa traîtrise (2014) , on lui accorde la nationalité française (2015) !

Purement inimaginable , non ???

" Il ne montrait pas de signes de passage à l'acte " ....Mais qu'espérez-vous donc , bande de gueux , qu'ils vous envoient un bristol avant de passer à l'acte  ???  Où qu'ils sonnent le rappel ???   NON écoutez , notre pays marche sur la tête , c'est inconcevable , je suis effondré !
" On ne peut pas les surveiller tous " .......Eh bien si vous ne pouvez pas les surveiller , enfermez-les !
Que faites-vous du  principe de précaution dont vous nous rabattez les oreilles pour un oui et pour un non ,  dans ce cas précis ????

Est-il besoin de sortir de St -Cyr pour comprendre que 3 MESURES DE SALUT PUBLIC et de bons sens s'imposent en matière  de fichés s radicalisés ?   :
1)  Les fichés s pour radicalisation ayant 1 nationalité étrangère doivent être EXPULSES .
2) Les fichés ayant la double nationalité doivent être DECHUS  de la nationalité française et EXPULSES .

3) Les fichés ayant la nationalité française doivent être DECHUS , et comme on ne peut pas expulser les apatrides , ILS DOIVENT ÊTRE PLACES DANS DES CENTRES DE RETENTION .
La Guyane me semble un lieu tout indiqué pour cela , avec un peu de volonté ....Mais que voulez-vous , dès que l'on esquisse l'idée d'un Guantanamo à la française , c'est la levée de boucliers générale !   Et quand je pense au caca nerveux qu'ils nous ont fait pour la déchéance de la nationalité française ( qui aurait dû couler de source ! ) ça me fait pitié !

Vous me dégoûtez en réalité !      Tout n'est que PALABRES !
Vous êtes INCOMPETENTS et FAIBLES , les gouvernants , et vos mains , d'année en année , SE COUVRENT DU SANG DE NOS COMPATRIOTES .........
C'est désespérant de voir que les Français mettent toujours les mêmes au pouvoir : les faibles..........
J'aimerais que ces mêmes Français sortent de leur facebook (valable pour moi aussi) , descendent dans les rues ....Je ne vois aucune révolte .....
Français , vous êtes devenus amorphes et ramollis , et surtout crédules ! Le colonel Beltrame vous montre la voie....
Pensez du moins à vos enfants ..à vos arrières petits enfants ...Vous allez leur laisser quoi comme Nation ???

Je finis en vous posant une question : combien de temps encore allez-vous vous laisser assassiner, et laisser assassiner les vôtres  sans rien faire ???? »

 
 

Songez aussi à l’injuste agression qui est faite à toutes ces femmes qui ont renoncé à ce qu’elles avaient de plus cher pour suivre la volonté divine en se retirant dans un cloître.

Encore aujourd’hui des jeunes filles font ce choix héroïque.
 
Mais voilà à présent que le film « Sainte Vierge »s’apprête à jeter la suspicion sur la pureté de leur vocation religieuse !
 
Trop, c’est trop !
 
Si nous sommes assez nombreux à protester, le producteur et le distributeur devront réfléchir à deux fois avant de réaliser et de diffuser le film.

Alors n’attendez plus et cliquez sur le lien ci-dessous :

  http://petit.io/petition/federation-pro-europa-christiana/mon-message-indigne-au-producteur-et-au-distributeur-du-film-blasphematoire-sainte-vierge

 
 

 

28 mars 2018 (avec Michel Houellebecq)

Gabrielle Cluzel  Aujourd'hui

Le jour de mon anniversaire, j’ai bu un verre de Muscadet avec Jean Raspail.

Le jour de mon anniversaire, j’ai bu un verre de Muscadet avec Jean Raspail. Ce pourrait-être une nouvelle déclinaison de Smartbox : offrez le coffret « Mon écrivain préféré ».

Sonner à la porte de Jean Raspail dans la France de 2018, c’est un peu comme rencontrer Michel Houellebecq dans la France de 2060. Si elle existe encore.
Sauf que son style à lui, serait plutôt bien peigné, façon « dîner-en-ville » qu’ébouriffé, manière « lendemain-de-cuite », chaque époque ayant les prophètes – et les codes esthétiques – qu’elle mérite.
C’est un superbe vieillard – étant une femme, j’ai le droit de commenter l’élégance des hommes, le contraire serait évidemment indécent – qui m’ouvre la porte. Droit comme un if, arborant cravate fleurdelisée. Dandy et « racé », comme disait ma grand-mère qui, étant d’un temps que les moins de 80 ans ne peuvent pas connaître, ne pensait pas à mal en utilisant ce mot-là.

Jusqu’à présent, je ne l’avais vu qu’au milieu d’une foule d’anonymes, faisant la queue devant sa table, un bouquin serré contre le cœur, avec l’espoir irrationnel de décrocher une dédicace personnelle, comme si d’un seul regard, un écrivain avait ce pouvoir de vous deviner tout entier. J’ai tous les classiques dans ma bibliothèque – Sire, ou L’Anneau du pécheur – mais aussi les injustement méconnus, comme les terrifiants Yeux d’Irène. Et puis évidemment, Le Camp des Saints. C’est du reste la première question que je lui pose : n’en-a-t-il pas sa claque qu’on le bassine avec Le Camp des Saints ? Ce livre-là, traduit dans toutes les langues européennes, n’a-t-il pas écrasé les autres, enfermé son auteur par sa notoriété polémique, comme Autant-en-emporte le vent a collé à la peau de Margaret Mitchell ?

Jean Raspail, fait un geste de dénégation. Non, il n’est pas agacé, ni lassé. Parce que ce livre « étrange », c’est le mot qu’il emploie, qu’il a écrit « comme ça », d’une traite, lors d’un séjour au bord de la Méditerranée, sans plan ni réflexion, ne sachant pas le soir ce qu’il allait écrire le lendemain, et qui a déjà frappé l’imagination de tant d’hommes politiques et intellectuels à travers le monde, « peut, dit-il modestement, encore servir ». Parce que c’est un livre qui rajeunit de jour en jour : plus actuel aujourd’hui qu’il ne l’était en 1973, au moment de sa parution.

IL a même failli faire l’objet d’une adaptation cinématographique hollywoodienne. John Boorman avait contacté Jean Raspail avant de décider, in fine, de tourner Excalibur. L’an prochain, une adaptation théâtrale sera donnée à Francfort. Sur une scène, comment donc représenter la foule, premier rôle de ce roman ? « Eh bien dans la plus grande tradition shaekspearienne, par des pancartes ! », s’amuse Jean Raspail. Il est vrai que l’unité de temps et de lieu qui caractérisent l’œuvre se prêtent bien au genre.

Changerait-il aujourd’hui la chute, sans espérance et aux accents aussi apocalyptiques que le titre ? Non, répond gravement l’auteur. C’est très « difficile à dire », mais il a la conviction qu’il n’y en a pas d’autre possible.
Dépeindrait-il encore cette marée humaine anonyme dénuée de tout visage, de toute individualité, contraire à ce que commande la charité ? Il hausse encore les épaules : « on m’en a fait, en effet, souvent le reproche. Mais c’est ainsi que cela m’est venu ».
Pourtant, Jean Raspail a la foi, et ne s’en cache pas. En catholique romain identitaire et décomplexé – que les controverses picrocholines de sacristie sur ce sujet n’atteignent guère – il entonne à voix forte « Catholique et français toujours ! » avec la fraîcheur d’âme d’un enfant de Marie. « C’était épatant quand il y avait une religion solide qui s’interpénétrait avec la nation. » C’est « la force des juifs et des Russes ».

Pensant peut-être à tel autre nonagénaire controversé dont les mémoires font actuellement florès en librairie, je lui demande s’il ne veut pas raconter – ultime roman – celui de sa vie. Si je me crois originale… cinquante fois, au moins, qu’on lui pose la question ! Mais pourquoi aurait-il besoin de se raconter ? Cela n’intéresse que sa famille. Le reste est dans ses livres. À l’ère Angot et Millet, tant d’humble pudeur semble presque baroque.

La pornographie, d’ailleurs est ce qui lui déplaît dans l’œuvre de Houellebecq – non que cette pornographie le choque, mais elle l’ennuie ! Il part d’un grand rire – Houellebecq qu’il considère pourtant comme le plus grand écrivain du moment.
Mi-flagorneuse, mi-sincère, je lui glisse que son genre de Cassandre avait quand même plus de mérite : pressentir la soumission en 2015, nul besoin d’être TRÈS grand visionnaire, en revanche, avoir une telle prescience en 1973, alors qu’il n’y a aucun précédent dans l’Histoire d’invasion désarmée… il ne dément pas.

Le tome suivant ? La suite du Camp des Saints ? Il secoue la tête. Ce n’est pas lui qui l’écrira. Il prédit simplement ce qu’il appelle des « isolats », des « clans », des « regroupements naturels » de « gens qui ne voudront pas céder ». Pour lui, La Manif Pour Tous en est un. Conscient ou non. On n’est pas loin des « lucioles » évoquées par Philippe de Villiers.

Et à la fin ? À la fin, lâche-t-il, c’est Dieu qui décidera.

Quelques jours se sont écoulés. L’occupation de la Basilique Saint-Denis puis le sacrifice du lieutenant colonel Beltrame ont fait la une de l’actualité. On ne saurait mettre évidemment sur le même plan les deux évènements, mais ils ont pourtant un point commun : les acteurs en sont « raspaillens ». Quand il vous dit que d’autres que lui écriront la suite. À la fin, Dieu décidera. Dieu qui, comme disait Paul Claudel, écrit droit avec nos lignes courbes.

 
 

Je partage à fond le point de vue du rédacteur de cette lettre . Le meilleur des Islam , pour moi , est l'Islam hors de France . Parce que l'Islam a toujours tué - et surtout égorgé - bien avant le Salafisme ou l'Islamisme , dont on nous rebat les oreilles . Aurait-on oublié les massacres 
antérieurs , du 7° siècle à nos jours ( des millions de morts ) ? Que je sache , en 1915 , les Arméniens n'ont pas été estourbis par Daech ou les Talibans . Combien de temps faudra-t-il encore à notre peuple , pour qu'il comprenne que le meurtre du mécréant ( tous les non musulmans ) est enseigné par le Coran ? Le livre que doivent lire  tous les musulmans , tout au moins ceux qui sont lettrés .  Quel est ce blocage intellectuel qui empêche de voir ce qu'il faudrait voir ?
Le lâche alignement sur le prêt à penser ? 

R . L

 
 

Ce gouvernement, à l’instar de tous ceux qui l’ont précédé, est décidément incorrigible. Alors que l’enquête sur l’horrible meurtre de Mireille Knoll tend de plus en plus à démontrer que cetteoctogénaire de confession juive, poignardée et brûlée à son domicile parisien

le 23 mars, a été (comme l’indiquait l’excellent Me Goldnadel) victime d’un « antisémitisme d’origine islamiste », celui-ci, avec l’aide des gros médias, tente de gommer au maximum l’imprégnation religieuse du principal suspect.


Dans les heures qui avaient suivi l’annonce de cette horrible affaire et l’interpellation des deux suspects, les médias, déjà, s’étaient largement employés à cacher à nos compatriotes l’identité et l’origine de ces deux individus. Et cela, alors même que ce crime rappelait étrangement celui de Sarah Halimi, et que le parquet avait rapidement retenu le caractère antisémite de cet assassinat.
Cependant, les deux suspects ayant été depuis mis en examen et écroués, leurs noms ont tout de même fini par apparaître dans la presse. Et là, ô surprise, on a appris que le principal inculpé, celui qui connaissait bien la victime pour avoir longtemps vécu dans son immeuble et lui avoir souvent rendu visite avant d’être condamné à deux ans de prison (dont 14 mois de sursis) pour
une agression sexuelle sur la fille de son auxiliaire de vie, s’appelait… Yacine M. Mieux : lors de
sa garde à vue, son complice et ex-codétenu Alex C., un SDF plusieurs fois condamné pour des vols avec violences, a même raconté aux enquêteurs que ledit Yacine, après lui avoir expliqué à propos de la victime que « c’est une juive, elle doit avoir de l’argent »(préjugé qui a coûté la vie à Ilan Halimi en 2006…), aurait porté les onze coups de couteau, en criant « Allah akbar ».


Antisémitisme des « quartiers »
Certes, l’enquête n’en est encore qu’à ses débuts. Et les deux suspects se rejetant la responsabilité du meurtre, les policiers espèrent en savoir un peu plus à l’occasion de la prochaine confrontation
des deux individus. Cependant, cette affaire est d’ores et déjà révélatrice du déni de l’antisémitisme islamiste dans lequel se sont volontairement enfermés nos gouvernants, par crainte de froisser la communauté
musulmane. Ainsi, si le président, le Premier ministre et autres membres du gouvernement se sont bousculés pour dénoncer vigoureusement ce « crime antisémite ignoble », ils se sont bien gardés de montrer du doigt ses vrais responsables.
Crime antisémite, certes, mais commis par qui ? L’« extrême droite » ? Non, a répondu Me Goldnadel, l’avocat de la famille Knoll : la pauvre dame, a-t-il insisté, a été victime d’« un antisémitisme d’origine islamiste », qui vient aujourd’hui majoritairement « des quartiers » !

Un discours de vérité qui tranche heureusement avec celui de Collomb qui, prié de dire si Yacine M. était « radicalisé », a martelé mercredi : « Pas du tout. Lui, c’était le profil du petit voyou de quartier qui allait faire des rapines. » Comme les Merah, Abdeslam et tous
ceux qui sont ensuite passés au djihad…

Franck Deletraz
Revue de Presse Web 88

NDRL: rappelons-nous la chape de silence sur le crime raciste de Sahra HALIMI, le 04 avril 2017: nous étions avant le 1° tour de la Présidentielle...

https://www.youtube.com/watch?v=w445T_Ld9Vo

Ceux-là même qui ont hué la présence de Marine LE PEN, à la marche en hommage à Mireille KNOLL, ont tout fait pour cacher le crime de Sahra HALIMI, de crainte d'augmenter le score de Marine, aux Présidentielles....

Cela s'appelle désinformation, ou Intox...

HC

 

 
 
Discours de Robert Ménard sur A. Beltrame

Mes chers concitoyens,
Mes chers amis,
Vendredi dernier, à quelques heures d’intervalle, deux hommes sont morts. Le premier pour avoir voulu tuer
des personnes qu’il ne connaissait pas. Le second pour avoir voulu sauver des personnes qu’il ne
connaissait pas. Décidément, toutes les vies ne se valent pas.
Encore une fois. Encore une fois, l’islamisme a frappé.
Encore une fois, la mort était au rendez-vous.
Vendredi dernier, tout près de Carcassonne, tout près
de chez nous, le terrorisme a répandu la désolation.
Dans un modeste supermarché. Un de ces lieux où
vous et moi aurions pu nous retrouver, sans imaginer
un instant que tout pouvait basculer. Le temps de l’insouciance est terminé, vraiment terminé.
À Trèbes, il s'est passé quelque chose de l'ordre du
symbolique, je dirais presque de l'ordre du sacré : la
rencontre, le face à face entre un Français de coeur et
un Français de papier, un Français d’honneur, de fidélité
et de foi, et un Français de haine, de barbarie et de mort.
*

Arnaud Beltrame est un héros et un martyr. Un héros,
un de ces hommes qui savent s’oublier, qui savent se
sacrifier pour les autres et au nom des autres. Un
martyr, un de ces rares hommes qui savent mourir
pour une idée, un principe, une conduite, une éducation, une morale.
C’est tout cela que nous honorons aujourd’hui. Pas seulement le courage mais l’abnégation. Pas seulement
l’héroïsme mais la solidarité au prix de sa vie, de
sa propre vie. Pas seulement la droiture mais la compassion,
la main tendue au risque de la mort, une fraternité, un don de soi.
Arnaud Beltrame est une leçon de morale dans un
monde, dans une époque qui en manquent cruellement.
Il nous oblige à ces examens de conscience, à
ces interrogations, à ces introspections que nous
fuyons, si souvent, en temps ordinaire.
Du geste de son fils, la mère d’Arnaud Beltrame a dit
qu’il devait « réveiller les Français ». Elle a raison, il
devrait même nous contraindre, enfin, à regarder le
monde tel qu’il est et tel qu’il devient. Il devrait nous
contraindre à le décrire tel qu’il est et tel qu’il devient.
Il devrait nous contraindre à employer les mots, les
vrais mots parce que, comme le disait Albert Camus,
« mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ».
*
Arnaud Beltrame n’est pas une victime du terrorisme.
Arnaud Beltrame a été égorgé par un homme se réclamant
de l’intégrisme islamiste. Il faut le dire, non
pour montrer du doigt tel ou tel, mais juste pour dire
ce qui est, pour dire la vérité, par respect pour lui.
C’est volontairement que nous avons décidé de nous
retrouver ici, ici précisément. C’est-à-dire à deux pas
du monument dédié à la mémoire d’un autre héros,
d’un fils de notre cité, du plus illustre des fils de notre
cité, je veux parler, bien sûr, de Jean Moulin.
Jean Moulin résistait au nazisme au nom de cette
France qu’il avait chevillée au corps. Arnaud Beltrame,
en se sacrifiant, résistait à cette idéologie mortifère
qui a tué et continue à tuer partout dans notre
pays.
En honorant sa mémoire, en nous inclinant devant sa
bravoure, c’est devant la France que nous nous inclinons.
La France, la grande France, celle qui fait qu’un
gendarme meurt pour elle. Celle qui fait que, depuis
toujours, des hommes meurent pour elle.
Toutes mes pensées, toutes nos pensées à Hervé,
Jean et Christian les victimes de Trèbes et de Carcassonne.
Paix à l’âme du colonel Arnaud Beltrame. Vive les
hommes d'honneur ! Vive la France !

*
 
 
   
Certains Pieds-Niais Amnésiques et Alimentaires ne veulent pas prononcer le nom du Coupable...
 
 

"Quand l'Avril renaissant ramenait le lundi de Pâques, tout Saint Eugène, tout Bab-el-Oued, tout Alger, tout Mustapha, était sur les plages. Du cap Matifou au cap Caxine, la grève méditerranéenne se couvrait de tentes ;  C'était tout un peuple en ripaille. Car Pâques, en Algérie, c'est la fête de la Mouna, ce gâteau de pâte légère orné d'oeufs durs multicolores. Dès l'aurore, les familles,les groupes d'amis et les estudiantinas dévalent des falaises, campent et s'installent sur le sable, à l'écart des cabanons. Les Mouneurs, chargés de couffins pleins de victuailles, se hâtent vers les grottes ombreuses. Les cris, les appels, les exclamations sonores et les chants éveillent les échos du littoral"

                                                                                              Paul Achard , l'Homme de mer


En attendant, Joyeuses Pâques et bonne mouna!Michèle

 
 
 
HYPER IMPORTANT

témoignage  lucide et argumenté de Tatjana Festerling sur l’islamisation galopante de l’Europe ,l’inertie voire la “sympathie” de nos dirigeants ,et la détresse de ceux qui voient arriver le naufrage prochain de notre civilisation et donc de notre VIE,

sans avoir de recours effectifs possibles !

 
 
 
Probable perversité de la récupération j’ai bien peur d’avoir raison .......
 
mouvances gouvernementales de vendus qui vont faire pleurer dans les chaumières avec la cérémonie aux invalides en détournant le sens de l’acte sacrificiel du colonel
 
les adeptes du vivre-ensemble qui nous exhortent déjà à “accepter” le coran comme une oeuvre d’amour
 
certains chrétiens béats et idiots qui tendront non pas leur joue mais leur cou , mais  prêts à sacrifier plutôt leurs voisins qu’eux-même
 
l’éminence noire papale françois  ,pseudo-évangéliste qui absout des musulmans criminels en encourageant les chrétiens d’orient à se maintenir dans leur foi , se laissant torturer et éliminer ........pour la grandeur de l’église
 
certains écclesiastiques  qui s’alignant sur le modèle de mohammed duval archevêque d’Alger collaborateur du FLN  et des moines de Thibérine  ,accueilleront avec grande bienveillance ,et soutiendront  ces pauvres immigrés au détriment des vrais français
 
 
 
 
 
 
 

Dans l’Algérie bouteflikée, un ex-FLN demande pardon à la France, par Alain Sanders

La vidéo d’un ancien du FLN, un moujahid, selon l’expression consacrée, n’est pas passée inaperçue en Algérie où elle a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Curieusement (manière de dire), elle n’a pas eu d’échos en France. Et pourtant…

Et pourtant cet ex-FLN, amputé des deux jambes, commence très fort : « Moi, moujahid, invalide de la guerre de libération, demande pardon à la France de l’avoir combattue. »

Les raisons de la colère – et plus que ça : du désespoir absolu – de cet homme filmé à sa demande par sa famille ? Les menaces des autorités algériennes contre le pauvre gourbi qui lui sert de logement. D’où son cri, comme le souligne le blog marocain le.360, pour affirmer que « l’ancien occupant français était plus clément que les autorités de son pays ! »

Prêt à tout le malheureux, dont l’identité n’est pas révélée bien qu’il apparaisse à visage découvert sur la vidéo, menaçait de s’asperger d’essence et de se faire brûler vif. Déclarant que la mort serait plus clémente que le comportement indigne du régime algérien qu’il qualifie de « traître » et de « malveillant ».

