ACTUALITÉ - 2017

 

 
 

"Il est bon qu'une Nation soit assez forte de tradition et d'honneur pour trouver le courage de dénoncer ses propres erreurs. Mais elle ne doit pas oublier les raisons qu'elle peut avoir de s'estimer elle-même. Il est dangereux en tout cas de lui demander de s'avouer seule coupable et de la vouer à une pénitence perpétuelle."

Albert Camus

 
 
 

A la lumière des évènements en cours, il devient clair que cette guerre prétendument anti colonialiste, n'était que la première phase d'une guerre ethnique et religieuse dirigée contre l'Occident chrétien, et qui se poursuit en France de nos jours.
La date du 19 Mars est d'autant plus symbolique, comme celle d'un pays qui, décrétant un cessez le feu qu'il savait unilatéral,
a décidé lui même de sa défaite.

Michel LAGROT

 
 
STOP AUX MENSONGES...
 
 

"...Que les Français, en grande majorité aient, par référendum, confirmé, approuvé l'abandon de l'Algérie, ce morceau de la France, trahie et livrée à l'ennemi, qu'ils aient été ainsi complices du pillage, de la ruine et du massacre des Français d'Algérie, de leurs familles, de nos frères musulmans, de nos anciens soldats qui avaient une confiance totale en nous et ont été torturés, égorgés, dans des conditions abominables, sans que rien n'ait été fait pour les protéger cela je ne le pardonnerai jamais à mes compatriotes.
"La France est en état de péché mortel.

Elle connaîtra un jour le châtiment."

Maréchal Alphonse JUIN 2 juillet 1962
 
 
PROCHAINEMENT...
 
 
 
 
« Notre monde ne sera pas sauvé par des savants aveugles ou des érudits blasés. Il sera sauvé par des poètes et des combattants, par ceux qui auront forgé « l’épée magique » dont parlait Ernst Jünger, l’épée spirituelle qui fait pâlir les monstres et les tyrans. Notre monde sera sauvé par les veilleurs postés aux frontières du royaume et du temps » . Dominique Venner .
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/c-est-du-vide-du-vent-quand-des-participants-a-un-meeting-de-macron-quittent-la-salle-avant-la-fin-de-son-discours_2128571.html
 
 
Crime gaulliste du 26 mars 1962, sur Youtube
https://www.youtube.com/watch?v=e-Kq_cMSuEU
Vous verrez dans cette vidéo 3 témoignages qui dénoncent le Coupable
 
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=-7po0B4xK2I
 
 
Le 26 mars 2017 à Toulon:

http://www.clan-r.org/portail/26-mars-2017-a-toulon
 
 
 
http://ripostelaique.com/m-estrosi-vous-roulez-pour-fillon-ou-pour-macron.html
 
 

26 mars 1962 : Les preuves d’un coup d’état.

De Gaulle voulait absolument rejeter toute la responsabilité du non-respect des «Accords d’Évian» sur l’action de l’OAS et pour cela il a recouru à la force des armes et fait ouvrir le feu sur une population désarmée qui ne souhaitait que rester française.

Le 26 mars 1962, une manifestation pacifique partait du plateau des Glières pour se diriger par la rue d’Isly vers Bab-el-Oued.

Empêchée d’y accéder par un barrage militaire à hauteur du Lycée Bugeaud, elle rebroussait chemin.

Bien entendu personne n’était armée, cela était absolument impossible compte tenu de l’état de siège dans lequel se trouvait Alger.

Le rassemblement atteignait la Grande Poste du boulevard Laferrière, lorsqu’une rafale partait d’un fusil mitrailleur mis en batterie au dernier étage du 64 de la rue d’Isly.

Une deuxième rafale meurtrière déchaînait l’enfer.

Des tirs sans sommation qui ont duré près de douze minutes.

Le bilan officiel sera de 46 morts et 200 blessés, dont 10 blessés chez les tirailleurs, victimes de balles perdues, et un seul mort, (abattu par un officier alors qu’il tentait d’achever une femme blessée).

Un second rapport militaire officiel fera état de 82 morts et plus de 200 blessés.

À la morgue de l’hôpital de Mustapha les corps étaient jetés par terre, tous nus, en vrac et ils ne seront pas rendus à leur famille.

La vérité « officielle » sur ce massacre programmé est aujourd’hui connue mais pas reconnue par les différents gouvernements français et il serait étonnant qu’elle le soit un jour.

La preuve de ce crime d’état : Le général Goubard, commandant le 4e Régiment de Tirailleurs, a fini par donner les noms et les états de service de ceux qui ont massacrés d’innocents français ce 26 mars 1962 : Ces hommes choisis avec préméditation pour être les tueurs de ce complot

Amrati Mohamed – le tireur au fusil mitrailleur.

Combattants du MNA ralliés avec arme : Khelifa ben Sbkhaoui, Youssef ben Aïssa, Ali ben Amar, Blikheri Messaoud, Khelifa Abderahmane, Ziane ben Amar, Ghezalah Mohamed.

Combattants du FLN ralliés avec arme : Manis Moktar, Caid Mohamed, Bendekin, Bellat Laïdi, Moujnibag Mohamed, Habibi Amar.

Le tireur au fusil mitrailleur, Amrati Mohamed, a avoué à Joseph Hattab-Pacha, conseiller municipal d’Alger et maire du 2e arrondissement de la Casbah, qui en a témoigné : « Nous ne sommes pas des soldats français, nous sommes des FLN et nous étions là pour tuer des Français ».

Une certitude, ce massacre de la rue d’Isly et, par conséquent l’objectif de cette manœuvre, était la fracture totale entre les Français d’Algérie et l’armée métropolitaine, promise dorénavant au service de l’ALN et du FLN.

De Gaulle avait atteint son but.

**La preuve directe de l’organisation par le gouvernement français, donc par De Gaulle en personne, du massacre des innocents le 26 mars 1962, rue d’Isly à Alger nous est apportée également par CHRISTIAN FOUCHET qui, rappelons-le, était Haut-commissaire en Algérie ce 26 mars 1962, et ministre de l’intérieur du 6 avril 1967 jusqu’au 31 mai 1968 où il sera limogé par De Gaulle.

Voici le témoignage et l’aveu de CHRISTIAN FOUCHET le 28 octobre 1969 : «J’en ai voulu au général de m’avoir limogé au lendemain de mai 1968. C’était une faute politique. De GAULLE m’a reproché de ne pas avoir maintenu l’ordre en mai 68.

- "Vous n’avez pas osé tirer" m’a-t-il dit.

- J’aurais osé s’il l’avait fallut – lui ai-je répondu - Souvenez-vous de l’Algérie et de la rue d’Isly. Là j’ai osé et je ne le regrette pas parce qu’il fallait montrer que l’armée n’était pas complice de la population algéroise.

(Source : Jean Mauriac « L’Après De Gaulle – notes confidentielles 1969/1989 – page 41)

Ce même mois de mai 68, De Gaulle lançait à Pompidou une phrase qui résumait toute sa carrière : « Mais, Pompidou, figurez-vous que j’ai passé ma vie à tirer contre des Français ». (Rapporté par Edouard Balladur à Daniel Rondeau, auteur de « Vingt-ans et plus – journal 1991/2012)

Dès le cessez le feu proclamé le 19 mars 1962, l’armée française, sur les ordres de De Gaulle et de quelques officiers supérieurs, les généraux Katz, Debrosse et Ailleret, a perdu son honneur car elle n’a pas éprouvé le moindre état d’âme quand il a fallu tirer sur des français qui défendaient une terre française à Alger et ne s’est pas opposée au massacre, par l’ALN, de près de 3000 français à Oran.

Honneur aux officiers de notre armée qui ne se sont pas parjurés.

Le général de Pouilly, un fidèle parmi les fidèles à De Gaulle, n’hésitera pas à écrire : « J’ai choisi la discipline mais choisissant la discipline, j’ai également choisi avec mes concitoyens et la Nation Française la honte d’un abandon et, pour ceux qui n’ayant pas supporté cette honte et se sont révoltés contre elle, l’Histoire dira peut-être que leur crime est moins grand que le nôtre. »

 
 
Pour Emmanuel MACRON, l'ignare...
 
 
https://youtu.be/TOKeeHWLTH4
 
 
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/03/17/31003-20170317ARTFIG00345-guy-perville-guerre-d-algerie-l-histoire-impossible-et-l-interminable-repentance.php
 
 
http://www.dreuz.info/2017/03/18/le-19-mars-1962-fin-de-la-guerre-dalgerie-cest-un-mensonge-ehonte/
 
 
http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/nice/non-au-19-mars-1962-rassemblement-nice-contre-commemoration-fin-guerre-algerie-nice-1217479.html
 
 
Le Front National est le seul parti qui s'est déplacé pour notre manifestation.Il est le seul à considérer les harkis comme de vrais patriotes" témoigne un responsable!
La communauté harki avait organisé hier un rassemblement sur le site de St Maurice l'Ardoise.
Buts de cette manifestation: *Contester encore une fois la date officielle de la fin de la guerre d'Algérie,qui est celle revendiquée par le FLN et les partis de gauche,notamment le parti communiste ,alors
qu'après cette date eurent lieu des massacres abominables de harkis,de pieds-noirs et de militaires *réclamer encore une fois reconnaissance et réparation,afin que ce camp, encore actuellement terrain militaire,devienne un lieu de mémoire pour les harkis,ces soldats courageux qui ont combattu au sein de l'Armée française avant d'être relégués comme des chiens avec femmes et enfants dans un camp de fortune.

Parmi les participants,on reconnaissait Houcine Louanchi, organisateur de la manifestation et des responsables d'associations harki, notamment Ali Laidaoui,Délégué départemental de l'Aracan.(Association des Rapatriés et Anciens Combattants d'Afrique du Nord). Le Front National était bien représenté avec Monique Tezenas du Montcel,Conseillère régionale d'Occitanie,Anne-Sophie Rigault, Conseillère régionale de Provence Alpes Côte d'Azur et Conseillère municipale FN d'Avignon et du Grand Avignon, François Bonnieux, membre du Comité central du FN et du Bureau Départemental, ancien responsable FN du Gard rhodanien et Alain Feray, constantinois d'origine, militant FN anglois, et ancien responsable FN du canton de Roquemaure, tous attachés eux aussi au devoir de mémoire envers les harkis.
Deux moments forts: la visite des lieux chargés d'émotion sous la conduite de Houcine Louanchi puis les témoignages des anciens harkis, qui rappelèrent dans quelles conditions leurs familles avaient vécu.
L'essentiel pour ces famillles: obtenir une vraie loi de réparation!
Veuillez trouver en pièce jointe l'article du Midi Libre relatant ce rassemblement harki.


François Bonnieux
 
RASSEMBLEMENT HARKI AU CAMP DE SAINT MAURICE L'ARDOISE
 
 

Chers amis,

C'est un jour tristement historique qui est en train de se terminer. Lequel d'entre nous n'y a pas pensé ?

Pour nous, notre histoire algérienne et celle de nos parents a fini de se briser ce jour-là sur le roc d'une détermination glacée et probablement haineuse à l'égard de ce que nous étions et représentions.

L'histoire a inscrit et retenu la date du 19 mars. Mais l'histoire qui est exactement l'inverse de la sensibilité et de l'émotion ne peut s'appuyer sur le vécu des hommes qu'elle a choisi de broyer. Surtout quand il s'agit de l'histoire écrite par les vainqueurs.

Mais il n'est que celle-ci qui est retenue. L'histoire s'écrit à sens unique. Et même si elle est respectable et irremplaçable par ce qu'elle apporte à l'humanité, elle n'en demeure pas moins souvent incomplète et privée d'âme.

L'histoire est-elle juste ? Poser la question revient à y répondre. Elle n'a pas à l'être. Parait-il. L'histoire serait donc au-dessus de la justice... Se pose alors la terrible question des témoignages. L'histoire ne les aime guère. Elle les suspecte de chercher à l'influencer. Elle qui est partiale, rejette leur possible partialité...

Ces banalités que j'exprime constituent notre pain quotidien depuis si longtemps. Mais que reste t-il alors à ceux qui n'acceptent pas cet espèce d'interdiction qui nous frappe depuis maintenant cinquante cinq années ? Presque rien. Le temps. Parait-il. Le temps, car il rétablirait ses excès et ses manques.

Les témoignages. Ceux d'entre nous qui ont vécu le cataclysme algérien, en portons des milliers. Où sont-ils donc hors notre mémoire ? Et puisque celle-ci est mortelle, on peut penser qu'ils ne sont et seront nulle part.

Je me souviens surtout du 18 mars. C'était un dimanche. A Eckmühl, la violence presque journalière s'était faite guerre permanente. La nouvelle de la fixation officielle de l'heure de notre mort est tombée   -je m'en souviens très bien-    vers la fin de l'après-midi.