Ce n’est pas la première fois que des Algériens manifestent une sorte de nostalgérie française. Comme, il y a quelques années, ces lycéens qui avaient déployé un drapeau tricolore dans la cour d’un lycée d’Alger. Et l’avaient payé très cher. Mais, au moins à notre connaissance, c’est la première fois qu’un ancien FLN exprime aussi publiquement et radicalement son écœurement. Même si, observateurs que nous sommes de la vie politique (de l’absence de vie politique serait plus juste) en Algérie, nous savons que, régulièrement, des moujahidine essaient de se faire entendre.

Face à l’émotion suscitée par cette vidéo qui, par sa teneur même – la demande de pardon à la France – va bien au-delà du désespoir d’un invalide humilié, le ministre algérien des Moujahidine (les anciens combattants), Tayeb Zitoun, brille par son silence.

Les commentaires de l’opinion publique algérienne vont bon train, en revanche. Peu de monde pour condamner et un grand nombre pour approuver. On a pu lire dans L’Est républicain Algérie : « Demander pardon à la France de l’avoir combattue est un terrible boomerang qui explose au visage des décideurs qui continuent de marchander la mémoire. Comment exiger de l’ancienne puissance coloniale des excuses et des réparations quand on n’est pas capable de prendre en charge les besoins les plus élémentaires de ceux qui l’ont combattue ? (…) Le cri du fond du cœur de cet ancien maquisard doit interpeller au plus haut niveau de l’Etat. Combien sont-ils, en effet, comme lui, à rester en marge de l’histoire pendant que de faux moujahidine plastronnent sur les plateaux de télévision ? »

 
 
 
 

Chers amis bonjour,

 

Lundi 26 mars 2018, nous étions comme chaque année qui passe, présents dans la Basilique du Sacré Cœur à Marseille afin de commémorer une date si dramatique, un crime d’état perpétré sur ordre de De Gaule, le 26 mars 1962 contre des Français d’Algérie.

Manifestation pacifique contre le bouclage de Bab El Oued et la signature le 18 mars 62, des soi-disant accords d’Evian.

Une messe très émouvante avec l’homélie de Mgr Ellul et la lecture d’un message de Mgr Aquilina et la voix d’une femme égrenant les noms des martyres, l’atmosphère était pesante,  la douleur du souvenir de ces tristes moments 56 ans plus tard toujours aussi forte et cette colère sourde au fond de nous.

Il y a deux dates qui me font très mal, malgré le temps qui passe, c’est le 26 mars et le 5 juillet. Deux drames qui n’auraient jamais du voir le jour (après les accords d’Evian), je n’oublie pas pour autant tous les disparus et tous ces innocents civils et militaires, dont les familles de Harkis massacrées par les maîtres de l’Algérie.

 

Pardonner, pour celui qui a égorgé le Père Hamel ?

Pardonner pour celui qui a égorgé le Lieutenant Colonel Beltrame ?

Et tous ces innocents tués au nom d’une folie inhumaine ?

Pardonner…, moi je ne peux pas!

Quand aurons-nous un gouvernement ou un militaire capable de rétablir l’ordre et la grandeur de la France !!!

Voila 56 ans que j’attends.

 

J’ai peur pour l’avenir de mes enfants et petits enfants.

André ORDINES

 
 
 
 
 
 

Le pardon ? Il est des circonstance ou le pardon serait un crime !
Des circonstances ou cesser de mepriser de telles crapules est tout simplement impensable

26 mars 1962 : le gouvernement francais massacre des innocents rue d’Isly a Alger

 

 
Cérémonie du C.N.R. Porte d'Italie Toulon
 
   
 
 
 
 
 
Massacre gaulliste prémédité, commémoré à Nice, 26 mars 2018...
 
 

MA COLERE ! MA TRISTESSE ! MON DEGOÛT !


Alors comme ça , toi Redou-âne petite racaille islamiste , merdeux de 25 ans , ayant suçé la bonté de la France jusqu'à en obtenir la nationalité , vivant aux crochets de notre pays , ersatz médiocre et insignifiant transpirant de lâcheté , toi donc le nullissime tu as ôté la vie du colonel Bertrame ? Arnaud Bertrame...........Un Type ... un Personnage .....quelqu'un qui en avait........Légion d' Honneur pour faits d'armes à 39 ans (rarissime) . 39 années pétries de valeurs , de volonté , d'énergie , de travail et d'entraînement , d'humanisme , d'amour de la France , d'amour tout court...........39 années pour une vie qui se termine dans l'altruisme absolu et le sacrifice suprême.......Souvenir de nos pères .....Admiration....Incompréhension .
Mais alors , il n'y adonc aucune Justice là-haut ?? ...Il n'y aurait donc RIEN ???
Je déborde de colère , de dégoût ...et je veux dénoncer ici l'escroquerie et l'impuissance de ceux qui soi-disant "gouvernent "..........OUI , ce sont des escrocs , des escrocs qui cachent leur jeu derrière l'illusion des grands mots......
Ce matin , on assiste au panégyrique du colonel Beltrame .
Consensus général . Bandes d'hypocrites .........
VOUS êtes responsables....Mais puisque les Français vous ont élus , ces Français-là sont aussi RESPONSABLES , par leur aveuglement stupéfiant .
Hier , scotché à ma télé , j'assiste à un fait incroyable : le ministre Collomb vient , larmoyant , nous dire que " on ne pensait pas que Lakdim s'était radicalisé "............

Quelques instants plus tard , le procureur Molins vient nous annoncer le contraire : oui il était bien " fiché s pour radicalisation et CONNU ET SUIVI à CE TITRE " .......N'est-ce pas là, la preuve absolue qu'on se moque de vous royalement , chers Français ??? Pour remercier cet individu de sa fiche s et de sa traîtrise (2014) , on lui accorde la nationalité française (2015) !
Purement inimaginable , non ???
" Il ne montrait pas de signes de passage à l'acte " ....Mais qu'espérez-vous donc , bande de gueux , qu'ils vous envoient un bristol avant de passer à l'acte ??? Où qu'ils sonnent le rappel ??? NON écoutez , notre pays marche sur la tête , c'est inconcevable , je suis effondré !
" On ne peut pas les surveiller tous " .......Eh bien si vous ne pouvez pas les surveiller , enfermez-les !
Que faites-vous du principe de précaution dont vous nous rebattez les oreilles pour un oui et pour un non , dans ce cas précis ????
Est-il besoin de sortir de St -Cyr pour comprendre que 3 MESURES DE SALUT PUBLIC et de bons sens s'imposent en matière de fichés s radicalisés ? :
1) Les fichés s pour radicalisation ayant 1 nationalité étrangère doivent être EXPULSES .
2) Les fichés ayant la double nationalité doivent être DECHUS de la nationalité française et EXPULSES .
3) Les fichés ayant la nationalité française doivent être DECHUS , et comme on ne peut pas expulser les apatrides , ILS DOIVENT ÊTRE PLACES DANS DES CENTRES DE RETENTION .
La Guyane me semble un lieu tout indiqué pour cela , avec un peu de volonté ....Mais que voulez-vous , dès que l'on esquisse l'idée d'un Guantanamo à la française , c'est la levée de boucliers générale ! Et quand je pense au caca nerveux qu'ils nous ont fait pour la déchéance de la nationalité française ( qui aurait dû couler de source ! ) ça me fait pitié !
Vous me dégoûtez en réalité ! Tout n'est que PALABRES !
Vous êtes INCOMPETENTS et FAIBLES , les gouvernants , et vos mains , d'année en année , SE COUVRENT DU SANG DE NOS COMPATRIOTES .........
C'est désespérant de voir que les Français mettent toujours les mêmes au pouvoir : les faibles..........
J'aimerais que ces mêmes Français sortent de leur facebook (valable pour moi aussi) , descendent dans les rues ....Je ne vois aucune révolte ......
Français , vous êtes devenus amorphes et ramollis , et surtout crédules ! Le colonel Beltrame vous montre la voie....

Pensez du moins à vos enfants ..à vos arrières petits enfants ...Vous allez leur laisser quoi comme Nation ???
Je finis en vous posant une question : combien de temps encore allez-vous vous laisser assassiner , et laisser assassiner les vôtres sans rien faire ????



 
 
Madame Agnès RAMPAL, courroie de transmission des gaullistes, se permet de mentir à la Région: son père n'était pas chirurgien, mais ORL...HC
   
Raphaël PASTOR
 
 
Quand les Babaos de Bobos-Cocos comprendront, que c'est cela leur "Vivre-Ensemble"??
 
 
 
 
 
Actualité...
 
 
Algérie, où les archives ottomanes brisent le roman d'une histoire tronquée par quelques uns...
 
 

Pauvre vieux... il ne peut même pas passer sa retraite tranquille !... Gageons que sa bienveillante garde à vue ne l'aura pas trop traumatisé et qu'après nous avoir bien saouler avec cette affaire, il en ressortira blanc comme neige. Ce petit intermède judiciaire est pour lui une rafraîchissante sortie médiatique  de nature à rendre service à ses potes,  en perturbant  au minimum le ronron de sa vie quotidienne de retraité exempté de CSG.


l'establishment travaille  à redorer son blason, qui en a effectivement bien besoin!...

Traduire un ancien président   crasseux comme un charbonnier, sert à montrer que l'on fait semblant d'être à cheval sur les principes d'honneur et d'honnêteté. Mais en réalité ils s'en moquent totalement. Il n'est pas question de pénaliser celui qui est à l'origine du  fabuleux traité de Lisbonne,  document qui a tant favorisé les souhaits du N.O.M pour détruire les pays Européens.

S’effrayer quand, par inadvertance, on propage des  fausses informations sur nos dirigeants ne devrait en réalité que peu  nous contrarier. Surtout quand on constate en face, la propension" hors du commun" qu'ils mettent à nous mentir, nous berner, nous trahir, nous malmener, nous voler, nous empoisonner, nous spolier, nous anéantir,

Nous ne pouvons espérer une vie public et politique irréprochable, soit... mais de là à accepter  cette merdasse répugnante, il y a une juste limite à respecter!...

C.A 
 
 
 
Secours de France, une véritable ONG
 
Chers Amis, Français d’Algérie et d’ailleurs,
Prenez le temps de lire ce n° exceptionnel de « Secours de France » . Vous y découvrirez toutes les vilenies et injustices (d’hier et d’aujourd’hui) dont notre France est accablée. Mais aussi, le combat de nombreux patriotes courageux contre tous les Ganelon et autres « porteurs de valises » qui minent notre peuple …. Je suis sûr que votre don ne sera pas vain !
 
Cordialement à tous
 
Jean-Claude ROSSO
 
 

 

Le mois de Mars est de retour et avec lui cette fâcheuse journée du 19, qu'une fédération d'Anciens Combattants se cramponnant à cette date comme a un intangible souvenir à commémorer pour des raisons essentiellement inspirées par les convictions politiques de ceux qui la dirige, voudraient imposer, comme seule véridique, d'abord à tous ceux qui ont portes l'uniforme français sans distinction d'origine raciale ou confessionnelle, Français de Souche ou Harkis, mais aussi Pieds Noirs dans leur ensemble et enfin à la FRANCE toute entière.

OUI nous rejetons le 19 Mars parce qu’il est la date que le FLN a choisi pour célébrer " sa victoire sur la FRANCE " et parce qu’il ne peut en aucun cas signifier la fin des hostilités en ALGÉRIE.

Loin de marquer la fin des combats comme l'affirme la FNACA, les pseudos accords d'EVIAN, provoquèrent un redoublement des violences. Entre le 19 Mars et l'abominable 5 Juillet 62, plus de 3000 victimes civiles européennes et 80 à 150000 Harkis y compris leurs familles furent massacrés et 535 militaires furent tués ou enlevés par le FLN.

19 Mars1962, cessez le feu non respecte par le FLN et qui de plus est une Fête Nationale en ALGÉRIE. Doit on célébrer une fête de nos ennemis de l'époque qui n'a pas respecté ces accords ?

Pour l’Algérie du FLN, le 19 Mars marque "  la défaite " de la FRANCE. Où a-t-on vu un pays qui commémorerait, ce que l'ennemi d'hier célèbre comme une victoire ?

Pour conclure, depuis plusieurs années, nous assistons à une véritable recrudescence des inaugurations de places, ou rues du 19 Mars 1962 .

Heureusement dans ce pays certaines mairies n'hésitent pas à débaptiser des rues et places du 19 Mars et refusent ainsi de blesser dans sa chair toute une communauté.

Voila pourquoi nous boycotterons la cérémonie du 19 Mars: Une indignité nationale, une insulte à la mémoire de ceux disparus et assassinés après le 19 Mars 1962.

 

Antoine GALERA ancien combattant d’Algérie

 
 
 
 
 

 
 
 
 

 Cela se passait dimanche dernier, en France, à la basilique de Saint Denis ou reposent nos Rois... France, ce n'est plus seulement ton café qui fout le camp …

Il s'est trouvé des députés de la France insoumise pour organiser cette manifestation …

C.A. 

 

Pierre Sautarel (@FrDesouche)

Avec le mégaphone, la coiffe musulmane, le tchador etc dans la Basilique... Ils nous crachent au visage là...

https://www.youtube.com/watch?v=OYDvNxYwAAg

 
 

Quant au second, l’économiste, paraît-il, Jean-Marc Daniel, reconnu uniquement par les téléspectateurs de BFM/TV et BFM/Business, il s’est octroyé le passé de la France, affirmant que : « La génération dorée des 70 ans n’était pas si dorée que ça (et sur ce point il n’a pas tort) puisqu’elle n’a connu, ces dernières décennies, que : les « tickets de rationnement », le « Bains-Douches » et les « attentats de l’OAS » : Pardon, il allait dire « attentats du F.., mais s’est vite repris en remplaçant certainement FLN par OAS.

(Sur RMC le 15 mars et remis sur BFM le 17 mars 2018 dès « potron-minet »)

Décidément sa mémoire n’est pas seulement sélective, elle est même totalement « négationniste » puisqu’il a oublié, au passage, les millions de morts de la « seconde guerre mondiale », l’élimination de 6 millions de juifs par les nazis, l’épuration massive dès la libération et, en ce qui concerne plus spécialement l’Algérie, les attentats, assassinats et massacres du FLN et de l’ALN en Algérie (de 1954 à juillet 1962 et un peu plus) et même en métropole, lors de son affrontement avec le MNA, plus de 4000 morts, dont 74 policiers français.

Je suis persuadé que, si la question lui avait été posée, il aurait été bien incapable de citer un seul attentat de l’OAS, en France métropolitaine !

Toujours, pour parodier Michel Audiard : « Si les cons volaient, le premier serait très certainement chef d’escadrille et le second, pilote de chasse ».

Chacun à sa place !

Manuel Gomez

 
 
 
 
 

LES POLITICIENS VÉREUX


Ils sont nombreux, tous ces élus

Qui manigancent des coups tordus.

Ils s'en mettent plein les poches

Et même plein les sacoches,

Ces roublards astucieux

Cumulards, peu soucieux

De servir dignement

Et conscencieusement

L'État et les citoyens.


Ils emploient des moyens

Occultes et illicites.

Ils n'ont pas de limites

Dans leurs magouilles sordides,

Ces aigrefins perfides.

Le bien commun pour eux,

Sujet plus que fâcheux,

N'entre pas dans leurs vues,

Jugeant que c'est superflu.


Cette malfaisante engeance

Pratique la délinquance

Sans aucun repentir,

Désirant s'enrichir

Sur le dos de l'État.

Ce sont de vils goujats.


Bien souvent, ils évitent

Que leurs méfaits s'ébruitent.

Lorsqu'ils sont démasqués,

Croyez-vous qu'ils soient paniqués?

Ils savent bien que la Justice

Est souvent rédemptrice.


Ces vers écrits sur ces termites,

Élus véreux, grands parasites

C'est pour blâmer leurs subterfuges.

Je leur prescrit des vermifuges.


Jean-Paul Ruiz

20/03/2018

Rêvons!

Si un jour prochain, on juge les crimes de 2gol charles, dira-t-on que 56 ans après, c'est de l'acharnement médiatique?? H.C.

 
 
Le Général PIQUEMAL s'adresse à E MACRON..
 
 
Le sénateur des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier précise la réalité du projet de loi asile et immigration. Un projet porté par Gérard Collomb et initié par Jacques Attali.

Je vous invite à partager MASSIVEMENT cette vidéo : nous devons informer les Français !

La Loi Asile et Immigration va accélérer le processus de remplacement d'une population par une autre, du peuple français par le déferlement migratoire.

Retrouvez le coup de gueule de Stéphane Ravier contre la Loi Asile et Immigration qui se prépare, ainsi que le "Rapport Taché", qui vont organiser à l'extrême la préférence étrangère et ouvrir le regroupement familial aux prétendus "migrants mineurs" alors que nous atteignons pourtant déjà des records d’immigration.

 
 
 
 
 
 
 

NON AU 19 MARS !
PIEDS-NOIRS, HARKIS, LE FN NE VOUS A JAMAIS TRAHIS !

Mon communiqué : Le temps n’efface ni la honte, ni le sang...

Si cette date est pour certains celle du cessez-le-feu en Algérie, elle rappelle davantage aux victimes l’infamie du pouvoir qui a abandonné des milliers d’innocents aux égorgeurs du FLN.

Nul n’oubliera jamais les atrocités commises sur les pieds-noirs et harkis. Ils avaient choisi la France. Ils furent sacrifiés par des dirigeants dont l’indignité restera à jamais une tache indélébile sur l’honneur de notre pays. Le temps n’efface ni la honte, ni le sang…

Commémorer le 19 mars n’est autre qu’une marque de mépris envers ceux qui sont tombés et la volonté avérée de trahir leur mémoire au seul profit des assassins algériens et de leurs complices français.

C’est la raison pour laquelle, fidèles à notre habitude, les élus du FN ne participeront pas à cette cérémonie du 19 mars 2018.

C’est aussi pour cette raison que lors de la séance plénière d’hier au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur nous avons déposé un voeu afin de dénoncer cette date honteuse auprès du Président de la République. Mais c’était sans compter avec la perfidie des élus LR puisqu’ils ont purement et simplement rejeté notre proposition.

Enfin c’est pour cette raison que dans le Var nous avons lancés une campagne d’affichage (voir affiche en pièce jointe) afin de rappeler à nos amis pieds-noirs et harkis que seul le FN n’a jamais cessé de les

soutenir !

Communiqué de presse de Frédéric Boccaletti
Président du groupe FN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
Délégué départemental du FN Var

 
 
 
 
SI VOUS NE LE SAVIEZ PAS?? VOICI BFMTV-FLN...

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/nicolas-doze-vs-jean-marc-daniel-faut-il-faire-payer-les-retraites-1503-1047365.html

 

Ecoutez à 4'16 J-M Daniel sur la jeunesse dorée des 70 ans, ( grâce aux recherches d'Hervé Cuesta) qui a connu "les attentats du F...de l'OAS."

 

Le politiquement correct est un carcan même pour un polytechnicien s'il veut "causer" sur BFM TV. Le gaullo marxisme rend fou. Jacques Laurent en avait fait la démonstration dans "Mauriac sous De Gaulle".

En 1964, il attaque violemment le général de Gaulle par son pamphlet Mauriac sous de Gaulle, qui lui vaudra une condamnation pour « offense au chef de l'État ». Lors de ce procès, il déclara : « La situation de l'histoire des affaires est unique. Vingt ans après la Terreur, n'importe quel historien pouvait dire ce qu'il pensait de la Terreur ; vingt ans après le 18 brumaire, n'importe quel historien pouvait dire ce qu'il pensait du 18 brumaire ; vingt ans après la Terreur blanche, n'importe quel historien pouvait s'exprimer librement sur la Terreur blanche ; vingt ans après le 2 décembre, on pouvait parler du 2 décembre selon sa conviction ; vingt ans même, pour prendre un événement plus rapproché, après l'arrestation de Caillaux sous Clemenceau, on pouvait défendre Caillaux si on le voulait, ou en tout cas écrire un livre d'histoire absolument libre sur ce qui s'était passé entre 1914 et 1918. Mais vingt-cinq ans après le 18 juin, j'apprends par le réquisitoire qu'il est interdit de le commenter[18] ». Il publie peu après avec Gabriel Jeantet (ancien membre de la Cagoule puis résistant) Année 40, où il conteste l'importance de de Gaulle, qu'il qualifie de « planqué », dans l'organisation de la Résistance.

Pierre BARISAIN

 
 

http://www.liberation.fr/planete/1998/07/24/charles-de-gaulle-dictateur-en-puissance-vu-de-londres_242317

http://www.liberation.fr/grand-angle/2004/07/09/de-gaulle-un-possible-dictateur_485954

  

Et ce n'est pas nous qui le disons !

 c'est de ceux qu'il a servi pour avoir le trône en intronisant Maurice Thorez le déserteur, puis tous les monopoles sur la SS, la SNCF, les ponts & chaussées, l'EDF, etc...

 

A la veille du triste anniversaire de la forfaiture de l'homme du 19 MARS 1962, il est bon de revenir en arrière...
 
 
NDRL: il parait que 74% des Séniors ont voté "Macron", pour "éviter le Pire..." Ils devraient être contents? Non? H.C.
 
 
 

Hommage   au Commandant HELIE DENOIX de SAINT-MARC.

Prenez le temps de lire et d’apprécier.


Nombre d'entre nous ont vécu cette période en AFN , en avons payé le prix et surtout avons suivi la vie de ce grand Soldat fait de droiture dans l'Honneur.

​ ​Je vous fais parvenir ce texte, cette conférence réalisée devant 1000 représentants des barreaux du monde entier, grande fête des Avocats.

Je pense que vous serez intéressé à lire ce très beau discours prononcé en décembre dernier lors de la rentrée solennelle de la Conférence du Stage (c’est la grande fête annuelle des Avocats à laquelle viennent assister des
représentants des
Barreaux du monde entier – 1 000 personnes environ) par le premier secrétaire ; la tradition veut que le 1er secrétaire fasse l’éloge d’un personnage célèbre,
et le second secrétaire relate un procès tout aussi célèbre.

Cette année le premier secrétaire avait choisi de faire l’éloge de Denoix de Saint Marc..

​ 

​ 

​ 

On nous avait pourtant dit que depuis 1962, la République Démocratique et Laïque d'Algérie, avait retrouvé sa Liberté... HC

​ 

 

 

​ 

​ 

 

​ 

LE GENERAL WEYGAND  ÉTAIT-IL UN TRAÎTRE ???

COMME LE PRÉTENDENT  LES FALSIFICATEURS  GAULLISTES

            AINSI QUE LEURS ALLIES   SOCIALOS COMMUNISTES !  

       Alors penchons nous sur l'Histoire de cet homme,
dont ils ne parlent que pour le salir ! 

             
                                   
Dans la vidéo ci-après,   est exposé le véritable rôle des uns et des autres, ou il se trouve que   "le damné du micro", sans foi, ni loi,  ne pensait qu' à étancher sa soif  incongrue  de pouvoir, quitte à faire tuer ou embastiller
quiconque lui ferait de l'ombre !

Ce fut d'ailleurs, entres autres,  le cas du Général WEYGAND,  qui fut embastillé  dès  la Libération, par l'imposteur !

N'en déplaise aux  irréductibles gaullistes, fervents soutiens du pseudo libérateur sans honneur,   ils seraient bien inspirés d'admettre que l'icone qu'ils vénèrent n 'est en fait qu'une statue aux pieds d'argiles, au regard de ceux qui ont
véritablement  fait et écrit  l'Histoire . 

                              

                 CAR   NOUS  AVONS BESOIN DE CONNAITRE NOTRE HISTOIRE   

 
                                             https://www.youtube.com/watch?v=Uqfn2JGTcYs 

NDRL: Les gaullistes et les communistes sont les Champions de la Falsification de l'Histoire... HC

 
Madame Hélène BASTIEN-THIRY,
Le CERCLE DU COLONEL Jean BASTIEN-THIRY.
Je vous informe qu’une messe sera célébrée le mardi 20 mars à la Cathédrale de FREJUS  à 18h30,
pour le 55é anniversaire, de l’exécution du Colonel.
Soyons nombreux, pour manifester notre soutien à ces héros morts pour la France et pour l’Algérie Française.
Claude MATHIEU
 
 
 
A l'heure où nous voyons en boucle sur toutes les chaînes de TV l'appel de l'Unicef concernant la famine en Afrique.
Je rappelle à tous que les pays de l'Afrique concernés sont majoritairement musulmans mais que tous ces frères musulmans
sont en guerre fratricide et chassent leurs frères, les laissent mourir de faim sans état d'âme. 
 
Que font les pays voisins... musulmans de Surcroît ?RIEN.
Et le Croissant Rouge (équivalent de notre Croix-Rouge)RIEN.
Mais c'est à nous de donner?Il manque 3 milliards d'euros…
Peut-être qu'au lieu de construire des hôtels de luxe, d'acheter des 4/4, des yachts de luxe ou de faire des patinoires dans
le désert avec l'argent du pétrole, il faudrait que les riches de chaque Émirat ou autres pays musulmans ouvrent leur
porte-monnaie au lieu de demander aux ouvriers des méchants pays occidentaux d'ouvrir le leur…
Et si chaque musulman d'Europe et d'ailleurs donnait un euro pour l'Afrique,voilà un geste qui le conduirait certainement
au Paradis !
Voilà des décennies, si ce n’est plus, que ces pays sont dans la misère et régulièrement, on nous matraque avec des images
terribles de populations qui sont appelées à disparaître !
Femmes et enfants sont mis en avant afin de nous culpabiliser un peu plus.
Des femmes musulmanes qui, avec leur croyance, font plein d'enfants alorsqu'elles savent pertinemment qu'elles ne
pourront les nourrir !
Peu d'hommes dans ces reportages… ; pourquoi ?
alors que ces géniteursengrossent leur harem et des gamines à peine pubères,ne sont-ils pas conscients et responsables
de leur folie ?
Deux mille ans de retard et une religion aveugle font de ces peuples des condamnés pour l'éternité.
Croyez-vous encore que c'est de notre faute ?
Croyez-vous que nous devrions nous sentir responsables de tant de misères ?
Lorsque, dans un pays, il y a plus de balles de fusil que de grains de riz, nul ne saura jamais rien changer malgré toute la
bonne volonté et tout l'argent du monde!C'est triste mais hélas bien réel !
Bonne journéeà tous et MÉDITEZ Bien !
 
Ce n'est pas un message raciste, mais réaliste,pour ouvrir les yeux de ceux qui ne veulent pas voir ou entendre.
 
 
 
AMI  FARID

Que faire dans ce pays où Farid Smahi après avoir renoncé à l'islam, le voyant à l'ouvrage, aurait envie (comme moi) de ne plus être français du tout, tellement l'ignorance collective ajoutée à la trouille endémique (morale et physique)  réduit ce Français à apprécier un jugement seulement si le menteur lui parle à voix basse et dans le creux de l'oreille  ? ... 

En peu de mots ce survivant d'une famille harkie tente d'expliquer à des sourds, très fiers de ne pas vouloir entendre, ce qui va leur arriver. 

Je vois très bien un laïc de la république ventriloque mélenchonien reprocher à Farid d'abandonner son idéologie musulmane. Et un marcheur macronome lui tourner les talons en le traitant de renégat algérien. Et même quelques nationalistes, immatures, à qui il a manqué de voir du pays, regarder cet homme avec le dédain qu'on a pour ce qu'on refuse de découvrir.

Au total, oui, on ne peut qu'avoir honte en partageant son désarroi. Parce que les maternités fonctionnent à fond d'un côté et les avortoirs à fond de l'autre. Philippe de Villiers est le seul avec Marion Maréchal à oser le dire: La France est musulmane. Elle l'est aussi sûrement que le matin du Bataclan tous ces jeunes voyaient la vie en rose en faisant des projets d'avenir. Ils étaient déjà morts. Ils auraient ri au nez de celui qui le leur aurait annoncé.  Mais personne n'y songeait. Sauf les oligarques de la Globalisation qui ont programmé de transformer les villes d'Europe en Alep et Mossoul. Ils se chargent de liquider Trump et Poutine en temps utile et, en attendant, titillent les veaux  pour que les veaux soient soulagés quand viendra le jour.

Devant cette situation, les athées réagissent avec le réflexe de la dévotion la plus comique. Ils sont seuls à ne pas rire parce que rire de soi leur est impossible. Engoncés dans les catéchismes de la pensée obligatoire et unique, ils pourraient se taire. Certainement pas ! Il n'y a pas comme un athée pour faire dans la bigoterie ! Il n'y a pas comme un non violent pour devenir violent au quart de tour. La tolérance est la revendication des morts. Qui imaginerait-on se proclamer intelligent, sinon l'âne de service ? Eh bien, ils ne craignent pas de se revendiquer tolérants ! Souvent, même avec un dessin, ils ne comprennent toujours pas ! 

Et à ce jour, seulement un martyr chrétien !  L' Abbé Hamel !  Les protestants parlent beaucoup.  Ils "feraient" volontiers mais ils ne savent pas quoi  !  La chape de la Pensée Unique, il faut avoir l'âme d'acier d'un Georges Bidault pour être capable d'y résister.  L'Armistice en 40 , ce fut après des centaines de milliers de tués. Que dire de plus que : J'ai honte  ! 


Vitus

 
 

C’était, hieri, le seizième anniversaire du décès de mon père. Comme vous avez toujours eu la bonté de répondre aimablement à mes petites publicités pour faire connaître son œuvre, je me permets de vous envoyer celle que j’ai commencé à envoyer aujourd’hui. Et, si vous avez quelques idées de destinataires, n’hésitez pas à me les communiquer : je peine à élargir le cercle des lecteurs…

Olivier FIGUERAS

 
 
 
"Le Collectif national NON au 19 mars 1962"
organise un rassemblement lundi 19 mars 2018 à 11H30, place de la Libération à Nice devant la statue de 2gol.
Amis Pieds-Noirs, rejoignez-nous pour protester
contre cette date anniversaire
et la statue élevée en l'honneur de
l'assassin du peuple pied-noir."

 
Communiqué de Presse du groupe FN au Conseil municipal de Toulon

Toulon le 16 Mars 2018
 
Les élus du Front National n’assisteront pas à la cérémonie organisée le 19 mars.

Lundi 19 Mars est organisée à Toulon une cérémonie officielle qui se veut à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. Si les élus du Front National honorent en de multiples occasions

la mémoire de toutes ces victimes, nous réaffirmons que pour nous la date choisie du 19 Mars, date anniversaire de la signature des accords d’Evian de 1962, est une honte car correspondant à un anniversaire criminel et non à celui de la fin d’hostilités.

Dans les faits, cette date a été le début du déclenchement du massacre de nombreux de nos compatriotes et de harkis qui soutenaient la France, qui se rajoutaient à la liste déjà longue de tués ou disparus, et le commencement du départ forcé

de plus d’un million de nos compatriotes, pour échapper à la mort promise par les tueurs du FLN.

C’est pourquoi les élus du Front National n’assisteront pas à cette cérémonie officielle décidée par le gouvernement en 2012, dont la date apparaît comme une provocation et une offense à la mémoire des nombreuses victimes tombées en Algérie après cette date du 19 Mars 1962.

Amaury de Navaranne

 
 

15 mars 2018

Le quotidien communiste La Marseillaise sous perfusion

De Francis Bergeron dans Présent :

Unknown-21"La Marseillaise est un quotidien communiste de la région marseillaise, comme son nom l’indique. Ce journal n’a plus de lecteurs depuis longtemps. Il traîne une dette de sept millions d’euros. Mais il emploie pourtant encore 85 salariés, dix fois plus que Présent, logés dans un immeuble du centre-ville, aujourd’hui d’aspect assez délabré, mais à une adresse plutôt flatteuse, tout près de la Canebière et du Vieux-Port. Comment est-ce possible ?

Le quotidien communiste régional survit grâce aux collectivités de la région encore tenues par le PC, qui lui apportent régulièrement leur marché publicitaire.

Par ailleurs, le journal a bénéficié d’un prêt de 458 000 euros du Fonds de développement économique et social, perçu en 2016, mais qu’il ne remboursera probablement jamais.

Et chaque fois que le journal est menacé d’une liquidation, artistes, sportifs et politiciens locaux montent au créneau, au nom de la pluralité d’opinion. Uniquement des politiciens communistes ou d’extrême gauche ? Ne croyez pas cela. Vous trouvez parmi les soutiens de La Marseillaise, le maire, Jean-Claude Gaudin, son dauphin, Renaud Muselier, les dirigeants de l’Olympique de Marseille, etc.

[...] Il n’empêche que, acculé à la liquidation, après plusieurs redressements judiciaires successifs, le quotidien vient encore d’obtenir la semaine dernière un avis favorable pour une poursuite de son activité, au moins jusqu’au 28 mai. Ce sursis, La Marseillaise le doit cette fois en grande partie à… Nice Matin, le quotidien régional a en effet pris une participation à hauteur de 25% du capital de La Marseillaise, sachant en outre que le promoteur immobilier, la société Quartus, qui a repris le crédit-bail de La Marseillaise, moyennant un apport d’argent frais à hauteur de 300 000 euros, est lié à Nice Matin. Pourtant Nice Matin, détenu pour partie par une coopérative de salariés, et par un groupe de presse belge n’est pas spécialement en bonne santé, étant lui-même en redressement judiciaire depuis mai 2014.

Par ailleurs une société de service, que l’on dit peu éloignée du Parti communiste, le groupe Media, spécialisé dans la communication des municipalités, et implanté à Marseille et Saint-Denis, a mis 700 000 euros dans le pot. [...]"

Michel Janva

 
 
Mes chers compatriotes,

Après avoir lu l'article de Kamel Daoud paru sur Le quotidien d'Oran, dénonçant la saleté repoussante de nos chères villes, j'ai éprouvé le besoin de poser cette question : Les Algériens méritent-ils d'avoir hérité de cette terre ?

Vous pouvez lire et partager avec vos amis et connaissances l'article que j'ai écrit  :

https://www.dreuz.info/2018/03/15/lalgerie-islamique-nourrit-le-peuple-au-dogme-du-coran/
 
 
Quelle façon abjecte de falsifier l'Histoire! Je vous conseille d'écrire à BFMTV: http://rmc.bfmtv.com/info/contact/
 

Jean Marc Daniel, né en 1954, Polytechnicien et économiste chéri de BFM, ancien socialiste, sur BFM ce 15 03 2018  à 7h24, parlant de la génération "dorée" des 70 ans lésée par les mesures fiscales de Macron, déclare que cette génération n'est pas si dorée que le prétend Macron: elle a connu les "tickets de rationnement", les "bain-douches, et " les attentats de l'OAS."

Ce surdoué a une mémoire sélective: il oublie qu'à partir de sa naissance à Bordeaux, des millions de Français "à part entière" vont connaitre d'abord les attentats du FLN, y compris en métropole, qui font des milliers de victimes. Evidemment pour lui, seule l'OAS qui démarre en 1961 est la seule coupable sur 8 ans de guerre civile.

Car la guerre d'Algérie est une guerre civile qui concerne 15 départements français en priorité certes mais pas seulement. Que fait-il des 4.000 morts et 12.000 blessés uniquement en France de la guerre MNA-FLN ? Que fait-il des 74 policiers qui perdront la vie et 125 agents  blessés dés 55 dans la seule région parisienne..

Le souhait que je porte en écoutant Mr J-M Daniel , c'est que lui et les siens connaissent ce que les "Français entièrement à part" ont vécu durant 8 ans. Il a 64 ans: il comprendra tôt ou tard à quoi mènent ses oublis probablement volontaires pour plaire à l'intelligentsia marxiste qui nous gouverne depuis 1945.

Pierre BARISAIN

Jean-Marc DANIEL devrait connaître ces chiffres...
 
 
 
 

LES FIGUES DE BARBARIE OU CHUMBOS

     La figue de Barbarie a la peau pleine d'épines
Et malgré les pépins, sa chair est appréciée
 Par de nombreux friands qui se lèchent les babines.
J'aime à croire que ce fruit, seuls de vrais initiés
Aiment à le déguster et ceux qui le mangent pas
 Ignorent combien il est suave et bien sucré.
Nous Français d'Algérie, l'avions adopté là-bas
 Et depuis notre exode, pour nous il est sacré.
 Bien sûr, il nous rappelle notre pays perdu.
Gravé dans ma mémoire, le marchand ambulant,
 Avec son bourricot, était le bienvenu.
Cet Arabe pas bien jeune annonçait en hurlant:
Chumbos, higos de pala! vendus à l'unité.
 On se précipitait pour acheter ces fruits
 Que le vendeur pelait avec dextérité.
 Le chumbo, je l'adore, c'est mon fruit favori.
 Ici dans l'Hexagone, j'en mange assez souvent
 Quand arrive la saison mais ce n'est pas pareil.
Ce qu'il me manque surtout, c'est le milieu ambiant.
 Ma "madeleine de Proust", ce cadeau du soleil
 Qui me fait traverser la Méditerranée,
Me renvoie en pensée à ma tendre enfance.
Celui que je mange ici n'est qu'un succédané,
 Mais immanquablement c'est à là-bas que je pense.

 Jean-Paul Ruiz
14/03/2018  

 
 
 

La France va indemniser les victimes algériennes de la guerre d’Algérie !

 

Lorsque trois Présidents de la république ont fait tour à  tour le pèlerinage d’Alger pour dénoncer les crimes de la France en Algérie et les horreurs de la colonisation, il faut s’attendre à tout :

 

https://www.marianne.net/societe/les-victimes-algeriennes-de-la-guerre-d-algerie-auront-droit-une-pension-de-la-france

 

 

Qu’entend-on par « victimes algériennes » ? Les familles des dizaines de milliers de harkis massacrés après les accords d’Evian, et qui étaient donc devenus civils et algériens, n’auront droit à rien du tout (elles se garderont bien, d’ailleurs, de se manifester). Les autorités algériennes présenteront des listes invérifiables. Les heureux bénéficiaires de cette mesure iront rejoindre la foule des  immortels que nous pensionnons. Dans le même temps, certains dossiers d’indemnisation des biens abandonnés par les Pn ne sont toujours pas finalisés, plus d’un demi-siècle après leur spoliation !

Avons-nous atteint le fond de l’abjection et de la bêtise ?

 
 
 
 
Chers amis du Cercle, bonjour !
 
Vous êtes invités à assister à une messe en mémoire de Jean BASTIEN THIRY, qui sera dite, le mardi 20 mars à 18 h 30, en la Cathédrale Saint Léonce de FRÉJUS.
 
En espérant vous y voir nombreux,
 
Cordialement,
 

Jean-Yves ROBERT, Secrétaire du Cercle Algérianiste de Fréjus  Saint-Raphaël.

 
 
 
 

Du nord au sud de ce fabuleux continent, la haine parle la même absurde langue...

""Pleure, ô pays bien-aimé""...

GR

Le mardi 27 février 2018, par 241 voix contre 83, le parlement sud-africain a voté le commencement d’un processus de nationalisation-expropriation sans compensation des 35.000 fermiers blancs.

Or, il faut bien avoir à l’esprit qu’en Afrique du Sud - comme hier au Zimbabwe, et comme annoncé demain en Namibie -, ce n’est pas pour des raisons économiques que ces fermiers vont être spoliés. Les 241 députés noirs qui ont voté cette motion n’ignoraient en effet pas qu’ils poignardent en plein cœur le dernier secteur hautement producteur de richesses de leur pays. Ils savaient très bien que ces fermiers blancs nourrissent l’Afrique australe et que, sans eux, tout le cône sud de l’Afrique (Angola, Namibie, Zambie, Mozambique, Botswana, Zimbabwe) connaîtra la famine. Qu’importe ! La symbolique de la revanche raciale est la plus forte… Ceux qui, en Europe, avaient vibré au mythe de la « nation arc-en-ciel » réconciliée sont donc une fois de plus cocus. Le plus grave est qu’ils n’en tireront pas les leçons… 

 

La suite de cette analyse est réservée aux abonnés à l'Afrique Réelle.

 

 
 
 
 
 

France/Algérie : une mise au point qui doit se confirmer d’urgence.

Vendredi 9 mars 2018, par  Manuel Gomez , popularité : 33%

Recommander |

 

L’Algérie l’a annoncé, la presse quotidienne l’a confirmé et les Algériens l’ont cru : « Les victimes d’attentats et d’actes de violence, commis par la France et son armée, de nationalité algérienne allaient avoir le droit à des pensions versées par la France, le pays colonisateur.