Nous allions cesser d'exister le lendemain, lundi 19 mars 12h. C'est un monstre froid qui l'avait décidé ainsi : cette année-là, la naissance du printemps ne serait plus pour nous que la première heure d'un hiver éternel.

Eckmühl. Rue d'Oujda, la foule s'est progressivement amassée, trottoir du marché couvert et aussi celui du cinéma Plaza.

Une foule ne peut que crier son refus. C'est ce qu'elle a fait. Il y avait des armes, et ces armes annonçaient notre refus.

Mais les armes des vaincus ne pèsent rien contre l'histoire. Elles ne sont que les preuves de leur erreur et justifient leur condamnation.

La nuit qui est tombée ce soir-là fut la première d'un autre âge. Celui que nous continuons de vivre aujourd'hui.

Il y eut des cris, des tirs de mitrailleuses lourdes, des bombes. Mais il il avait déjà cent trente deux ans que c'était inutile. Parait-il. C'est du moins ce que l'on cherche toujours à nous faire croire. Et il faut que cela continue

C'est pour celà que ceux qui, ici, continuent de ne pas nous aimer nous maintiennent toujours en lisière d'un monde où la parole est libre et ouverte. Ou à peu près. MACRON et ses infâmies algéroises n'a fait que confirmer ce soupçon.

"Tous suspects", affirmait CAMUS dans son discours sur La Peste. C'était "tous coupables" qu'il aurait dû dire. Et il aurait été encore au-dessous de la vérité de 2017.

19 mars 2017

G. Rosenzweig

 
 

In Memoriam

Au moment où en pleine campagne présidentielle l'Algérie se rappelle à notre souvenir, "merci" E. Macron et sa "sortie" d'Alger le mois dernier, il est bon 55 ans après de se souvenir de ceux qui ont souffert des conséquences dramatiques de cette date honteuse de reddition et d'abaissement de notre pays vaincu sur le tapis vert rouge sang.
Une semaine après ce funeste 19 mars ce fut la fusillade de la rue d'Isly à Alger et ses 80 morts et 200 blessés. La première fois depuis la Commune que l'armée française tirait sur ses nationaux (www.alger26mars1962.fr).
3 mois et demi après ce fut le massacre, véritable Saint-Barthélemy, d'Oran et ses près de 1000 victimes civiles françaises en 8 heures de temps l'armée française pourtant présente, armes aux pieds, forte de 18 000 hommes sous les ordres du Gl Katz.
Ce furent dans les mois qui suivirent l'exil et finalement l'épuration ethnique voulue par le FLN (cf les propos de Ben Bella et autres leaders nationalistes Algériens) de 1500 000 Français qui pour certains participaient 18 ans avant à libérer la Mère (bien amère) Patrie au sein de la 1ère Armée Française de de Lattre de Tassigny en débarquant en Provence le 15/08/1944 dans la continuité de l'Armée d'Afrique du Maréchal Pied-Noir Juin vainqueur des campagnes de Tunisie et d'Italie, entre autres...
Le Maire de Marseille d'alors, Gaston Deferre, que nombre de Pieds-Noirs qui moururent pour ce faire, libérèrent 18 ans plus tôt, accueillit par "que les Pieds-Noirs aillent se réadapter ailleurs"...bien loin de l'accueil des migrants aujourd'hui...
Et le massacre dans d'horribles conditions de 80 000 Harkis et leurs familles abandonnées par la France "grande et généreuse"...
...Et près de 400 soldats du contingent, métropolitains, prisonniers jamais rendus malgré ces accords de papiers que le FLN bafoua sitôt signés par ses représentants à Evian alors que nombre d'authentiques massacreurs et terroristes Flnistes, qui ont fait bien des émules, sortaient des prisons françaises...
Et des cicatrices mal refermées souvent douloureusement réactivées, et une Justice toujours pas rendue aux victimes...et, et, et...

Alors, pour ma part, demain et après demain je me recueillerais en la mémoire de toutes ces victimes disparues, sacrifiées, suppliciées, martyrisées, et vous propose d'en faire de même comme je propose à votre lecture pour apprendre, pour savoir, pour comprendre, pour défendre ces mémoires meurtries s'il en était besoin, parmi des milliers de livres à ce sujet:
- du sociologue Mohand Hamoumou actuel maire de Volvic "Et ils sont devenus Harkis" Fayard 1993 avec la préface de Domonique Schnapper fille de Raymond Aron.
- "le onzième Commandement" de André Rossfelder Gallimard 2000. Fondateur de la Comex et ami d'Albert Camus.
- "Les disparus civils européens de la guerre d'Algérie : un silence d'Etat" Soteca 2011 de l'historien spécialiste de l'Algérie et des migrations en méditerranée Jean-Jacques Jordi.
- Evian et ses conséquences prévisibles, le livre interdit en 1962 du Prix Nobel d'économie Maurice Allais "L'Algérie d'Evian", 1962 rééditée en 1999.
- En mémoire des massacrés du 5 juillet 1962 à Oran , de Guillaume Zeller, journaliste "Oran, 5 juillet 1962" Tallandier 2012
- Et enfin pour saisir l'âme pied-noire, du grand Albert Camus Prix Nobel de littérature 1957 "Le Premier Homme" Gallimard 1994.

Je vous en remercie.


Eric Wagner

 
 
 
 
Objet : Réponse à Monsieur Macron pour ses propos.
Monsieur Macron, vous m'étiez sympathique, et je croyais presque en vous, mais un "détail" a fait basculé tout mon jugement, en effet de traiter les français dans leur ensemble de peuple colonisateur  ayant  surtout commis des crimes contre l'Humanité, et de la barbarie, alors là je crois à une blague;  mais la France métropolitaine a bien profité des pétroles d'Hassi Messaoud et du gaz de Bône devenu Annaba , du grenier à céréales de la plaine de la Mitidja ainsi que des vignes  s'étendant à perte de vue , sans parler de ce que je n'énumère pas, alors oui la France métropolitaine a été une puissance colonisatrice  ! Oui mais qu'a t'elle laissé  : hôpitaux , dispensaires de campagne ,  routes, infrastructures diverses, usines, écoles lycées  conduites d'eau,  de ce qui n'était que désert et terres en friches, oui vous insultez toute la France,  tous les français !
Savez vous Monsieur Macron qu'il y eut une guerre et non des" évènements" comme disent certains, pour jeter un voile pudique sur des crimes et barbaries commises par un FLN boosté, crimes faits de sang froid contre des enfants des femmes ou des vieux, dans des campagnes isolées, (politique de la terre brulée...)  vous ne connaissez pas sans doute? alors croyez vous que  ce que vous nommez en utilisant le terme de torture et barbarie, ne concerne qu'un seul camp ? Regardez la réalité en face, et puis Monsieur Macron, je vous laisse le soin de découvrir de où venaient les ordres.... et aussi on ne fait pas non plus la guerre avec des confettis.
Maintenant examinons aussi le terme de colonisation, qui a colonisé en 1830 ? certainement pas Rodriguez venant avec ses enfants d'Espagne ou Giovanni venant avec ses enfants miséreux de Sicile, ceux là se sont salis les mains pour construire un pays pour assécher les marais pour pouvoir faire manger leurs enfants...
Qui est venu avec le Duc d' Aumale ? certainement pas des crève la faim, alors s'il vous plait ne salissez pas votre pays, la France Métropolitaine.
Vous dites qu'il faut construire une nouvelle France, oui mais ce n'est pas en dressant les citoyens les uns contre les autres que vous y arriverez.
Je ne suis pas d'accord,  comme beaucoup de mes compatriotes pieds noirs, pour une repentance ou un oubli :  oublie t'on les massacres perpétrés par les nazis, oublie t'on le génocide arménien, alors n'oublions pas les massacres perpétrés notamment contre les harkis , les ordres venant de très haut, lorsqu'on fit rebrousser chemin aux bateaux qui les amenaient en France quand l'Algérie devint algérienne, ainsi que les massacres d'Oran  du  5 juillet 1962. sans que l'armée française présente, n'ait eu le droit d'intervenir,  oui regardons les choses en face mais tout doit être regardé avec objectivité. Les pieds noirs ont été écartés du vote pour l'autodétermination était ce si démocratique que çà, n'était ce pas inhumain de les priver du vote qui régirait leur destin ?? n'était ce pas là aussi un crime?
Les pieds noirs ont été bien mis à contribution lors des guerres de 14 de 39/45 ou d'Indochine il y eu là aussi des milliers de morts parmi les natifs d'Algérie, personne n'en parle c'est comme ci le sacrifice de ces enfants, français par le sang versé était devenu inutile parce que pied noir ou arabe, les mots que vous avez employés sont inqualifiables.
Nous ne sommes pas armés ou poussés par le FN, non !!!, ni un autre parti ,   nous défendons notre Mémoire et comme pour paraphraser un certain général,  oui pareil à  lui : Non ! vous ne nous avez pas compris !
A. M.
 
http://www.breizh-info.com/2017/03/16/64925/commemorations-19-mars-1962-lettre-ouverte-aux-elus-de-bretagne
 
 
Encore, une réaction à Emmanuel MACRON!
http://exode1962.fr/exode1962/etap/macron
 
 

Très belle lettre du général J.P SALINI, adressée au candidat MACRON qui s'est ramassé, comme le disent les Italiens, avec leur humour et leur si beau  langage, un magnifique rinfaccio... qui pourrait se traduire par : un camouflet, une honte,  ou plus prosaïquement : se faire mettre le  nez dans son caca. 

C.A

 
 
Lettre ouverte à la FNACA et ARAC
 
http://www.breizh-info.com/2017/03/16/64925/commemorations-19-mars-1962-lettre-ouverte-aux-elus-de-bretagne
 
 
http://oran1950.free.fr/AOBR/AOBR%202017/AOBR%202017%2003%2013%20MARSEILLE%20HOMMAGE%20AU%20COLONEL%20JEAN-MARIE%20BASTIEN-THIRY/index.html
 
 
ANFANOMA –ANGERS                               27 mars, 18h, messe célébrée en la chapelle Noël Pinot,

                                 27-29 rue St-Joseph, par le Révérend Père Le Pivain

ANFANOMA –PAU                                      26 mars, 11h, messe en l’église St-Louis de Gonzague,

 

                             17h, dépôt de gerbe par le collectif palois des associations de rapatriés devant la stèle des Rapatriés, cimetière municipal

ANFANOMA –PIERRELATTE                     26 mars, 11h, dépôt de gerbe, stèle de l’ANFANOMA, cimetière municipal

ANFANOMA –VICHY                                   25 mars, 11h, messe chapelle des missionnaires

ANFANOMA- CAEN                                    26 mars, 11h, cérémonie stèle anfanoma, cimetière St-Gabriel

ANFANOMA -CLERMONT-FERRAND       26 mars, 11h, cérémonie à la stèle dédiée aux morts laissés en terre d’outre-mer, cimetière St-Jacques

ANFANOMA –GRASSE                                  26 mars, 9h, dépôt de gerbes à la stèle ANFANOMA , cimetière Ste-Brigitte

                                   26 mars, 10h, messe en la cathédrale St-Honorat

ANFANOMA-BOURGES                                26 mars, 11h, cimetière St-Lazare Supérieur,

                                 cérémonie devant la stèle ANFANOMA

ANFANOMA-BRIVE LA GAILLARDE            26 mars, 11h, dépôt de gerbes stèle ANFANOMA, cimetières Estavel

ANFANOMA-AVIGNON                                26 mars, 11h, dépôt de gerbes, cimetière St-Verand

ANFANOMA- PAYS D’ARLES                    24 mars, 18h, église de St-Martin de Crau

ANFANOMA-MONTELIMAR    26 mars, 11h, cimetière des Trappistines, stèle ANFANOMA,

                                             

MARSEILLE                25 mars, 16h, messe en souvenir du 26 mars, célébrée au Sacré Cœur

PARIS                          Association des familles des victimes du 26 mars 1962

26 mars, 11h, cérémonie Mémorial national de la guerre d’Algérie, quai Branly face à l’avenue de la Bourdonnais) 

27 mars, 18h30, messe de requiem, église St-Nicolas du Chardonnet

 
 
Une autre réaction aux propos indignes d'un candidat à la Présidentielle...
 
 
Nous étions prévenus; cela fait 55 ans, que nous le disions. Personne ne voulait nous croire...
http://www.lengadoc-info.com/3381/societe/3381-langue-arabe-ecole-temoignage/
 
 
Dire que l'auteur de tant de souffrance sert encore de référence!  
http://ripostelaique.com/9-mars-1962-le-sacrifice-programme-dune-unite-de-jeunes-appeles-metropolitains.html
 
 
Les mots choisis de Macron à l'égard des Français d'Algérie.  Merci bien
 
 
https://blogcabestany.com/2017/02/20/macron-je-vous-ai-compris-il-nous-provoque-encore-a-cabestany/
 
 
Bientôt le 55° anniversaire de la capitulation d'Evian. La fin du Christianisme en Afrique du Nord....
 