La décision, prise le 8 février 2018, par le Conseil Constitutionnel français, de modifier la loi du 31 juillet 1963, supprimant la notion de « nationalité française » pour l’attribution de ces pensions était une sorte de reconnaissance, par la France, des « crimes contre l’humanité commis par le colonialisme contre le peuple algérien ».

Une repentance financière tardive mais bienvenue qui venait confirmer les déclarations du candidat Emmanuel Macron, faites à Alger, en 2017, quelques semaines avant son élection.

En France la rumeur a pris corps, s’est propagée et a très rapidement « bouleversée » les réseaux sociaux.

Une telle bassesse, une telle humiliation, une de plus, n’était pas acceptable pour une majorité de citoyens français et, devant le silence du Conseil Constitutionnel qui ne s’expliquait pas, elle est devenue un problème national.

Je n’y ai pas cru, et je pense avoir eu raison.

Dans un premier article, paru le 12 février, j’analysais cette décision en expliquant qu’elle pouvait être mal interprétée et ainsi prêter à confusion. Qu’elle ne pouvait, en aucun cas, être comprise dans l’objectif qu’on lui supposait !

Dans un second article, en date du 26 février, j’exigeais une explication du Conseil Constitutionnel devant la polémique qui prenait consistance, celle qui supposait que « dorénavant la France verserait des pensions à « toutes les victimes de la guerre d’Algérie », même aux Algériens, et à leurs ayant-droits, qui auraient été victimes d’attentats et d’actes de violence commis par l’armée française, donc à ses ennemis ! »

J’écrivais que, dans un tel cas ce serait le franchissement d’une « ligne rouge » qui justifierait toutes les manifestations et actions, mêmes violentes, des citoyens français.

Mais je ne voulais toujours pas y croire, supposant que ma première analyse était la bonne.

Enfin, le lendemain, 27 février, toujours devant le silence difficilement compréhensible du Conseil Constitutionnel et de son président, je faisais état des attentats et actes de violence commis par le FLN et l’ALN et que, dans l’éventualité où le Conseil Constitutionnel envisagerait un dédommagement financier, après une reconnaissance honteuse, d’inclure dans le versement de ces pensions ceux qui étaient nos ennemis, ceux que notre armée combattait, ce serait « non seulement blâmable et condamnable mais devait être considérée comme une trahison ».

Nous apprenons aujourd’hui, par la presse algérienne (Source : TSA du 6 mars) que, contrairement à l’espoir suscité par la décision du Conseil Constitutionnel français, les Algériens nés avant 1962 et leurs ayant-droits, ne pouvaient pas solliciter l’obtention d’une pension en France, et qu’un projet de loi, présenté actuellement devant les députés, était destiné à empêcher totalement cette possibilité.

Dans les motifs exposés, dans ce projet de loi, la ministre des armées, Florence Parly, le confirme en introduisant une nouvelle modification visant à « écarter la possibilité d’obtention d’une pension, malgré la perte de nationalité française résultant de l’indépendance d’un territoire placé sous la souveraineté de la France ».

C’est le cas de l’Algérie !

Cette nouvelle disposition de la loi sera discutée par les députés à partir du 20 mars, en séance publique.

Je ne sais pas si nous avons été entendu, mais nous sommes satisfaits d’avoir, ne serait-ce que modestement, contribué à cette prise de conscience de nos élus.

Nous ne doutons pas un seul instant qu’elle sera adoptée à une très large majorité afin de rendre un peu d’honneur à la France, qui en a un urgent besoin depuis quelques décennies !

 

 
 
PIQURE DE RAPPEL...
 
 
 

De Gaulle, traître intégral. Il est bon de rappeler qui fut en réalité Charles De Gaulle.

 

C’est à partir de 1916 que l’on commence à parler d’un certain De Gaulle. 


Légèrement blessé au genou au début de la guerre, « cela lui évitera de participer à la bataille de la Marne (…) une chance, car celle-ci s’est traduite par une hécatombe d’officiers subalternes dont il eût fort risqué d’être victime ». 

« De même restera-t-il étranger à la bataille du Nord. Les fonctions qu’il occupe dans l’État major régimentaire vont le tenir à l’arrière des premières lignes ». Derrière la prudence d’Yves Amiot se dessine déjà le jeune De Gaulle : Éviter les coups et rester près de l’autorité supérieure. Tel est l’homme qui arrivera finalement en première ligne le 1er mars 1916, son 33°régiment prenant la position défendue victorieusement par le 92ème, puis par le 110ème régiment d’infanterie en dépit du pilonnage des Allemands. 

Or, dès le lendemain de son arrivée, suite à un nouveau pilonnage, le capitaine De Gaulle hisse le drapeau blanc… Contrairement aux autres officiers français, les Allemands ne lui rendirent pas son épée et De Gaulle qui s’en étonnait, s’entendit répondre froidement, « c’est parce que vous vous êtes rendu sans combattre » … ! Ce « détail » du parcours de De Gaulle, je l’avais entendu avec mon père, une première fois au Portugal de la bouche d’un commandant de l’armée française. 

Plusieurs années plus tard le comte Aymer de la Chevalerie, le généreux donateur des locaux de Chiré-en-Montreuil, nous donnait les mêmes détails, sans que ces deux hommes se connaissent. Tel était le personnage dont les lobbies antinationaux allaient faire un héros. 

Sans la protection du général Pétain, parrain de son fils Philippe, la carrière du jeune De Gaulle se serait arrêtée là. L’ambition maladive de son protégé allait l’amener à s’approprier une étude d’État-major sur l’avenir de l’arme blindée en le publiant sous son seul nom. Réprimandé, De Gaulle allait lui vouer une haine tenace comme à l’ensemble de l’armée française qui le méprisait. La guerre de 40 allait lui donner la chance dont il rêvait. 

Les Anglais qui avaient besoin d’un képi pour contrer le prestige et l’action du Maréchal, envoyèrent le général Spears de l’Intelligence service débaucher le vaniteux De Gaulle ulcéré de ne pas avoir été pris dans le gouvernement Pétain. 

Tel fut le début de la légende du « glorieux résistant » De Gaulle. Là encore l’Histoire officielle est menteuse, car De Gaulle n’a jamais été général. La saga résistantialiste occulte que ce fut Albert Lebrun, président de la République, qui signa le 23 juin 1940, le décret de mise à pied de De Gaulle pour cause de désertion :
Au Journal Officiel, 24 juin 1940, paraissait ce texte du Ministère de la Défense : 

– « Par décision ministérielle du 22 juin 1940, la promotion au grade de général de brigade à titre temporaire, de M. le colonel d’infanterie breveté De Gaulle (Charles-André-Joseph-Marie) est annulée ». 

– « M. le colonel d’infanterie breveté d’état-major De Gaulle (Charles-André-Joseph-Marie) est admis d’office à la retraite, par mesure de discipline ». 

La « Libération-Épuration » sera pour De Gaulle allié aux responsables de la Débâcle, l’occasion de régler ses comptes. Les crimes de la Résistance gaullo-communistes étaient tels que le Père Panicci dénonçait « ce régime d’abattoir » dans son sermon du dimanche des Rameaux 1945, à Notre Dame de Paris. Des documents médicaux de l’époque, permettent de mesurer l’horreur des tortures infligées par les « patriotes », FFI, FTP, et autres « milices patriotiques » : 
« Poils brûlés au briquet, bougies allumées dans l’anus, pointes des seins coupées, dents cassées, brûlures électriques dans le vagin, l’anus, la plante des pieds, coups de barre de fer, sections des doigts, arrachages d’ongles, lésions de marche ou reptation sur du verre, brûlures pour « cautériser » les plaies, aspersion d’essence et mise à feu, enfoncement de la cage thoracique, du crâne, avec lésions méningées, cérébrales, de la moelle épinière – c’est ainsi qu’allait mourir dans d’atroces souffrances le constructeur Louis Renault – lésions de l’œil, viol de femmes et de fillettes, promenées nues ». 


Il faut rappeler le martyre de l’amiral Platon, chargé par le maréchal Pétain de surveiller les sociétés secrètes interdites par Vichy qui, renvoyé par Laval dans sa propriété du sud-ouest, y fut torturé et mis à mort par des résistants en l’écartelant entre des tracteurs.

 

De Gaulle & les communistes...
 

            DERNIER MARTYR DE L’ALGÉRIE FRANÇAISE !


Le 11 Mars 1963, un  Officier Français était assassiné au Fort d' Ivry, suivant la volonté d'un félon.

Il voulait, a t-il déclaré,  laisser des Martyrs à la cause de l'Algérie Française, le Colonel  Jean Bastien THIRY fut de ceux là.

Préalablement  le Lieutenant Roger DEGUELDRE, CLAUDE PIEGS  et le Sergent Albert DOVECAR étaient, eux aussi, passés par les armes .

Cela fait donc 55 ans que nous nous souvenons de cet  homme  d'Honneur  que fut Jean Bastien  THIRY et de ceux qui  l'ont précédé.   

En cette triste circonstance, souvenons   nous  aussi du sacrifice de ces hommes restés fidèles à la parole donnée jusqu'à y laisser leur vie.  

                    Extrait du poème de Jean de Brem


                                                                               " Merci pour tout, mon colonel,
                                          d'avoir vécu en Français et d'être mort en Officier.
                                             Car le moment est venu où après un tel exemple,
                                                            tu vas nous obliger à   vaincre..."                                               


                                                                                                                 Jean de Brem


                                       https://www.youtube.com/watch?v=NPTkrUt1m3I


       Ci-après la déclaration historique  de Jean Bastien THIRY lors de son procès 


                                               https://www.youtube.com/watch?v=ouUezaPv0qw


      Rendons a ces valeureux Résistants qui ont tout sacrifié l'Hommage  qu'ils méritent  et que l'Amère Patrie ne leur rend pas.  


                                 https://www.youtube.com/watch?v=B53rgDRGELs 


 
 

19 mars 1962 : nos soldats sacrifiés pour accélérer les « Accords d’Evian »…

Publié le 8 mars 2018

 

Le sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains.

Cet épisode de la guerre d’Algérie a été soigneusement occulté par le gouvernement français et par tous les médias, (mais l’ont-ils su ?).

Dix jours avant la signature des « accords d’Évian » l’armée française allait commettre, sur ordre de De Gaulle et de son gouvernement, la plus odieuse forfaiture de son histoire.

Voici comment le chef de l’État français avait décidé de refaire un nouveau Dien Bien Phu, en laissant massacrer une unité d’infanterie, composée essentiellement de jeunes appelés du contingent, basée non loin de Souk-Ahras, dans l’Est algérien, face au village tunisien de Sakhiet-Sidi-Youssef.

(Rien à voir bien entendu avec le fameux bombardement de ce même village le 2 février 1958 qui mobilisa toute la presse internationale et attira l’opprobre de nombreux pays contre la France)

Depuis le lever du jour de ce 9 mars 1962, une pluie d’obus tirés par l’artillerie lourde de l’ALN, installée en Tunisie, pleut avec une intensité sans précédent sur cette unité composée de jeunes recrues, des appelés pour la plupart.

Le commandant de l’unité n’a pas les moyens matériels de riposter car ses hommes ne sont équipés que d’armes légères.

En effet, sur ordre du gouvernement on lui a retiré quelques jours plus tôt son artillerie lourde plus un régiment de la Légion étrangère et une demi-brigade de blindés.

Ordre bien singulier puisque les services secrets avaient signalé une concentration inhabituelle de forces adverses en territoire tunisien, juste en face de ce secteur.

Sans cesse le commandant demande par radio à sa hiérarchie basée à Constantine et à Bône, l’appui de l’aviation pour le dégager.

La situation devient désastreuse à l’aube du 10 mars. Les tirs redoublent de violence.

Puis c’est le silence.

– « Je vous en prie, réagissez ! Nous risquons une attaque massive des fellaghas ».

De son poste d’observation, le commandant constate, à l’aide de ses jumelles, qu’à moins d’un kilomètre plusieurs brèches ont été ouvertes dans le barrage électrifié qui délimite la frontière entre les deux pays. Sur les collines environnantes des milliers de combattants de l’ALN progressent à découvert dans sa direction.

Ils sont à moins de deux kilomètres à vol d’oiseau. Il sait qu’il ne pourra pas résister à une attaque de cette envergure et que tous ses hommes vont se faire massacrer. Il se demande pourquoi on ne lui envoie aucune aide.

Ce qu’il ignore c’est que l’état-major militaire a reçu l’ordre de ne pas intervenir.

Pour quelles raisons ?

Des négociations sont engagées avec les nationalistes algériens et Louis Joxe discute en ce moment même à Evian avec les représentants du GPRA.

Pour amadouer les dirigeants nationalistes, le gouvernement français a décidé quelques jours plus tôt un « cessez le feu unilatéral ».

Ainsi l’ALN (Armée de libération Nationale) peut agir en toute impunité et tenter une opération spectaculaire afin de négocier dans de meilleures conditions.

Et c’est pour cette raison que De Gaulle va sacrifier sans aucune pitié, sans aucune émotion, quelques centaines de jeunes soldats appelés du contingent dans le seul but de démontrer à la métropole la nécessité urgente de terminer cette guerre quel qu’en soit le prix.

Informé de tout cela, le lieutenant-colonel Lisbonis, commandant la base aérienne 213 de Bône, hésite à intervenir.

Un an plus tôt, au moment du putsch des généraux, il était resté fidèle à De Gaulle. Mais sa conscience le tenaille et il ne peut concevoir de ne pas se porter au secours de ces soldats français sacrifiés au nom d’une odieuse politique d’abandon.

Dès le lever du jour, il donne l’ordre aux escadrilles de décoller.

En quelques heures la victoire change de camp. Les pilotes des T-6 arrosent de leurs mitrailleuses les fellaghas, surpris par une attaque aérienne qu’ils n’attendaient pas, et les A-26 franchissent la frontière, les poursuivant et lâchant leurs bombes sur les positions de l’artillerie adverse.

Les soldats du contingent et la population civile sont sauvés.

Quant au lieutenant-colonel Lisbonis, il s’envole pour Paris.

Non pas pour être félicité mais par mesure disciplinaire.

Le gouvernement lui reproche d’avoir enfreint les ordres et d’avoir gravement compromis les pourparlers d’Évian, même au prix de la vie de quelques centaines de jeunes soldats français.

Le 14 mars 1962, le commandant de la base aérienne de Bône-les-Salines est mis aux arrêts pour avoir riposté aux attaques de l’ALN contre le barrage et sauvé quelques centaines de jeunes soldats et de civils français.

Manuel Gomez

 
 
 
Appel à la mobilisation des Algérois, le 24 janvier 1960; cela deviendra "la semaine des Barricades".... Un autre complot gaulliste pour dissoudre la "Territoriale". Force civile supplétive qui faisait de l'ombre à
la trahison gaulliste et à l'abandon de 15 départements Français...
 
 
La pensée du jour d'Adrien BISCOS:
 

La France est un pays riche de ses principes et elle cherche à appliquer sa devise.               

En 2018 elle a 8% de sans travail, elle continue, donc par fraternité, à importer des chômeurs dans l’intention d’atteindre les 50% pour l’égalité avec les

« riches », grâce à la laïcité, elle augmente librement le nombre de Musulmans, lesquels ont la liberté de faire ce qu’ils veulent,

et remplaceront démocratiquement les « souchiens ».

 
09 mars 2018
Nous vous transmettons l'invitation que nous fait Hélène Bastien-Thiry et le Cercle Jean Bastien Thiry à venir se souvenir de son Père et de son exécution, il y a 55 ans :

IL Y A 55 ANS : BASTIEN-THIRY
Le 11 mars prochain sera le 55ème anniversaire de l’exécution de Jean Bastien-Thiry.
 
A cette occasion, le Cercle JBT organise une après-midi souvenir à Paris le samedi 10 mars prochain. De larges extraits de la Déclaration de Jean Bastien-Thiry seront lus par une actrice professionnelle et mis en contexte par un montage audio-visuel particulièrement éclairant. La 2ème partie de l’après-midi sera consacrée à la parution prochaine d’une monographie sur Jean Bastien-Thiry aux éditions « Qui suis-je ? » (Pardès). L’auteur nous parlera de son travail et des aspects nouveaux de la personnalité et du parcours de Jean Bastien-Thiry qu’il a pu mettre en lumière.
 
Seront également exposés des photos et des souvenirs personnels de Jean Bastien-Thiry.
 
Nous vous attendons nombreux le 10 mars. N’hésitez pas à y entraîner des jeunes qui bien souvent sont mal informés sur cette période.
L’entrée est libre mais la réservation auprès de Cercle JBT est recommandée.
La cérémonie au cimetière de Bourg-la-Reine le dimanche 11 mars et les nombreuses messes dites en France à cette occasion, marqueront également dignement ce 55ème anniversaire.

N'hésitez pas à diffuser cette invitation autour de vous, notamment vers les plus jeunes générations qui ne savent rien de cette période ou sont totalement désinformées...

Avec nos amitiés

Hervé PIGNEL-DUPONT                                              Henri BACLET
Président de l'ARS                                                    Secrétaire Général

 
 
J'ai voulu tuer De Gaulle...
08 mars 2018
 
 
 
 
 

Qui a prétendu que l’on pouvait museler en permanence la “grande muette”; l’armée française en a ras le bol d’être prise pour une gourde par des chefs d’Etat irresponsables ...

Quand allons-nous nous réveiller, mes frères de combat?

VIVE la CORSE FRANCAISE!  Antoine SAEZ...

"Le monde est dangereux, non à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire"

 
 
 
http://www.bastien-thiry.fr/le-cercle/actualites/180215-il-y-a-55-ans-bastien-thiry.htm

A Toulon, messe en hommage à Bastien-Thiry le 12 mars à 18 heures, en la Cathédrale de Toulon
Michel de Crousnilhon

  14 Messes célébrées en France pour le 55ème anniversaire de la mort du Colonel Jean Bastien Thiry, fusillé le 11 Mars 1963   par le régime gaulliste, 
à l’âge de 36 Ans et père de 3 enfants. 
 https://notrejournal.info/Messes-et-hommages-pour-le-55eme-anniversaire-de  
 
 

Les pesticides sont l’arbre qui cachent la forêt et qui font diversion pour éluder le vrai problème qui nous menace. Marie-Pascale

 

Le péril pour la France, ce ne sont pas les pesticides dans nos assiettes, mais les islamistes dans nos rues

Publié par Salem Ben Ammar le 7 mars 2018

Plus de 30% des musulmans ne reconnaissent pas les lois de la République, sauf pour les détourner en leur faveur.

Le vrai péril pour la France est moins les pesticides dans nos assiettes que ces islamistes qui voudraient lui imposer un jour la loi de l’islam et qui mènent aujourd’hui des offensives tout azimut qui sont autant de vagues d’assaut répétées et incessantes de nature terroriste, judiciaire, médiatique, communautariste, religieuse, toutes coordonnées entre elles et dont la finalité est de miner ses fondements républicains et civilisationnels jusqu’à ce qu’elle plie sous ses coups de boutoir.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

30% ne sont pas la majorité mais une minorité d’aujourd’hui est la majorité de demain. Ils sont surtout un indicateur sur le niveau du danger actuel du péril islamiste, lequel ne fait que monter en puissance chaque jour comme l’illustre parfaitement l’affaire de l’incarcération de Tarek Ramadan, l’idole de la France des mosquées et d’une partie de la jeunesse connectée de confession musulmane, qui suscite une mobilisation sans précédent au sein de ses coreligionnaires de tous bords.

Laissant ainsi apparaître, à travers le soutien troublant de certaines figures de l’islam affublé du masque de la modération, que la frontière entre les islamistes et leurs frères est aussi invisible qu’entre deux gouttes d’urine de chameau. Les masques tombent et les clivages s’écroulent dès que l’on touche aux symboles forts de leur communauté.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

L’affaire Ramadan a au moins le mérite de révéler au grand jour que l’islam républicain est une vue de l’esprit. Quand on a le souci de la République, on ne met pas en cause la justice républicaine et on ne prend pas résolument parti pour un membre, fut-il le plus médiatisé, au nom du sentiment religieux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

 
 
 
 

Voilà un témoignage qui tord le cou aux idées reçues et largement relayées par les Stora, Hanin et autres journalistes et célébrités qui veulent faire croire que les Français d’Algérie ne se mélangeaient pas avec les arabes et les juifs.

Et les commentaires qui accompagnent cette vidéo confirment le témoignage de cette Algérienne qui a vécu là bas du temps de la France.
 
 

 

 
 


Ne nous y trompons pas : le magnifique discours de Marion Maréchal-Le Pen au CPAC 2018 à Washington est d’une importance majeure, tant pour la France que pour l’Europe.

FRANCE FIRST !FRANCE IS BACK !