 

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

 

Monsieur le Ministre – ou devrais-je plutôt vous appeler « Monsieur le Conseiller de François Hollande », tellement vous avez été proche de lui, étant même l’inspirateur de sa politique économique qui a mis la France parterre. Peu importe ! –,

Il n’est interdit à personne de reconnaître ses erreurs. Etes-vous à droite, au centre ou à gauche ? Personne ne le sait. Vous tentez de garder votre secret, même si quelques indices percent et vous placent totalement à gauche de l’échiquier politique, cette gauche libertaire, « bobo » et inconstante.

Vos dernières déclarations sont incroyables. La France a donc, à vos yeux, commis un crime contre l’humanité lors de la colonisation. Repentance, condamnation ! Avez-vous pesé vos mots ? Non bien sûr et c’est impardonnable de votre part. Alors que vous voulez représenter la France au plus haut niveau, voici que vous la condamnez. Bravo ! Je vous rappelle qu’un crime contre l’humanité est imprescriptible. Vous demandez donc que notre pays soit jugé par le Cour pénale internationale. Beau début de campagne !

Mais vous n’en êtes pas à votre première bourde.

Vous avez, il y a quelques jours, déclaré qu’il n’y avait pas de culture française, niant Victor Hugo, Céline Druon, pour ne citer que ces écrivains alors qu’il y en a des centaines et des centaines qui ont façonné la culture française. Vous oubliez le Siècle des Lumières. Vous oubliez le rayonnement de la France par sa culture propre et enviée dans le monde entier. Désolant !

Même en France, vous méprisez les femmes et les hommes qui travaillent : « l’alcoolisme et le tabagisme se sont peu à peu installés dans le bassin minier », avez-vous dit à Hénin-Beaumont. Sans oublier que vous avez traité d’ « illettrés » les travailleurs de l’entreprise Gad de Bretagne.

Les Français n’accepteront pas d’être méprisés par vos propos irresponsables.

Vous voulez apparaitre comme un télé-évangéliste : « Saint Macron ». Ce serait plutôt « Saint Maclou » tant vos arguments sont au raz des tapis. Vous êtes un illusionniste médiatique sans programme, sans idée ou alors des idées qui varient dangereusement d’un jour à l’autre.

Il est temps que les Français s’aperçoivent de la vacuité de votre esprit uniquement tourné vers la propagande, vers les mots dangereux et trop souvent creux.

« Je vous aime furieusement », avez-vous dit à une foule qui était venue vous écouter. Monsieur le Ministre, une chose est certaine : vous n’êtes pas apte à devenir un Président de la République respecté et respectable.

 

Bernard Debré

 

Réaction de Pierre BARISAIN:

 

Il écrit:

"Les Français ont (chèrement) payé vos frasques et ont assisté béats à vos révélations ubuesques, ainsi qu’à vos nominations inappropriées. Ils sont dégoûtés."

Il oublie que les Français d'Algérie ( FESE comme FSNA) et les soldats tombés durant 8 ans ont payé, eux aussi, chèrement les discours et éditoriaux "ubuesques" de son père, Michel Debré, dans le Courrier de la Colère entre autres.

Il n'a jamais condamné les mensonges de son père. Bien au contraire, il en a bénéficié, comme son frère Jean-Louis qui parait sur toutes les ondes après une carrière au Conseil Constitutionnel et joue, lui aussi, au sage de café du commerce, en prétendant avoir abandonné la politique.

Michel Debré, d'avril à octobre 1941,  est directeur de cabinet d'Emmanuel Monick, secrétaire général du Protectorat français du Maroc, qui prépare déjà l'opération Torch. Michel Debré retourne de nouveau au Conseil, prête serment au maréchal Philippe Pétain, et est nommé maître des requêtes au Conseil d'État par Joseph Barthélemy en 1942, ministre de la Justice et son professeur de Droit constitutionnel à qui il voue d'ailleurs un culte, puisqu'il lui a consacré un Colloque.

Par ses éditoriaux fracassants pour le maintien de l'Algérie française, par son action en Algérie même, tous tendus vers un seul but: le retour de son idôle De Gaulle, puis par ses options gouvernementales, y compris les faux attentats OAS (exemple 22 Janvier 1962) finalement provoqués par Matignon, comme l'a révélé Constantin Melnick.

http://www.exode1962.fr/exode1962/en-savoir-plus/metropole/strasbourg-paris.html

Michel Debré a du sang sur les mains. Il est co-responsable du malheur de l'Algérie française et de la prolongation inutile d'une guerre de 8 ans qui tuait 20 Français par jour.

Les fils Debré devraient s'écraser et comprendre que le "dégout" des Français a commencé dès 1958 et l'accès de leur père au pouvoir.

 Pierre BARISAIN

 
 
 
 
http://www.mafa-pn.fr/medias/files/2017-03-02-cafe-histoire-de-toulon-hs-3-gourinard-colonisation.pdf
 
http://www.mafa-pn.fr/blog/1er-mars-2017-invitation-au-colloque-les-francais-d-afrique-du-nord-un-destin-inacheve.html
 
 

Père Michel Viot aumônier national des Armées

Judas ressuscité à Alger !

C’est la France, dont il prétend être un des « apôtres », qu’Emmanuel Macron vient de doublement trahir en Algérie ! Lui qui aspire à la magistrature suprême n’a pas hésité à critiquer son pays de l’ étranger ! Ou il est très mal éduqué et pense que toutes les transgressions sont bonnes pour se faire remarquer, ou il pense que l’Algérie est encore française ? Cette dernière hypothèse me paraît douteuse, compte tenu de son message sur la colonisation : « crime contre l’ humanité » ! Écho de la voix de son Maître, François Hollande, en 2012, le jour de son investiture, qui critiquait Jules Ferry pour son colonialisme, alors qu’ il venait de déposer une gerbe devant sa statue ! Mais il voulait honorer le laïc, ne pouvant pas comprendre que cet homme était aussi un grand patriote aimant la France et sa culture et voulant ainsi la faire partager, quitte à envoyer des Pères blancs avec l’ armée française. Horreur pour messieurs Hollande et Macron !

Je voudrais donc rassurer les anciens combattants catholiques dont je suis l'aumônier national. Je ne vais pas les convoquer pour une confession de crime contre l’ humanité, eux qui au prix de leur vie ont voulu défendre, tant en Indochine qu’ en Algérie, tout ce que la France avait apporté de bon en matière d’ enseignement, de médecine et autres progrès. Je n’ignore pas qu’ à côté de ces incontestables bienfaits, la colonisation, comme toute entreprise humaine eut ses ombres ! Mais ces dernières n’ effacent pas l’ apport positif de la France ! Monsieur Macron lui-même n’a-t’il pas dit dans un autre discours et devant un public différent que la colonisation « avait créé des richesses et favorisé la naissance de classes moyennes ».

Si les choses se sont souvent mal terminées, en Algérie en particulier, les questions de finances ont eu une grande part de responsabilité ! Monsieur Macron, plus qu’un autre, devrait le savoir. Tout comme Il aurait dû se souvenir de ce qui nous a obligé à intervenir en Algérie en 1830. La sécurité de notre littoral méditerranéen était en cause, tout comme notre honneur ! Réalités secondaires pour ce « prétendant « qui vient de faire le choix public de les oublier ! Il est devenu un candidat « moralement fictif », justiciable devant les urnes ! Aussi, j’espère que les anciens combattants catholiques – et ce n’est pas interdit aux autres – protesteront comme il convient contre l’injure qui leur est faite par un candidat à la présidence de la République, qui les compare à des nazis


Père VIOT

Aumônier national des Armées

Diocèse de Versailles

 
 
https://www.youtube.com/watch?v=GtFhNotBnEo&feature=youtu.be
 
 
Réaction aux propos indignes du candidat MACRON...
 
 

Monsieur le candidat MACRON. A vous relire:

"il faut avoir le courage de dire les choses et de ne céder à aucune simplification ", je reviens vers vous. Vous avez bien dit que "la colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses  à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes".

Donc, il eut été souhaitable que vous demandiez aux politiques que vous avez rencontrés que l’Algérie algérienne assume, pour sa part,  sa propre histoire. Or jusqu’à présent ils n’ont fait aucune œuvre de repentance. J’évoque, notamment, pour exemple, les cas de Mohamed el-Maadi et celui de Saïd Mohammedi.

Vous n’ignorez pas que Mohamed-el-Maadi était membre de la gestapo et fut très actif avec les nazis pendant l’occupation. Il a créé une brigade nord-africaine sous les ordres du colonel SS Helmut Knochen, chef de la gestapo en France. Les hommes de cette brigade portaient l’uniforme SS et se livraient avec barbarie à des actes inhumains, des massacres et des fusillades, des vols et des viols. Vous n’ignorez pas qu’il a fui en Allemagne auprès du grand mufti Amin el Husseini, déclaré criminel nazi.

Je n’ai pas  connaissance d’œuvre de repentance et vous non plus sans doute, au sujet de Saïd Mohammedi. Né en 1912 à l’ Arba, une commune située à 25 kilomètres d’Alger; il est décédé, tranquillement dans son lit, si je puis dire,  à Paris en 1994, mais oui !

Il s’était engagé dans la Waffen-SS. Il été décoré de la croix de fer à Berlin puis il est devenu colonel dans l’ALN. En 1944 il est envoyé  par l’ Abwehr en Algérie pour renseignements et sabotages. A la tête du FLN, il avait  sous ses ordres des anciens officiers SS.

En 1957,c’est lui qui organise le massacre total de Melouza, un douar algérien, 315 hommes, dans des conditions terrifiantes, d’un coup !  Oups !  Une folie meurtrière, aussi radicale qu’un camp d’extermination nazi.... des agissements nazis, des actes de barbarie, des actes inhumains, crimes contre l’humanité qui entrainent à leur tour la négation du peuple algérien.

Je venais d’avoir 25 ans et j’étais, à la fois, toute à la joie de la naissance de mon premier enfant et horrifiée de cet indicible. De toutes mes forces j’invoquais la vie plus forte que l’éradication totale de la vie. C’est pour cela que nous fêtons Noël, la victoire de la vie et de la lumière sur les ténèbres. Zorah l’avait compris.

J’espère que vous obtiendrez du gouvernement de l’Algérie algérienne, excuses et repentance. Il en est grand temps, bien que ce livre-ci ne puisse se refermer, comme vous le savez.

"Courage" comme vous nous l’exhortez...


Simone GAUTIER

N'oubliez jamais que de nombreux algériens ont combattus dans une brigade nord africaine de waffen/SS en commettant de très nombreux crimes contre l'humanité - A la libération ils ont rejoint les djebels algériens pour organiser les maquis contre  nous  accompagnés d'officiers SS et de  gradés déserteurs  de l'armée française ils ont  ainsi -formé les fameux fellaghas  que nous avons combattus -  cette histoire est restée TABOU en France - Elle fait partie des dossiers "Secret- Défense" de la guerre d'Algérie -

Et dire que maintenant nous sommes inondé par les descendants  de cette racaille -

Quel malheur et tout ça parce que on ne nous a jamais écoutés ...

Maurice JUIF


 
 
 
 
TOUT EST DIT ET BIEN DIT. (réponse à ce qu' a dit Macron  à Alger).
                                                       Le 19 février  2017                       

Objet : L’œuvre française en Algérie : « crime contre l’humanité » . 