Traduction intégrale de l’intervention de Marion Maréchal-Le Pen :


« Aujourd’hui, je suis venue honorer 240 ans d’amitié. Notre amitié a commencé il y a longtemps, avant les plages de Normandie et les tranchées de Belleauwood, où l’écho de la bravoure de vos soldats résonne encore. Notre alliance est formée par la quête commune de la liberté. Mon pays, la France, fut la première à reconnaître votre indépendance. Ce fut avec le sang français, répandu sur le sol américain, que commença notre amitié. Aujourd’hui, plus de deux siècles plus tard, ici à la CPAC, nous nous tenons à nouveau côte à côte dans une autre bataille pour la liberté.

« Cette liberté est un bienfait. Libertés économiques et politiques, liberté d’expression, liberté de conscience sont nos trésors communs. Après 1500 ans d’existence, c’est nous, Français, qui devons à présent nous battre pour notre indépendance. Non, la France n’est aujourd’hui plus libre. Les Français ne sont pas libres de choisir leur politique, qu’elle soit économique, monétaire, migratoire ou même diplomatique. Notre liberté est dans les mains de l’Union européenne.

« Cette Union européenne n’est pas l’Europe. C’est une idéologique qui ne sait que regarder vers l’avenir tout en souffrant d’amnésie historique. Une idéologie hors-sol, sans peuple, sans racines, sans âme et sans civilisation. L’UE est en train de lentement tuer des nations millénaires. Je vis dans un pays où 80% – oui, vous avez bien entendu – 80% des lois sont imposées par l’UE. La seule fonction de notre Assemblée est aujourd’hui de valider des lois faites par d’autres.

« Que je sois claire : je ne suis pas offensée lorsque j’entends le Président Trump dire « America First ». En fait, je veux que l’Amérique passe en premier pour les Américains. Je veux l’Angleterre pour les Anglais. Et je veux la France pour les Français !

« C’est pourquoi je me bats pour que la diplomatie française conserve son rôle unique, de lien entre l’Est et l’Ouest. Une longue histoire nous a permis de former des liens privilégiés avec l’Afrique, la Russie, l’Asie et le Moyen-Orient. Nous devons être capables de garder les capacités de décider pour nous-mêmes sur les sujets militaires et diplomatiques. Nos forces sont complémentaires.

« Comme vous, si nous voulons que la France redevienne grande, nous devons défendre nos intérêts économiques dans la globalisation. L’UE nous soumet à une concurrence déloyale face au reste du monde. Nous ne pouvons accepter un modèle qui produit des esclaves dans les pays en voie de développement et des chômeurs en Occident.

« Je refuse le monde standardisé proposé par l’UE. Je considère que les peuples ont le droit à une continuité historique.

« Ce que je veux, c’est la survie de ma nation, être capable de transmettre, pas seulement mon héritage matériel mais aussi mon patrimoine immatériel.

« Les jeunes Français ne sont pas encouragés à découvrir et à aimer cet héritage culturel. On leur fait subir un lavage de cerveaux, à base de culpabilité et de honte de leur pays.

« Le résultat, c’est le développement d’une contre-société islamiste en France.

« Après 40 ans d’immigration massive, de lobbies islamiques et de politiquement correct, la France est en train de passer de fille aînée de l’Église à petite nièce de l’islam. Et le terrorisme n’est que la partie émergée de l’iceberg. Ce n’est pas la France pour laquelle nos grands-parents se sont battus.

« Comment en sommes-nous arrivés là ?

« Parce que l’UE et la France ont oublié un point crucial : “pour s’ouvrir à l’autre, il faut un cœur ferme ; pour accueillir, il faut rester, et pour partager il faut avoir quelque-chose à offrir”.

« Dans cette perspective, le modèle de société que nous portons est basé sur une conception de l’humain enraciné dans sa mémoire collective et sa culture partagée.

« Sans nation et sans famille, le bien commun, la loi naturelle et la morale collective disparaissent cependant que perdure le règne de l’égoïsme.

« Même les enfants sont devenus une marchandise !  Nous entendons dans le débat public “nous avons le droit de commander un enfant sur catalogue”. “Nous avons le droit de louer le ventre d’une femme”. “Nous avons le droit de priver un enfant de mère ou de père”. − Non, vous ne l’avez pas ! Un enfant n’est pas un droit.

« Est-ce cela, la liberté que nous désirons ? Non, nous ne voulons pas de ce monde atomisé de l’individu sans genre, sans père, sans mère et sans nation.

« Que voulons-nous alors ?

« Comme vous, je veux retrouver mon pays !

« Je suis venu vous dire qu’il y a aujourd’hui une jeunesse prête pour cette bataille en Europe : une jeunesse qui croit au dur labeur, qui croit que ses drapeaux signifient quelque-chose, qui veut défendre les libertés individuelles et la propriété privée. Une jeunesse conservatrice qui veut protéger ses enfants de l’eugénisme et des délires de la théorie du genre. Une jeunesse qui veut protéger ses parents de l’euthanasie et l’humanité du transhumanisme.

« Comme la jeunesse américaine, la jeunesse française est héritière d’une grande nation. À qui beaucoup est donné, et de qui beaucoup est attendu.

« Notre combat ne doit pas être seulement électoral : nous devons diffuser nos idées dans les médias, la culture et l’éducation, afin de stopper la domination des libéraux et des socialistes.

« C’est pourquoi j’ai récemment lancé une école de management et de sciences politiques. Le but ? Former les chefs de demain. Ceux qui auront le courage, le discernement et les techniques pour défendre les intérêts de leur peuple.

« Le défi est gigantesque, mais les 2 années qui viennent de s’écouler ont montré une chose : ne sous-estimez jamais le peuple ! Une bataille qui n’est pas menée est déjà perdue.

« Le BREXIT au Royaume-Uni, “Manif Pour Tous” en France, et bien sûr, l’élection de Donald Trump prouvent une chose : quand les peuples ont l’opportunité de reprendre leur pays, ils la saisissent !

« Par votre action et votre talent, vous avez réussi à remettre le conservatisme en priorité dans l’agenda politique. Construisons sur ce que vous avez accompli ici, afin que des deux côtés de l’Atlantique un agenda conservateur domine.

« Je termine par une citation de Malher que j’aime particulièrement. Une citation qui résume le conservatisme moderne : “La Tradition n’est pas la vénération des cendres, mais la transmission de la flamme.” Vous fûtes l’étincelle. C’est maintenant à nous de nourrir la flamme conservatrice dans notre pays.

« Vive les nations libres, vive les peuples libres et longue vie à l’amitié franco-américaine.

« Merci ! »

 

 
 

Les Français ont la mémoire courte quand ils sont manipulés par des politiciens véreux et des médias à leur botte 

Les survivants de juillet 1962

 Ils étaient français... Ils ont choisi de partir et ont été spoliés... avec la CGT comme comité d'accueil à Marseille... mais solidaires, courageux, entreprenants, ces survivants de juillet 1962 qu'on a voulu refouler de France nous ont donné une belle leçon à méditer.

 J’ai lu l’appel de Bernard Cazeneuve invitant les Maires de France à accueillir le mieux possible les Migrants qui souhaitent s’installer en France.

J’ai entendu l’Appel des Artistes demandant que les Pays Occidentaux et les Monarchies du Golfe assument leur Devoir d’Asile, en ouvrant leurs Frontières et leurs bras aux réfugiés qui fuient la Guerre et la Barbarie.

J’ai noté l’Appel de la CGT à défendre le Droit d’Asile et à respecter la Convention de Genève.

J’ai vu les milliers de Manifestants qui se mobilisent dans toute la France pour venir en aide aux Populations en détresse.

Humanité, Solidarité, Générosité, Fraternité, Assistance, Tradition d’Accueil et Droits de l’Homme sont dans la bouche de toutes nos Élites depuis la découverte du corps du petit Eylan, échoué sur une plage de Turquie.

Partout, l’émotion est à son comble.

Mais si tout cela me parait bien légitime, je ne peux m’empêcher de ressentir une grande amertume en pensant à l’accueil que la France avait réservé aux Rapatriés d’Algérie en 1962.


Pour eux, il ne fut pas question d’Humanité, de Solidarité ou de Fraternité. Je n’ai pas vu de mobilisation des Maires pour les accueillir.

Je n’ai pas entendu d’appel des artistes pour soulager leur détresse.

Je n’ai pas souvenir de défilés pour défendre nos traditions d’accueil et leur venir en aide.

Pourtant, non seulement ils étaient Français, mais eux aussi fuyaient la guerre et la barbarie, puisque les accords d’Évian n’ont jamais été respectés par le FLN.

Pieds-Noirs et Harkis furent tout simplement abandonnés par les Pouvoirs Publics et les Français de Métropole.

Qui se souvient des odieuses paroles de Gaston Defferre, maire socialiste de Marseille ? : "En tout cas je ne les recevrai pas ici… Qu’ils aillent se faire pendre où ils voudront.  En aucun cas je ne veux des Pieds-Noirs à Marseille."

Et, comble de l’ignominie, cette phrase abjecte : "Français d’Algérie, allez vous réadapter ailleurs. Il faut les pendre, les fusiller, les rejeter à la mer… Jamais je ne les recevrai dans ma Cité."

Quant à Louis Joxe, le Ministre négociateur des Accords d’Évian, il ne fut pas en reste :

"Les Pieds-Noirs vont inoculer le Fascisme en France… Il n’est pas souhaitable qu’ils s’installent en France. Il vaudrait mieux qu’ils aillent en Argentine, au Brésil ou en Australie."vu ce qui se passe en france et en europe en ce moment il aurait mieux valu qu'aucun PN ne vienne vivre ici

Pompidou voulait les envoyer en Amérique du Sud alors que De Gaulle préférait la Nouvelle-Calédonie ou la Guyane, Terres de pionniers.

Sans oublier la CGT, qui ne trouvait rien à redire quand ses Dockers jetaient dans le Port de Marseille les caisses des rapatriés, seuls biens qu’ils avaient pu sauver au cours de leur exode. Il est vrai qu’à l’époque, l’URSS soutenait le FLN, dans l’espoir de chasser les Français et d’implanter son Influence dans tout le Maghreb….

Selon un Sondage de 1962, pour 62% des Métropolitains, il n’était pas question de sacrifice pour aider les Français d’Algérie, rendus responsables de la Guerre et des nombreux morts parmi les Appelés du Contingent.

Telle fut la Véritable Tradition d’Accueil que la France réserva à ses Propres Ressortissants, il y a plus de cinquante ans !

Une sinistre Page d’Histoire qui n’honore pas nos Élites de l’Époque et qui contraste amèrement avec les manifestations de générosité déployées aujourd’hui envers les Migrants étrangers.

Pour beaucoup de Métropolitains, les Pieds-Noirs et les Harkis n’étaient pas Français.

Pourtant ils n’avaient fait que servir les Intérêts de la République depuis 1830, transformant les Marécages en jardins, éradiquant les Épidémies de Typhus, de Choléra et de Peste.

En 132 ans de présence, à force de Courage et de Volonté, ils avaient fait pousser partout des Villes magnifiques, des Ports, des Écoles, des Voies ferrées, des Hôpitaux, faisant des trois départements Français d’Algérie le Pays le plus moderne de tout le Continent Africain avec l’Afrique du Sud.

Personne n’a jamais autant aimé l’Algérie que les Pieds-Noirs.

Hélas, la Dictature du politiquement correct a fait table rase de ce bilan exceptionnel, ne gardant que l’image caricaturale du colon avide, faisant suer le burnous aux indigènes.

Il est vrai que le Terrorisme intellectuel n’est pas à un mensonge près, même s’il salit la France…

Les Français se veulent la Patrie des Droits de l’Homme et des Valeurs Humanistes, évoquant l’Accueil réservé de tous temps aux Populations persécutées : Russes chassés par la Révolution bolchévique de 1917, Espagnols fuyant Franco, Arméniens victimes du Génocide turc, Chiliens, Bosniaques ou boat people vietnamiens…

Mais ils ont oublié qu’en 1962, ils n’ont même pas été capables d’accueillir dignement leurs propres compatriotes, lesquels n’avaient pourtant d’autre choix que la Valise ou le Cercueil.

Heureusement, dans leur malheur, les Pieds-Noirs sont arrivés en plein boom économique des Trente Glorieuses.

Courageux et travailleurs, ils ne mirent pas longtemps à s’adapter et à contribuer fortement à notre Croissance.

Qu’ils en soient remerciés, car ces Battants qui avaient défriché les Terres hostiles d’Algérie pour en faire un verger ont été et sont toujours une réelle richesse pour la France.


JACQUES GUILLEMAIN


Ancien Officier de l'Armée de l'Air 



 
 
 
 
Cet article, s'adresse aux Pieds-Niais et Amnésiques... HC
 
SOUVENONS NOUS !!

       
DE CE QUE LES GAULLISTES ONT FAIT  AUX PIEDS NOIRS ET AUX HARKIS!

Après les massacres de la rue d'Isly le 26 Mars 1962 et ceux d'Oran le 5 juillet 1962, voici,  au delà des actes criminels,  des déclarations qui en disent long sur l'état d'esprit des crapules gaullistes et de leurs séides.  

                                      - Conseil des Ministres du 04 Mai 1962 

                                                         Charles De Gaulle :

"LES HARKIS, CE MAGMA DONT IL FAUT SE DÉBARRASSER SANS ATTENDRE"

"QU'EST-CE QUE C'EST QUE TOUS CES FERNANDEZ, CES LOPEZ ET AUTRES SEGURA QUI SE VOUDRAIENT FRANÇAIS ?"


                                  - Le Député communiste  de Marseille le 05 Juin 1962

                                                             François BILLOUX 

"NE LAISSONS PAS LES REPLIES  D'ALGÉRIE  DEVENIR UNE RESERVE DU FASCISME"


                                            - Conseil des Ministres du 18 Juillet 1962

                                                            
Le Ministre Louis JOXE :

                  "LES PIEDS NOIRS VONT INOCULER LE FASCISME  EN FRANCE".

                  Ci-après une vidéo qui revient sur l'action criminelle 
                            des Gaullistes et de leurs alliés du FLN 

                                                


                           CI-APRES UNE VIDEO QUI NE SE COMMENTE PAS !

     "ILS AVAIENT REÇU L'ORDRE DE LAISSER DES FRANÇAIS SE  FAIRE MASSACRER "...
                     
                  PLUS TARD, DES HARKIS QUI AVAIENT PU RENTRER EN FRANCE       
              FURENT  IMMÉDIATEMENT  RENVOYÉS AUX TORTIONNAIRES
                               QUI LES ATTENDAIENT DE PIEDS FERMES !   

                                          


                                         
 
EN HOMMAGE AUX HARKIS
  ET A TOUTES CELLES ET CEUX QUI SE SONT ENGAGES CONTRE LA CAPITULATION DU FELON ! 

                     

                                              https://www.youtube.com/watch?v=dBFWqmr2fmM



                             
QU'ELLE "RÉUSSITE" QUE     REPRÉSENTE  L'ERE GAULLISTE ....                
       
N.D.RL.: Y aurait-il encore des PN Amnésiques??...
 
 

27/02/2018

Chronique n°156

France, pays de haute civilisation

 

Cinq mois après la mise en service de ses vélos, la société chinoise Gobee.bike a décidé de se retirer de France : 1000 vélos volés, 3200 dégradés, non seulement à Paris mais aussi en province (et à Bruxelles, où on imite Paris, dans la délinquance comme dans le jihad). La société Gobee.bike déplore sa décision en un langage typique de notre époque, où il s’agit de dire sans désigner ni « stigmatiser » personne. Elle n’en révèle par moins que ses vélos avaient fini par faire l’objet d’un saccage systématique de la part d’individus dont c’était devenu le passe-temps : les mêmes que ceux qui, pour marquer leur attachement indéfectible à la France, brûlent des voitures par centaines, à la Saint-Sylvestre et au 14 juillet, quand ils ne le font pas pour maquiller leurs méfaits, comme on le voit dans l’affaire du bon Théo, lequel n’a donc pas été violé par la police, la preuve de son mensonge ne mobilisant cependant pas ses « défenseurs » ni la presse qui s’était empressée de dénoncer les « brutalités policières »…

            Le « concept » de Gobee.bike était pourtant séduisant : alors que les Vélibs ont besoin de bornes et d’un port d’attache, les vélos de Gobee.bike, eux, nécessitaient simplement, pour débloquer l’antivol, un téléphone et un code à barre ; et le vélo pouvait être laissé là où l’utilisateur avait cessé d’en avoir l’utilité. Un progrès ? Certes ; mais cette liberté d’utilisation s’est heurtée à l’abjection française – à l’archaïsme d’une société ravagée par la délinquance et le désastre migratoire. À l’heure où les femmes balancent leurs porcs, il est impossible de rien réformer en France : ni la SNCF ni l’éducation nationale, encore moins les mœurs qui, elles, se partagent entre le « progrès » du « mariage pour tous », de la GPA, de la PMA, du clonage, du trans-humanisme, et l’accroissement de l’ignorance et de la violence « gratuite » – celle-ci ne se mesurant pas seulement aux agressions physiques mais aussi aux « incivilités », hypocrite euphémisme désignant une délinquance sans limite, car devenue une manière d’être d’une grande partie de la population. On peut le comprendre à partir de l’idée de « gratuité » elle-même, qui a partie liée à l’irresponsabilité, donc à l’impunité : cela va des crachats et déjections canines sur les trottoirs au fait de laisser sur place le relief de ce qu’on a consommé : journaux « gratuits », gobelets de café, canettes de bière, bouteilles d’eau, mégots, chewing gum, emballages de kebab... Après tout, se dit le petit individu post-civilisationnel, il existe des services de ramassage d’ordures comme il existe un Samu social pour les « SDF » et des associations pour défendre les Roms. Le zombi post-moderne, petite monade inculte et sans éducation, mais sûre de ses droits, surtout si elle appartient à une « minorité » étrangère, réalise le programme de Mai 68 : jouir de tout, et tout de suite – sans se préoccuper d’autrui, instaurant donc une forme minimale de guerre de tous contre tous, qui se radicalise avec l’islam et la privatisation de l’espace public. Ainsi le dernier wagon des trains du RER est-il de plus en plus souvent privatisé par des fumeurs de tabac ou de cannabis. Ainsi se croit-on libre d’écouter sa musique non plus avec des écouteurs mais en en faisant profiter tout le monde. Que la plupart de ces propagateurs d’incivilités soient le fait de gens d’origine immigrée doit être bien sûr passé sous silence : il n’y a rien à voir, donc rien à dire.

            Les vélos de la société Gobee.bike n’avaient aucune chance de prospérer dans un pays tel que la France, notamment à Paris, ville poubelle où l’individu post-moderne tue le temps comme il peut, en attendant le revenu universel, la libéralisation du cannabis, son clonage narcissique, tout ça sur les ruines d’une langue qui importune plus qu’elle ne sert, puisque ce n’est pas de l’ « américain ».

            Certes, l’État compte sur la « compréhension » et la bienveillance de « citoyens » chargés de promouvoir le « vivre ensemble » républicain, c’est-à-dire d’entretenir l’illusion que la France est un pays de civilisation. Il n’est plus, en vérité, qu’une parodie de civilisation, comme tout ce que le « village global » propose au nom même de la « civilisation ».

Richard MILLET

04 mars 2018
 

https://www.youtube.com/watch?v=vjB67msa0-I

A 14'53 , JM Le Pen déclare que nous sommes l'objet d'une "submersion" migratoire et que nous risquons de devenir "minoritaire" dans notre propre pays.

Et Appoline de Malherbe lui demande par 2 fois : " En quoi est-ce un problème  ?" A mon avis à son âge et au train où vont les choses.... elle aura bientôt l’occasion de l’apprendre à ses dépens                 H.D

Je crois que cette question dans la bouche d'une descendante de la Noblesse française du 14° siècle, dépasse tout entendement.

 
 
 
 
Chers Amis,

A  l'heure où Macron vend la France comme jadis le Deux Gaulle a vendu nos départements d'Algérie, j'ai fait un petit tour dans  la presse algérienne, tout ce mois de février, pour prouver que les Algériens ne sont en rien ceux que Macron veut vendre aux "Français de France".

 
 

LREM n'est rien d'autre que l'UMPS....Muselier nous en donne une fois de plus la preuve!

 
 
 

 

 
27 février 2018
Notre approbation est totale!
 
 
La France, Pays des Libertés??

Bonjour Herve Cuesta,

Suite à la réception d'une notification pour atteinte aux droits d'auteur, nous avons dû retirer votre vidéo de YouTube :

Titre de la vidéo : Lagarde bobigny
URL de la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=vKpLzKcaScU
Demande de retrait formulée par : CAPA PRESSE

Par conséquent, votre vidéo ne peut plus être regardée sur YouTube.

Vous avez reçu un avertissement pour atteinte aux droits d'auteur

Vous avez reçu 1 avertissement pour atteinte aux droits d'auteur. Si vous en recevez plusieurs, nous devrons désactiver votre compte. Pour éviter cela, ne mettez pas en ligne des vidéos comportant des contenus protégés par des droits d'auteur que vous n'êtes pas autorisé à utiliser.

Voici le nouveau lien, pour revoir la vidéo: "Pièces à conviction" Lagarde-Bobigny
https://vimeo.com/257667199

 
 
 
 

Chers Camarades,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint, pour information, un communiqué émanant du général Saint-Macary, président national de l'UNC.
Je vous en souhaite bonne réception,
Amitiés légionnaires,
CES Philippe de Parseval,
Vice-président AALE NICE
Délégué à la communication.
 
 

En tant que "Niçois d'adoption", j'ai découvert ce beau quartier en 1964, puis beaucoup plus, en 1972 (mes parents habitaient, place Max Barel),

pour y vivre définitivement fin 1979, à l'angle de la Place Pellegrini. Mes enfants sont allés à l'école Pierre Merle...

J'ai même assisté à la démolition de la Manufacture des Tabacs, rue Barla; c'est devenu la "Place des Cigalusas"...

Ce quartier, à deux pas de la place Garibaldi, donc du Vieux Nice, était la fierté des Niçois! J'ai rencontré, par hasard Louis NUCERA, le Chantre des Niçois, qui habitait

derrière cette place, rue Auguste Gal... (J'avais dévoré auparavant, tous ses livres...)

Qui pouvait prévoir une transformation aussi rapide, de ce beau quartier??

Certainement pas les "fadas du Mondialisme et du Vivre-Ensemble"!... Nul besoin de vous faire un dessin...

Honte à la lâcheté de nos gouvernements et Élus, qui ont fait l'autruche, sous prétexte du "politiquement correct"...

H. CUESTA

 
 
 
 
Il faut qu’un Arabe le dise :
 
“Vous êtes vraiment mal partis, les mecs vont vous chasser de votre pays et mettre un calife à la place...

Vous  êtes en train de vous faire virer de chez vous. En Algérie, ils ne tiendraient pas une nuit dans les quartiers nord de Marseille, de Lille, de Paris, et encore en France vous vous faites traiter de Fachos.

Arrêtez de culpabiliser et votez F.N. “

 
Montez le son et écoutez
 
 

 

 

Vive la france!

Tariq Ramadan: la cagnotte en son soutien dépasse les 90.000 euros

 

 

Tariq Ramadan reste en prison en attendant une expertise médicale

La cour d'appel maintient Tariq Ramadan en détention et ordonne une expertise médicale

Orange avec AFP, publié le dimanche 25 février 2018 à 11h48

La mobilisation autour de l'islamologue, incarcéré depuis début février pour viols, se fait grandissante. Après des dizaines de messages de soutien postés sur Internet, ses partisans se mobilisent pour financer la procédure judiciaire du théologien.atre jours, ils ont récolté plus de 92.000 euros.

Le maintien en détention de Tariq Ramadan a déclenché une forte vague de soutien en faveur de cet intellectuel musulman accusé d'agression sexuelle sur deux femmes. Jeudi 22 février, alors que la cour d'appel de Paris a tranché qu'il resterait incarcéré pour le moment, ses proches et sa famille ont lancé une collecte de fonds en ligne dans le but de couvrir les frais d'avocats et la procédure judiciaire. L'objectif de départ, fixé à 90.000 euros, a été atteint en à peine quelques jours. Dimanche 25 février, le compteur affichait plus de 92.000 euros.

En introduction, le collectif Free Tariq Ramadan, à l'origine de la levée de fonds, dénonce une "machination sans nom" et explique que les "procédures juridiques, frais d'avocats, expertises et contre-expertises" ont "un coût financier important". "Chaque soutien compte. C'est pourquoi nous vous appelons à vous mobiliser en contribuant et en partageant cette cagnotte mise en place ", déclarent-ils dans ce texte hébergé par le Cotizup.

Tariq Ramadan, qui clame son innocence depuis le début de cette affaire, avait demandé à être remis en liberté pour des raisons médicales. Le théologien de 55 ans, mis en examen pour viols et écroué depuis le 2 février, estimait que sa présomption d'innocence était bafouée et que son état de santé n'était pas pris en compte.

 

 

LETTRE OUVERTE A NOS ENFANTS ET PETITS ENFANTS PIEDS-NOIRS   
 
Quelques jours avant ou quelques jours après l’indépendance de l’Algérie, anciens Départements Français, les parents de vos parents ont du se décider à quitter cette terre pour rejoindre dans leur grande majorité la métropole, 
pour rester Français et échapper bien légitimement à de grands dangers. 
 
Souvenez-vous de l’expression "la valise ou le cercueil". 
 
Pour  sauver vos parents du cercueil, Chers petits-enfants, nous avons choisi la valise et par avion ou navire nous avons rejoint cette encore grande inconnue pour certains d’entre nous, que nous portions dans nos coeurs "LA FRANCE". Inconnue territorialement s’entend, à part pour ceux qui y étaient venus y faire leur service militaire, pour y combattre l’ennemi en 14/18, et pour la libérer au cours de la deuxième guerre mondiale de 1939/1945, guerres dans lesquelles vos grands pères et pères ont connu l’honneur de ne pas avoir déposé leurs armes et de les avoir portées haut et fiers, comme des lions courageux jusqu’à la victoire de 1945, et pour d’autres qui avaient eu le plaisir d’y venir en vacances ou en voyages d’affaires. Cette France nous la connaissions à travers les récits de nos grands parents et parents et par nos études scolaires et universitaires et nous portions son histoire dans nos pensées comme un symbole de

 "LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE" sous l’étendard de la République Française. Dans les années qui suivirent nous nous sommes aperçus que ce n'était que des mots vides de sens et que nous n'existions pour les politiques que lorsqu'ils avaient besoin de nos voix pour être élus, quant au reste de la population ils nous méprisent et même à l'heure actuelle nous ne sommes pour eux que des sales colonialistes qui ont fait suer le burnous (burnous qui n'a pas tardé à nous suivre et s'implanter ici)
 
Vos parents sont arrivés enfants en France où vous êtes nés et parfois vous vous interrogez sur cette expression Pieds-noirs que l’on utilise pour nous qualifier et que nous utilisons aussi entre-nous. Vos parents ont du garder une petite pointe de cet accent enjoué et les expressions qui nous caractérisent. Une certaine pudeur nous empêchent parfois, pour vous éviter le passage de la guerre d’Algérie et ses souvenirs douloureux, de vous enseigner exactement qui nous sommes vraiment. 

D’abord des Français de souche et des Français par option volontaire, de toutes origines européennes. Nos ancêtres lors de la conquête de l’Algérie arrivaient de France, d’Espagne, d’Italie, des Baléares, de Corse et d’autres pays d’ Europe, pour s’établir sur ce pays dont les terres en friches s’offraient à nos travaux.. Pourquoi la France a-t-elle conquis l’Algérie ?.... Dans un raccourci, indiquons que par suite d’un incident diplomatique insultant à l’ égard du Consul de France de la part du Dey d’Alger,( ville qui se trouvait sous domination turque) pour relever notre honneur, mais surtout parce que les pays d’Europe en expansion étaient persuadés de devoir, au nom de l’humanité et de son bien-être économique, de porter le flambeau de leur civilisation et de leur savoir faire, dans des pays que l’on pourrait considérer de nos jours comme des pays hyper-sous-développés.

Il était important aussi pour notre commerce d’assainir la méditerranée des pirates qui abordaient et pillaient quantité de navires et de nous assurer une place forte en Afrique du Nord. 
 
Une fois établis dans le pays, vers 183O environ, peu à peu au fil du temps nous nous sommes mariés entre Français-Italiens-Espagnols-Corse, et tous autres européens et on nous appelaient bien souvent les Européens d’Algérie. Pour ces raisons de mariages entre européens, nous avons dans une même famille des blonds aux yeux bleux, des châtains roux aux yeux verts et des bruns aux yeux noirs.. 

Sur nos tables familiales se présentent tous les plats d’Europe, nous sommes gourmets : paëlla, rizotto, pates en sauce tomate, civets, tomates-poivrons-aubergines-courgettes facies ou finement cuisinées, petits patés au fromage, à la viande, ou à la soubressade, beignets salés ou sucrés, cocas et pizzas à la tomate et aux poivrons ... viandes rôties ou en sauce fine, etc... je ne peux pas tout citer, mais je n’oublierai pas notre gourmandise pour les fruits de mer et les poissons, sans oublier les délicieuses pâtisserie parfumées à la fleur d’oranger, les monas de Pâques, les mantécaos à la cannelle, les oreillètes bien dorées,  etc..

Nous sommes de bons mangeurs et nous aimons aussi les fruits frais, pastèques, melons, raisins, abricots, prunes, oranges, mandarines et les confitures, sans oublier tous les fruits secs. Enfin nous savons aussi tenir nos verres à l’apéritif avec l’anisette et la khémia, et nous apprécions les bons vins pendant le repas et les liqueurs à la fin, avant le caouah (café) ! Nous sommes comme on dit "des bons vivants", nous avons une bonne fourchette et savons lever notre verre dans les bonnes occasions.

 Ah ! j’allais oublier le couscous...... aujourd'hui servi sur les plus prestigieuses tables françaises.

 La cuisine, comme la littérature et les arts, fait partie de notre culture et c’est autour d’une bonne table que l’on fait plus ample connaissance, que les langues se délient et que finalement on s’aperçoit que patos (Français) ou pieds-noirs c’est du pareil au même pour ce qui est de l’appéciation des mets et des bons vins. Pour l’appréciation de nos idées politiques c’est parfois autre chose.... mais enfin en gens bien éduqués nous sommes tolérants des deux côtés, mais nous avons le souci d’informer et de remettre poliment  les pendules cérébrales et intellectuelles à l’heure quand il le faut. 

Enfants et petits enfants de pieds-noir vous appartenez à une dynastie de travailleurs, vos ancêtres en Algérie ont défriché de leurs mains des terres incultes et des marais pestilentiels où sur des boues et eaux infestées régnaient la malaria, le paludisme et bien d’autres maladies mortelles à l’époque et dont des centaines sont morts quelques temps après leur arrivée et pendant quelques décennies ensuite, en attendant que tout le pays fût assaini. 

Puis peu à peu ces travailleurs ont planté des cultures, céréales, vignes, jardins potagers, jardins fruitiers, plantes et fleurs, des arbres venus de France et ils ont construit des maisons, des routes, des villages, des écoles, des hôpitaux, établi des commerces et des entreprises, créé des musées, des théâtres et des opéras, des lieux de cultures et de distractions.

 Tout cela ne s’est pas fait en un jour ... il a fallu beaucoup de sueur et d’huile de coude. Il y avait aussi des médecins, des pharmaciens, des ingénieurs, des hommes d’affaires et de lois, des fonctionnaires, des marins, des transporteurs, des travailleurs artisans, maçons, mécaniciens, tailleurs et spécialistes de tous les métiers qui ne ménageaient pas leurs temps pour édifier l’oeuvre commune. 

Certains villages de basse kabylie, construits par les Alsaciens et les Lorrains arrivés en Algérie vers 1870 ressemblaient comme deux gouttes d’eau à certains villages anciens que vous pouvez visiter en Alsace et en Lorraine. D’autres villages ou hameaux du début de la conquête, construits par les Espagnols et les Mahonnais au coeur de leurs cultures, rappelaient l’Espagne et les Baléares. Je pense tout particulièrement au Hameau de Bou Hamédi, près du Fondouk, avec ses maisons basses aux murs blanchis à la chaux.

Les arbres que vos ancêtres avaient plantés et acclimatés venaient de France et des pays d’Europe et peu à peu cette terre hostile, fertilisée et caressée par leurs mains travailleuses était devenue notre Belle France d’Algérie. 

Les habitants originaires du pays ont accepté pour certains d’entre eux, de travailler avec nous, d’autres pas. Pour ces derniers, nos moeurs étaient trop occidentales et ils craignaient qu’à l’exemple des européennes leurs femmes ne s’instruisent et s’émancipent et c’est pourquoi tout en vivant en bonne entente socialement dans la vie publique de tous les jours, nous vivions de façon parrallèle nos vies privées, nous dans nos coutumes et traditions et eux dans les leurs ; les différences de religions, éléments qui comptaient à l’époque, rendaient tout mariage impossible entre les deux communautés.

 Celà n’a pas empêché de solides amitiés de se forger. Il y a eu très peu, presque pas, de mariages mixtes Français et musulmans, sauf dans quelques rares grandes familles évoluées et tolérantes. Mais pour le travail et les affaires, grandes et petites, nous nous étions habitués progressivement à travailler ensemble en bonne efficacité et entente. 

Nous avons vécu là-bas pendant cinq, six générations en moyenne ; vos grands-pères et pères sont venus à deux reprises en France et en Europe faire leur service militaire et surtout faire la guerre de 14/18 et celle de 39/45 pour défendre la France (la Mère Patrie) contre ses ennemis de l’époque, et ceux qui n’y sont pas morts tués au combat sont revenu chez eux en Algérie, quelquefois avec une fiancée Française "de France" qu’ils n’ont pas manqué d’épouser.  

Nous étions citoyens à part entière et quand la France était en danger nous étions tous présents sous le même drapeau tricolore.

C’est ce que l’on appelle le patriotisme et ce que j’appelle moi "l’honneur d’être un homme". 

Les valeurs militaires, celles du courage et de l’honneur ont été injustement bafouées par des politiciens de bas étages, incapables et félons : ne vous laissez pas intoxiquer par leur propagande de faux-intellectuels. 

Que feriez-vous si votre pays et votre famille étaient attaqués par un ennemi féroce ? .. Laisseriez-vous égorger vos pères, mères, épouses et enfants, Laisseriez-vous envahir votre pays les bras croisés .... Je suis sûr que non.   Il ne s’agit pas d’attaquer, nous sommes pacifistes, mais de savoir se défendre. 

Chers enfants et petits-enfants pieds-noirs, après nous,  c’est vous qui serez en charge de défendre la Vérité.


 
Pour le moment ici nous sommes relativement en paix. Alors, chacun d’entre vous selon votre personnalité, vos qualités, vos goûts, vos tendances et possibilités, choissisez un but ; profitez de votre temps d’enfance, d’adolescence et de jeune adulte pour vous instruire, apprendre un métier ou un art, sans oublier de vous distraire sainement : la fête fait aussi partie de la vie ; tout est utile pour votre avenir et pour le pays

 Ne perdez pas votre temps précieux, évitez les excès de verbiage pseudo-intellectuels ou politiciens, les polémiques oiseuses, n’entrez pas dans de vaines querelles partisanes, utiliser vos forces et votre intelligence pour vous livrer à des actions concrètes, constructives, utiles pour vous-mêmes, pour votre entourage et l’environnement.

 Il vous faut comme l’on dit "se situer dans le paysage" Vous faites partie d’un ensemble qui demain formera l’Europe nouvelle.

 Notre Belle Algérie de France par ses divers composants en était le prélude, nous avons déjà tous travaillé ensemble... Vous avez votre mot à dire, qu’il soit de vérité et de justice ; vous avez une place à prendre, vous êtes en France et dans tous les pays d’Europe légitimement chez vous, par descendances, coutumes et traditions. Ne vous laissez pas marchez sur vos pieds-noirs, soyez fiers de vos ancêtres proches et lointains, même si en plus de leurs qualités ils ont pu avoir des défauts, comme tout le monde ; la perfection n’est pas d’ici-bas, comme vous le savez, mais il faut tout faire pour s’en approcher afin de vivre sa vie dignement. 

Nous les vieux pieds-noirs,  à l’ombre de notre soir,  nous vous tendons le flambeau.

 Avec des gestes et des mots tout simples qui peuvent vous paraître dépassés dans notre époque où règnent des moyens de communication outrancière, mais les modes passent et l’esprit demeure.

Nous sommes la génération "mémoire-relais", et avant de partir vers notre nuit, nous vous souhaitons :

 Bonne vie et longue route enfants et petits enfants pieds-noirs.

 A vous la charge, maintenant, de transmettre cette précieuse mémoire.

  Nous vous disons  merci  et  bonne chance.

 
 
25 février 2018

Voilà nos prestigieux patrons de la Médecine et de la Pharmacie en Algérie .

Bien à vous tous !

http://medecinealger.canalblog.com/archives/2011/03/18/20665939.html

 

 
 
25 février 2018
On parle beaucoup de ce con de Landais, assassin et connard de militaire…  

On a complètement occulté Martin Fourcade cet officier d’élite digne représentant de la France Honneur à lui.
S’il est vrai que je ne regarde pas la TV 24h/24, je n’ai jamais entendu dire que Martin Fourcade était un Officier de l’armée de terre, mention non soulignée par les médias.
Respect à cet homme de talents et de qualités humaines qui se font rares. 

LE PORTE-DRAPEAU

Depuis plusieurs mois, la chronique judiciaire s'invite régulièrement à la une de nos journaux ou sur nos différents écrans, à propos de sordides affaires criminelles. Dans le cadre de l'une d'entre elles, particulièrement odieuse, est cité pratiquement quotidiennement un individu qui a avoué avoir provoqué la mort d'une fillette de 9 ans. Mais, sans doute parce que cela est plus vendeur, son nom est systématiquement affublé du qualificatif
de militaire ou, plus rarement, d'ancien militaire.
Or, il se trouve que si celui dont on parle s'est effectivement engagé pour cinq ans dans l'armée de Terre, en 2002, à 19 ans, au titre du 132° bataillon cynophile de Suippes, il a été réformé
(façon polie pour dire renvoyé ou « viré ») en avril 2005 alors que son contrat courait jusqu'à 2007, pour troubles psychologiques et consommation de stupéfiants.
Plutôt que de parler d'ancien militaire, il serait donc plus juste et plus significatif de dire « celui dont l'armée n'a pas voulu ».


Mais il y a un autre personnage, tout à fait remarquable celui-là, qui fait également la une de nos médias. Celui-ci est un vrai militaire, mais là, on ne le dit jamais. Il s'agit du lieutenant Martin Fourcade, porte-drapeau de
l'équipe de France aux jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang. Il vient d'ailleurs de préfacer un ouvrage consacré aux troupes de montagne.

Voici ce qu'il a écrit :
La montagne, je la pratique, la vis, m'y entraîne et la parcours de mille façons différentes et en toutes saisons : en tant que sportif de haut niveau et soldat de montagne. Ce sont des expériences complémentaires qui s'enrichissent l'une de l'autre. Car elles ont le même ADN, les mêmes racines, les mêmes valeurs.
La première d'entre elles : l'humilité. Elle est nécessaire face à un environnement naturel puissant, magnifique, imprévisible et parfois dangereux. Les sportifs le savent bien et les soldats de montagne, dont j'ai la
fierté de faire partie, encore plus.
La montagne impose une faculté d'adaptation aux conditions et une capacité à se dépasser. Il faut aussi de la rigueur, du courage pour faire face, que ce soit seul face à mes adversaires sur un parcours de biathlon ou
avec une unité de soldats solidaires lors d'un entraînement.
Ce qui est certain, c'est que nous cultivons un état d'esprit unique face à un environnement qui ne pardonne pas les erreurs. Les centièmes se perdent vite avec une mauvaise glisse, une cible est facilement ratée
par manque de concentration, et un manque de préparation peut avoir des conséquences importantes en opération. J'appartiens à deux familles et cette double ascendance me rend plus fort, dans les défaites
comme dans les victoires.


Vive les troupes de montagne !


Signé : Lieutenant Martin FOURCADE

Membre de l'équipe de France de ski depuis 2008, athlète français le plus médaillé aux jeux olympiques d'hiver, sextuple vainqueur du globe de cristal de la coupe du monde de biathlon militaire.
Il serait donc louable que les media s'affranchissent à l'avenir du sensationnel pour rendre à chacun ce qui lui appartient.
Evidemment, dire d'un militaire qu'il est remarquable et fait honneur à notre pays est moins accrocheur que de noircir du papier ou d'encombrer les écrans de télévision sur un fait divers horrible au prix
d'un travestissement de la réalité.
 

 
 
24 février 2018
“Je me souviens  Jean-Marie Le Pen au Stade Vélodrome en 1988, citant l'avertissement de Boumédiène : "Le temps est proche où les masses affamées du Sud monteront à l'assaut des pays du Nord. Cette immigration ne sera ni fraternelle ni pacifique". On y est !"
 