   

 Monsieur, 
 La course à la présidence de la République autorise-t-elle toutes les bassesses, tous les « coups tordus », tous les propos infamants ? Je pensais que non et pourtant… Vous venez d’effectuer un voyage en Algérie pour, tel François Hollande cinq ans plus tôt, acheter à bon compte le vote des Musulmans franco-algériens. Et, à  Alger, vous avez osé dire que la colonisation française en Algérie était un « crime contre l’humanité ».  Résumer ainsi la présence française en Algérie est abject, absurde au regard des faits (sur une période de 132 ans) et un énorme mensonge historique. Puisque vous faites référence à une incrimination créée pour juger les crimes abominables des Nazis au Tribunal de Nuremberg, alors parlons en :  6 millions de Juifs massacrés, y compris les femmes et les enfants, 20 millions de Soviétiques liquidés et des millions de Polonais, Tchèques, Slovaques, Hongrois, Serbes, Français et autres peuples d'Europe tués par les SS, la Gestapo, la Wehrmacht etc... Le tout dans le cadre d'un immense réseau de plus de 800 camps de concentration et d'extermination.   Comment un bellâtre sorti de nulle part, jamais élu nulle part, banquier chez Rothschild, coupé du monde réel, ose-t-il comparer les crimes nazis avec l'œuvre de la France en Algérie pendant 132 ans ?  Vous avez fait de brillantes études en philosophie avant d'entrer à l'ENA ; vous connaissez, j’espère, le sens et le poids des mots. En fait, vous alliez « lécher les babouches » des autorités algériennes. Autorités qui sont vomies par le peuple algérien, lequel préfère émigrer massivement vers la France, pays de l'ancien colonisateur soit disant honni. Des millions d'Algériens sont installés en France pour survivre : ils crèveraient de faim dans leur propre pays, ce qui est le plus éclatant constat d'échec de l'indépendance algérienne confisquée par le FLN.  Fidèle  à la politique de François Hollande (et des élus de gauche en général), vous cherchez à capter les millions de voix de Français d’origine maghrébine.  C’est du racolage honteux !   Puisque vous avez fait référence à la période nazie, citons le Dr Goebbels qui disait : « Plus un mensonge est gros, mieux il passe ». Surtout à une époque où l'enseignement de l'histoire de France, depuis 1968, a fait des élèves français des jeunes sans repère et sans mémoire historique sur la colonisation qui est présentée comme un ensemble de crimes.  Comparer le Maréchal Lyautey et tous les grands colonisateurs de  la 3ème  République  à Hitler, Heydrich, Himmler, Goebbels, Eichmann et autres, il fallait oser ! La 2ème colonisation française, celle d’après la guerre de 1870,  a été conçue et réalisée essentiellement par des hommes politiques de gauche, entre 1875 et 1918.  Les hommes politiques de droite, à la même époque, souhaitaient que la France prenne sa revanche après la défaite de 1870. Pour eux, il fallait créer une armée moderne sur le modèle de l'armée prussienne et non une armée « de colonisation » à l’image de celle écrasée par Bismarck en 1870.  Monsieur Macron, vous n’êtes  pas un imbécile ; vous devriez savoir qu’à la fin du 19ème siècle, la droite était contre la colonisation et la gauche était pour.  Mais parlons du bilan de 132 ans de colonisation : En matière d’éducation : 800 écoles primaires, 25 lycées, 24 collèges, 1 université (5000 étudiants), et 8 écoles normales. Etablissements servis par 1500 professeurs.  Décollage de la scolarisation des Musulmans après la seconde guerre mondiale. 50 % en enseignement primaire (dont 37 % de filles), 25 % en secondaire, 10 % en cycle supérieur. 
 
                                                                                                                              -2 -  Effectifs
Effectifs des écoles primaires en 1961 :  109.300 enfants européens scolarisés et 735.000 enfants musulmans (50%).  28.000 instituteurs et instructeurs. Si tous les enfants musulmans avaient été scolarisés, il aurait fallu 25.000 enseignants de plus. A la décharge de l'administration, il faut noter que pendant longtemps, les autorités religieuses musulmanes ont dénigré l'école laïque, appelée « l'école du diable ». La majeure partie des enfants musulmans des villes et des villages, était cependant scolarisée.  En matière de santé : Capacité des hôpitaux : 4000 lits en 1871,  5000 en  1913,  24000 en 1953. En 1961 : 10.000 lits dans le secteur privé et 38.000 dans le secteur public, comprenant :  1 hôpital de 2000 lits (Alger), 2 hôpitaux de 1000 lits, 112 hôpitaux polyvalents, 14 établissements spécialisés, 9 cliniques privées et un Institut Pasteur à Alger.  1950 médecins civils aidés par 700 médecins militaires, soit un médecin pour 3700 habitants, ce qui est un résultat honorable. 17.000.000 actes médicaux délivrés en 1959 (source Guy Augusti, médecin en Algérie). En matière d’agriculture (chiffres de 1950) :  13.000.000 hectares cultivés, dont 75% appartenant aux Musulmans. 200.000 hectares  irrigués par des barrages. 5.000.000 d'ovins et 3.000.000 de caprins, dont 90% sont la propriété des Musulmans. 3.000.000 d'ânes, bovins et chevaux. 11.000.000 de quintaux annuels de blé produits, 8.000.000 d'orge, 1.000.000 d'avoine,  450.000 hectares  de vignes. (18.000.000 hectolitres de vin). 40.000 hectares  de culture maraîchère et fruitière, 20.000 hectares  de tabac,  12.000 hectares de betterave, coton, liège et alfa.  Industrie agro-alimentaire :  Conserveries de poissons, légumes, brasseries, jus de fruits et distilleries (apéritifs).  1 institut agricole à Maison-Carrée. 5 autres écoles dans le pays.  En matière d’aménagement du territoire : Communications terrestres.  54.000 kms de routes nationales et départementales, 24.000 kms de pistes sahariennes. 34 routes nationales pour 156.000 véhicules en circulation en 1959. 4420 kms de voies ferrées, et 747 kms à voie de 1m.   77 locomotives diéso-électriques, 25 autorails, 41 locos-tracteurs pour les gares, 91 locomotives à vapeur (pour voies étroites), 31 motrices  électriques pour la région de Bône (électrifiée), 500 wagons de voyageurs (dont 60 inox pour voie normale et 33 inox pour voie étroite) et  10.000 wagons pour le fret. Communications maritimes.  23 ports aménagés dont  Alger (4.000.000 de tonnes de fret  et  450.000 passagers/an), Oran (2.000.000 de tonnes de fret et  250.000 passagers/an), Arzew: port gazier, et Bougie: port pétrolier. Nombreux ports de pêche de Nemours à La Calle. Communications aériennes.  3 grands aéroports : Alger, Oran et Constantine. 1.000.000 de voyageurs/an. L’aéroport d’Alger Maison-Blanche était, en 1959, le deuxième aéroport de France.  De nombreux petits aérodromes, sans compter les bases militaires créées à partir de 1955 (Boufarik, la plus grosse base d'hélicoptères du pays, ou Aïn-Arnat). Une compagnie aérienne, « Air Algérie », créée en 1945. (6 Caravelles en 1960).  53 aéro-clubs et 460 avions privés. Communications téléphoniques,  radio/TV, bureaux de poste.  6 câbles sous-marins. 2 câbles souterrains au Sahara. 4 voies radioélectriques, 1 faisceau hertzien et 4 au Sahara. Outre les stations radio existant depuis les années 20, création d'une station TV à Cap-Matifou en 1954 avec des relais dans toute l'Algérie. 15 centraux téléphoniques, 120.000 postes téléphoniques. 818 bureaux de poste (recette principale, annexe ou agence). 600 agences ou annexes postales dans le bled.
 
 
 
Activités minières:  Mines de plomb et de zinc dans l'Ouarsenis, à Sidi-Kamber au nord de Constantine. De marbre à Filfila dans le constantinois et Le Chenoua dans l'algérois. Mines de fer à El-Hallia (constantinois), Zaccar (algérois), Ouenza au sud de Bône. Mine de houille à Kenadza prés de Colomb-Béchar. Mines de  phosphate de chaux à Tébessa et Sétif (constantinois). 3 usines de production chimique à Bône, Maison-Carrée et La Sénia.  Métallurgie :  Environ 3000 établissements, dont beaucoup de petits ateliers; en gros 25.000 salariés.  Quelques usines spécialisées, telles que : l’acier laminé à La Sénia,  tréfilerie de cuivrealu à Alger. Construction de bâtiments à ossature métallique à Constantine (Ets Duplan). Articles ménagers alu à Bône. Emballages de fer blanc et fûts au Gué de Constantine à Alger. Wagons de chemin de fer à Bône. Electrodes de soudure, Air Liquide à Alger.  Fabrication de pylônes électriques à Maison-Carrée et Rouïba. Assemblage de camions Berliet à Rouïba. Aciérie à Bône, achevée en 1961.  Bâtiment :  3 cimenteries à Pointe Pescade et Rivet (algérois) et St Lucien-La Cado (Oranie). 43 briqueteries-tuileries. Habitat urbain et rural :  Dans les années 50, l'office HBM (Habitations à Bon Marché) construit des logements à Bab-El-Oued, Le Ruisseau, Le Clos Salembier, Diar-es-Saâda et Mahcoul. De grandes cités nouvelles voient le jour à Oran, Constantine, Philippeville, Bône, Sétif, Bougie, Blida, Tlemcen, Mostaganem et Bel-Abbés.  A la veille de l'indépendance, le pays possède 274 stades, dont 5 à Oran.  Entre 1959 et 1962, il s'est construit 50 à 60.000 logements urbains et 80 à 90.000 logements ruraux par an  destinés aux Musulmans. Energie :  Il y avait 11 compagnies d'électricité en Algérie au début du 20ème siècle. L’ensemble a été  nationalisé, sous le sigle EGA, en 1947. En 1950, on comptait 25 centrales thermiques, dont 6 grosses installées sur les quais d'Oran, Alger et Bône, 27 barrages hydro-électriques, petits, moyens et gros, certains étaient polyvalents (irrigations des terres et alimentation d'eau des villes et villages). 21.800 kms de lignes à haute tension (150 et 60 kva), 250.000.000 de kwh produits en 1940, 1.000.000.000  en 1961. Mais le plus beau fleuron de l’Algérie française reste la découverte et la mise en valeur des hydrocarbures au Sahara par les ingénieurs de la « Société Nationale de Recherche Pétrolière en Algérie », (en partenariat avec « Total »), dans les années 50. En 1959, la production de pétrole était de 1.200.000 tonnes et 9.000.000 en 1962.  En 1972, lorsque les compagnies pétrolières françaises quitteront le Sahara, il y a 250 puits de pétrole forés. Elles ont construit le premier pipe-line Hassi-Messaoud – Bougie,  trouvé du gaz naturel à Hassi R'mel, construit un gazoduc Hassi R'mel – Arzew, une raffinerie à Hassi-Messaoud puis à Alger, enfin, une usine de liquéfaction de gaz à Arzew…  Pardon pour cette longue et fastidieuse liste mais elle me semblait nécessaire.  Je n’y vois pas de « crime contre l’humanité ».  En 1961, il y avait 236 000 soldats musulmans dans l'armée française en Algérie pour lutter contre le FLN. L'armée de Boumediene qui entrait en Algérie en 1962 n'avait que 50 000 hommes...Ce sont ces hommes, ces barbares, qui ont ensuite égorgé 120 000 Harkis et leurs familles, et environ 5000 Européens, avec la complicité du gouvernement français.  Ces crimes atroces ont été commis après le cessez le feu du 19 mars 1962, en violation des Accords d'Evian garantissant la sécurité de tous. Ce n'étaient donc pas des « crimes de guerre » mais des « crimes contre l'humanité » commis dans la lâche indifférence de l'opinion publique française; indifférence  orchestrée par le pouvoir gaulliste allié au FLN.  Je vous invite, Monsieur Macron, à méditer les propos tenus par des Musulmans favorables à l'indépendance de l'Algérie. Citons, par exemple, l’écrivain algérien Boualem Sansal  qui a écrit: « En un siècle, à force de bras, les colons ont, d’un marécage infernal, mitonné un paradis lumineux
 
 
 
Seul l’amour pouvait oser pareil défi, … Quarante ans est un temps honnête, ce nous semble, pour reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous, qui sommes ses enfants… ». C’est également lui qui écrivait  avec lucidité:  « Trente ans après l’indépendance, nous voilà ruinés, avec plus de nostalgiques que le pays comptait d’habitants et plus de rapetoux qu’il n’abritait de colons. Beaucoup d’Algériens regrettent le départ des « Pieds noirs ». S’ils étaient restés, nous aurions peut-être évité cette tragédie...».  Avis partagé par la journaliste algérienne Malika Boussouf qui écrit: « Si les « Pieds noirs » n’étaient pas partis en masse, l’Algérie ne serait peut-être pas dans l’état désastreux dans lequel elle se trouve. »   On peut aussi citer Ferhat Abbas, président de la république algérienne,  qui reconnaissait : « La France n’a pas colonisé l’Algérie, ELLE L’A FONDÉE.»    Donnons la parole à Bachir Ben Yamed, directeur de l’hebdomadaire  « jeune Afrique » :  « A son indépendance, nul pays extérieur au monde occidental, Japon et Afrique du Sud exceptés, ne disposait d'une infrastructure aussi développée que celle de l'Algérie... ».  Jugement identique chez Ferhat Abbas, encore lui, quand il déclare : « l’œuvre  de la France est admirable! Si la France était restée vingt ans de plus elle aurait fait de l'Algérie l'équivalent d'un pays européen. » Il devait ajouter sur le tard : « La France a commis un crime : elle a livré le peuple algérien aux tueurs et aux assassins. »   C'est aussi l'écrivain Belkacem Ibazizen qui déclare : « la scolarisation française en Algérie a fait faire aux Arabes un bond de mille ans. ».  Et Abderramane Fares de surenchérir : « S'il est, en Algérie,  un domaine où l'effort de la France ne se discute pas, c'est bien celui de l'enseignement. On doit dire que l'école a été un succès…Les vieux maîtres, les premiers instituteurs, ont apporté toute leur foi pédagogique, et leur influence a été extrêmement heureuse. » Terminons avec une citation d'Hocine Aït Hamed, l'un des chefs historiques du FLN :  « Chasser les « Pieds-noirs » a été plus qu'un crime, une faute, car notre chère patrie a perdu son identité sociale...N'oublions pas que les religions, les cultures juives et chrétiennes se trouvaient en Afrique bien avant les Arabo-musulmans, eux aussi colonisateurs, aujourd'hui hégémonistes. Avec les « Pieds-noirs » et leur dynamisme, l'Algérie serait aujourd'hui une grande puissance africaine, méditerranéenne, hélas !  Je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques stratégiques. Il y a eu envers les « Pieds-noirs » des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l'Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens. » Boualem Sansal parle de « tragédie », Bacir Ben Yamed  et Aït Hamed de « faute » et de « crime ».  Est-il besoin d’en rajouter ?  La France a TOUT donné à l’Algérie. Ce pays a connu un essor considérable, rendant riche et fertile une terre inculte. Certains historiens engagés, des intellectuels et quelques « officiels » algériens continuent à nous raconter que le peuple algérien a subi pendant 132 ans, un colonialisme tortionnaire et brutal. Et les imbéciles les écoutent !  Ainsi s’écrit l’histoire !  Voilà, Monsieur Macron, ce que je voulais vous dire. Je ne suis même pas « Pieds noirs » ; j’avais  à peine 12 ans au moment des funestes Accords d’Evian, mais j’en ai  ASSEZ que n’importe quel politicard en mal de reconnaissance insulte l’œuvre française en Algérie et, par là même insulte nos morts.  
 
Eric de  Verdelhan
 
                                                                                                         
 
Ma Mère me disait en voyant l'état de notre pays : ''ton Père est mort pour rien !''
Elle a rejoint son mari qu'elle aimait tant en 1998, ce que je vois depuis ne fait que me confirmer qu'elle avait raison !
Lorsque j'ai eu connaissance de l'ignominie qu'il a proférée, j'ai été un moment soulagée qu'elle ne fut plus là pour entendre cette abjection, c'est ce ressentiment que je ne pardonnerai jamais à ce vendu de Macron ! 

Elle était institutrice et elle soignait les petits Arabes du Trachome avant de leurs apprendre à lire et à écrire. Et depuis 1962 elle a, chaque jour que Dieu fait, dû avaler des couleuvres et supporter des insultes;

Non ! Je ne pleure pas sur les Français de 2017, ils ont ce qu'ils méritent !

Un homme qu'on a traîné dans la boue a dit un jour : "Vous n'avez pas voulu de l'Algérie Française, vous aurez la France Algérienne "
Ça y est ! Nous l'avons !

Sur la France, oui je pleure, sur ce qu'elle est devenue depuis 1789 !

Catherine SIX
 
Mise au point sur les déclarations de Yasmina KHADRA
 
 
L'Algérie, une bombe à retardement pour la France et l’Europe !
 
 
"Comment l’Algérie pourrait détruire l’Europe"
 
... Tel est le titre de  “The Spectator”.
 
Si les prédictions de ce journal britannique se révèlent exactes, l’invasion migratoire que les Allemands ont connue en 2015 en accueillant 1 million de réfugiés, sera une broutille à côté du gigantesque tsunami que la France pourrait subir dès ... 2017 !
 
En effet, les analystes de ce magazine sont persuadés que la disparition de Bouteflika, (79 ans et gravement malade), entraînera un chaos généralisé dans tout le pays. Le journal britannique pense que les islamistes tenteront encore une fois de prendre le pouvoir, après leur échec lors de la sanglante guerre civile des années 1990 qui fit 150.000 morts !

> > Il faut savoir que le Président algérien se fait soigner et suivre régulièrement en FRANCE - à GRENOBLE à la Clinique Mutualiste - par d'éminents professeurs reconnus dans toute l'Europe car, du fait des groupes islamistes, il craint pour sa vie en cas d'hospitalisation dans son propre pays !!!

> > L’Algérie est au bord de l’implosion !

> > Incapable d’assumer son indépendance depuis 1962, elle a dilapidé l’héritage légué par son ancienne métropole, la France, alors que son agriculture, ses infrastructures, son pétrole et son gaz en faisaient le pays le plus moderne, le plus riche et le plus prometteur du continent africain, avec ... l’Afrique du Sud. 
 
Hélas, divisions, rivalités claniques, corruption et incompétence, ont ruiné le pays.
 
Le chômage des jeunes dépasse actuellement les 30% et le niveau de vie baisse régulièrement pour une population qui a quintuplé depuis l’indépendance.
 
Tel est le bilan des prédateurs du FLN, aux commandes depuis plus d’un demi-siècle ! 
L’Algérie ne survit que par la rente pétrolière , qui représente 98% des exportations, 30% de son PIB et 60% des recettes budgétaires. 
 
Avec l’effondrement des cours du brut, le gouvernement puise dans ses réserves financières qui fondent comme neige au soleil. Une nouvelle explosion sociale, semblable à celle des années 1980, est probable dès 2017. Toutes les mises en garde du FMI qui réclame des réformes structurelles sont restées lettre morte. Le régime continue de se reposer sur la seule rente pétrolière.
 
Les islamistes attendent leur heure. Conséquence du chaos libyen, ce sont d’énormes quantités d’armes et de munitions qui circulent dans la clandestinité.
 
De leur côté, les généraux qui "portent" le pouvoir algérien, guettent la fin de Bouteflika. Un coup d’Etat militaire paraît inévitable selon le renseignement extérieur israélien. Ce coup de force mettrait tout le monde d’accord, tant les prétendants et les rivalités sont nombreux.
 
Mais il n’empêcherait pas une seconde guerre civile contre les islamistes.
 
"The Spectator" poursuit :
 
“Une guerre civile algérienne ferait exploser le nombre de réfugiés."
> > Un analyste dit qu'il faut s'attendre au rush de 10 à 15 millions de fuyards provenant d’Algérie !!!

 
Compte tenu de l’histoire de ce pays, ils n’attendraient d'être sauvés que par UNE seule nation : la France !
 
“Français, vous n’avez encore rien vu : compte tenu des "problèmes d'intégration" que pose la quatrième génération de l'immigration algérienne ... le pire est - hélas - à venir !
 
 
  
 
 
 

LE CHAGRIN ET LA PITIE

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel MACRON candidat à l'élection présidentielle. 



Monsieur,

Après avoir, avec vos allures de petite frappe pleine d'assurance et de suffisance devant un micro en Algérie, assassiné encore une fois la France et ceux qui sous son drapeau l'ont défendue, Pieds Noirs et Harkis rescapés du seul choix que le FLN leur laissait en 1962, la valise ou le cercueil, vous vous êtes pitoyablement confondu, vautré à Toulon, dans des excuses pleurnichardes ponctuées de "pardon, je vous aime"... Comediante ! !

Vous vous êtes ensuite englué dans des explications acrobatiques : "j'ai dit cela Alger, mais je ne voulais pas dire... ce que vous avez entendu"… Croyez-vous que vous allez ainsi conserver la confiance de ceux qui écoutent vos engagements de candidat ? Ils sont déjà en Marche Arrière car toutes les promesses inconsistantes que vous leur adressez sont noyées dans le flou et l'enfumage de votre illusoire projet pour la France.

Si vos supporters persistent à croire un saltimbanque qui se renie devant son public et s'aplatit minablement devant 200 Pieds -Noirs et Harkis "aux cheveux blancs" qui ne demandaient que des explications, ce sera leur affaire "n'est ce pas Bruno" ! ! Car, comme nous en avons déjà fait le dramatique et douloureux constat, nous, les Pieds Noirs et les Harkis, savons trop bien hélas que "les promesses n'engagent que ceux qui veulent y croire", même si elles ont été annoncées d'un balcon d'Alger, ex capitale de la
France Libre devant un million de personnes par un grand  homme qui s'était illustré en organisant, 15 ans auparavant et avec bien d'autres, la RESISTANCE de la France.

Vous êtes bien loin d'avoir sa carrure, Monsieur le candidat micron, et vous ne partageriez avec lui que le seul souci qui l'animait en 1958 : prendre le pouvoir au prix de toutes les trahisons, lui en trompant les 10 millions de Français qui vivaient dans ces trois départements de notre République et vous en nous faisant croire, quand cela vous arrange, que vous n'êtes plus en accord avec ceux qui vous ont nommé et que vous avez servilement servi comme conseiller et ministre.

Monsieur l'énarque, "ni de droite, ni de gauche", candidat à la magistrature suprême, vous êtes bien de ces politiques qui brûlent ceux qui les ont encensés et vous avez comme eux la trahison dans les gènes. Après vos falsifications préméditées, éhontées et injurieuses pour l'histoire de la France en Algérie, vous vous êtes permis, malgré les nombreux éminents historiens qui ont mis à jour votre "logiciel de la colonisation", de revendiquer avec force durant votre discours les idées de la gauche sur ce sujet, c’est-à-dire depuis les traîtres, assassins, porteurs de valises du FLN jusqu'aux recommandations de Terra Nova qui vous ont sûrement poussé à aller sur l'autre rive à la pêche aux voix.

Cette revendication publique fait aussi tomber le masque. Elle révèle ce que cachent vos allures de dandin boboïsé de la finance. Après votre show tragi-comique de compassion théâtrale pour les Pieds-Noirs et les Harkis et nous avoir assené, avec des regards complices vers vos fans, un ironique, sournois mais surtout cruel "je vous ai compris", nous avons senti le sel que vous veniez de jeter sur nos blessures, la dérision, le mépris de nos souffrances, celles que vous évoquiez 10 minutes avant  avec des trémolos d'opérette dans la voie... Tragediante ! !

A présent nous savons qui vous êtes et, pour nous, même si c'est un peu court jeune homme, ce que vous avez dit est pire qu'un crime, c'est une faute que nous ne vous pardonnerons pas. Vous êtes, à nos yeux encore horrifiés de ce qu'ils ont vu, vécu, ce que Napoléon pensait de son grand chambellan car, Monsieur, nous les Français d'Algérie, Pieds Noirs et Harkis, nous savons :
"que depuis qu'en cet autre langage on a si bien, si talentueusement parlementé, il vous pousse un nouveau courage: l'audace de votre lâcheté".

Jean Paul Spina, 73 ans
descendant d'une famille d'émigrés italiens sardes-napolitains
comptant 4 de ses aieux engagés volontaires pour la grande guerre de 14-18 morts pour la France  et leurs fils rescapés de Koufra, Cassino, débarqués en Provence pour combattre jusqu'à Colmar, Strasbourg, Berchtesgaden et libérer la France .  

 


La réplique cinglante d’Eric Zemmour à Emmanuel Macron


 
 

La réplique cinglante d’Eric Zemmour à Emmanuel Macron

 
 
 
RÉACTION du Général (2s) Jean SALVAN

Aux propos de Mr MACRON au regard de l’Histoire.

Posté le dimanche 19 février 2017

 

Lors de son voyage en Algérie le 15 février dernier, dans un entretien avec la chaîne Echourouk News, Mr Macron a déclaré : « La colonisation fait partie de l’histoire française... C’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes…»

Certes, des propos tenus lors d’une campagne électorale qui s’annonce difficile ne devraient pas être pris à la lettre… Mais enfin, si l’on comprend bien Mr Macron, seule la colonisation française est condamnable.

Pour qui s’est intéressé à l’histoire du Maghreb – le nord de l’Afrique au sud de la Méditerranée - ce qui est devenu l’Algérie fut colonisé par les Phéniciens, les Grecs, les Romains, les Vandales, les Byzantins, par les Arabes depuis 680 de notre ère, puis par les Turcs à partir du XVI° siècle. Qui peut croire que ces colonisations furent plus douces que la nôtre ? Peut-on rappeler qu’à partir de 707, une partie du sud de la France fut envahi et colonisé par des Musulmans venus d’Afrique du Nord. Saint-Tropez et Lagarde-Freinet ne furent libérés qu’en 980. La toponymie en conserve le souvenir : Roquemaure, Castelsarrasin, etc. Le colonialisme musulman a-t-il jamais fait l’objet d’excuses ou de repentance ?