 
 
23 février 2018

Après ce "beau communiqué" plein de vérités et ces vœux pieux de reconnaissance par L'Algérie des victimes du FLN, des prétendus Accords d'Evian qu'elle n'a jamais respectés etc.
QU'EST CE QU'ON  FAIT....  ???
On espère plus de courage de nos émissaires à Alger pour parler de ce que nous ressentons comme un flagrant mépris de nos victimes et une trahison de plus de nos gouvernants pour se vautrer dans une repentance "constitutionnelle" ??? 
Il faudrait peut-être par exemple envisager et organiser quelques actions le 19 mars prochain pour rappeler tout ce que ce maudit jour de 1962 a engendré de malheurs pour nous et la France depuis l'abandon de ses départements d'Algérie. 
Cordialement;

Jean Paul Spina‌
 
 
"Et pourtant je suis de gauche..... Je suis vraiment de gauche ".

Les bourgeois pètent tellement les plombs qu'ils deviennent fous, une overdose de "tolérance".

Et le pitoyable de la pensée unique, ou cette victime se sent obligée de se justifier sur son appartenance politique, pour éviter de passer pour une raciste-fasciste-antisémite-nazie.

Vous l'avez voulu, vous l'avez eu, démerdez-vous maintenant.

Je ne supporte plus ces abrutis, faudra que ça explose !

G.P.

 
 
 
 
 
PARTIR en 1962, que de larmes :


Fan d'Alain Barrière, je la connaissais... et effectivement 55 ans après je l'avais oubliée.. mais avec le montage en Diaporama... ça ne peut que nous tordre les tripes...

Cette chanson d'Alain Barrière est toujours passée sous silence et pour cause c'est une histoire à ne pas dire.
Nous n'étions pas les migrants d'aujourd'hui.
Que de larmes... quitter son pays de naissance et de jeunesse et d'existence et de vieillesse est une blessure... à jamais ouverte !


Un peuple ingrat et amnésique, libéré 19 ans plus tôt par l'Armée d'Afrique (de Lattre, Juin, de Larminat, de Linarès, Béthouart, Goislard de Monsabert ... et Patton)  - PN - Marocains, Algériens - Tunisiens - Sénégalais - Américains - au Sud, par les Américains à l'Ouest (Eisenhower) ... Oubliant le nom de Georges Bidault, successeur de Jean Moulin, successeur de Raoul Salan, exilé au Brésil. Oubliant le nom du Maréchal Juin qui accuse ce lamentable peuple  gaulliste, lâche, criminel, d'être " en état de péché mortel.  Il paiera un jour son crime". 


Qu'attendre d'une race française dont Daniel Cordier ( Compagnon de la Libération) écrit qu'elle est composée de "95% de Collabos passifs". Un peuple qui serait moins antipathique s'il avait un coeur de pierre. Mais il n'a pas de coeur. C'est un peuple qui  "n'est pas".  Hormis ... 5% ! Quelque chose comme entre 3 et 4 millions.  Avec 150.000 Harkis abandonnés, enterrés vifs, brûlés vifs, noyés, trainés dans les cactus, égorgés   ....   ce peuple français a exactement la même sale gueule que l'assassin de Maelis. Voilà ce peuple français qui veut à tout prix du migrant, et musulman si possible, puisque ni les Emirats ni Israël n'en acceptent UN SEUL ....  Ce peuple dont les revenus des moins riches baissent  pendant que tout augmente !


La colonisation  - "800.000 Français construisent l'Algérie" - selon Ferhat Abbas patron du GPRA - et "l'Algérie serait la première puissance d'Afrique si les Pieds Noirs étaient restés" -  selon Aït Ahmed  (membre fondateur du FLN ) et ... "Crime contre l'Humanité" selon l'élu du peuple Macron.


Selon Chevenement et Azouz Begag les musulmans sont entre 18 et 20 millions en France.  Ils sont venus repeupler la France que la Loi Veil dépeuple.  Le Français réclame du Musulman. Il lui suffit simplement après chaque attentat de ne pas faire d'amalgame.  Et de lire (accessoirement)  les récits de la Chute de Constantinople  ....    1453 -  pour s'informer de son mode de - 70% disparition - 30% dhimmitude. 

Vitus

 

 
 

Gérard DEPARDIEU ne voit pas les choses, telles qu'elles le sont...

Est-il un soutien de poids, des thèses à la Stora??

 
 

Extrait No 1 de :Les Droits de l’Homme en Islam. Mystification ?

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme a été ratifiée en 1948 par 47 pays membres des Nations Unies, au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans un but de promotion et de maintien de la Paix. Ils mirent à profit les conditions géopolitiques du moment pour obtenir un consensus sur un idéal au-dessus de tous les pays et de toutes les idéologies.
La « Déclaration des Droits de l’Homme en Islam » appelée aussi « Déclaration du Caire » est issue de l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI ). Ses 57 états membres l’approuvent et la ratifient en 1990
Elle se veut le pendant de la « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme», mais est signée 45 ans plus tard à l’époque post coloniale où apparaissent les premiers conflits politico- religieux auxquels nous assistons de nos jours.
Elle fait suite aux Résolutions de l’Association Parlementaire pour la Coopération Euro-Arabe ( Résolutions de Strasbourg“) votées à l’unanimité les 7-8 juin 1975. Cette Association regroupait plus de 200 membres de Parlements des pays d’Europe occidentale, qui représentaient toutes les tendances des partis politiques. Elles préparaient, en échange de la fourniture de pétrole, la migration massive vers l’Europe et ses conséquences.

A Suivre…

 

Extrait no 2 Les Droits de l’homme en Islam. Mystification ?

La Déclaration des Droits de l’homme en Islam (DDI) constitue un ensemble de directives pour les 57 pays membres de la Conférence Islamique relatives aux droits de l’Homme. Son préambule affirme d’entrée « Le rôle civilisateur et historique de la Communauté Islamique (Oumah), la meilleure communauté que Dieu ait créée et qui a donné à l'humanité une civilisation universelle équilibrée, alliant la vie présente à l'au-delà, et la connaissance à la foi ». Il appartient à l’Oumah de résoudre, directement inspirée par Allâh, « les problèmes chroniques de la civilisation matérialiste »
Préambule à rapprocher de celui de la Déclaration UNIVERSELLE (DDU) qui annonce un idéal commun à atteindre par tous les peuples afin que chaque nation et chaque individu s’efforce de respecter et d’appliquer : « Les droits fondamentaux de l’homme dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes ».
La Déclaration des Droits de l’homme en Islam vise quant à elle à garantir aussi les Droits de l’Homme, à affirmer sa liberté et son droit à une vie digne mais en accord avec la Loi islamique(Charia).
Ce dernier point est fondamental car il circonscrit les incompatibilités entre les objectifs à caractère humaniste de la (DDU) et le dogmatisme de la 
DDI et du Coran. La multiplicité de pensée de la philosophie occidentale se heurte au concept de pensée unique dictée par Dieu. Celle-ci conditionne en particulier la place de l’Homme dans la société : En Islam il n’y a pas de place pour « Un Homme Libre et maître de son destin (DDU). »
Ces incompatibilités constituent la trame de l’essai. Elles laissent à penser que les pays islamiques ont adopté la DDI parce que l'Islam était inconciliable avec bon nombre des articles de la DDU. Cette dernière ne correspondait pas à la notion que les gouvernements de ces pays ont sur les droits de l’homme et de la femme. D’ailleurs en 1948, l’Arabie Saoudite avait refusé de signer la DDU en raison de la place qu’elle donnait à la femme.

 

 
 
 
 
 
 
 
Manu GOMEZ répond à DEPARDIEU, au sujet de l'armée d'analphabètes...
 
 
SION petit village Lorrain

Petit résumé de la vie campagnarde isolée de Lorraine profonde:

 Depuis 1 mois, le sympathique gouvernement vient de "déposer" (sans aucune consultation des villageois locaux)  40 "migrants" mineurs (musulmans évidemment !) dans le site de SION (54), tout proche de chez moi.
SION est un endroit de pèlerinage catholique depuis plus de 1500 ans et comptabilise 21 habitants dont 12 sœurs Clarisses et 1 prêtre Recteur (qui doivent pas franchement être rassurés, même s'ils prônent "l'accueil de tous" et le "vivre ensemble" ! Il y a eu des précédents à St Étienne de Rouvray !

 Qu'on se rassure, ces gentils "jeunes", ont déjà volé une bagnole pour se faire la malle dès le 1er jour ! (on les comprend, ils sont dans un trou [en hauteur: 542 m!], nourris, logés, "blanchis", entretenus, en chambre individuelle avec télé et ordinateur dernier cri, 2 navettes de bus par jour pour les emmener se détendre à NANCY (40 km), alors que le local doit prendre sa voiture s'il ne se l'ait pas fait tirée ! Ils découvrent l'isolement, le brouillard, le froid, de nombreux catholiques qui viennent les narguer (bouh les vilains racistes!) le dimanche pour la messe; (On parle de supprimer l'habituel Marché de Noël  qui se tient tous les ans; vous pensez, il ne faut pas les provoquer ces petits !)

D'ici à ce qu'ils aient un édifice de prière pour la parité religieuse, il n'y a qu'un pas qui sera certainement bientôt franchi !
L’État (nos impôts !) leur verse généreusement 25 euros d'argent de poche par jour, soit 775 euros/mois = autant que la retraite qu'un agriculteur qui a bossé durement toute sa vie et qui, lui, continue à payer des impôts, son eau, son chauffage, sa nourriture, ses déplacements, ...et j'en passe...! Tout ceci ne nous coûtant (dixit le Président du Conseil Général ) que 85 euros par jour et par adolescent !)

 Faîtes donc le calcul pour deviner combien cela pèse pour 40 individus, le tout multiplié par 30 jours pour le mois, multiplié par 6 puisque on les fait rester (à leur corps et esprit défendant, puisqu'ils veulent aller chez les Grands Bretons !) jusqu'au mois de mars ...!

Et il y a du chômage dans le pays, des gens dont la vie est précaire, des SDF, des pauvres, etc.
Mais rassurons-nous: TOUT VA BIEN !!!

Faire suivre n'est pas interdit !!!

 
 
 
 
Faisons confiance à nos Dirigeants.... Ils feront mieux que les Suisses!...
   
 
 
L’AMITIÉ 

 

La vie sur terre est un passage

L’amour est un mirage,

Mais l’amitié est un « Fil d’or »

Qui ne se brise qu’à la mort.

Tu sais ! l’enfance passe,

La jeunesse suit, la vieillesse la remplace

Puis la mort nous ramasse…

La plus belle fleur du monde perd sa beauté,

Mais une amitié fidèle dure pour l’éternité.

Vivre sans amis, c’est mourir sans témoin.

 

 
 
 
 
 
 

Et faites-la suivre à vos amis car c’est un pur bonheur de découvrir pourquoi nous, Français, 
sommes de civilisation européenne…chrétienne... où l'islam n’a pas sa place!

 
 
Tous les Politiques, depuis toujours, s'évertuent à effacer tout souvenir de l'Algérie Française...
 
(03 novembre 2017); ce matin Jean-Pierre Pernaut, annonçant sur LCI son émission de dimanche consacrée au parc national de Camargue, a déclaré que c'était le 50è anniversaire de la "création des parcs nationaux français
par le général de Gaulle en 67" (que n'a t-il pas créé?!)

Je lui ai envoyé copie d'une lettre à Roselyne Bachelot qui avait dit le même genre de sottise vers 2003 à propos de La Vanoise. 

Pour tes lecteurs éventuellement intéressés (ou pour tes archives) l'article paru sur ce sujet dans l'Echo de l'Oranie.
C. CHARRUT
 
 
STOP à la Repentance...
 
 
Raphaël PASTOR
 
Honte à la Mairie socialiste de la Seyne/mer...
La polémique sur la rue #Arafat à La #Seyne rappelle des controverses antérieures: en 2012 j’ai appelé le maire à rebaptiser le quai du 19 mars 62 en
quai des harkis et pieds noirs assassinés par le FLN pour rendre hommage à la mémoire de ces derniers.

Frédéric BOCCALETTI

Rappel, cette Mairie
 

Excellente analyse réalisée par un jeune Kabyle réfugié au Canada. Il sait de quoi il parle...

PRENEZ LE TEMPS DE LIRE CE QUI SUIT. Cela colle à l'actualité.

"Le plus lourd fardeau c'est d'exister sans vivre"
Victor Hugo


JAC
La France de demain par Karim Akouche
Vous n'avez pas le temps de lire ?
Dommage, car l'histoire est en marche.

 Auteur : Karim Akouche

Karim Akouche, né en Kabylie, en 1978, est poète, romancier et dramaturge. Il vit au Québec depuis 2008. Il est l’auteur du roman Allah au pays des enfants perdus et de la pièce de théâtre Qui viendra fleurir ma tombe.

Publié le 11 janvier 2016 à 10:59 / Monde Religion

Mots-clés : Algérieattentats de ParisDaechIslam

"Après les horreurs du vendredi 13, la France de demain ne sera plus comme avant. Elle ne sera plus la France d’hier. Elle sera semblable, à quelque chose près, à l’Algérie des années 90: Paris sera Alger. Toulouse, Blida ou Média. Lyon, Ain Defla. La Kabylie, la Bretagne.

Ce n’est pas difficile à prédire. C’est même une évidence pour celui qui, comme moi,  a vécu la guerre civile algérienne, côtoyé la violence aveugle des fous de Dieu, marché sur des flaques de sang et des morceaux de chair. 

Ça a débuté comme ça : en bruit de pantoufles avant que ne retentissent les kalachnikovs et les bombes.

On pensait que c’était un jeu. Comme ces pétards que les enfants faisaient exploser lors de l’aïd et de l’anniversaire de la naissance du Prophète.

On riait des qamis et des barbes hirsutes des intégristes. C’étaient nos "pères Noël". Ils n’apportaient pas de cadeaux, ne distribuaient pas de bonbons, mais ils aimaient nous raconter des histoires obscures sur l’enfer et le jugement dernier.

On trouvait leur façon de s’habiller exotique. Car, à la fin des années 80, rares étaient ceux qui portaient ces accoutrements importés d’Afghanistan et d’Iran.

Puis ça a continué comme ça : par l’intimidation. Avec des mots qui, certes, étaient trop violents pour mes oreilles d’enfant, mais c’était de simples mots. Les islamistes harcelaient les femmes libres, les démocrates et les laïques. Ils traitaient les progressistes de dépravés, de suppôts des croisés.

Parfois, ils donnaient des coups de poing, de simples coups de poing.  Puis ça a progressé. Ils utilisaient des objets, de simples objets : des galets,  des cordes, des seringues d’acide, des couteaux, des haches… 

Ensuite ça a basculé : les islamistes ont embarqué le peuple dans un bateau ivre, pour un long voyage au bout de la nuit…

Sans crier gare, ils ont sorti les armes à feu, les fusils à canon scié, les bonbonnes de gaz et tout leur attirail de guerriers.

Ce n’était plus un jeu. C’était sérieux mais c’était la folie...

Les barbus tuaient les poètes, les fonctionnaires, les enseignants, les médecins… puis les gens ordinaires, le « petit » peuple.

Les journalistes rasaient les murs, ils étaient devenus des nécrologues. Ils n’écrivaient plus d’articles, ils comptabilisaient les morts. Les cafés et les trottoirs se vidaient, les gens se donnaient rendez-vous aux cimetières et parfois on enterrait à la pelleteuse.

Grisé par le sang, l’islamiste a redoublé de violence. On l’a vu éventrer les femmes enceintes, jeter des bébés dans des micro-ondes, égorger des villages entiers : Bentalha, Beni-Messous, Larbaa, Raïs… des toponymes qui donnent encore froid dans le dos. 

L’islamiste est partout le même. Il carbure à la haine. Son vocabulaire est pauvre. Il ne maîtrise que quelques verbes, souvent équivalents : tuer, exécuter, massacrer, violer, brûler, détruire… Il ne lit qu’un seul livre, le Coran. Il n’obéit qu’aux seules lois d’Allah et de son Prophète. Il dort avec un seul mot dans la bouche : vengeance. Il ne se réveille qu’avec un seul désir : éliminer un maximum de mécréants.

L’islamiste joue au sourd et au muet. Toute tentative de dialogue avec lui est vouée à l’échec. Il préfère le monologue. Il refuse le débat d’idées. Il préfère le terrain de la menace. Gare à celui qui le contredit.

L’islamiste n’a pas d’arguments mais il a des versets. Il n’a pas de cœur. Il ne connaît pas la peur. Si les balles tombent sur lui, il les affrontera avec le sourire. Sa devise : la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la mort.

Pour lui, la mort, c’est l’éternel bonheur : il s’y abreuvera aux rivières de vin(breuvage interdit sur terre !) et à la tendre chair des houris.

L’islamiste n’est pas un animal de compagnie. On ne doit pas le caresser dans le sens de la barbe, ni lui faire confiance. Il a le cerveau malade. Les crocs acérés. La gâchette facile. Son entreprise s’appelle la terreur.

L’islamiste ne réfléchit pas, ne recule pas, il fonce. Il ne rafistole pas, il achève. Son objectif : soumettre l’humanité à la Oumma, la nation islamique mondiale. Son droit chemin lui a été tracé par Allah et Mahomet. Les autres voies lui sont impénétrables.

Jouer avec lui, c’est comme badiner avec un serpent. Il glisse. Il mord. On ne peut pas le dompter, il tue. En voulant l’instrumentaliser dans leur stratégie contre leurs démocrates, les dirigeants algériens l’ont payé cher lors de la décennie noire. Le serpent leur a échappé des mains. Bilan : plus de 200 000 morts.

L’islamiste est perfide. Il affectionne la ruse. Il brouille les pistes. Il peut être un loup solitaire, mais il chasse souvent en meute. Il n’aime pas la démocratie, mais il s’en sert. Il déteste la liberté, mais il en abuse pour propager son idéologie. Il n’aime pas les technologies, mais sait remarquablement s'en servir afin de faire avancer sa cause. 

L’islamiste a repéré les failles des démocraties occidentales. Il sait qu’il est un bourreau, mais il joue à la victime. S’il brandit le spectre de l’islamophobie, c’est pour culpabiliser le démocrate et le pousser à céder du terrain où il sèmera ses graines.

L’islamiste gagne chaque jour des batailles contre l’Occident. Il a réussi à restreindre la liberté de pensée, à séparer les femmes des hommes dans certaines piscines, à halaliser les menus scolaires et même les rations militaires, à fragiliser la laïcité, à ouvrir des mosquées dans les universités, à gagner des procès contre des États, à verrouiller plusieurs institutions internationales…

L’islamiste a deviné le gouffre spirituel dans lequel est plongé l’Occident. Il compte le combler. Il sait que le capitalisme sauvage crée des solitudes et que celles-ci tuent dans les villes. Il a trouvé un remède au stress et à l’ennui : son prosélytisme dynamique et le mirage de sa fraternité.

L’Occident est en train de perdre sa guerre contre l’islamisme.

Sans courage ni lucidité, il perdra aussi son âme.

La France, quant à elle, risque de devenir très vite l’Algérie des années 90.

 
 

Ça ne rigole pas en Allemagne !

   SILENCE DANS LE JOURNAL L'ALSACE.

   Quand nos "Français arabes de la nouvelle société", de la région de Mulhouse, vont faire leurs courses en Allemagne...

  Il y a quinze jours dans la petite ville tranquille de Müllheim jouxtant la frontière française, une horde de maghrébins issus d'un quartier dit "sensible" de Mulhouse s’en allèrent faire leurs "achats" chez Aldi-Sud à la manière de chez nous : bordel dans les bacs, on mange dans le magasin des produits pas encore payés, on crache sur les fruits et légumes, bref un comportement "normal" en France pour ces p'tits merdes qui adorent la France, n'est-ce pas ???

Tous affairés à leurs courses, ils ne se sont pas rendu compte que les grilles du magasin s' abaissèrent.

   Le directeur avait appelé la Polizei, qui est venue cueillir cette racaille pourrie (1) pour les "embastiller" quelques heures. 
  (1) en français cela se dit : jeunesse défavorisée !
  Après saisie immédiate de leur véhicule, ils ont du payer la totalité de leurs frasques , nettoyer leur bordel et rentrer chez eux par le train..(Les autos servent de gages pour les pénalités à venir ...)

Résumé: on ne peut pas "pratiquer" de la même façon en France qu'en Allemagne ? 

  Et naturellement pour nos médias, c'est silence radio !!!
  Alors faites suivre SVP pour qu'un maximum le sache ! 

Michael Dyllick-Brenzinger

Maximilianstr. 38

79100 Freiburg

 
 
 

L'acteur Gérard Depardieu part s'installer en Algérie


DÉMÉNAGEMENT Gérard Depardieu a indiqué au quotidien « La Provence » qu’il allait déménager à Alger, en Algérie…


Gérard Depardieu au festival de cinéma de Berlin le 19 février 2018. — FMB/WENN.COM/SIPA


Gérard Depardieu  s’en va vers de nouveaux horizons, de l’autre côté de la Méditerranée.