Et dès le VIII° siècle, les pirates musulmans écumèrent les côtes de l’Europe : près de quatre millions d’Européens furent pris en esclavage, Saint Vincent de Paul et Cervantès furent les plus célèbres. L’ordre du Saint Esprit fut fondé pour racheter ces esclaves.

Si l’on admet que la colonisation fut un crime contre l’humanité, qu’en est-il de l’esclavage ? Car jusqu’en 1830, Alger et Tripoli furent des repaires de pirates chasseurs d’esclaves, contre lesquels nos rois luttèrent sans cesse. Louis XVI, souvent accusé de faiblesse, était décidé à régler ce problème et il envoya le Baron de TOTT et l’orientaliste Venture de Paradis reconnaître les fortifications d’Alger. Bonaparte donna pour mission au Capitaine Bergé et au Chef de Bataillon Boutin reconnaître la côte algérienne : c’est Boutin qui recommanda le site de Sidi FERRUCH pour un débarquement. C’est finalement Charles X qui décida en 1830 l’envoi d’une expédition pour en terminer avec la piraterie et le trafic d’esclaves au Maghreb.

Notre colonisation fut-elle aussi effroyable que la dépeint Mr Macron ? Je constate simplement que les Algériens demandent des visas pour venir en France, bien plus que pour aller en Arabie saoudite. Et les écrivains algériens d’expression française me semblent avoir plus de succès que leurs confrères qui ne s’expriment qu’en arabe…

Jean SALVAN

Officier général (2S)

 
 
samedi 18 février 2017 Sifflets pour Macron au Zénith de Toulon.
https://www.youtube.com/watch?v=GtFhNotBnEo&feature=youtu.be
 
 
J’ai pu compléter mon texte. Veuillez en reprendre connaissance. Bien cordialement, Guy Pervillé.

 
 
 
 
 
 

Lettre ouverte à monsieur Macron

du général de corps d’armée (2S) Michel Franceschi

Ancien Inspecteur des Troupes de Marine, héritières des Troupes Coloniales, j’ai l’impérieux devoir de prendre ès-qualité leur défense morale, en réaction à votre diabolisation de la colonisation. Ma carrière d’officier colonial épanoui, à la charnière de la colonisation et de la décolonisation de l’Afrique, me confère le double caractère d’acteur de terrain et de témoin privilégié. Je me sens donc parfaitement qualifié pour vous administrer une salutaire leçon d’histoire que vous n’aurez pas volée.


Tout d’abord, je dois vous rappeler que la conception de l’épopée coloniale de la France fut l’œuvre de grands Républicains appartenant au Panthéon de votre obédience politique. N’est-ce pas Jules Ferry qui a voulu « porter la civilisation aux races inférieures » ? Albert Sarraut a défini notre « politique indigène comme étant la Déclaration des Droits de l’Homme interprétée par Saint Vincent de Paul » (sic). De son côté, Léon Blum a déclaré en 1925 à la tribune du Palais Bourbon « il est du devoir des races supérieures de venir en aide aux races inférieures ». Et honni soit qui mal pense de ce vocabulaire !!!


Les prestigieux artisans de cette grande œuvre humaniste s’appelèrent Gallieni, Lyautey, Savorgnan de Brazza, Auguste Pavie, Charles de Foucauld et autre docteur Schweitzer, figures de proue d’une nombreuse cohorte de valeureux exécutants plus humbles. Résumons leur œuvre à l’essentiel. Ils ont d’abord libéré les populations autochtones du joug sanguinaire de ce que l’on a appelé les « rois nègres », à la source de l’immonde chaîne de l’esclavage qu’ils ont aboli. Ils ont mis un terme aux perpétuelles guerres tribales qui saignaient à blanc le continent africain, apportant un siècle de « paix française ». A défaut d’une totale liberté qui n’était pas l’aspiration prioritaire, ils ont apporté l’Ordre et la Justice de nos admirables administrateurs coloniaux. Ils ont éradiqué les épidémies qui anéantissaient des tribus entières. Ils ont fait disparaître les endémiques famines qui aggravaient la dépopulation.

Libre à vous, monsieur Macron, de penser que les conquêtes de la Liberté, de la Paix et de la Santé sont des crimes contre l’humanité !


Il est de notre devoir de Français d’honorer la mémoire de tous ceux qui ont laissé leur vie dans cette grandiose aventure humaine dont nous devons être fiers. J’ai pu me recueillir sur bon nombre de leurs sépultures, qui jalonnent notre épopée coloniale. J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour remédier à leur état lamentable, jusqu’à m’attirer les foudres d’une administration lointaine. En ces lieux émouvants, cadres et simples soldats côtoient leurs frères d’armes du Service de santé, particulièrement éprouvés par leur place en première ligne des épidémies. Ces Français de condition modeste avaient votre âge, monsieur Macron. Ils avaient quitté courageusement le cocon métropolitain pour servir la France au loin sans esprit de lucre et au mépris des dangers encourus. Alors, de grâce, daignez leur accorder un minimum de respect.


Voilà, monsieur Macron, ce que j’ai eu à cœur de vous dire. Au Tribunal de l’Histoire devant lequel je vous ai fait comparaître, je laisse à votre conscience et au suffrage universel le soin de prononcer le verdict.

 
Rien à ajouter!
https://www.medias-presse.info/la-replique-cinglante-deric-zemmour-a-emmanuel-macron/69829/
 
 
http://www.dreuz.info/2017/02/21/ces-crimes-contre-lhumanite-commis-par-les-algeriens-et-le-fln/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29
 
 
http://feedproxy.google.com/~r/drzz/Pxvu/~3/35aFbWwb8-8/?utm_source=feedburner&utm_medium=email
 
 

 

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, homme politique né d’une PMA entre le grand capital et les Minotaures de la repentance

Lancé sur le marché politique tel un nouveau smartphone, vous êtes, Monsieur Macron, un ignorant butor dont les propos concernant la colonisation sont doublement inadmissibles.

1) En premier lieu parce qu’ils furent tenus à Alger, devant ces rentiers de l’indépendance qui, pour tenter de cacher leurs échecs, leurs rapines et la mise en coupe réglée de leur pays, mettent sans cesse la France en accusation.

Certains qui, parmi votre auditoire, applaudirent à vos propos d’homme soumis (cf. Houellebecq), et devant lesquels vous vous comportâtes effectivement en dhimmi, sont en effet ceux qui, le 1er novembre 2016, publièrent un communiqué exigeant que la France :

« (…) présente des excuses officielles au peuple algérien pour les crimes commis durant les 132 ans de colonisation et pour les crimes coloniaux perpétrés à l’encontre du peuple algérien afin de rappeler les affres de la répression, de la torture, de l’exil, de l’extermination et de l’aliénation identitaire car l’histoire du colonialisme restera marquée par ses crimes de sang et ses pratiques inhumaines ».

Candidat à la présidence de la République française, vous avez donc donné votre caution à de telles exigences autant outrancières qu’insultantes.

Ce faisant, vous vous êtes fait le complice des pressions et chantages que l’Algérie exerce à l’encontre de la France afin d’obtenir d’elle une augmentation du nombre des visas ou tel ou tel avantage diplomatique ou financier.

En d’autres temps, vous auriez donc pu être poursuivi pour « Atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ».

2) Ensuite parce que vos propos constituent non seulement un recul de l’état des connaissances, mais également le viol de ce consensus historique auquel étaient arrivés les historiens des deux rives de la Méditerranée. Or, par ignorance ou par misérable calcul électoraliste, vous les avez piétinés.Au nom de quelle légitimité scientifique avez-vous d’ailleurs pu oser les tenir ? Avez-vous seulement entendu parler des travaux de Jacques Marseille, de ceux
de Daniel Lefeuvre ou encore des miens ?

Oser parler de « crime contre l’humanité », maladroitement rectifié en « crime contre l’humain », au sujet de la colonisation revient en réalité à classer cette dernière au niveau des génocides du XXe siècle, ce qui est proprement scandaleux.

Sur ce terrain, vous voilà donc encore plus en pointe que Christiane Taubira, ce qui n’est pas peu dire...Pierre Vidal-Naquet, pourtant militant de la décolonisation et « porteur de valises » assumé du FLN écrivait à ce sujet :

« Assimiler peu ou prou le système colonial à une anticipation du 3e Reich est une entreprise idéologique frauduleuse, guère moins frelatée que l’identification, à Sétif, (…) de la répression coloniale aux fours crématoires d’Auschwitz et au nazisme (…).

Ou alors, si les massacres coloniaux annoncent le nazisme, on ne voit pas pourquoi la répression sanglante de la révolte de Spartacus, ou encore la Saint-Barthélemy, ne l’auraient pas tout autant annoncé…

En histoire, il est dangereux de tout mélanger. Un sottisier peut-il tenir lieu d’œuvre de réflexion ? (…) L’air du temps de la dénonciation médiatique (…), le contexte social, économique et politique actuel est encore fécond qui continuera à générer de telles tonitruances idéologiques à vocation surtout médiatique ». J’ajoute électoralistes.

Vous devriez pourtant savoir, Monsieur le candidat à la présidence de la République, qu’en créant l’Algérie, la France donna un nom à une ancienne colonie ottomane,
traça ses frontières, unifia ses populations, y créa une administration et toutes ses infrastructures.
Ce faisant, y aurait-elle commis un « crime contre l’humanité » ou « contre l’humain » ?

Les chiffres de l’accroissement de la population ne semblent pas l’indiquer puisqu’en 1830, la population musulmane de l’Algérie n’excédait pas 1 million
d’habitants alors qu’en 1962 elle avait bondi à 12 millions.Serait-ce donc en commettant des « crimes contre l’humanité » que la France, ses médecins et ses infirmiers soignèrent
et vaccinèrent les populations et firent reculer la mortalité infantile ?
Serait-ce parce qu’elle commettait des « crimes contre l’humain » que chaque année, à partir du lendemain du second conflit mondial, 250 000 naissances étaient
comptabilisées en Algérie, soit un accroissement de 2,5 à 3% de la population, d’où un doublement tous les 25 ans ?

A ce propos, relisons René Sédillot :

« La colonisation française a poussé l’ingénuité - ou la maladresse - jusqu’à favoriser de son mieux les naissances : non seulement par le jeu des allocations
familiales, mais aussi par la création d’établissements hospitaliers destinés à
combattre la stérilité des femmes.Ainsi, les musulmanes, lorsqu’elles redoutaient d’être répudiées par leurs maris, faute de leur avoir donné des enfants, trouvaient en des centres
d’accueil dotés des moyens les plus modernes tout le secours nécessaire pour accéder à la dignité maternelle. (…)
(L’histoire n’a pas de sens, Paris, 1965, page 71).

Enfin, puisque vos propos indécents tenus à Alger obligent à faire des bilans comptables, voici, Monsieur le candidat à la présidence de la République,
celui qui peut être fait au sujet de l’Algérie française : en 132 années de présence, la France créa l’Algérie, l’unifia, draina ses marécages, bonifia ses terres, équipa le pays, soigna et multiplia
ses populations, lui offrit un Sahara qu’elle n’avait jamais possédé après y avoir découvert et mis en exploitation les sources d’énergie qui font aujourd’hui sa richesse.

Comme je ne cesse de l’écrire depuis des années, en donnant l’indépendance à l’Algérie, la France y laissa 70.000 km de routes, 4300 km de voies ferrées, 4 ports
équipés aux normes internationales, une douzaine d’aérodromes principaux, des centaines d’ouvrages d’art (ponts, tunnels, viaducs, barrages etc.), des milliers de bâtiments administratifs,
de casernes, de bâtiments officiels qui étaient propriété de l’Etat français ; 31 centrales hydroélectriques ou thermiques ;
une centaine d’industries importantes dans les secteurs de la construction, de la métallurgie, de la cimenterie etc., des milliers d’écoles, d’instituts de formations, de lycées, d’universités.

Dès l’année 1848, et alors que la conquête de l’Algérie était loin d’être achevée, 16 000 enfants en majorité musulmans étaient scolarisés.

En 1937 ils étaient 104 748, en 1952 : 400 000 et en 1960 : 800 000 avec presque 17 000 classes, soit autant d’instituteurs dont les 2/3 étaient Français
(Pierre Goinard, Algérie : l’œuvre française.Paris, 1986).

En 1962, il y avait en Algérie, un hôpital universitaire de 2000 lits à Alger, trois grands hôpitaux de chefs-lieux à Alger, Oran et Constantine, 14 hôpitaux spécialisés et
112 hôpitaux polyvalents, soit le chiffre exceptionnel d’un lit pour 300 habitants.

Tous ces équipements, toutes ces infrastructures, tous ces établissements ainsi que les personnels qui les faisaient fonctionner avaient été payés par la France et avec
l’argent des Français.

Monsieur le candidat à la présidence de la République, je vous poste ce jour en RAR mon dernier livre « Algérie, l’histoire à l’endroit »[1], afin que vous
puissiez mesurer l’abîme séparant la réalité historique de vos inacceptables propos.

Bernard Lugan

[1] Ce livre est uniquement disponible via l’Afrique Réelle. Pour le commander :
http://bernardlugan.blogspot.fr/2017/02/nouveau-livre-de-bernard-lugan-algerie.html

 
 
https://drive.google.com/drive/folders/0B37WK4nCXmsbU1BFM25QTWdoc2c?usp=sharing
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
http://www.tvlibertes.com/2017/02/13/14602/roger-holeindre-communautarisme-guerre-civile
 
 
Réactions à cette invitation
 
 

L'ALGERIE (française) Comment l'expliquer à vos enfants.
Moi j'ai trouvé ce texte très bien écrit.

-C'est à vous mes enfants qui n'avez pas connu ce paradis
- Qu'aujourd'hui je m'adresse et à tous je vous dis :
- Beaucoup trop de gens sur ce sujet vous ont menti !
-Alors laissez-moi vous expliquer ce qu'était l'Algérie.
-Vos Aïeux venaient de France, d'Espagne ou d'ailleurs,
-Tous des pauvres gens ni plus mauvais, ni meilleurs,
-Durs au travail et, c'est vrai, exubérants et ripailleurs.
-Mais c'était toujours et, avant tout, des gens de cœur.
-Puisqu'on leur fit croire que ce pays était le leur
-Pendant plus d'un siècle ils mirent cette terre en valeur.
-Ni l'insalubrité, ni le travail ne leur faisaient peur :
-Ils étaient certains d'avoir trouvé le bonheur.
-En vérité, il y avait bien un Blachette et un Borgeaud
-Mais d'autres de cette terre ne possédaient qu'un morceau.
-La majorité, elle, n'avait que ses bras pour tout joyau.
-Mais jamais aucun d'eux ne fit payer un verre d'eau.
-Quand les guerres furent déclarées et la Patrie en danger,
- Antoine, Jean, Ali, qu'ils soient français ou étrangers,
-Tous furent volontaires et prêts à se faire tuer !
-Les cimetières et les monuments peuvent en témoigner.
-Français, Espagnols, Maltais, Portugais, Mahonnais ou Italiens,
-Notre communauté s'appelait déjà les Européens.
-Par nos origines nous étions tous des chrétiens,
-C'est tout ce qui nous séparait de nos amis algériens.
-Nous pensions avoir été compris un jour du mois de mai
-Dans l'euphorie nous n'avions pas saisi le faux du vrai.
-Il nous a fallu laisser notre maison à défaut de palais
-Et quitter ce pays et cette terre dans le plus bref délai.
-C'est alors que l'exode nous a fait changer de rivages,
-Connaitre d'autres cieux et d'autres visages.
-Mais nous garderons toujours en mémoire nos paysages
-Et rien ne remplacera nos villes et nos villages.
-Et puisque « Pieds-Noirs » on a voulu nous appeler,
-Ce nom il nous a fallu d'abord le valoriser
-Et nous battre pour le faire respecter !
-A vous, mes enfants, il vous reste à le faire aimer.
-Maintenant me voila au crépuscule de ma vie
-Et avant de vous quitter, mes enfants, je vous le confie.
-Défendez l'œuvre de vos Aïeux de toute votre énergie
Pour que soit connue, enfin, la Vérité sur l'Algérie.


 
 
Bonne nouvelle de la Mairie de CAMBIAC (31400)
 
 
Menteurs-Gaullistes
 
 
Etude N° 20 du Docteur Jean-Claude PEREZ
 

Maître Jacques PEYRAT

Président d'Honneur de l'Entente Républicaine de Nice

vous convie à la conférence que donnera le

Général de Corps d'Armée Christian PIQUEMAL


sur le thème :

"LA FRANCE EST EN DANGER : IL FAUT LA SAUVER"

 Ce vendredi 10 Février 2017 à 18 heures

à l'Hôtel Westminster,

29 promenade des Anglais à Nice

(parking public Palais Massena à proximité)

 *****

Entrée Libre

 
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=CGSWxd2DsQ4
https://www.youtube.com/watch?v=JcYukyS4yHw
 
 
 
VEUILLEZ TROUVER CI-DESSOUS
LES VŒUX A L’ALGÉRIE FRANÇAISE
DE MADAME MARYSE JOISSAINS,
MAIRE D'AIX EN PROVENCE,
MAISON ALPHONSE JUIN
LE VENDREDI 13 JANVIER 2017
 
 
 

Info qui va à l'encontre du politiquement correct...

Vous ne lirez jamais cela sur nos Ecrans Français...

http://www.alger26mars1962.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=117:5-7-les-attentats&catid=30&Itemid=132&showall=&limitstart=4
 
 

Si nos dirigeants sont totalement déconnectés des réalités, ou, si ils font semblant de l'être... peu importe...  Il est évident qu'il faut se préparer à encaisser et assumer très cher, le prix de cinquante années de déshérence politique criminelle dans notre pays.


Oui... le pire est à venir...Attendons que le crapaud  Boutéflika  crève, ce qui ne saurait tarder. Ce vomisseur de Français, satisfait de venir chez-nous se faire  gratuitement soigner, pour pallier dans son pays, l'endémique carence d'un service de santé déplorable, laissé à l'abandon, saccageant ainsi littéralement, le travail des pieds-noirs et de la France pour élever ce pays au rang des nations  civilisées.


Attendons-dis-je que ce cloporte aille retrouver Allah et alors ce sera entre 10 et 15 millions d'algériens qui envahiront le sol Français, terrorisés et malmenés par l'EI et Daech.   Ce scénario est tellement prévisible qu'il n'y a guère que nos gouvernants pour faire semblant de ne pas s'en rendre compte, ou...ce qui est plus probable encore, se conformer aux ordres du gouvernement de l'ombre, dont le centre névralgique se trouve aux U.S.A.


Heureusement que l'Armée  et les forces de l'ordre en prennent conscience. Heureusement aussi que des citoyens patriotes sont prêts à participer,  à soutenir nos armées, à combattre la stupide bien-pensance, à pourchasser la bien-pensance criminelle et opportuniste et surtout, à combattre ces traîtres qui nous gouvernent.


C.A

 
 

LE MAL FRANÇAIS, LE MAL GAULLIEN 

 

Dans l'Histoire, de nombreuses questions ont été traitées injustement

après leur déroulement et la manipulation ou le mensonge

pur et simple qui ont imprimé la culture générale par la suite

ne laissent comme seule conséquence que l'iniquité d'une

inexactitude au fronton de l'Histoire et dans les cerveaux de

ceux qui veulent y penser. Les conséquences en sont moralement pénibles,

elles ne portent pas de conséquences lourdes dans la vie des

vivants qui arrivent ensuite. Même la Révocation de l’Édit de Nantes,

même la Révolution française qui est le galop d'essai de toutes les

barbaries modernes, ne portent pas avec elle une tricherie fondamentale,

une anomalie de fabrication par rapport à l'étiquette. 

Tandis que ce qui succède à l'arnaque gaulliste n'est pas du tout 

un chapitre qui est fermé à jamais. C'est non seulement la colonisation

de peuplement de la France, tam-tam et  tambour battants, c'est non seulement 

la submersion irréversible d'une démographie confiée à des millions de femmes

allogènes, essentiellement venues d' un monde musulman dont il est clair qu'avec des minorités actives il secoue le prunier de toutes les trouilles  installées,
mais c'est aussi la caution solennelle
que la méthode de  Machiavel du

mensonge systématique, de l'assassinat des amis, de l'abandon des alliés et de la soumission à aucun principe est devenue le nec plus ultra de la finesse
et de la grandeur de la réussite française. 

Ne nous étonnons pas de la stérilisation de la vie politique française. 

Ce manque de confiance propre au peuple français à l'égard de ceux

qu'il mène aux parlements ne tient qu'à cette phrase de De Gaulle

qui est le démenti de 20 siècles de civilisation : "Comme un homme politique

ne croit jamais ce qu'il dit, il est tout étonné quand il est cru sur parole". 

Guy Rolland

 


 

 
 
Pour qui sonne le glas ?


Un journaliste de « Valeurs actuelles » porte un regard critique sur le discours de l’Église (et notamment du pape François) concernant l’immigration. Un travail nécessaire et courageux.
ERIC ZEMMOUR
ÉGLISE ET IMMIGRATION. LE GRAND MALAISE Laurent Dandrieu, Presses de la renaissance, 302 p., 17,90 €.
On la sentait monter. La vague, au début timide et retenue, de plus en plus haute, déterminée, exaspérée. La vague des catholiques français et européens qui ne se reconnaissent plus dans le discours de l’Église sur l’immigration. Une vague d’incompréhension et de colère, de désarroi et de fureur. Une vague qu’un livre vient révéler et approfondir. Laurent Dandrieu est journaliste à Valeurs actuelles. Il « fait le job », comme aurait dit Nicolas Sarkozy. À force de citations, d’extraits d’interviews, il éclaire d’une lumière crue, voire cruelle, l’éminente responsabilité dans ce divorce des déclarations à l’emporte-pièce du pape François, mélange étonnant et détonant de provocations et d’à-peu-près, d’habiletés de jésuite et de séductions médiatiques, « formules choc et gestes spectaculaires qui tirent vers l’émotionnel ».
La démonstration est un brin décousue, au style souvent relâché, mais efficace. Notre auteur va cependant plus loin. Il plonge dans les textes oubliés et négligés du Vatican, encycliques ou discours, et révèle que François n’a rien inventé, mais seulement grossi et simplifié pour les médias une vulgate universaliste et immigrationniste qui court de pape en pape, remonte à Pie XII, devenue « parole d’Évangile » depuis Vatican II. Une idéologie qui s’appuie sur la fameuse parabole du bon Samaritain, mais qui la dépasse amplement, pour devenir un authentique providentialisme de la migration, où « l’Autre » est paré de toutes les vertus quasi messianiques, où les migrations « attestent et perfectionnent l’unité de la famille humaine », et où les sociétés multiculturelles occidentales sont la « préfiguration anticipée de la cité sans frontières de Dieu ». On retrouve alors l’Église aux côtés d’une extrême gauche internationaliste, qui a tué Dieu mais communie elle aussi dans un culte vibrant et souvent fanatique d’un migrant venu du Sud qui a remplacé dans son Empyrée laïque le prolétaire de jadis. Curieux rapprochement qui se renforce encore du soutien, tapi dans l’ombre mais redoutablement efficace, du capitalisme, qui a lui aussi besoin d’un universalisme pseudo-humaniste pour légitimer la nouvelle organisation économique mondiale. Cette triple alliance des puissants de l’époque a un ennemi commun : les vieilles nations et les peuples européens qu’il s’agit de culpabiliser, marginaliser, voire faire disparaître à petit feu.
On comprend que le catholique Dandrieu et de nombreux catholiques français et européens soient interloqués. Et se révoltent contre une Église qui refuse d’ôter ses lunettes roses alors même que la plupart des migrants sont musulmans, musulmans « modérés », bien sûr, selon la
2
doxa dominante, mais modérément musulmans, et qu’elle continue à baigner dans une « culture de la rencontre » irénique et à sens unique, « un dialogue de salon, faussement consensuel » (père François Jourdan), ne voulant voir dans l’islam et le christianisme que deux sensibilités d’une même foi, quand elle ne met pas dans le même sac, comme le fait le pape François, la « violence catholique et violence islamique », les zèles prosélytes chrétien et islamique, alors même pourtant que l’un, par la plume de saint Matthieu, répand la parole de Jésus : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du père, du fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant ce que je vous ai prescrit », tandis que Mahomet s’avère plus expéditif à l’égard des infidèles : « Et tuez-les où que vous les rencontriez ; et chassez-les d’où ils vous ont chassés. »
Laurent Dandrieu n’est pas Lénine, mais il pose quand même la question fatidique : que faire ?
Il ne prône pas la Révolution mais la révolte. Une sorte de dissidence qui s’appuie d’abord sur les témoignages des chrétiens d’Orient, qui connaissent mieux que personne l’islam réel, et non l’islam fantasmé en Occident : « Nos souffrances d’aujourd’hui constituent le prélude de celles que vous, Européens et chrétiens occidentaux, subirez aussi dans un proche avenir…Vous dites que tous les hommes sont égaux. L’islam ne dit pas que tous les hommes sont égaux. Vos valeurs ne sont pas les leurs. Si vous ne le comprenez pas à temps, vous deviendrez victime de l’ennemi que vous avez accueilli chez vous » (Mgr Amel Shimoun Nona, archevêque chaldéen de Mossoul dans le Corriere della Sera). Dandrieu dénonce les chimères de certains exégètes bienveillants de la parole papale qui y voient une inspiration prophétique de celui qui compte bien convertir à la fin des fins les millions de musulmans qui déferlent sur le continent européen, comme l’Église avait christianisé les « barbares » francs ou normands à la chute de l’Empire romain. Mais, pour l’instant, c’est l’islam qui convertit les jeunes Européens déchristianisés en mal de spiritualité et de repères. Dandrieu évoque les erreurs politiques que le Vatican a accumulées au cours du XXe siècle, dans un mélange de fausse habileté et d’ingénuité qui ressemble beaucoup à son comportement actuel vis-à-vis de l’islam, lorsqu’il rallia la République en 1892, condamna l’Action française ou abandonna les cristeros mexicains en 1926. Dandrieu aurait pu ajouter que le Vatican n’a guère été plus lucide face au communisme stalinien dans les années 1950, comme l’a rappelé avec autorité Alain Besançon dans son dernier livre.
Enfin, et surtout, notre auteur note avec pertinence que l’Église n’a pas toujours tenu ce discours exclusivement universaliste, mais qu’elle l’a longtemps équilibré dans une dialectique subtile par un attachement aux patries, aux nations, aux cultures enracinées. « Toutes choses étant égales, les plus proches ont un droit de priorité », disait ainsi saint Thomas d’Aquin.
C’est le point sans doute le plus audacieux de cette dissidence : jouer l’Église d’hier contre l’Église d’aujourd’hui ; opposer la tradition millénaire d’un christianisme européen contre un christianisme mondialisé qui ne serait plus qu’une ONG. Saine colère et utile révolte. Instinct de survie de peuples européens condamnés à mort par l’Histoire et le mépris de tous les puissants, dont l’Église.
Mais il est tard, très tard, pour l’ancienne et glorieuse chrétienté d’Europe.