Pourtant, le 13 février dernier, l’acteur avait fait parler de lui sur les réseaux sociaux après une interview sur le plateau de Quotidien.


« Les Algériens qui vivent à Marseille ne pourraient pas se comporter comme ils se comportent à Marseille en Algérie », avait-il lancé.

 

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité


Dans le journal La Provence, l’acteur, actuellement en promotion pour la saison 2 de la série Marseille  dans laquelle il joue, a pu répondre à cette polémique.


Et au passage, il a annoncé qu’il déménagerait prochainement pour s’installer dans la capitale algérienne.

 

« Cela a peut-être été mal compris.

Je vais bientôt habiter en Algérie, comme Éric Cantona d’ailleurs, qui habite à Oran.

J’ai choisi Alger. C’est un pays splendide. 

Ce que j’ai voulu dire, c’est que les Algériens de Marseille n’oseraient pas dire le quart de ce qu’ils disent, en Algérie.

Le sens du respect se perd. Il est beaucoup plus marqué là-bas. Je me suis intéressé à l’histoire de l’Algérie.

C’est un peuple d’une grande intelligence qui a été bousculé par une armée d’analphabètes en 1830 », a-t-il indiqué.

 

Un habitué des déménagements

Ce n’est pas la première fois que Gérard Depardieu choisit de quitter la France. En 2012, il avait acquis une propriété à Néchin, en Belgique. La même année, le président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov lui offrait un appartement à Grozny.

Début 2013, il avait également rejoint la Russie, dont il avait en plus acquis la nationalité.

 
 

Frédéric GOURIER Chargé de mission auprès de M. Louis ALIOT (Vice-président du FN) frederic.gourier@frontnational.com

Notre Honneur avant les profits !

Enivrés par le réchauffement économique des relations avec l'Algérie, nos gouvernants successifs ne doivent pas sacrifier la mémoire et la souffrance des Français d'Algérie sur l'autel des intérêts financiers. Notre Honneur, avant les profits !

Puisque que l'État Français doit indemniser les blessés et ayants droits algériens de la Guerre d'Algérie, il faut donc que l'État Algérien indemnise l'ensemble des victimes française du FLN à compter du 5 juillet 1962 date de la proclamation d'indépendance de l'Algérie.

Parce que cette décision du Conseil Constitutionnel en date du 8 février est inique et qu'elle poursuit cette politique de repentance j'ai décidé de déposer une question écrite au gouvernement. Pour arrêter la repentance, la réciprocité s'impose !

Question écrite en date du 14 février 2018 :

M. Louis Aliot interroge M. le Premier ministre sur Question au gouvernement sur la récente jurisprudence du conseil constitutionnel sur l'indemnisation de certaines victimes de la guerre d'Algérie. Le Conseil Constitutionnel a été saisi le 23 Novembre 2017 par le Conseil d’État sur les conditions d'application de l'article 13 de la loi du 31 juillet 1963 et dans sa rédaction de la loi du 26 décembre 1964.

Par sa décision du 8 février 2018, le Conseil Constitutionnel décide que la référence à la nationalité française pour l'un des critères d'indemnisations, est inconstitutionnelle. Cette décision conduit à une obligation d'indemnisations pour l'ensemble des victimes mais également leurs ayants droits avec un effet rétroactif partiel.

Cela a créé un réel émoi parmi les français d'Algérie de toutes confessions en interprétant cette décision lourde de sens, comme une nouvelle blessure sur des plaies encore béantes, puisqu'il s'agit pour eux d'indemniser leurs propres bourreaux.

L'indépendance de l'Algérie est reconnue par les autorités françaises le 3 juillet 1962 et son indépendance est proclamée le 5 juillet 1962. Dès lors, l'Algérie est un pays indépendant. A partir du 5 juillet 1962, notamment lors du Massacre d'Oran, un très grand nombre de français va disparaître s'ajoutant à la liste déjà longue des disparus de la guerre d'Algérie, qui connaîtra une inflation à partir de la mise en application des Accords d'Évian le 19 mars 1962. A ce jour, selon certains experts et les services de l’État, les disparus civils peuvent être estimés jusqu'à près de 3 000 citoyens Français dont près de 2 300 après la signature des Accords d'Évian.

Le 26 janvier 1971, le Président de la République Algérienne reconnait dans le journal l'Éclair que son Etat détient un grand nombre d'otages Français. Il indique en outre dans cette même interview : " pour obtenir la libération de ces otages, il faudra y mettre le prix ".

Sachant que le nombre de disparus à compter du 5 juillet 1962 est précisément établi sans être exhaustif mais que leur lieu de sépulture et la date exacte de leur décès ne sont pas encore connus, 56 ans après, que fait concrètement le gouvernement Français pour obtenir ces informations du gouvernement Algérien sur ces victimes civiles ?

Sachant qu'en droit international, le principe de réciprocité est l'une des bases juridiques des relations entre États, l'État Algérien va-t-il indemniser les blessés et les ayants droits des disparus et des morts à compter du 5 juillet 1962 ?

Quels moyens allez-vous mettre en œuvre pour qu'il en soit ainsi ? Sachant que la décision du Conseil Constitutionnel s'étend aux ayants droits des victimes et des blessés non français, il convient également d'indiquer à la représentation nationale, l'estimation du coût sur le budget de l'État de cette décision.

 

 
 
 
 
Rappel: manifestation du 13 mai 2008, à Marseille... https://www.youtube.com/watch?v=mmKNN6Ibq-U
 
 
NE JAMAIS OUBLIER...
 
 
En feuilletant les revues de la FNACA...
 
 
 

"On reproche aux Polonais de ne pas se repentir comme nous"

Zemmour contre la loi Gayssot et la repentance ?

 
 
 
 
 
 
 
 
PIQURE DE RAPPEL
 
 
Il a neigé toute la nuit dans ma commune, et je me réveille en découvrant un manteau blanc qui recouvre toute la ville. Je me dis que quand j’étais enfant, je faisais des bonhommes de neige, et qu’il y a longtemps que je n’ai plus joué à cela. Aussitôt dit, aussitôt fait !

08:00 : je commence à faire mon bonhomme de neige.
08:10 : il fait 50 cm de haut, je suis très fier de moi. Carotte et manche à balai, j’ai retrouvé tout de suite mes réflexes d’enfance.
08:15 : une féministe passe et me demande pourquoi je n’ai pas fait une bonne femme de neige.
08:25: alors je fais aussi une bonne femme de neige, juste à côté, et je le finis en 10 minutes.
08:27 : la nounou des voisins râle parce qu’elle trouve la poitrine de la bonne femme de neige trop voluptueuse.
08:30 : le couple d’homo du quartier grommelle que ça aurait pu être deux bonshommes de neige.
08:33 : altercation avec un couple de lesbiennes, qui s’engueule avec le couple homo, et réclame au contraire deux bonnes femmes de neige.
08:35 : les végétariens du n°12 rouspètent à cause de la carotte qui sert de nez au bonhomme. Les légumes sont de la nourriture et ne doivent pas servir à ça.
08:40 : on me traite de raciste car le couple est blanc.
08:31 : les musulmans de l’autre côté de la rue veulent que je mette un foulard à ma bonne femme de neige.
08:35 : il y a à présent 50 personnes qui me font face, qui m’engueulent, souvent pour des raisons contradictoire. La tension est à son comble.
08:40 : quelqu’un appelle la police qui vient voir ce qui se passe, toutes sirènes hurlantes.
08:42 : les policiers me disent qu’il faut que j’enlève le manche à balai que tient le bonhomme de neige car il pourrait être utilisé comme une arme mortelle. Les choses empirent quand je marmonne : « ouais; surtout si vous l’avez dans le… ».
08:45 : l’équipe de TV locale s’amène. Ils me demandent si je connais la différence entre un bonhomme de neige et une bonne femme de neige. Je réponds : « oui ; les boules ». La jeune journaliste me traite de sexiste et de porc !
08:52 : la situation s’envenime. Des mamans bâchées, accompagnés de salafs en djellaba de la cité voisine, veulent voiler de force ma bonne femme de neige. Je m’y oppose. Je dois faire face à une foule hostile, qui soutient la démarche des voilées, et me traite de raciste.
08:54 : la plus déterminée des entorchonnées, gabarit lanceuse de poids, qui pèse au moins 120 kg, fonce sur ma bonne femme de neige, avec l’intention évidente d’y apposer le voile qu’elle tient en main. Je la repousse fermement. Catastrophe, elle part en arrière, et sa tête heurte le sol. Je l’ai mise KO sans le faire exprès !
08:55 : c’est un début d’émeute. Je ne dois mon salut qu’à l’intervention rapide de la Bac. Les flics m’embarquent vite fait dans le panier à salade, pour me protéger, disent-ils. Mon téléphone portable est saisi, et je suis embarqué au commissariat. Je vois à travers la fenêtre de la voiture de police la foule qui lapide mon bonhomme et ma bonne femme de neige. En dix secondes, il ne reste plus rien.
09:10 : le commissaire de police commence l’interrogatoire. Il me demande si j’ai des complices.
09:15 : je fais la « une » de l’ensemble de l’actualité. Les flash spéciaux se multiplient sur toutes les ondes. Je suis présenté comme l’homme raciste qui a agressé sauvagement une paisible française, après avoir monté une provocation grossière contre la communauté musulmane.
09:18 : on apprend que la paisible musulmane agressée a repris connaissance, mais qu’elle conservera probablement des séquelles toute sa vie, suite à l’agression subie.
09:20 : la Licra dépose plainte contre moi, et prend de vitesse le Mrap, la LDH, Sos Racisme et le CCIF, qui le feront dans la matinée.
09:30 : Caroline de Haas demande qu’on interdise d’utiliser des carottes, symboles phalliques qui incitent au viol, pour décorer les bonhommes de neige.
09:40 : Marlène Schiappa annonce qu’elle dépose un projet de loi pour exiger la parité dans l’élaboration des « oeuvres de neige », et interdire l’utilisation du mot « bonhomme de neige ».
09:55 : Marwan Muhammad appelle l’ensemble des musulmans à faire des prières de rue, à partir de 13 heures, dans toute la France, pour protester contre la grave agression islamophobe commise par un raciste contre une paisible sœur.
10:00 : le juge d’instruction me met en examen pour incitation à la haine contre un groupe de personnes, en raison de leur appartenance religieuse, violences en réunion, et décide de me maintenir en détention.
10:30 : j’entre dans la prison de Fleury-Mérogis. Dès que mon arrivée est signalée, j’entends des « Allah akbar » qui résonnent dans toutes les cellules.

J’espère que je rêve, et que je vais me réveiller, car je suis tout de même dans la France, pays de la Liberté et des Droits de l’Homme…

 
 

Jean Nouailhac dans un article du magazine LE POINT de ce 02 janvier 2018, malheureusement réservé aux abonnés, décrit une situation complètement incroyable et totalement hors normes !

Je vous en délivre le texte à votre appréciation !

« Tout commence le 25 août 1995 lorsque le Premier ministre de l’époque, Alain Juppé, met à la porte du ministère des Finances le libéral Alain Madelin et le remplace par le centriste Jean Arthuis. Deux ans plus tard, ce dernier quitte Bercy à son tour, puis écrit un livre de souvenirs, Dans les coulisses de Bercy. Le cinquième pouvoir (Albin Michel 1998), comportant quelques anecdotes savoureuses et grinçantes sur les hauts fonctionnaires des Finances, les vrais patrons de ce colossal coffre-fort « aux allures staliniennes ».

Bernard Zimmern, fondateur et président d’honneur de l’Ifrap, qui a écrit également un essai, Changer Bercy pour changer la France (Tatamis, 2014), y rappelle que Jean Arthuis avait dû attendre six mois pour avoir le droit de consulter la liste des 200 plus hauts salaires de son ministère – et encore, elle lui avait été fournie sur du papier chimique non photocopiable. Zimmern parle du livre d’Arthuis comme d’un « témoignage de première main, à la fois fascinant et terrifiant » sur une « chasse gardée très protégée ».

Vingt ans après son arrivée à Bercy, l’ancien ministre centriste, dans une interview à L’Opinion, parle encore et toujours de ce château fort très secret qui abrite « une vraie légion romaine, à la fois loyale et experte », mais qui « fonctionne en silo » et dont « la culture d’opacité est solidement ancrée ». Et on finit par comprendre que les occupants permanents de Bercy ont des choses importantes à cacher à leurs ministres et à leurs concitoyens.

Dans cette énorme caserne […], la première règle est de ne rien laisser filtrer à l’extérieur », raconte Bernard Zimmern, qui a vécu de près « le coup de tonnerre du 10 janvier 2000 » lorsque la Cour des comptes, dans un rapport spécial sur les rémunérations dans la fonction publique, découvre que « le ministère le moins scrupuleux dans l’application des règles des finances publiques est le ministère des Finances », dont les dignitaires s’attribuent des primes injustifiéesPlus grave, alors qu’ils sont chargés d’édicter et de surveiller la régularité des dépenses de l’État, 70 % de leurs primes « n’ont aucune base légale et ce pourcentage atteint 100 % dans le service des impôts (hors cadastre), et une grande partie de ces primes ne sont pas déclarées dans les déclarations d’impôts ».

Un énorme dossier de « corruption passive » selon Zimmern est ainsi révélé par la Cour des comptes grâce à la détermination sans faille de Pierre Joxe, son premier président. Après divers remous médiatiques et quelques décrets légalisant ces « indemnités » litigieuses au lieu de les supprimer, que croyez-vous qu’il arriva ? L’opacité l’emporta. Mais la Cour des comptes veillait : après deux enquêtes successives en 2010 et 2011 qui avaient pointé de nouveau le caractère « irrégulier » de certains avantages salariaux, son énième rapport sur la question vient d’être rendu public juste avant Noël sous la forme d’un référé qui, cette fois, met vraiment les pieds dans le plat.

Pour leur enquête, les juges de la rue Cambon ont décortiqué les salaires et revenus de plus de 750 hauts fonctionnaires de Bercy sur la période 2013-2015, et le bilan de leurs travaux est glacial. Il y est question de la « persistance de pratiques indemnitaires irrégulières, notamment de dispositifs de rémunération sans base juridique » et d’indemnités « sans fondement légal », c’est-à-dire illégales en langage ordinaire. Ils ont aussi constaté que 104 des 150 plus hautes rémunérations de Bercy sont perçues par des cadres supérieurs de la Direction générale des finances publiques (DGFIP), lesquels touchent une moyenne de 202 000 euros par an, contre 175 000 pour ceux du contrôle budgétaire. S’agissant de moyennes, on peut aisément imaginer ce que peuvent être les sommets ! Il faut savoir que cette fameuse DGFIP, qualifiée parfois de « pieuvre », est l’entité la plus importante du ministère des Finances tout en étant la plus opaque, avec 115 000 agents sur les 145 000 qu’emploie Bercy. C’est elle qui gère les 4 200 « centres des finances publiques » disséminés à travers le pays.

On avait déjà eu quelques échos sur les abus de la DGFIP dans différents ouvrages dont les informations se recoupaient. Olivier Babeau, le jeune professeur d’économie de Bordeaux, dans son dernier essai L’Horreur politique. L’État contre la société (Les Belles Lettres, 2017), nous avait appris que Bercy comptait « à lui seul 193 des 219 fonctionnaires les mieux payés de France », et que « les administrateurs des finances y gagnent entre 15 000 et 20 000 euros par mois ». De leur côté, Thomas Bronnec et Laurent Fargues, les auteurs de Bercy au cœur du pouvoir (Denoël, 2011), avaient pointé « des grilles de rémunération à Bercy plus intéressantes que dans d’autres ministères pour l’encadrement supérieur [avec] une fourchette entre 15 000 et 17 000 euros net en moyenne par mois pour les directeurs installés de longue date ».

Rappelons que les ministres émargent à 10 000 euros brut et que le Premier ministre ainsi que le président sont à 15 000. Le cœur de Bercy est contrôlé par des super privilégiés qui s’attribuent à eux-mêmes les plus beaux salaires de la fonction publique, supérieurs à ceux de tous les ministres et du président lui-même – à quoi certains ajoutent parfois des « indemnités sans fondement légal ». Et on ne sait rien, bien entendu, de la part non imposable de leur rémunération globale et de leurs avantages en nature !

Le problème s’est encore aggravé en cette fin d’année avec la découverte par l’ancien député socialiste René Dosière, le « Monsieur Propre » des dépenses publiques, que les salaires des conseillers du gouvernement Philippe avaient augmenté de plus de 20 % par rapport à ceux du gouvernement Valls en 2016.

Autant la machine gouvernementale obéit à des règles strictes, autant un flou artistique règne sur les conseillers ministériels, pour lesquels il n’existe pas de grille des salaires. Du coup, à Bercy, on se retrouve de nouveau en pleine opacité et on s’en donne à cœur joie : ainsi les jeunes hauts fonctionnaires, énarques ou pas, envoyés au charbon dans les cabinets ministériels peuvent-ils y profiter de ces indemnités de sujétions particulières (ISP) réservées aux fonctionnaires, qui leur permettent parfois de doubler leur rémunération. Selon Michel Revol du Point, qui a réussi à obtenir des informations de première main, ces ISP pour les fonctionnaires de Bercy ont augmenté de 39 % par rapport à 2016, un record, et se montent à 5 484 euros par mois en moyenne, un autre record : s’ajoutant à leur salaire de base, cela leur donne un traitement brut moyen de 12 000 euros par mois, bien plus que celui de leur ministre !

On a vraiment le sentiment que ces gens vivent dans un autre monde, à de folles altitudes où tout est permis, même le pire, habités qu’ils sont d’un sentiment d’invulnérabilité, quoi que puisse en dire la Cour des comptes depuis une vingtaine d’années. Ces mêmes hauts fonctionnaires de Bercy, en outre, n’ont rien trouvé de mieux que de se réjouir, et de le faire savoir, des dernières rentrées fiscales de l’impôt sur les sociétés en décembre, supérieures d’un milliard d’euros à leurs prévisions.

Un racket indigne d’une économie ouverte sur le monde, orchestré par des hauts fonctionnaires et des ministres qui n’ont même pas commencé à préparer ne serait-ce que le début d’une réduction significative des dépenses publiques du mammouth hexagonal. L’image fiscale de la France à l’étranger est, cette fois, atteinte pour longtemps. Comment des investisseurs internationaux pourraient-ils avoir confiance dans nos girouettes de Bercy ? Quant à nos hauts fonctionnaires de la DGFIP, ils seraient bien inspirés d’éviter à l’avenir ces inconvenantes réjouissances sur les « rendements » du matraquage fiscal qu’ils continuent d’imposer à l’économie française, tout en s’attribuant à eux-mêmes des largesses illégales. »

Les adeptes du matraquage fiscal sont donc beaucoup plus laxistes en ce qui concerne leur propre situation ; mais ça on le savait déjà !

Nous avons clairement affaire à une clique de privilégiés qui se croient tout permis, qui se pensent au dessus des lois qu’ils appliquent durement au citoyen ordinaire et qui profitent impunément, de manière abusive, de l’argent gratuit extorqué au contribuable !

Les politiciens français ont créé, avec Bercy, un monstre administratif aussi nuisible qu’inutile, qui s’arroge illégalement des droits invraisemblables aux frais de la collectivité !

On a clairement l’impression d’être revenu au « bon vieux temps » des fermiers généraux de l’ancien régime ; ces collecteurs d’impôts, qui se faisaient affermer (d’où leur nom) le recouvrement de l’impôt. On estimait le montant de l’impôt recouvrable dans une région et ils avançaient au roi, moyennant commission, l’impôt à recouvrer à charge pour eux d’utiliser tous les moyens pour récupérer ensuite, sur la population, les sommes avancées ; ce qui a donné lieu à de nombreux abus (ils s’en mettaient plein les poches) !

La Cour des Comptes a dénoncé ces abus mais quelles sanctions seront encourues par les contrevenants ?

Aucune !

Sarkozy avait dit qu’il allait passer les cités au Kärcher !

Très franchement, je pense qu’un bon coup de Kärcher s’impose à Bercy et la morale de cette histoire est que les bandits ne sont pas toujours où on vous dit qu’ils sont !

N’hésitez pas à partager cette information car il est souhaitable qu’elle puisse atteindre le public afin que celui-ci soit édifié quant à la réalité d’une situation complètement occultée, et pour cause, par les intéressés !

 
 
 
Combien de Français d'Algérie ont-ils prévenu leur collègues Métropolitains, que la guerre d'Algérie n'était pas terminée...??