Déjà trop tard ?

 
 
 
LA TAQIYA
 

L’analyse du parcours de Tariq Ramadan et de son discours montre qu’il n’est pas un « réformiste » ou un réformateur de l’islam, mais qu’il poursuit la stratégie de conquête entamée par Hassan Al-Banna et par Said Ramadan, dont il est l’héritier et le continuateur. Le premier avait fondé, à travers l’organisation des Frères musulmans, une « avant-garde » de l’islam politique conquérant, aspirant à prendre le pouvoir en Egypte et dans les pays musulmans. Le second avait déplacé le combat islamiste vers l’Europe, anticipant avec beaucoup de lucidité l’importance grandissante des populations musulmanes installées en Occident. Tariq Ramadan, quant à lui, poursuit le même combat, en l’habillant d’un discours trompeur, et en prenant pour cible de sa propagande tant les musulmans d’Occident que les non-musulmans, convertis potentiels ou compagnons de route de l’islamisme militant.

Paul Landau

Tariq Ramadan a appris en SUISSE la rhétorique occidentale, à ce point, qu'il peut savamment gloser et noyer le poisson pendant des heures, pour éluder brillamment l'essentiel . Après avoir parfaitement maîtrisé également celle de l'islam; Il se trouve ainsi fortement armé pour naviguer tout à son aise, afin de pratiquer une philosophie soporifique !... Il peut ainsi porter des coups dangereux en direction de l'occident, de sa pensée et de sa religion chrétienne, qu'il contribue à démolir  l'une comme l'autre, sans jamais avoir l'air d'y toucher.


De plus,  Le faquin bénéficie d'un avantage certain sur toutes les autres religions  qui est... la pratique de la TAQIYA.  Cette remarquable spécificité  Islamique, gravée dans le marbre du Coran , qui conseille et autorise l'usage et La pratique du mensonge, de la traîtrise , de la feinte, de la mystification, pour la plus grande joie d' Allah, qui comme chacun sait, est particulièrement ouakbar.


Tout ceci fait que ce roublard est prodigieusement dangereux et fort peu recommandable. Si on ajoute à ça, ses antécédents familiaux, Nous avons franchement bien des raisons de nous  inquiéter du personnage.  Surtout interpréter ses sourires pour des invitations à nous méfier du serpent venimeux qui l'habite,  que de la blanche brebis qu'il affectionne d'incarner, pour mieux  pouvoir nous tromper ...


C.A  

 
 
Décès de Michel DEON
http://popodoran.canalblog.com/archives/2017/01/06/34769517.html
 
 
VOEUX 2017 DE JEAN BRUA.
 
 
PPS
 
 
Dernière chanson de JEAN-PAUL GAVINO - Je suis Médtierrannéen.
 
 
 

Une Nation sans héros ne peut pas survivre


« Ainsi périrent plusieurs civilisations du passé, lorsque leurs défenseurs naturels renoncèrent à la lutte et à l’effort. Ce ne fut jamais l’abaissement de l’intelligence qui causa la ruine des peuples, mais celui de leur caractère »

G. le Bon-Psychologie du Socialisme- Paris-Alcan-1899


« La force de la Cité n’est pas dans ses remparts ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses hommes »

Thucydide


Au début du XXI° siècle dans les sociétés occidentales, les héros sont une race en voie de disparition. Nous vivons l’époque du remplacement du militaire par l’humanitaire, du héros par la victime, de la conviction par la compassion, du courage par l’art de plaire, de la virilité par la féminité.

Le chroniqueur médiéval italien, Giovanni Villani, écrivait déjà : « L’Empire romain entra dans sa décadence quand, comme une ruine, le nom de César tomba sur la Cité » précisant encore : « La Cour impériale accueillait les hommes vils au lieu des forts, les flatteurs au lieu des hommes d’action, et le passage des gouvernements aux mains des plus mauvais entraîna peu à peu la ruine de l’Empire »

Si l’intérêt personnel individualiste est le seul fondement du pacte social, on ne voit pas ce qui interdirait à chacun d’en profiter au mieux de ses intérêts et de ses appétits, de se servir au lieu de servir. Cela d’autant plus que le discours de la société marchande, par le truchement de la publicité, fait à chacun l’obligation de jouir, plus exactement de n’exister que pour jouir.


La fin de l’exemple du courage et de l’héroïsme dans l’enseignement de l’histoire


L’homme européen ne peut vivre sans mythes et se contenter d’une forme de pensée technicienne, aride, froide, sèche. Les héros des anciens livres d’histoire représentaient des « surmoi » propres à éveiller le courage. Au moins jusqu’à 1963, ils formèrent en France des hommes d’une vaillance très supérieure à la mollesse de nos contemporains, nonobstant l ‘appât du gain. A partir de cette date, les réformes successives de l’enseignement de l’histoire ont chassé les figures chevaleresques. La Nation France est démâtée, emportée dans la dérive des continents par «  l’histoire connectée » qui étudie les interactions et les interdépendances. On n’enseigne plus que la Révolution française, version les droits de l’homme oublieux du citoyen, et la Shoah ! Le patriotisme est devenu ringard ; l’histoire est remplacée par la morale. L’erreur est de tout démythifier dans un monde froid, aseptisé, hors-sol, pacifiste, technologique et numérique.

Les Français se souviennent de la façon dont la III° République tenta de façonner une conscience républicaine, laïque, égalitariste en droits. Elle le fit « en racontant des histoires » aux enfants du peuple. Le manuel, partout le même en France et dans les colonies, de l’école primaire présentait une trentaine d’images fortement « marquées » idéologiquement et accompagnées d’un court récit qui méritait pleinement le qualificatif de « mythique ». De « Nos ancêtres les Gaulois » au « regard fixé sur la ligne bleue des Vosges », en passant par Bouvines, le panache blanc d’Henri IV, la prise de la Bastille….tout concourait à présenter l’image idéale, quasi divine, de la Nation jacobine. Dans une école sans épopée, la disparition de Bayard appelle bien au contraire le triomphe des terroristes et des loubards.


La fin du dépassement de soi, d’un idéal et de l’esprit de sacrifice


La plupart des Occidentaux n’ont pas vraiment de conscience nationale :  Peu importe ce qui se passe dans mon pays tant que ma vie personnelle n’est pas affectée. 

« Toute collectivité sans cohésion sacrificielle, si efficace qu’en soit l’organisation, n’est qu’un agrégat sans volonté commune, anonyme et sans responsabilité »

L’Académicien et poète français Pierre Emmanuel (1916-1984)

L’homme ne peut accepter de donner sa vie que pour sa famille, une collectivité, une nation, une culture, une civilisation, une foi, une croyance, un idéal… On ne meurt pas pour des sociétés individualistes et matérialistes qui n’ont rien d’autre à offrir à leur jeunesse que le sexe et l’argent. L’histoire apprend que riches ou pas, puissants ou pas, orgueilleux ou pas, les nations, les empires et les civilisations disparaissent inévitablement sous les coups de bien moins puissants, bien moins armés, mais animés de la foi dans leur projet, fut-il- criminel. Avec un idéal et la foi chevillée au corps des hommes décidés peuvent déstabiliser et renverser un Etat, un Royaume, un Empire !


Courage et héroïsme : la véritable richesse d’un pays


Les jeunes de 20 ans qui offrent leur vie quand la République le leur demande, méritent reconnaissance, respect et considération, même s’ils ne font pas fortune! Ces jeunes constituent la plus précieuse des richesses de la Nation, car elle est faite d’humanité, d’idéal, de dépassement de soi, et surtout de chair et de sang !

Aucune machine ne pourra jamais faire le métier de soldat. Les hommes sont condamnés à rester l’instrument premier du combat. Mais en trouvera-t-on encore longtemps pour porter les armes ? Rien n’est moins sûr si la France continue d’ignorer l’histoire de ses héros. Une société « fabrique » des défenseurs en les honorant, en leur offrant une place et une reconnaissance particulière pour leurs mérites, leur utilité, leur esprit de sacrifice. Elle suscite alors des vocations de volontaires qui feront le choix du métier des armes malgré des contraintes exorbitantes. Le risque pour la France de ne plus en trouver parmi ses fils, si l’on songe à la fin de l’Empire romain, n’est pas nul.


Les sociétés hédonistes matérialistes et d’argent considèrent les soldats-héros comme des Idiots utiles


Une démocratie ne peut durer si elle devient un amas d’individus égoïstes qui souhaite être défendu par un corps militaire digne et loyal, dont l’efficience et la fidélité reposent sur le sens du devoir et du sacrifice. On exploiterait alors les nobles sentiments et l’impécuniosité des militaires pour préserver le confort d’une masse de riches égoïstes sans idéal. Sans un minimum d’élévation morale partagée, tout héros mort pour la patrie ressemblerait à un idiot qui se serait fait escroquer. Nos démocraties européennes décadentes actuelles, c’est à peu près cela !

Qui dit héros, dit gloire et modèle à imiter, dit multiplicateur d’énergies, dit capacité à se battre, à vaincre la peur, à s’imposer. En rendant un culte au héros, on favorise la cohésion et les chances de survie de la cité .

Qui dit victime, dit mise en cause, culpabilité et judiciarisation à outrance, dit aussi atrophie des énergies, des volontés et des intelligences, dit enfin méfiance et incapacité à se battre. Endosser le statut de victime pour des soldats morts en opérations, c’est prendre le risque à terme, de ne plus trouver quiconque pour exercer correctement ce métier.

Le service de la cité dans sa forme la plus exigeante qui est celle du métier des armes, mérite, non pas une émotion compassionnelle, ostentatoire et fugitive, mais une véritable, sincère, durable et profonde reconnaissance empreinte de dignité et de respect. Autrement dit, doivent accéder au statut de héros, ceux qui, bravant la mort, ont fait honneur à leur pays.

Selon Henri Hude, directeur du cours d’éthique à Saint-Cyr : « Sans un minimum d’élévation morale partagée, tout héros mort pour la Patrie ressemble à un idiot qui se serait fait escroquer ». L’esprit héroïque holiste de sacrifice du citoyen au service de l’hédonisme individualiste du consommateur relève de la quadrature du cercle et n’a donc aucune chance de perdurer à terme.


Marc Rousset*


*Ancien Directeur Général, Economiste, Géopoliticien, Ecrivain, Prix de l’Académie des Sciences Morales et Politiques

Auteur de « Adieu l’argent-roi ! Place aux héros européens !

Critique de la Civilisation de l’argent et Apologie de l’héroïsme « 

500 pages - Editions Godefroy de Bouillon-2016.

 
 
 
Taux de la Natalité en hausse, en France...
https://www.youtube.com/watch?v=9tqG-vF1xGs
 
http://resistancerepublicaine.eu/2013/04/23/etre-polygame-ou-se-lever-travailler-a-5-h-tous-les-jours-par-antigone/
 
https://www.youtube.com/watch?v=cEkbX5zAZyk
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
RETOUR ACTUALITES 2016.